Range Rover Evoque P250 toujours aussi singulier !

Classé dans : Essais - Land Rover (UK) | 0

Apparu comme un OVNI en 2010, l’Evoque était le frère cadet du Range Rover et remplaçait le Freelander.

Après huit ans de service et une version cabriolet apparue en 2012, son successeur a pointé le bout de sa calandre au salon de Londres fin 2018. Propulsé dorénavant que par des moteurs Ingenium, il offre aussi une technologie peu courante.

Une esthétique à peine changée

Pour un non-averti, il est difficile de le différencier de son devancier. Vu son succès, les designers de Land Rover ont repris les caractéristiques du Velar comme ses poignées  noyées dans les portières, ainsi que des feux avant et arrière plus effilés. A noter aussi le nouveau dessin des boucliers.

Le nouvel Evoque garde ses dimensions à savoir 4,37 m de long pour 1,90 m de large et 1,65 m de haut. Mais sa nouvelle architecture a été entièrement repensée et propose un système d’hybridation légère (MHEV) censé réduire les émissions de CO2.

Ses capacités de chargement varie de 591 dm³ à 1383 dm³

Il est disponible en versions S, SE et HSE qui peuvent être combinées au design extérieur R-Dynamic.

Un intérieur primé et une technologie avancée

Comme son cousin le Discovery Sport avec qui il partage la même plateforme “Premium Transverse Architecture” (PTA), son habitacle est très technologique mais conserve cette “English Touch” qui, à présent, s’habille de matériaux créés à partir d’eucalyptus, de laine et de plastiques recyclés. Il est ainsi possible d’opter pour une sellerie basée sur un tissu créé avec un mélange de laine résistante et de suédine fabriquée à partir de bouteilles plastique recyclées.

Ces innovations lui ont permis de gagner le Grand Prix du Plus Bel Intérieur lors du 34ème Festival Automobile International de Paris.

L’ensemble permettra à ses cinq passagers de voyager en toute quiétude. Dommage que l’assise des sièges ne soit pas un peu plus longue. Mais contrairement à son cousin, il ne bénéficie pas d’autant de flexibilité au niveau de l’agencement intérieur. Quoique confortable, sa banquette n’est pas coulissante et une troisième rangée de siège lui est refusée.

Une technologie avancée

L’ensemble garde un cachet premium qui enchantera aussi le geek par une haute technologie discrètement intégrée dans le tableau de bord. Par exemple, il partage avec le Discovery Sport ce rétroviseur intérieur “ClearSight” avec écran HD relié à une caméra vidéo située sur le toit donnant une visibilité arrière totale de 50°.

Ce système permet une vue vers l’arrière indépendante de la présence ou non de passagers ou d’objets encombrants qui obstrueraient la visibilité.

Autre partage, le système “Clear Sight Ground View” qui rend le capot de l’Evoque transparent grâce à des caméras sur l’écran tactile supérieur et permettant ainsi au conducteur de voir à 180° sous l’avant du véhicule. De même, le système Apple CarPlay et Android Auto autorise une intégration totale du smartphone sur l’écran central tactile de 10”.

Tout comme son cousin, l’Advanced Tow Assist, en option, intègre des technologies de conduite semi-autonome qui offrent aussi au conducteur la possibilité de simplifier grandement les manœuvres avec remorque.

Toutes cette technologie a permis à l’Evoque de recevoir aux tests de l’EuroNCAP des cotes de respectivement 94 et 87 % pour la protection des adultes et enfants, de 72 % pour les usagers faibles et de 73 % pour ses aides à la sécurité. La sécurité générale de l’Evoque est aussi gratifiée de cinq étoiles.

Ingenium et hybridation légère

“Le nouveau Range Rover Evoque est taillé pour la ville, mais pas au détriment des traditionnelles capacités tout-terrain de la marque” annonce Pete Simkin, Chief Programme Engineer de l’Evoque.

