ESSAI GAMME : Les Lexus GS, l’approche japonaise des grandes routières

Classé dans : Essais - Lexus (Japon) | 0

Pour beaucoup, l’archétype de la grande routière ne peut s’identifier qu’aux trois marques de prestige allemandes, les autres ne sont là que pour faire tapisserie, ou pire, pour clairement démontrer que la vision teutonne est la seule admise dans ce monde…

Lexus GS 450h F-Sport 2012

Loin de se dégager de ce segment, Lexus propose une approche différente et attachante avec sa gamme GS même si celle-ci reste encore actuellement l’apanage de certains conducteurs qualifiés d’excentriques…

Et si ceux-ci n’avaient pas raison ?


Une ligne enfin inédite

 

La Lexus GS de quatrième génération n’a plus rien à voir avec ce qu’elle était jadis à savoir une copie presque conforme des marques germaniques.

Cela se confirme avec sa nouvelle silhouette fuselée dont la calandre très dynamique se veut être le témoignage d’un traitement plus agressif appelé dans le jargon de la marque « L-finesse« .

Lexus GS 450h F-Sport 2012

Les phares positionnés sur la partie supérieure de la calandre adoptent à présent un éclairage diurne à diodes électroluminescentes (DEL) en forme de « L ». Cette calandre servira d’ailleurs de signe distinctif à tous les modèles de la Marque. Ainsi rehaussées, les nouvelles Lexus GS se frotteront sans mal aux Audi A6, BMW série 5, Jaguar XF et autre Mercedes-Benz E-class.

Lexus GS 450h F-Sport 2012

La nouvelle Lexus GS affiche une longueur inchangée par rapport à sa devancière  soit 4,85 m. En revanche sa largeur (1,84 m) et sa hauteur (1,45 m) augmentent respectivement de 2 cm de 2,5 cm, ce qui permettra une plus grande habitabilité surtout aux places arrière grâce aussi à une nouvelle ligne de pavillon légèrement rehaussée. Cela ne l’empêchera pas de revendiquer un très bon Cx de 0,26.

Que ce soit à l’avant ou à l’arrière, l’intérieur fait la part belle aux occupants. Les matériaux nobles tapissent l’habitacle pour lui donner une impression « cocooning » très agréable. Comme d’habitude, sa qualité de fabrication impose le respect. L’ergonomie est bien pensée : toutes les commandes tombent parfaitement en main.

Lexus GS 250 2012

Un grand écran multimédia de 31 cm (soit 12,3″) est niché au centre de la partie haute de la planche de bord.

Vu sa largeur peu commune, il peut afficher en permanence deux types d’information.

Lexus GS 250 2012

Son interface se réalise aisément par une sorte de souris placée de manière ergonomique dans le prolongement de l’accoudoir de la console centrale.

Lexus GS 250 2012

Le système média retenu par Lexus est de marque Mark Levinson® Premium Audio et compte pas moins de 17 haut-parleurs tout en ne consommant que 6,5 A, ce qui correspond environ au quart d’un système audio de la génération actuelle.

Lexus GS 450h F-Sport 2012

Les sièges avant ont de multiples réglages dont quatre réglages lombaires. Ils sont agréables et ont été étudiés pour des tailles d’occidentaux. Notons que la série « F SPORT » disposent de seize réglages électriques.

La climatisation bénéficie d’une fonction « S-Flow » qui réduit la consommation d’énergie. En plus d’un filtre qui élimine les particules de pollen ainsi que celles des gaz d’échappement, les GS disposent d’une technologie ionique appelée « Nanoe® » qui purifie l’air automatiquement lors de la mise en marche de la climatisation.

