Essai : LANCIA Voyager 2.8 Multijet 163ch

Classé dans : Essais - Lancia (Italie) | 0

 

LANCIA Voyager 2.8 Multijet 163ch 2012



L’acquisition de Chrysler par le Groupe Fiat, a permis à ce dernier d’élargir son offre sur les marchés européens en proposant, après une rapide actualisation aux marques concernées, certains produits du Groupe Chrysler.


Lancia est le principal bénéficiaire de cet état de choses et, grâce à ce “rebadging”, voit sa gamme s’élargir de manière spectaculaire.


C’est ainsi que dans les salles d’exposition de la marque turinoise, se sont ajoutées en quelques mois aux traditionnelles Ypsilon, Musa et Delta, les inédits Thema (Chrysler 300), Voyager (Chrysler Town and Country) et Flavia Cabriolet (Chrysler 200 Cabriolet).

 


LANCIA Voyager 2.8 Multijet 163ch 2012

Le Lancia Voyager est commercialisé en Europe depuis le mois d’octobre 2011.

Il arrive à point nommé pour remplacer le vieillissant monospace Phedra.

Cependant, le Voyager, présenté dans sa version Dodge/Chrysler il y a déjà 5 ans (Salon de Detroit 2007), joue dans une classe supérieure d’au moins 2 pointures, tant par l’encombrement, que par la taille du moteur.

Avantage incontestable de l’inconvénient, l’auto est vraiment très très habitable.

LANCIA Voyager 2.8 Multijet 163ch 2012

Les 4 précédentes versions du (Chrysler-Lancia) Voyager (1984 - 2008)Les 4 précédentes versions du (Chrysler-Lancia) Voyager (1984 – 2008)

Genèse

La Lancia Voyager fait partie de la cinquième génération du monospace Voyager.

 

A l’origine de la saga Voyager, il y a un certain Lee Iacocca, qui, à cette époque (début des années 70) était au service de Ford.

Iacocca avait un flair incomparable pour découvrir les nouveaux créneaux porteurs.

C’est lui qui a pressenti qu’au début des années 1960, les « Babyboomers » (génération née du pic de natalité, appelé « Baby Boom » et apparu dans l’euphorie de l’après guerre « WW II »), devenus de jeunes adultes, seraient enclins à acheter des coupés aux lignes sportives tels le légendaire coupé Mustang qui créât une nouvelle catégorie de voitures, les « Poney-Cars » (terme issu de Mustang, cheval sauvage d’Amérique du Nord).

Cet énorme succès généra une aura quasi-miraculeuse à Lee Iacocca.

Car, quelques années plus tard, Iacocca réédite son exploit en constatant que cette même génération du « Baby Boom » se soit mariée et ait eu des enfants.

Il entrevoit un glissement de la demande vers un véhicule plus habitable, comme, par exemple, un « monospace » aux qualités routières dignes d’une auto particulière et aux dimensions d’une (grande) voiture particulière.

Ford ECONOLINE Club Wagon 1971Ford ECONOLINE Club Wagon 1971

Car, aux Etats-Unis, on ne pense pas (encore) au « downsizing » et les versions transport de personnes des camionnettes américaines (Ford E, par exemple) ne cessent de croître prendre de l’ampleur, et laissent une place potentielle à un véhicule moins gigantesque.

Le styliste Dick Nesbitt dessine les formes du Ford Carousel.

Une maquette fut réalisée en novembre 1972 pour subir l’épreuve finale face à un jury qui comprenait, entre autres, Lee Iacocca, Hal Sperlich et Henry Ford II.

Ceux-ci, impressionnés, donnent le feu vert pour le lancement commercial en 1975.

Ford ECONOLINE Super Wagon 1978 Ford ECONOLINE Super Wagon 1978

Mais la première crise pétrolière de 1973 expédie aux oubliettes le projet Ford Carousel.

Quelques années passent.

Hal Sperlich est « remercié » par Ford au cours de la deuxième moitié des années 1970 et Lee Iacocca, devenu président de Ford en 1970, mais en profond désaccord sur de nombreux points avec Henry Ford II, reçoit son « C4 » (est licencié) en 1978.

Lee IACOCCA présente la Plymouth VOYAGER (année-modèle 1984)Lee IACOCCA présente la Plymouth VOYAGER (année-modèle 1984)

Quelques semaines plus tard, Iacocca rejoint Sperlich chez Chrysler, pour y mettre bon ordre, car la marque au « Pentastar » perd (déjà !!) énormément d’argent.

