Le RX 450h, le vaisseau de croisière de Lexus

Classé dans : Essais - Lexus (Japon) | 0

Comme le Lexus NX 300h, par sa propulsion hybride non rechargeable, le RX 450h reste un éléphant blanc parmi les grands SUV.

Apparu il y a déjà 20 ans, sous le patronyme RX 300, il en est actuellement à sa quatrième génération et est proposé en deux carrosseries distinctes.

Une ligne dynamique

Malgré son volume, sa silhouette acérée le fait passer plus svelte qu’il l’est réellement : avec ses 4,89 m, il est d’ailleurs 23 cm plus long que le NX 300h et pèse près de 2,1 tonnes à vide. Il est posé sur un empattement de 2,79 m soit 13 cm de plus que son petit frère.

Et pour corser le tout, il existe également une version longue appelée RX 450hL dotée d’une troisième rangée de sièges. Celle-ci mesure 5 m tout en gardant le même empattement…

Ses lignes vives suivent naturellement l’esthétique de la marque premium de Toyota : elles sont très semblables à celles du NX 300h mais sur une autre échelle.

Comme son frérot, sa large calandre est entourée d’un jonc chromé et bordée de triples projecteurs à DEL soulignés par des feux diurnes à DEL en forme de pointe de flèche et comme à l’arrière, ses clignotants sont séquentiels.

De côté, sa custode est différente prolongeant visuellement l’espace vitré latéral et donnant aussi l’impression d’un toit flottant. A l’arrière, les feux à DEL en forme de L enveloppent le hayon et se prolongent vers les ailes.

Le hayon, à ouverture électrique s’ouvre sur un volume de 453 dm³ à 924 dm³ quand les dossiers des sièges arrière sont basculés.

Eu égard aux dimensions du RX 450h, cette capacité n’est pas extraordinaire mais n’oublions pas qu’il s’agit d’un hybride et de surcroit,  à quatre roues motrices !

Un intérieur bien fini

La fée électricité règne en maître dans cet habitacle cossu et réalisé en matériaux irréprochables : comme d’habitude chez Lexus, la mise sous tension ramène le siège du conducteur ainsi que le volant dans les positions mises en mémoire par le conducteur.

Cette disposition permet de s’extraire plus aisément de l’habitacle. Afin de rendre son intérieur plus lumineux, le RX 450h est doté de série d’un grand toit panoramique comportant une partie en verre amovible à l’avant et un volet coulissant à commande électrique.

L’instrumentation a subi une mise à jour des systèmes audio, de navigation et d’infotainment en améliorant l’intégration. L’affichage se réalise sur un écran de 12,3″ non tactile qui permet de visualiser une carte GPS en pleine page ou de donner accès simultanément aux commandes audio, de la climatisation ainsi qu’aux autres systèmes d’infotainment.

Le tout est commandé par une interface appelée Remote Touch comparable à une souris, d’un emploi certes plus aisé que le pavé tactile du NX 300h, mais il pèche toujours par une précision inférieure à un écran tactile.

Les audiophiles n’ont pas été oubliés et apprécieront le système audio Marc Levinson Premium Surround à 15 haut-parleurs.

Pour obtenir ses cinq étoiles aux tests de l’EuroNCAP, le RX 450h a été équipé de série du Lexus Safety System + qui inclut le système de sécurité précollision avec détection des piétons, l’aide au maintien dans la file de circulation avec action correctrice au volant, la gestion automatique des feux de route, du régulateur de vitesse adaptatif, d’un système détectant la fatigue du conducteur et de la lecture des panneaux de signalisation dont les indications doivent – comme d’habitude – être interprétées de manière circonspecte.

En montant dans la gamme, le RX 450h se voit pourvu de l’avertisseur d’angle mort (BSM) avec moniteur de vision panoramique (PVM), du capteur de stationnement intelligent (IPS), ainsi que du freinage pour circulation arrière et feux de route adaptatifs (AHS).

Très confortable et très silencieux, cet habitacle permettra à quatre adultes de réaliser de longues étapes sans aucun problème. Si une cinquième personne devrait participer au voyage, il devra subir l’inconfort du dossier étudié surtout pour être rabattu et offrir un parfait accoudoir aux passagers latéraux.

Un V6 et deux moteurs électriques

Doté d’un système hybride d’une puissance totale de 313 ch (230 kW), le Lexus RX 450h combine un moteur essence V6 de 3.5 litres à injection directe de 262 ch (193 kW) et d’un couple maximum de 335 Nm à 4600 rpm à deux moteurs électriques de 167 et 68 chevaux répartis entre les trains avant et arrière et alimenté par une batterie NiMH.

Sa transmission comprend à l’avant une boîte-pont hybride avec refroidissement par eau de l’huile de transmission et un différentiel à précontrainte. Il ne s’agit donc pas d’une boîte CVT. A noter que la boîte-pont arrière combine un moteur électrique et un réducteur.

Suivant Lexus, le RX 450h est capable d’abattre le 0 à 100 km/h en 7,7 secs et autorise une vitesse maximale de 200 km/h sur circuit.

Sa conduite est surtout destinée aux grands axes où il excelle : le silence, l’absence de vibration et une suspension absorbant la majorité des dégradations de la route confineront les passagers dans un confort douillet qui leur permettra d’arriver à bon port sans fatigue.

Pour peu que le trajet devienne sinueux voire pire tortueux, la prise de roulis reste encore défendable pour autant que le conducteur ne se prenne pas pour François Duval !

Quant à sa consommation, compte tenu de son poids, elle est très étonnante en ville (environ 6 litres) et restera toujours intéressante en fin de l’essai (7,6 l/100 km). Ce qui autorise une autonomie d’environ 550 km.

Spécifications techniques

Fichier pdf à télécharger

Conclusions

A condition de maîtriser la chaîne cinématique hybride du RX 450h, ce gros SUV dispose de ressources insoupçonnées et en plus, consomme peu. Sa finition irréprochable, son confort douillet et sa fiabilité légendaire en font une vraie alternative aux sempiternels premiums teutons.

Débutant à 63.500 EUR, le RX 450h peut approcher les 83.000 EUR en finition « Privilege Line ».

Quant à sa version longue, les prix débutent à 67.200 EUR pour le RX450hL Business Edition pour arriver à 86.250 EUR pour la finition « Privilege Line ».

Benoît Piette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

− 1 = 1