Lexus GS 450h F-Sport 2012

Comme sur toutes les Lexus à l’arrêt, le siège du conducteur et le volant à réglage électrique sont positionnés de manière à laisser un maximum de place au conducteur. Ceux-ci reprennent automatiquement les positions mises en mémoire quand le contact est mis. Ce système, peut-être nécessaire aux Etats-Unis, n’est pas d’une grande nécessité pour les conducteurs de gabarit européens…

Notons que les sièges arrière ne se rabattent pas et que la capacité du coffre varie de 566 à 462 dm³ suivant que l’on opte pour la version essence (GS250) ou hybride (GS450h avec kit de réparation des pneus).

Au niveau de la sécurité, la nouvelle Lexus GS n’a pas encore fait l’objet d’un test Euro-NCAP, par contre, il y a sept ans, les tests réalisés sur sa devancière de la troisième génération (la GS300) lui attribuaient cinq étoiles sans critique avérée. Entre-temps, les GS bénéficient de toute une flopée de systèmes de sécurité comme :

  • le PCS qui peut aller jusqu’à déclencher automatiquement le freinage en cas de distraction du conducteur. Ce système est aussi associé à une caméra de surveillance de la vigilance du conducteur qui est capable de savoir si celui-ci montre des signes de fatigue. En outre, le PCS est complété par le régulateur de vitesse adaptatif (ACC) qui, dès 50 km/h, régule la vitesse et contrôle la distance entre véhicules.
  • le LKA qui maintient la voiture dans la file de circulation
  • le BSM anti-angle mort qui détecte les véhicules en train de doubler sur les bandes de circulation adjacentes.
  • le système de vision nocturne Lexus Night View utilisant une caméra infra-rouge qui diffuse sur l’écran de 13″ une image dans un périmètre maximal de 200 mètres à l’avant du véhicule.
  • un affichage tête haute (HUD)
  • un système d’éclairage adaptatif intelligent (I-AFS) qui ajuste automatiquement l’orientation du faisceau des phares pour une meilleure visibilité dans les virages.

Lexus GS 450h F-Sport 2012 

Gageons que toutes ces technologies de pointe confirmeront l’attribution des cinq étoiles pour les GS de cette nouvelle génération.

 

Un petit choix de moteurs « essence »

 

Quand on parle de Diesel aux ingénieurs de Lexus, ils répondent par Hybride et c’est ainsi que l’offre proposée par la marque premium de Toyota fait l’impasse sur le moteur « à huile lourde » qui, rappelons-le, n’est diffusé qu’en Europe.

Nous avons donc pu essayé toute la gamme GS proposée en Belgique à savoir :

Lexus GS 250 2012

  1. la GS 250 propulsée par un moteur V6 essence de 2500 cm³ développant une puissance de 209 ch. à 6400 rpm et un couple de 254 Nm perché à 4800 rpm. Ses rejets en CO2 ne font hélas pas dans la dentelle : 207 g au kilomètre, ce qui est franchement beaucoup…
  2. la GS450h F SPORT, équipée d’un groupe propulseur hybride essence/électrique. Comme pour la Prius, les ingénieurs ont choisi le cycle thermodynamique Atkinson pour le moteur essence. Rappelons que ce cycle améliore le rendement au prix d’une puissance plus faible. Il est équipé de la dernière génération d’injection directe D-4S que l’on retrouve également sur la Toyota GT86 essayée récemment dans ces colonnes.
    Eu égard à sa cylindrée de 3,5 L, ce V6 ne développe qu’une puissance de 292 ch. mais il est assisté par un moteur électrique qui la fait grimper à 345 ch., de quoi abattre le 0 à 100 km/h en un peu moins de 6 secondes. Quant à sa vitesse maximale, elle est électroniquement limitée à 250 km/h. Cependant, ce bolide aux prestations de sportives ne rejette que 137 g CO2 au kilomètre, soit l’équivalent d’un bon moteur deux litres…

 

Lexus GS 450h F-Sport 2012

Notons que d’autres versions de la GS sont également proposées sur d’autres marchés comme la GS350 propulsion et 4×4 ainsi que la GS460 équipée d’un V8 de 4,6 L… Bonjour les States !

