Essai MG ZT 260 (Du 14 au 19/01/2005)

Classé dans : Essais - MG (GB) | 0

La production MG ne s’est pas uniquement limité aux voitures de sport comme les TB d’avant guerre, les séries TC, TD et TF de l’immédiat après-guerre, la légendaire MGA, les non moins mythiques MGB et MGB GT, la populaire Midget et les actuelles MG TF et SV/SV-R.

Au cours des huit décennies d’existence de la marque, de nombreuses berlines à caractère sportif, dont les Magnette ZA/ZB, ont également quitté les chaînes d’assemblage et il y eut même des périodes où la majorité de la production était constituée de berlines. Dans les années 80, le catalogue ne comprenait que des versions sportives des berlines Austin Metro, Maestro et Montego.

La tradition des berlines sportives MG se perpétue grâce aux gammes ZR, ZS, ZT et plus particulièrement la ZT 260.

Gamme.

Avec son moteur V8 et sa transmission aux roues arrière, la ZT 260 occupe une position unique dans la gamme ZT. Disponible en version 4 portes ou en break (ZT-T), la MG ZT 260 n’est livrable qu’en un niveau d’équipement très complet. Une boîte automatique n’est pas prévue.

Les prix s’élèvent en Belgique à 46.895 € TVAC pour la ZT 260 tandis que la ZT-T 260 est proposée à 48.545 €, également TVAC.

Voiture d’essai.

Notre véhicule d’essai disposait d’une peinture Monogram Supermetallic pour laquelle il faut débourser un supplément de 1.350 € TVAC. Le prix total du véhicule s’élève donc à 48.245 €.

La voiture était pourvue de jantes en alliage léger Apex de 18 pouces, chaussées de pneus Continental Contisport 225/45 ZR 18 91 V.

Intérieur et équipement.

A l’avant la place ne manque pas. Le conducteur trouve aisément la position de conduite qui lui convient grâce au siège à commande électrique et au volant réglable. Aussi bien à l’avant qu’à l’arrière les sièges offrent un confort très acceptable. Les montants A, B et C sont assez épais et limitent quelque peu la visibilité.

L’emplacement du porte cannette à l’avant nous paraît pour le moins discutable. Lorsqu’il est utilisé, il vient buter contre les genoux du passager.

Le volume du coffre, sans être gigantesque, offre une bonne capacité.

L’équipement standard de la MG ZT 260 peut être considéré comme très complet : sièges avant chauffants et réglables électriquement, revêtement cuir des sièges, système Traction Control, jantes en alliage léger Apex de 18 pouces, éclairage xénon, lave-phares, vitres à commande électrique sur les 4 portes, conditionnement d’air automatique, chargeur 6 CD, ordinateur de bord, système de navigation Highline, aide au parking à l’arrière, vitres teintées, divers espaces de rangement, commandes audio au volant, rétroviseurs extérieurs à commande électrique et chauffants , 6 airbags à l’avant, système ABS, verrouillage centralisé à commande à distance et verrouillage automatique lors du démarrage du véhicule.

Parmi les options, signalons entre autres, le toit ouvrant électrique, la peinture métallisée, le siège conducteur avec mémoire, le siège passager réglable en hauteur. A cela s’ajoutent les options du programme très exclusif Monogram.

Au niveau des aides à la conduite, il est à remarquer que ESP et EBD sont aux abonnés absents, même en option.

Moteur et transmission.

Le moteur V8 de 4.6 litres de cylindrée provient de chez Ford USA où il équipait entre autres la Mustang de 1999 à 2003. L’espace disponible sous le capot de la ZT a nécessité quelques adaptations. Afin de satisfaire aux normes de bruit et de dépollution et pour éviter des pertes de couple ou de puissance, les ingénieurs de Roush ont développé de nouveaux systèmes de gestion moteur.

Le groupe motopropulseur développe 191 kW (260 CV) à 5.000 t/min et fournit un couple généreux de 410 Nm au régime relativement élevé de 4.000 t/min. Chaque culasse est pourvue d’un arbre à cames en tête et de 2 soupapes par cylindre. L’alimentation s’effectue au moyen d’une injection séquentielle multipoint.

Lorsqu’on ouvre le capot, on remarque immédiatement le logo frappé du célèbre «Mustang».

Lorsque le moteur est lancé, on tombe immédiatement sous le charme d’une musicalité exceptionnelle. Cette splendide musique pourrait suffire à certains pour acquérir l’auto. Malheureusement, aux moyens et hauts régimes, cette musique envahit l’habitacle et lors de longs trajets, la musique divine devient fatigante.

La ZT 260 offre de belles performances. Lorsqu’on donne des gaz, on sent les 260 chevaux s’élancer, bien que le poids non négligeable du véhicule étouffe un peu les performances. Malgré le système Traction Control, il est parfois possible de faire patiner les roues sur sol sec.

Lors des arrêts à la pompe, mieux vaut avoir la bourse bien fournie, car les 260 chevaux ne peuvent pas se contenter de « miettes ». Il est également vrai que celui qui s’offre une MG ZT 260 ne le fait pas pour battre des records de consommation. Nous avons réalisé une consommation moyenne de 14,3 l/100 km.

La ZT 260 n’est disponible qu’avec une boîte manuelle Tremec 3650 à 5 rapports. Les vitesses ne passent pas vraiment en souplesse et la boîte manque également de rapidité. Elle exige même une certaine dextérité.

