ESSAI : Le Mitsubishi Outlander PHEV : l’hybride aux trois diamants

Classé dans : Essais - Mitsubishi (Japon) | 0

Après la i-MiEV essayée en 2012 dans ces colonnes Mistubishi persévère dans la voie électrique en proposant un SUV 4×4 permanent, électrique hybride et rechargeable : l’Outlander PHEV pour « Plug-in Hybrid Electric Vehicle« .

Mitsubishi Outlander PHEV 2015

Ayant fait un véritable tabac outre Moerdijk, trouvera-t-il son public en Belgique ?

Une silhouette assagie

 

Depuis l’abandon de la calandre style F2 Jet-fighter sur ses nouveaux modèles, les designers de la marque aux trois diamants se cherchent encore en proposant dans la gamme une variété de calandres qui pourrait dérouter le client potentiel.

Mitsubishi Outlander PHEV 2015

L’Outlander de troisième génération n’échappe pas à la règle en présentant une proue au dessin de calandre assez déséquilibré.

Mitsubishi Outlander PHEV 2015

Son profil est assez passe-partout et pèche par une lourdeur de la poupe.

Mitsubishi Outlander PHEV 2015

Comme les feux arrière sont blancs, ceux-ci se perdent dans la masse.

Mitsubishi Outlander PHEV 2015

En revanche, des badges PHEV sont disposés sur les flancs et le hayon de la voiture.

Par rapport aux Outlander à moteurs thermiques, le PHEV se différencie par un coffre plus petit (463 dm³ au lieu de 477 dm³) et la disposition sept places n’est plus prévue (il faut bien loger les batteries n’est-ce pas !).

Mitsubishi Outlander PHEV 2015

Sa poupe est équipée de feux arrière à DEL.

Mitsubishi Outlander PHEV 2015

Son aile arrière droite dispose de deux prises de recharge cachées par un grand couvercle.

Mitsubishi Outlander PHEV 2015

A l’intérieur, l’habitacle est vaste et cinq adultes trouveront leur aise. Cependant, contrairement aux Outlander à moteurs thermiques, la banquette arrière ne coulisse plus sur des glissières.

Les sièges sont durs mais bien dessinés.

Mitsubishi Outlander PHEV 2015

Le siège du conducteur est réglable électriquement mais ne dispose pas de réglage lombaire.

Mitsubishi Outlander PHEV 2015

Le dossier des sièges arrière se rabat (60/40) en découvrant un plancher plat avec un volume de 1655 dm³.

Mitsubishi Outlander PHEV 2015

Au niveau sécurité, l’Outlander PHEV a reçu en 2013 cinq étoiles aux tests Euro-NCAP. La sécurité des occupants adultes a été cotée 88 %, celle des enfants à 84 % et celle des piétons à 64 %.

Les aides à la sécurité ont reçu 81 % grâce à la présence d’un Cruise Control adaptatif avec une fonction de limitation de vitesse, un contrôle électronique de stabilité et le sempiternel rappel de bouclage de ceinture de sécurité.

Mitsubishi Outlander PHEV 2015

A ces systèmes, il faut ajouter les essuie-glace et phares automatiques, un système prévenant les collisions frontales (Forward Collision Mitigation – FCM), une alerte de franchissement involontaire de ligne (Lane Departure Warning – LDW), l’aide au démarrage en cote (HSA), un système Keyless (KOS) et un GPS dont l’emploi réclame une certaine habitude.

 

Une propulsion atypique

 

Le tableau de bord a été adapté à un système hybride particulièrement sophistiqué. En effet, par rapport aux Lexus hybrides ou au Volvo XC-60 hybride, Mitsubishi propose un véhicule 4×4 permanent avec pas moins de trois moteurs électriques.

Mitsubishi Outlander PHEV 2015

Chaque essieu possède son propre moteur de 82 ch fournissant un couple de respectivement 137 Nm à l’avant et 190 Nm à l’arrière.

Son moteur thermique de 2 litres de 121 ch fonctionnant sous le cycle Atkinson est utilisé comme générateur.

Celui-ci est donc accouplé à une génératrice pour produire du courant qui servira, conjointement ou séparément, à recharger les batteries Lithium-ion de 12 kWh ou à alimenter les moteurs électriques.

Mitsubishi Outlander PHEV 2015

Mitsubishi Outlander PHEV 2015En outre, il est possible de recharger les batteries à domicile (environ cinq heures pour 10 A/_230 V) ou sur une station de recharge rapide (80 % de la capacité est atteinte au bout de 30 minutes).

Signalons que la charge peut être gérée au départ d’un smartphone et que le courant issu des batteries peut être utilisé pour la maison en cas de panne électrique.

Par ce système très évolué, Mitsubishi prétend offrir la synthèse de trois voitures de sa gamme, à savoir la i-MiEV, la Lancer Evolution et la Pajero.