 

Sur route

 

Voitures premium par excellence, les Lexus GS se frottent sans aucun complexe à la concurrence occidentale, certes les Audi S6 ou Mercedes AMG auront une touche nettement plus sportive, mais en terme de confort, les GS proposent une alternative tout à fait convaincante à un prix très comparable. Le ressenti de la direction est très similaire aux Mercedes.

Qu’elles soient automatiques à six rapports (GS250) ou électronique à variation continue (GS450h) les boîtes de vitesses sont promptes à réagir. Les freins sont puissants mais n’ont pas le mordant de certains concurrents.

Lexus GS 250 2012

Malgré ses 209 ch., le V6 de la GS250 doit subir le poids de la voiture qui frise quand même 1,7 T. Tout en restant confortable, son agrément de conduite en pâtit si on opte pour une conduite plus sportive. Sur les grands axes, sa consommation reste encore très raisonnable : 7,8 l/_100 km. Evidemment, la consommation en ville est d’un autre ordre (plus de 11 l aux cent…). Notons aussi qu’avec ses 66 litres, le réservoir d’essence est relativement petit.

En revanche, la GS 450h reste à l’aise en toute circonstance et ce, malgré un poids de presque 1,9 T ! Il est vrai que pour 200 kg en sus, le groupe propulseur peut compter sur 109 ch. en plus. En outre, grâce au moteur électrique, le couple augmente d’environ 100 Nm (352 Nm à 4500 rpm).

Lexus GS 450h F-Sport 2012

Mais elle fait aussi la part belle à des technologies de pointes : par sa suspension variable adaptative (AVS), son système de conduite « Lexus Dynamic Handling » qui intègre des roues arrières directrices (DRS) à une direction assistée électriquement (EPS) à démultiplication variable (VGRS), son agilité est vraiment surprenante !

Le conducteur n’a jamais l’impression de se trouver à bord d’un véhicule dont le poids frôle les deux tonnes.

Lexus GS 450h F-Sport 2012

Grâce à l’électronique, les cadrans de mesures diffèrent en fonction du mode de conduite (bleu = éco, rouge = sport)

Lexus GS 450h F-Sport 2012

Quant à sa boulimie en essence, elle reste plus que mesurée : toutes routes confondues elle s’est stabilisée à un très beau 7,2 l/_100 km, ce qui n’est vraiment pas énorme quand on se souvient de sa cylindrée et de sa nombreuse cavalerie…

 

Spécifications techniques

 

Fichier Acrobat® à télécharger

 

Qu’en dire ?

 

Sans renoncer à la technologie d’avant garde qui a toujours été la marotte de Lexus, les GS ont bonifié et sont parvenues à un équilibre qui associe la technique à un standing plus affiné.

Evidemment, les Lexus GS ne se rencontreront pas à tous les coins de rues, loin s’en faut ! La GS250 ne trouvera probablement acheteur que parmi les anciens propriétaires de GS300 qui n’étaient déjà pas légion en Belgique…

Quant à la GS 450h, c’est une 18 CV fiscaux et cela fait cher la taxe de mise en circulation ! Cette dernière intéressera certainement les professions libérales ou certains patrons de société en quête d’une image associant l’exotisme au politiquement correct…

 

* Malgré cela la Flandre est mieux lotie : le futur propriétaire ne payera que 200 EUR au lieu des 5000 EUR exigé à Bruxelles !

 

Lexus GS 450h F-Sport 2012

En terme de concurrence, dans les berlines de 300 ch. et plus, la GS 450h n’a pour l’instant qu’une seule véritable concurrente, la BMW ActiveHybrid 5 au tarif très similaire… Quoique sa concurrente la plus redoutable soit interne à la marque, à savoir le SUV RX 450h ! En effet, ce dernier dispose du même groupe propulseur mais son habitacle offre beaucoup plus d’espace !

Lexus GS 450h F-Sport 2012

D’ailleurs, le client ne s’y est pas trompé : Lexus vend quatre RX 450 h pour une GS 450h !