Une des meilleures manières de connaître le succès, est de proposer un produit innovant qui séduise le public (allier régulièrement ces 2 critères a sans doute été le véritable grand talent de Lee Iacocca).

Lee Iacocca relance l’idée du monospace ou plutôt du Minivan, appellation nord-américaine du monospace.

Ce Minivan est apparemment attendu par de nombreuses familles, car ce sera un succès immédiat et, depuis son lancement par Chrysler, en novembre 1983 (année-modèle 1984), sous les noms Dodge Caravan et Plymouth Voyager, le succès a perduré.

Plus de 12.000.000 d’exemplaires ont été vendus en 28 ans et le Minivan du Groupe Chrysler continue de représenter 40% du marché américain.

Précisons que le Caravan/Voyager était basé sur la plateforme K-Body, à traction avant, tandis que le Ford Carousel, était basé sur une plateforme raccourcie de Ford E (ou Econoline) à propulsion.

Il faudra attendre 1988 pour enfin voir apparaître en Europe le Chrysler Voyager.

Fait suffisamment rare (pour un véhicule américain) pour le signaler, ce sera un succès durable en Europe.

Notons encore, que le Voyager est disponible depuis 1987 en version à empattement long, le « Grand Voyager », le seul a être produit par Dodge/Chrysler depuis l’avènement de la 5e génération en 2008.

Chrysler MiniVan 1983 Chrysler MiniVan 1983

La première génération du minivan Chrysler a été commercialisée entre 1984 et 1990.

La 2e génération (Dodge Caravan 1992)Dodge Caravan 1992

La 2e génération (Plymouth Grand Voyager 1992)Plymouth Grand Voyager 1992

La seconde génération sera produite de 1991 à 1995.

Dodge Caravan 1996Dodge Caravan 1996

Entre 1996 et 2000, nous avons eu droit à la troisième génération.

Dodge Caravan 2005Dodge Caravan 2005

La génération IV a été commercialisée entre 2001 et 2007.

Chrysler Town & Country 2009Chrysler Town & Country 2009

L’actuelle génération est en route depuis 2008, et le Lancia Voyager est proposé en Europe (hors Royaume-Uni, où le nom Chrysler perdure) depuis fin 2011.

LANCIA Voyager 2012LANCIA Voyager 2012


De dimensions généreuses, typiquement américaines, le Lancia Voyager est une auto moins imposante qu’on ne pourrait le croire à la lecture des chiffres.

Les formes ne sont guère révolutionnaires et l’ensemble fait preuve d’une élégance discrète de bon aloi.

Par rapport à son prédécesseur, la Lancia Phedra, le Voyager a vu ses dimensions croître d’une façon très sensible.

Jugez-en : de 4.727 à 5.218 mm en longueur et de 1.854 à 1.998 mm en largeur.

La hauteur, quant à elle, n’a pas changé (1.750 mm).

Le poids en ordre de marche dépasse les 2.200 kilos (quand même !).

Si, globalement, l’habitabilité y gagne (et pas un peu), la Voyager n’est pas vraiment à l’aise en milieu urbain.

Encombrement et rayon de braquage sont des éléments qui incitent à laisser, autant que possible, la voiture aux portes des (grandes) cités encombrées.

LANCIA Voyager 2.8 Multijet 163ch 2012

Gamme

En Belgique, le Lancia Voyager propose 2 motorisations : le V6 3,6 Pentastar à essence qui développe 287 ch et le moteur 2,8 MultiJet de 163 ch.

Les 2 versions sont pourvues d’une boîte automatique à 6 rapports et sont proposées au même prix catalogue : 40.990 €

On peut facilement deviner la version la plus demandée en Belgique…

Lancia propose également 2 packs d’équipements : le Gold Line et le Platinium Line, plus richement dotée encore.

Peu d’options disponibles, et elles concernent essentiellement le Voyager et le Voyager Gold Line (43.990 €), car la dotation du Platinium Line (47.990 €) est particulièrement complète.

D’autre part, Lancia propose une gamme assez restreinte d’accessoires (Mopar).

 

LANCIA Voyager 2.8 Multijet 163ch 2012

Voiture d’essai.

La voiture dont nous disposions était un Voyager 2,8 MultiJet , affiché au prix de 40.990 € TVAC.

Elle était pourvue des options suivantes : Pack Dolce Vita (+1.950 €), Blind Spot Detection (détection d’angle mort, +850 €), la peinture métallisée (+850€), l’Entertainment Group, qui comprend -entre autres- un écran rabattable à la deuxième et la troisième rangée de sièges respectivement (+1.750 €).

