ESSAI 2016: Le Lexus RC 300h : un coupé hybride

Classé dans : Essais - Lexus (Japon) | 0

Considéré pour l’instant comme le seul coupé hybride de taille moyenne sur le marché des « premium », le Lexus RC aurait pu se définir comme une version deux portes de la berline IS.

 Mais sa ligne spectaculaire le fait plus songer à un concept car qu’un banal dérivé de berline…

 Un style singulier doublé d’un cockpit raffiné et technologique

C’est vrai « qu’il en jette » ce coupé ; mesurant près de 4,7 m de long, ses lignes très basses lui donnent une allure féline d’autant plus que ses ailes proéminentes et agressives lui  confèrent l’impression de bondir. 

 A noter que notre version portait le label F SPORT Line dont la face avant arbore une variante distincte de la célèbre « calandre au sablier » : plus étirée et plus basse que sur les autres modèles, celle-ci est associée à un nouveau maillage ‘F’ augmentant encore son allure ‘belliqueuse’. 

A l’intérieur, le poste de conduite est organisé autour d’une zone ‘information’ en partie haute et d’une zone ‘commande’, en partie basse. Très ‘High Tech’, il faudra néanmoins s’habituer à cette profusion de commandes : à droite du levier de changement de vitesse se trouve le sélecteur du mode de conduite (Eco, Normal, Sport/Sport + et EV).

 

 Pour le fun, le rétroéclairage des cadrans change de couleur selon le mode de conduite choisi (bleu pour le mode ECO et rouge pour les modes SPORT). 

Toujours sur la console centrale, se trouve un pavé tactile gérant le système de Navigation et Multimédia Mark Levinson Premium Surround avec pas moins de 17 haut-parleurs. 

Quoique très futuriste, la précision de ce pavé ne peut être obtenue qu’au prix d’une manipulation rigoureuse exigeant une bonne concentration, ce qui pourrait entraîner le conducteur à se distraire dangereusement de la route. 

Les sièges en cuir sont accueillants et enveloppent bien le corps, ils disposent de nombreux réglages dont trois mémoires ainsi qu’une fonction appelée ‘one-touch walk-in’ facilitant l’accès aux places arrière par un coulissement automatique du siège vers l’avant. Le siège reprendra également sa position initiale de manière automatique. 

Évidemment les places arrière ne pourront être utilisées que par des enfants ou de jeunes adolescents.

 En outre, sa banquette arrière peut se rabattre en configuration 60/40 augmentant de manière substantielle les 340 dm³ du coffre un peu trop profond et étroit. 

Regrettons aussi que les espaces de rangements dans l’habitacle soient si réduits.

Au niveau de la sécurité, ce coupé dispose des béquilles électroniques comme le moniteur d’angle mort (BSM), l’avertisseur de circulation arrière (RCTA), l’alerte de franchissement de file (LDA), le système de surveillance de la pression des pneumatiques à localisation automatique (AL-TPWS) et l’allumage automatique des feux de route (AHB). 

Il est aussi équipé de série du système Lexus de gestion intégrée de la dynamique du véhicule (VDIM). En option, il peut recevoir le système de sécurité précollision (PCS) avec régulateur de vitesse adaptatif.

 A noter que les tests EuroNCAP n’ont pas encore été réalisés sur ce modèle.

 Sur route, un comportement « doucement sportif »

Comme la plupart des modèles hybrides non rechargeables de la Marque, ce coupé est propulsé par un quatre cylindres de 2494 cm³ à cycle Atkinson développant 181 ch associé à un moteur électrique de 143 ch. La puissance combinée s’établit ainsi à 223 ch et passe aux roues arrière via une transmission électronique à variation continue proposant un mode séquentiel Shiftmatic à six rapports.

Contrairement aux berlines hybrides Lexus, la direction du RC ne donne pas cette impression de coller : elle est précise et communicative mais il faut avouer que notre exemplaire de finition ‘F Sport Executive’ était chaussée de jantes de 19″…

Toutefois, elle n’atteint pas encore les canons de ses concurrentes européennes.

Grâce à une suspension pneumatique pilotée (sur la version F Sport), son châssis est très bien tenu : il est vrai que ses trains roulants sont aussi aptes à encaisser les 477 ch du V8 du RC F…

Malgré sa cavalerie respectable de 223 ch et son excellent châssis, ce coupé hybride n’a pas le tempérament d’une voiture sportive : il est vrai que ses 1,7 T (à vide !) et sa boîte CVT contrecarrent toute velléité de conduite un tant soit peu dynamique.

Certes, les modes S et S+ autorisent de meilleures performances, mais structurellement, la boîte à variation continue ne sera jamais retenue pour ses aptitudes sportives. Par ailleurs, ses freins avec leur technologie de récupération d’énergie gardent toutes les caractéristiques des hybrides, ce qui n’est pas de la même ‘trempe’ que les freins équipant les voitures de sport…

En revanche, une conduite calme et coulée permettra au conducteur ainsi qu’aux passagers d’apprécier ce coupé à sa juste valeur : le confort, et silence à bord permettra aux passagers d’abattre de longs trajets sans aucune fatigue.

L’autre aspect particulièrement réjouissant est sa frugalité : en ville, une consommation sous les 6 litres est tout à fait possible !

 A la fin de l’essai, notre exemplaire n’a consommé en moyenne que 6,3 litres aux cent.

 Spécifications techniques 

Fichier Acrobat® à télécharger

Conclusions

 Malgré l’allure sportive de ce coupé, l’hybridisme de sa propulsion le convertit en une routière raffinée, confortable, silencieuse et sobre ; mais pour un caractère un tant soit peu sportif, il faudra se tourner vers les versions 100 % thermiques comme le RC 200t ou, pour les puristes, la diabolique RC F et ses 478 bourrins…

Elle conviendra particulièrement à un couple avec de petits enfants ou pensionné car les places à l’arrière de ce coupé sont exiguës.

 Proposé à partir de 47.500 EUR en version Executive Line, il faudra ajouter 8.500 EUR pour la version F Sport Line essayée lors de cet essai. Ce supplément couvrira une flopée d’options avec entre autre la ‘Lexus Premium Navigation’, des rétroviseurs avec moniteur d’angle mort (BSM) rabattables électriquement et électrochromatiques, des sièges avant chauffants et ventilés ainsi que des finitions extérieures exclusives.

BP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 × 2 =