Essais : La Mazda3, plus zoom-zoom que jamais

Classé dans : Essais - Mazda (Japon) | 0

Mazda3

Déjà dans sa mouture précédente, la Mazda3 présentait les traits de caractère de sa grande sœur, la Mazda6.

Actuellement, les similitudes sont encore plus criantes : outre son comportement incisif et ses qualités routières, le style évolue en lui conférant une allure plus expressive voire plus agressive que sa devancière.


Mazda3

Séduisante

Avec un sourire de globicéphale , sa nouvelle calandre lui donne une image plus affirmée que la précédente version. Sur notre berline cinq portes,  les ailes arrière lui assurent une allure de catcheur. La motorisation retenue pour l’essai est un 2,2 l turbodiesel de 150 ch. à 3500 rpm (MZR-CD 2,2 litres BVM 6).

Mazda3

L’intérieur procure un sentiment d’espace.
Comme la Civic de chez Honda, la planche de bord se voit rehaussée d’une seconde zone d’affichage centralisant toutes les informations relatives à la conduite, au GPS, aux informations audio ainsi que réglages divers et rappels.

En ce qui concerne l’écran du GPS, il est lisible à la condition d’avoir de bons yeux… ou de bonnes lunettes. Toutes ces données étant accessibles via un des nombreux boutons placés sur le volant.

Mazda3

Particulièrement bien fournie, la Mazda3 offre un système de signalisation du freinage d’urgence (ESS), d’un contrôle dynamique de stabilité (DSC), de l’antipatinage, d’une climatisation bizone, du cruise control, de phares adaptatifs bi-xénon avec projecteurs pivotants, du radar de parking, du rabattage électrique des rétroviseurs extérieurs et d’un lecteur de CD compatible MP3 avec prise AUX (mais pas d’USB) et enfin, d’une sono Bose® d’excellente qualité et d’un GPS.

Le frein à main, comme sa grande sœur la Mazda6, se voit déporté à droite de la console centrale. Quoique durs, les sièges permettent de trouver facilement une position idéale de conduite. Le volant et constellé de boutons, ce qui demande une certaine adaptation. Comme dans toutes les voitures modernes, le montant du pare-brise est volumineux.
La lucarne arrière est plus large que celle de la précédente version et les appuie-tête en forme d’étrier peuvent coulisser entièrement dans le dossier arrière.

Mazda3

Quant à l’habitabilité, elle est correcte. Le coffre propose une capacité de 340 l à 1360 l avec les sièges arrière rabattus. A signaler que le coffre de notre exemplaire à sono Bose® se voyait amputé de 40 l suite à l’installation d’un woofer dans le puits de la roue de secours.

Mazda3

Au niveau de la sécurité, la nouvelle Mazda3 reçoit d’origine toute une série d’équipements parmi lesquels des appuis-tête actifs sur les sièges avant qui protègent contre les risques de blessures aux vertèbres cervicales ainsi que des airbags frontaux, latéraux et rideaux.

A ces équipements sécuritaires viennent s’ajouter une pédale de frein escamotable, des garnissages inférieurs de tableau de bord déformables, un nouveau levier de réglage du volant et une colonne de direction à absorption d’énergie qui sont censés éviter les blessures occasionnées aux jambes et à la poitrine du conducteur.

Mazda3

Espérons que toutes ces dernières permettront de répondre mieux aux remarques du NCAP qui avait constaté en 2006 que les structures du tableau de bord présentait des risques de blessures aux fémurs des passagers avant.

 

Sur route

Cette version est propulsée par le nouveau moteur MZR-CD 2,2 litres « Standard » (Euro V). Certes, le MZ-CD 1,6 litre d’origine Ford-PSA suffit déjà amplement, mais l’agrément du 2,2 l est sans commune mesure : son couple développant un couple de 360 Nm de 1800 à 2600 rpm permet de ne plus tricoter avec le changement de vitesses et ce, malgré des rapports particulièrement longs.

Mazda3

Malgré le poids du moteur, son agilité est étonnante. Sa suspension est ferme mais bien amortie et la direction précise.
Une rivale ? Ben… la Subaru Impreza 2.0 D nous vient à l’esprit.

Au niveau de sa consommation, la Mazda3 sait se montrer sobre : moins de 6 litres au cent est tout à fait possible !

Pas mal pour un 2,2 l, mais sa grosse cylindrée risque de lui faire du tort !
Il est vraiment regrettable que la Belgique maintienne encore son régime de taxations antédiluvien.

Mazda3

Conclusion

La Mazda3 est une réussite : des traits plus énergiques, des moteurs dans l’air du temps, rien ne semble lui manquer. Ses tarifs raisonnables lui permettront de facilement se positionner face à la concurrence.

Mazda3

Cependant, il est fort à parier que cette version alléchante ne sera que peu choisie par les Belges : une taxation inadaptée pour la version diesel en sera fort probablement la raison, c’est dommage car ce moteur est déjà aux normes Euro V.

Données techniques

Fichier à télécharger

Mazda3