Le prix catalogue du véhicule essayé s’élève donc à 46.390 € TVAC.

L’auto avait 4.490 km au compteur et était chaussée de pneus Yokohama Aspec 225/65 R17 102 H.

LANCIA Voyager 2.8 Multijet 163ch 2012

Habitacle et équipements.

L’habitabilité généreuse, presque royale et la modularité de l’habitacle sont les qualités principales du Lancia Voyager.

LANCIA Voyager 2.8 Multijet 163ch 2012

L’accès, tant aux places avant, qu’à celles de la deuxième rangée s’avère aisé, avec les réserves d’usage pour les petits gabarits ou les personnes peu agiles, pour qui monter dans un monospace ou un SUV/VUS peut être un exercice physique d’une certaine intensité.

Globalement, l’accès à la troisième rangée de siège est également aisé.

LANCIA Voyager 2.8 Multijet 163ch 2012

Une fois installés, le conducteur et son passager peuvent apprécier la bonne visibilité vers l’avant, l’espace disponible et le tableau de bord, agréable, tout en étant un peu “tape à l’oeil”.

LANCIA Voyager 2.8 Multijet 163ch 2012

Détail marquant : le levier de commande de la boîte automatique trône pratiquement au milieu du tableau de bord.

LANCIA Voyager 2.8 Multijet 163ch 2012

LANCIA Voyager 2.8 Multijet 163ch 2012

LANCIA Voyager 2.8 Multijet 163ch 2012

LANCIA Voyager 2.8 Multijet 163ch 2012

LANCIA Voyager 2.8 Multijet 163ch 2012

LANCIA Voyager 2.8 Multijet 163ch 2012

Au niveaux des rangements, mentionnons, 2 boîtes à gants, 2 espaces de rangement dans la console centrale et 1 en-dessous de celle-ci, les bacs de rangement dans les portes avant, un porte-lunettes et des portes-cannettes dans les portes avant et arrière.

Mentionnons également des rangements au plafond.

Les sièges avant nous paraissent manquer d’un peu de moelleux, mais ils offrent un soutien latéral et dorsal des plus satisfaisants.

Sur parcours moyens à longs, ils s’avèrent confortables.

LANCIA Voyager 2.8 Multijet 163ch 2012

LANCIA Voyager 2.8 Multijet 163ch 2012

La deuxième rangée est dotée de 2 sièges individuels, manquant également de moelleux, tout en étant raisonnablement confortables.

LANCIA Voyager 2.8 Multijet 163ch 2012



La troisième rangée est composée d’une banquette, plutôt dure et sans grand relief, prévue pour trois personnes, mais, qui, plus raisonnablement, peut accueillir 3 enfants ou 2 adultes.

Ce qui est mieux que dans la plupart des cas.

Le volume du coffre varie entre 934 et 3.912 L, et, ce grâce à une modularité très intelligemment conçue.

Le système “Stow’n Go” permet de replier les sièges des 2e et 3e rangées dans le plancher.

On obtient ainsi un plancher de chargement parfaitement plat, et surtout, sans devoir les enlever du véhicule (argument non négligeable pour la personne concernée).

Cependant, le système n’est pas très intuitif.

Nous avons eu quelques difficultés à replier les sièges, et donc nous avons demandé au responsable des voitures de presse de nous faire une démonstration.

Nous n’en dirons qu’elle ne fut pas parfaite.

Bien sûr, une fois qu’on s’est approprié le coup de main, tout semble facile et évident.

LANCIA Voyager 2.8 Multijet 163ch 2012

LANCIA Voyager 2.8 Multijet 163ch 2012

LANCIA Voyager 2.8 Multijet 163ch 2012

LANCIA Voyager 2.8 Multijet 163ch 2012



Le Lancia Voyager dispose d’une dotation de série très complète.

Il est -entre autres- équipé de coussins gonflables frontaux et latéraux à l’avant, des coussins gonflables rideaux aux 3 rangées de sièges, de l’ABS et du contrôle dynamique de stabilité (ESP), de l’aide au manœuvres de stationnement à l’arrière, de phares antibrouillards, du contrôle de la pression de pneus, du système de modularité “Stow’n Go”, des sièges chauffants aux 2 premières rangées, d’un volant multifonctionnel recouvert de cuir, des sièges avant à réglage électrique, des vitres à commande électrique, tant à l’avant qu’à l’arrière, des tablettes sur les dossiers des sièges avant, les portes latérales et le hayon à commande électrique (via la commande à distance ou 2 touches situées au plafond, près du rétroviseur intérieur), les rétroviseurs extérieurs, chauffants, réglables et rabattables électriquement, le Keyless Entry, l’allumage automatique des phares, le climatiseur automatique Triple Zone, le cruise-control et la radio AM/FM/CD mp3 avec 6 haut parleurs.