Certes, sa taille contenue pourra le faire évoluer en ville sans trop de problème d’encombrement. Cependant, si l’on exclut la future version essence hybride rechargeable, qu’ils soient diesel ou essence, ses moteurs Ingenium ne sont pas très adaptés : d’abord par leurs puissances qui débutent à 150 ch pour le diesel et 200 ch pour l’essence et ensuite par leurs rejets en CO2 qui ne sont pas très flatteurs par les temps qui courent (à partir de 143 g/km pour le diesel et 176 g/km pour l’essence).

Ces résultats peu reluisants sont obtenus malgré l’intégration de la technologie d’hybridation légère de 48 volts (MHEV). Gageons que la version essence hybride rechargeable puisse améliorer ce score !

Comme un conducteur d’Evoque sur cinq, notre version était propulsée par la version essence du quatre cylindres Ingenium. Ce 1999 cm³ développe 249 ch à 5500 rpm et un couple maximum de 365 Nm entre 1300 et 4500 rpm. Ce moteur est aidé dans sa tâche par un moteur électrique à rotor synchrone à griffes polaires alimenté par une batterie Li-Ion de 46,2 V.

Sa transmission s’opère par une boîte ZF automatique à neuf rapports avec palettes derrière le volant. Sa transmission est sur les quatre roues (comme 98% des propriétaires belges).

Il est donné pour 230 km/h et un 0 à 100 km en 7,5 secs. Son poids dépasse les 1,8 T.

Comme pour le Discovery Sport, cinq modes de conduite sont proposés ainsi que les systèmes « Active Driveline » et « Terrain Response 2 » spécialement étudiés pour offrir les aptitudes AWD propres à Land Rover mais pour un format plus compact.

Sur route et en tout terrain

Puissant malgré un bruit assez quelconque en accélération, son moteur est suffisamment vigoureux pour se tirer de toutes les situations. Cependant, la version diesel D240 nous semble plus appropriée : non seulement son couple maximum est deux fois plus élevé, mais sa consommation est nettement moindre !

Bien que plus ferme que son cousin le Discovery Sport, sa suspension reste agréable et préservera toujours les passagers. De même, elle autorisera de conduire l’Evoque de manière plus virile sans ressentir les désagréments d’un roulis assez prononcé… Toutefois, sa direction reste un tantinet en dessous de ce que proposent certains de ses concurrents. En tout terrain, l’Evoque bénéficie des mêmes attentions que son cousin, il peut également passer des gués de 60 cm !

Mais les conduites “énergique” ou en tout terrain ont naturellement un prix à la pompe : dans ces conditions, il vous sera impossible de descendre sous les onze litres !

En ménageant sa cavalerie, il est toutefois possible de passer sous la barre des 10 l : la rédaction a pu aussi se limiter à 8,8 l/100 km sur les grands axes à allure légale…

Conclusions

Apparu en 2010, l’Evoque est et reste un succès pour Land Rover : un client sur trois de la marque britannique le choisit ! Sa nouvelle mouture se garde bien de changer son allure générale qui plait toujours autant. Les modifications extérieures ne sont donc que légères et n’affectent en rien son style décalé. Cette nouvelle génération marque aussi l’arrivée d’une technologie intéressante et des avancées dans le recyclage de matériaux.

Toutefois, par les temps qui courent, les versions les plus puissantes ne seront pas légions : avec les vieilles normes NEDC, les émissions en CO2 de notre exemplaire étaient de 182 g/km !

Comme pour le Discovery Sport, sa version la plus choisie est le D150 Auto AWD en finition S.

Notre Evoque P250 AWD R-Dynamic avec boîte automatique et en finition S est proposé à 56.250 EUR, mais ses packs et options alourdissent la facture à 71.097 EUR.
La gamme débute à 39.250 EUR avec l’Evoque D150 FWD.

Benoît Piette

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 × = 8