 

Mitsubishi Outlander PHEV 2015

Mitsubishi Outlander PHEV 2015

Trois modes de conduite sont proposés :

  1. Electrique pur : les batteries fournissent seules l’énergie aux deux moteurs électriques.
    Exempt d’émission de CO2, ce mode est idéal pour la ville. Selon le constructeur, il assure une autonomie de 50 km. La vitesse maximale est de 120 km/h.
    Lors de l’essai, la rédaction n’a mesuré qu’une autonomie d’un peu plus de 30 km, peut être un peu juste pour une journée s’il n’existe aucune possibilité de recharge intermédiaire.
    En outre, et contrairement aux hybrides de la concurrence, il n’y a pas d’interrupteur « EV » pouvant « forcer » l’emploi de ce mode.
  2. Série Hybride : (priorité sur la puissance électrique avec assistance du moteur thermique) Le moteur thermique fournit l’énergie aux deux moteurs électriques.
    Quand le niveau des batteries est faible ou qu’il faut avoir un regain de puissance en vue d’une forte accélération ou des ascensions de côtes, ce dernier compense par son apport en énergie.
    Il est évident que cette chaîne a un rendement plus médiocre.
  3. Parallèle Hybride : (priorité sur la puissance du moteur thermique avec assistance des moteurs électriques) Le moteur thermique entraîne le véhicule avec l’assistance des moteurs électriques lorsqu’une puissance supplémentaire est ponctuellement requise.
    Ce mode qui peut utiliser jusque trois moteurs ensemble est utilisé lors des déplacements sur voies rapides et autoroutes.

Mitsubishi Outlander PHEV 2015

A ces trois modes, il convient d’ajouter que, grâce à deux touches situées à la base du changement de vitesses, le chauffeur a la faculté de recharger les batteries complètement ou d’en sauvegarder la charge.

Il est évident que la fonction « recharge » obligera le moteur à fonctionner tant pour la propulsion que pour la recharge, ce qui augmentera sensiblement sa consommation (un nombre à deux chiffres…) !

Mitsubishi Outlander PHEV 2015

Le levier de vitesses se présente sous la forme d’un joystick et est très semblable à ce que réalise Toyota sur sa Prius.

Il dispose d’une position B qui augmente le freinage à récupération d’énergie.

Mitsubishi Outlander PHEV 2015

En complément, un sélecteur composé de deux palettes situées derrière le volant permet de doser plus finement le niveau de ce freinage.

Mitsubishi Outlander PHEV 2015

Dans des conditions d’adhérence précaire, il existe mode 4WD lock qui provoque une répartition uniforme du couple entre toutes les roues pour en améliorer la stabilité.

Toujours au niveau de la conduite 4×4, soulignons le système de contrôle intégré S-AWC (Super All Wheel Control) qui gère le système de contrôle actif de stabilité et de traction (ASTC) avec les deux moteurs électriques de traction intégrale à commande électronique et le système visant à augmenter les vitesses de passage en courbe (Active Yaw Control – AYC).

 

Sur route et chemins

Malgré la profusion de modes de conduite, celle-ci s’avère relativement facile à apprivoiser pour autant qu’on laisse l’automatisme maître de la situation. Évidemment, il faut être conscient que ce SUV n’a pas l’agilité d’une citadine et malgré la disposition des batteries au niveau du châssis, son roulis est bien réel.

Ne perdons pas de vue qu’il faut mouvoir plus de 1,8 T !

Mitsubishi Outlander PHEV 2015

De même, la direction n’a pas la précision que l’on peut trouver sur certaines concurrentes, mais cette inconsistante est peut être aussi due aux pneus montés sur l’exemplaire essayé.

Même si elle n’apparaît pas en grondant, la puissance est bien réelle et l’Outlander PHEV se dispense des affligeants hululements de la boîte CVT des Toyota et Lexus.

En terrain meuble, il ne se débrouille pas trop mal grâce au couple des moteurs électriques qui répond présent dès les premiers tours de roues.

Mitsubishi Outlander PHEV 2015

Sur autoroute, le moteur thermique n’est jamais bruyant mais sa consommation dépend grandement du relief et du mode de recharge choisi, ce qui exige une certaine accoutumance de la part du conducteur : par exemple, contraindre la recharge des batteries par le moteur thermique fera grimper les consommations.

Mitsubishi Outlander PHEV 2015

Les 1,9 litres aux cent argués par Mitsubishi sont des plus théoriques : la rédaction a obtenu une moyenne de 6,8 l/_100 km au terme d’un essai où la partie urbaine s’est révélée la plus adaptée en termes de consommation, ce qui est un peu antinomique avec ses ‘mensurations’.

Mitsubishi Outlander PHEV 2015

 

Spécifications techniques

 

Fichier Acrobat® à télécharger

Mitsubishi Outlander PHEV 2015

 

Conclusions

 

En usage urbain, le Outlander PHEV se déplace sous le mode électrique et procure une économie substantielle en termes de consommation.

Bien qu’en Allemagne beaucoup de conducteurs de taxi l’ont adopté, ses dimensions ne sont pas vraiment adaptées aux déplacements dans les villes…

Mitsubishi Outlander PHEV 2015

Assez pataud en conduite dynamique, le PHEV requiert une conduite plutôt placide.

Pour obtenir la quintessence de ses différentes fonctions gérant sa chaîne énergétique, il faudra du temps, mais une fois assimilée, son économie à l’usage et le respect de l’environnement en sortiront gagnants.

Mitsubishi Outlander PHEV 2015

Proposé à partir de près de 45.000 EUR en finition ‘business’, l’Outlander PHEV n’est pas particulièrement bon marché (une Lexus NX est moins chère et une Outlander 2.2 DI-D 4×4 se vend déjà pour 33.000 EUR), cependant, l’investissement technologique de Mitsubishi pour son développement a été important et explique probablement ce prix.

Benoît Piette