De plus, notre auto d’essai était pourvue de la détection de l’angle mort, de la peinture métallisée, du système Uconnect GPS Multimedia System avec navigation et camera de recul, l’Entertainment Group avec lecteur DVD, écrans rabattables de 9 pouces aux deuxième et troisième rangées de sièges, commande à distance de la vidéo et casques d’écoute sans fil, et le Premium Convenience Group avec Keyless Enter’n Go et le capteur de pluie.

Tant qu’à faire, et pour ce prix là, pourquoi ne pas proposer de série le réglage électrique du volant ?

LANCIA Voyager 2.8 Multijet 163ch 2012

Moteur et transmission.

Sous nos latitudes, il est évident que le Lancia Voyager, équipé du moteur 2,8 MultiJet de 163 ch sera la version la plus diffusée.

Ce moteur 4 cylindres de 2.768 cm3 développe 163 ch/120 kW et délivre un couple de 360 Nm entre 1.800 et 2.800 tr/mn.

Le Voyager n’est pas destiné à réaliser des performances sportives mais, dispose, nonobstant son poids élevé (2.242 kilos en ordre de marche, 2.790 kilos en charge), de suffisamment de puissance et de couple pour se tirer d’affaire en toutes circonstances.

Sur autoroute, le Voyager peut aisément atteindre des vitesses de croisière de l’ordre de 160 km/h, sans qu’on s’en rende vraiment compte.

Le passage des 6 rapports de la boîte automatique se fait en douceur.

De plus, le “kick-down” est plutôt efficace.

Malheureusement, la consommation de l’engin est en rapport avec son poids et la taille de son moteur.

À la moindre côte, au moindre faux plat, à la moindre pression sur l’accélérateur, on voit la consommation instantanée grimper de façon vertigineuse.

Pas d’appétit d’oiseau donc pour la Lancia Voyager 2,8 MultiJet 163 ch.

Sur un trajet essentiellement autoroutier, légèrement accidenté, entrecoupé de trajets sur routes secondaires moyennement difficile, et en respectant (presque) scrupuleusement les vitesses admises, nous sommes parvenus à descendre à 7,9 L/100 km.

LANCIA Voyager 2.8 Multijet 163ch 2012

Comportement routier.



Le Lancia Voyager est une grande auto très habitable, confortable et silencieuse, à l’aise, tant en milieu extra-urbain, que sur autoroute.

Sur les trajets sinueux, elle ne peut cacher son poids important, mais demeure globalement agréable à conduire.

Quant à évoluer en milieu urbain, son encombrement et son rayon de braquage la rendent peu apte à ce genre d’exercice, malgré une direction plutôt douce et précise.

Les suspensions confortables et assez souples et le centre de gravité relativement élevé, occasionnent des mouvements de caisse non négligeables, mais la tenue de route est d’un niveau tout à fait correct.

Précisons toutefois, que malgré une garde au sol de 14 cm, le Voyager ne “digère” pas bien les casse-voitures, pardon, casse-vitesses.

Que ce soit en l’abordant, ou en le quittant, le Voyager s’écrase assez lourdement sur le train avant.

Globalement, la visibilité est bonne, mais lorsque les 3 appuie-têtes de la troisième rangée sont mis en position d’utilisation, la vision vers l’arrière est plutôt réduite.

LANCIA Voyager 2.8 Multijet 163ch 2012

Garantie



Le Lancia Voyager est couvert par une garantie de 2 ans, kilométrage illimité, conformément aux directives de l’Union Européenne en la matière.

Pendant cette période, l’acquéreur d’un Voyager bénéficie d’une assurance assistance valable dans toute l’Europe.

Les défauts de peinture font l’objet d’une garantie de 3 ans, tandis que la corrosion de l’intérieur vers l’extérieur est couverte pendant 8 ans.

Ce n’est pas mal, mais nous avons déjà vu mieux.

LANCIA Voyager 2.8 Multijet 163ch 2012

Conclusion



Le Lancia Voyager est avant tout un excellent véhicule de niche qui a peu de concurrence sur le marché européen et remplace avec à-propos le vieillissant monospace Phedra.

Cependant, en proposant un véhicule nettement plus grand, plus encombrant, plus énergivore, mais aussi plus spacieux, que le véhicule qu’il remplace, Lancia va à l’encontre de la tendance actuelle de downsizing.