Si vous recherchez la performance à tout prix, on peut se faire de fameuses sensations en gardant le régime moteur au dessus de 4.000 tr/mn. Malheureusement, sur notre voiture d’essai, à très haut régime, l’imprécision de la commande de boîte a coupé court la plupart de nos élans. Dommage !

Comportement.

Contrairement aux autres ZT, la 260 est une propulsion. Le véhicule reçoit un différentiel à glissement limité Dana Hydratrak®.

La transformation en propulsion a nécessité d’importantes modifications au soubassement. Il a fallu agrandir le tunnel de transmission pour offrir la place à la boîte de vitesses, désormais placée longitudinalement. A l’avant, la suspension McPherson reçoit des amortisseurs Monotube Bilstein et à l’arrière la voiture est équipée d’une nouvelle suspension multilink à 6 points de fixation, des ressorts Eilbach et des amortisseurs Bilstein.

Le tarage de la suspension est très sportif. Sur bon revêtement, il n’y a pas de problèmes, mais dès qu’apparaissent les inégalités le résultat est très mitigé et le confort de suspension s’avère plutôt spartiate.

La tenue de route peut être considérée comme satisfaisante sur sol sec, pourvu qu’on évite les coups d’accélérateur intempestifs et qu’on ne perd pas de vue que la voiture réagit comme une propulsion classique.

Sur sol humide il faudra manier l’accélérateur avec beaucoup de circonspection. En dehors de cela, l’absence de systèmes d’aide à la conduite garantit un bon plaisir de conduite et des émotions fortes pour ceux qui possèdent d’une bonne expérience de pilotage.

Garantie.

MG Rover a été un des premiers constructeurs européens à offrir 3 ans de garantie totale (limitée toutefois à 3 ans) sur ses produits. La perforation due à la corrosion est couverte pendant 6 ans.

Une assurance assistance de 2 ans fait également partie des garanties prévues.

Conclusion.

La MG ZT 260 est une berline à caractère sportif très prononcé. Le confort de suspension n’est pas la qualité principale de l’auto, mais reste très correct. La tenue de route requiert une certaine attention et expérience, surtout sur sol mouillé.

L’auto est bien finie et l’équipement est riche même si certains équipements d’aide à la conduite sont indisponibles, même en option.

La musicalité du moteur est une source de plaisir, mais à haut régime et lors de longs trajets, le bruit devrait être mieux filtré dans l’habitacle.

La consommation n’est pas très économique, mais si on acquiert une voiture de ce type, on ne s’en étonnera guère.

Le moteur au couple généreux procure d’excellentes accélérations.

La MG ZT 260 reste cependant une offre alléchante pour celui ou celle qui cherche une voiture performante, originale et source de plaisir de conduite et d’émotions fortes.

Principales données techniques

Moteur

Puissance fiscale (Belgique) 22 CV
Carburant Essence
Nombre de cylindres V8
Arbre(s) à cames 1 arbre à cames en tête par rangée de cylindres
Soupapes par cylindre 2
Alésage et course 90,20 x 90,00 mm
Cylindrée 4.601 cm³
Taux de compression 9.4 à 1
Alimentation Injection électronique
Puissance maximum 191 kW (260 CV) à 5.000 t/min
Couple maximum 410 Nm à 4.000 t/min
Huile moteur (avec filtre) 5.21 litres
Circuit de refroidissement 12.61 litres

Transmission

Transmission Aux roues arrière, avec différentiel à glissement limité
Boîte de vitesses Manuelle à 5 rapports
Embrayage Monodisque à sec
Huile boîte de vitesses 3.8 litres

Châssis

Direction A crémaillère avec assistance
Suspension avant Suspension indépendante McPherson, amortisseurs à gaz Bilstein et barre anti-roulis.
Suspension arrière Multi link, ressorts hélicoïdaux et amortisseurs à gaz Bilstein, barre anti-roulis
Diamètre de braquage 11.36 m
Freins Double circuit en diagonale, Système ABS à 4 canaux et 4 capteurs
Freins avant Disques ventilés, diamètre 325 mm
Freins arrière Disques pleins, diamètre 332 mm
Pneus 225/45 ZR18
Jantes 18 x 7.5 J en alliage léger
Contenance du réservoir de carburant 65 litres

Dimensions

Longueur 4.747 mm
Largeur 1.780 mm
Hauteur 1.417 mm
Empattement 2.746 mm
Voie avant 1.505 mm
Voie arrière 1.505 mm
Garde au sol 110 mm
Volume du coffre 432 litres

Poids

Poids à vide de 1.680 à 1.770 kg (selon équipement)
Poids total admissible 2.170 kg
Charge utile jusqu’à 490 kg
Poids de la remorque freinée 1.600 kg
Poids de la remorque non freinée 750 kg
Charge maximum sur le toit 80 kg

Performances, consommations et émissions

Vitesse maximum 250 Km/h, limitée électroniquement
Accélération de 0 à 100 Km/h 6,6 sec
Consommation en cycle urbain 17.9 L/100 Km
Consommation en cycle extra urbain 10,4 L/100 Km
Consommation moyenne 13,2 L/100 Km
Consommation moyenne de l’essai 14.3 L/100 Km
Emission de CO2 314 g/Km