ESSAI : La Mazda2 MZR 1.5 : la maturité.

Classé dans : Essais - Mazda (Japon) | 0

Cela fait bientôt quatre ans que l’on croise la nouvelle génération de la citadine de Mazda. Née en 2003 en même temps que la Fiesta, l’ex-Demio a changé bien plus que son nom : dès le départ, la légèreté a été le maître-mot de ses concepteurs : une réduction de 100 kg sur une voiture qui voisinait la tonne, c’est environ 10 % de poids à ne pas transporter… Ce qui signifie un agrément de conduite supérieur et des réductions de consommation substantielles.

Mazda2 MZR 1.5 2011

Cette volonté d’affirme d’emblée avec cette mise à niveau.


En 2010, la Mazda2 a subi un face-lift dont la partie la plus visible est cette calandre souriante qu’elle partage avec le reste de la gamme. En outre, celui-ci a aussi été axé sur le confort et une mise à niveau des moteurs aux normes Euro 5. Une version transmission automatique est maintenant proposée avec le moteur MZR 1.5.

Mazda2 MZR 1.5 2011



Une silhouette à peine retouchée et un habitacle revu

 

La calandre a donc subi cette modification qui lui permet d’avoir cet air de famille avec ses grandes sœurs. Pour qui le désire, sa sportivité peut être revalorisée par de jupes de bas de caisse spéciales et d’un becquet de toit. Dorénavant, la Mazda2 est disponible en onze teintes différentes.

A l’intérieur, la dominante reste le noir, même si son habillage utilise de nouveaux matériaux afin de rehausser sa « qualité perçue ». Par ailleurs, ces matières sont devenues plus résistantes aux endroits les plus vulnérables. L’habitacle recèle divers compartiments de rangement comme une grande boîte à gants, quelques cases entre les sièges avant ainsi que des compartiments dans les portières pouvant accueillir des bouteilles d’un demi-litre.

Mazda2 MZR 1.5 2011

Quant aux sièges, ceux-ci nous paraissent moins durs qu’auparavant. Ceux de notre exemplaire étaient revêtus d’un tissu en fil brillant agrémenté de passepoils de couleur rouge vif entre les parties centrales et latérales. Cette petite note sportive égayait quelque peu l’ambiance « ténébreuse » de l’habitacle.

Les commandes sont très bien disposées, surtout le levier de vitesse qui est implanté en position haute dans la partie inférieure de la console centrale. Une prise 12V permettra de recharger son lecteur MP3 ou iPod® qui pourra être raccordé à l’installation audio grâce à une prise AUX. Hélas, toujours pas de prise USB à l’horizon…

Mazda2 MZR 1.5 2011

En outre, notre exemplaire était pourvu d’une climatisation automatique, d’antibrouillards, d’un allumage automatique des feux de croisement et essuie-glaces à détecteur de pluie ainsi que de sièges avant chauffants.

A propos de l’habitabilité, l’espace est suffisant à l’avant. A l’arrière, la forme de la carrosserie permet à des gabarits « dans la moyenne » de prendre place. La position élevée des vitres des portières arrière ne réjouiront que très peu les claustrophobes. Le coffre propose un volume de 250 dm³. En rabattant la banquette arrière (1/3 – 2/3), sa capacité frise les 800 dm³.

Mazda2 MZR 1.5 2011

Au niveau sécurité, la Mazda2 avait déjà enregistré en 2007 cinq étoiles aux tests Euro NCAP, ce qui laisse présager d’excellentes dispositions pour les nouvelles batteries de tests en vigueur depuis 2009.

 



Un excellent comportement routier

 

Notre essai a porté sur une Mazda2 MZR 1.5 : choisi par environ 20 % des adeptes des moteurs à essence, celui-ci se caractérise par une puissance de 102 ch. à 6000 rpm et un couple maximum de 133 Nm à 4000 rpm. Sa consommation en cycle combiné est de 5,8 l aux 100 km pour un taux d’émissions de CO2 de 135 g/km. Ce qui n’est hélas pas suffisant pour grapiller des primes…

Mazda2 MZR 1.5 2011

Sur route, ce moteur dévoile deux personnalités : nous découvrons le Dr Jekill en ville avec une souplesse remarquable et un certain Mr Hide sur routes ouvertes : passé les 3000 rpm, ce bouilleur dévoile son tempérament sportif avec des accélérations très réjouissantes. Celles-ci permettront de se tirer de beaucoup d’embarras quand des situations exigeant un dégagement rapide apparaîtront.

Ses montées en régime devront même être surveillées pour ne pas émouvoir la maréchaussée : pour pallier les désagréments qui peuvent en découler, il existe en option un avertisseur de survitesse associé à l’ordinateur de bord. Celui-ci avertira le conducteur par un signal sonore dès que celui-ci dépasse la vitesse limite qu’il aura préprogrammée.

Sur notre véhicule, un petit facétieux avait programmé la vitesse maximum autorisée à 200 km/h… ben voyons !

Ce moteur 1500 est bien secondé par boîte de vitesses idéalement placées et dont les cinq rapports se passent avec rapidité et précision. La direction est vive mais jamais dure, elle permet un excellent ressenti de la route. Notons au passage que le volant ne peut se régler qu’en hauteur.

Mazda2 MZR 1.5 2011

Grâce aux modifications apportées à la caisse et aux suspensions, la Mazda2 est devenue beaucoup plus confortable. A l’arrière, les tressautements jadis ressentis sur mauvaise route ont pratiquement disparu. Il s’en suit un confort très satisfaisant qui ne viendra jamais diminuer les prestations du véhicule en matière de tenue de route.

 

Données techniques

 

Fichier à télécharger



En conclusion,

 

Ce véhicule est arrivé à maturité, son agilité et sa consommation mesurée (6,8 l pour 102 ch.) en font certainement une excellente alternative aux véhicules européens de même gabarit. Ses dimensions raisonnables (3,9 m) sont encore celles d’une vraie citadine… mais propulsé par ce moteur MZR 1.5, il est difficile d’ignorer ses prétentions de routière !