Néanmoins, le Lancia Voyager est une grande auto confortable, silencieuse, généreusement dotée, très spacieuse, qu’il convient de goûter en famille (nombreuse) ou avec des amis, et ce, de préférence à des allures de sénateur.

De plus, sa modularité atteint un niveau élevé et le poids remorquable de 1.600 kilos peut également être un facteur à prendre en considération lors de la décision d’achat.

Intrinsèquement excellent.

La consommation relativement élevée (quoique dans l’absolu…), et l’encombrement non négligeable nous paraissent les principales contre-indications.

En fait, à notre humble avis, le vrai point trouble du Lancia Voyager est constitué de la discordance entre l’image de marque véhiculé par le nom Lancia, et une voiture d’origine américaine (ou vice-versa).

Bien que certains se refusent d’admettre qu’entre le nom et l’auto, il y ait une certaine incompatibilité ; il nous paraît évident que certains fidèles de la marque Lancia, mais aussi de la marque Chrysler, ne pourront pas admettre/digérer ce mariage légèrement forcé.

D’ailleurs, il semblerait que les ventes des Lancia rebadgées, Voyager ou Thema, restent bien au-dessous des espérances des commerciaux.

Mais ces modèles sont le fruit de circonstances tout à fait exceptionnelles, faits dans l’urgence, et les prochains mois devraient voir apparaître des nouveautés qui, nous l’espérons, seront à la hauteur de notre attente, car il peut en dépendre de l’avenir de cette marque emblématique.

LANCIA Voyager 2.8 Multijet 163ch 2012

Principales données techniques.

Moteur.

Puissance fiscale (Belgique) 15 CV

Carburant Diesel

Positionnement Transversalement à l’avant

Nombre de cylindres 4 en ligne

Culasse Aluminium

Arbres à cames Double arbre à cames en tête à commande par courroie crantée

Nombre de soupapes par cylindre 4

Alésage x course 94 x 100 mm

Cylindrée 2.768 cm³

Taux de Compression 16,5 : 1

Alimentation Injection directe

Suralimentation Turbocompresseur à géométrie variable

Puissance maximum 163 CV/120 kW à 3.800 tr/min

Couple maximum 360 Nm entre 1.800 à 2.800 tr/min

Transmission.

Transmission Aux roues avant

Boîte de vitesses Boîte automatique à 6 rapports

Rapports de transmission

Première 4,13 : 1

Deuxième 2,84 :1

Troisième 2,28 : 1

Quatrième 1,45 : 1

Cinquième 1 : 1

Sixième 0,69 : 1

Marche arrière 3,21 : 1

Rapport du pont 3,25 : 1

Châssis

Direction A crémaillère à assistance hydraulique

Diamètre de braquage entre trottoirs 12,1 m

Suspension avant  Roues indépendantes du type McPherson, amortisseurs à gaz

                               ressorts hélicoïdaux et barre stabilisatrice

Suspension arrière  Essieu de torsion, ressorts hélicoïdaux, amortisseurs à gaz 

                                 et barre stabilisatrice.

Système de freinage Double circuit en diagonale avec assistance et système

                                   ABS avec aide au freinage d’urgence.

Freins avant   Disques ventilés de 330 mm

Freins arrière Disques pleins de 328 mm

Aide à la conduite ESP (Contrôle électronique de stabilité) ABS avec

                              répartiteur électronique de force de freinage et aide au freinage

                              d’urgence.

Pneus (monte standard) 225/65 R 17

Réservoir de carburant 76 L

Dimensions.

Longueur 5,218 mm

Largeur 1.998 mm

Hauteur 1.750 m

Empattement 3.078 mm

Voie avant 1.663 mm

Voie arrière 1.645 mm

Garde au sol 14 cm

Volume du coffre De 934 à 3.912 L.

 

Poids.

Poids en ordre de marche 2.242 kg

Masse maximale admise 2.790 kg

Poids de la remorque freinée 1.600 kg

Poids de la remorque non freinée 450 kg

Poids maximum sur le crochet de remorquage 65 kg

Performances, consommations et rejets CO2 .

Vitesse maximale 183 km/h

Accélération de 0 à 100 km/h 11,9 sec

Consommation en milieu urbain 10,5 L/100km

Consommation en milieu extra-urbain 6,3 L/100km

Consommation en cycle mixte 7,9 L/100km

Consommation lors de l’essai 7,9 L/100km

Rejets CO2 207 g/km

LANCIA Voyager 2.8 Multijet 163ch 2012