ESSAI COMPLEMENTAIRE : KIA Optima Hybrid, ou l’hybridisme mâtiné à la coréenne.

Classé dans : Essais - Kia (Corée du Sud) | 0

Après la Magentis, totalement insipide aux yeux de beaucoup, Kia propose depuis décembre 2011 l’Optima, grande berline aux lignes énergiques qui est sensée conquérir quelques parts de marchés dans le segment des familiales.

Votre site préféré en a d’ailleurs réalisé un essai il y a six mois.

Kia Optima Hybrid 2013


Depuis septembre 2012, à l’occasion du salon de Francfort, Kia étend son offre avec une version hybride, dotée d’un moteur essence 2 l, et fabriquée en Corée exclusivement pour le marché européen (une version 2,4 est proposée pour le marché US).

Comme Toyota, Kia mise sur l’hybride ; aura-t-elle le même engouement ?


Une ligne qui fait tourner les têtes.

 

Présentée en première mondiale à l’occasion du New York International Auto Show en avril 2010, l’Optima tournait résolument le dos à la transparente Magentis grâce à une ligne audacieuse non dénuée de charme…

On retrouve ici la patte de Peter Schreyer qui allie le dynamisme à une certaine élégance. Son coefficient de traînée de 0,29 démontrait que les qualités aérodynamiques ont été également une préoccupation des designers.

Kia Optima Hybrid 2013

Afin de réduire davantage la résistance de l’air, la silhouette de l’Optima a été affiné pour le modèle hybride : quelques modifications ont permis d’abaisser le Cx déjà faible de 0,29 à 0,26.

Les évolutions ont porté sur les pare-chocs avant et arrière, les bas de portes et des jantes en alliage spécifiques, des panneaux de soubassement sans aspérités, un discret becquet disposé sur la malle du coffre, ainsi qu’une nouvelle calandre avec volet actif d’admission d’air s‘occultant lorsque le véhicule prend de la vitesse.

Kia Optima Hybrid 2013

Toutes ces mesures donnent à l’Optima Hybride une allure encore plus séduisante à un point tel que, pendant l’inévitable séance photo, des passants intrigués venaient s’enquérir de la marque : et c’est avec incrédulité qu’ils apprenaient la provenance de la voiture.

Kia Optima Hybrid 2013

L’hybridisme du modèle a nécessité aussi quelques adaptations internes pour y loger les batteries au lithium à électrolyte polymère (Li-Ion) dont la technologie est plus récente que les batteries utilisée par la concurrence.

Malgré que l’ensemble de ces batteries Li-Ion soit 40 % plus compact et 20 % plus léger que la solution nickel-hydrure métallique choisie par Toyota, l’espace qui lui a été dévolu réduit quand même la capacité du coffre de 505 dm³ à un volume assez tourmenté de 381 dm³.

Toujours à propos du coffre, regrettons que son ouverture ne soit pas plus échancrée car cela oblige à charger certains objets volumineux via les portières arrière.

Kia Optima Hybrid 2013

A l’intérieur, l’hybridisme a laissé aussi des traces : de nouveau instruments propres à cette propulsion donnant des informations supplémentaires comme la charge ou la décharge de la batterie, le suivi des flux énergétiques, et même l’octroi d’une cote « éco » illustrée par le nombre de petites fleurs poussant sur une branche…

Kia Optima Hybrid 2013

La colonne centrale est nouvelle et les garnissages de portes et de sièges également. Comme pour l’Optima thermique essayée il y a six mois, nous retrouvons un habitacle spacieux offrant beaucoup d’espace à la tête et aux jambes des passagers et ce, grâce à son empattement long de 2,8 m.

Cette impression d’espace est magnifiée par un toit ouvrant vitré panoramique proposé en option sur la finition « Top ».

 



Une technique différente

 

Par rapport à Toyota, l’approche de Kia est différente :

  • Le moteur essence de 2 litres développe une puissance de 150 ch. à 6000 rpm et un couple de 180 Nm au régime élevé de 5000 rpm.
  • Il est couplé à un moteur électrique de 40,2 ch. entre 1400 et 6000 rpm, celui-ci joue également le rôle de générateur dans certaines phases de conduite ou au freinage. Son couple donne 205 Nm de zéro à 1400 rpm.

Contrairement au moteur électrique de la Toyota Prius dont seulement une partie de l’énergie des batteries Ni-MH lui est fourni, les batteries Li-Ion de l’Optima peuvent alimenter à elles seules la totalité de la puissance du moteur électrique, la puissance combinée est donc ici la somme arithmétique des deux puissances, soit 190 ch.

Kia Optima Hybrid 2013

Celle-ci entraîne les roues avant par le biais d’une boîte de vitesses automatique à six rapports sans convertisseur de couple.

Pour désaccoupler le moteur à essence de la chaîne cinématique, Kia a monté un embrayage spécial entre le moteur thermique et le moteur électrique afin de fonctionner en mode tout électrique de 0 à 100 km/h.

Grâce à cette configuration, il n’y a aucun démarreur ni alternateur. Notons que, comme beaucoup de véhicule de la marque, ce système est équipé du système start/stop ISG.

Kia revendique des émissions de CO2 limitées à 125 g au kilomètre.

 

Sur route

 

Par rapport aux Toyota équipées de la boîte CVT aux mugissements déphasés par rapport à l’accélération, Kia a donc opté pour une boîte automatique à six vitesses qui permet aussi un fonctionnement manuel (mais sans palette derrière le volant).

Ce choix s’avère plus performant que celui du constructeur japonais : l’Optima accélère sans hululer comme une DAF des années soixante.

En outre, grâce à l’option manuelle, il est aisé de bloquer un rapport (très intéressant quand on monte une côte). Il s’ensuit des accélérations tout à fait honnêtes et similaires à un bon diesel… avec le silence en plus.

Kia Optima Hybrid 2013

En ville, la disponibilité immédiate du couple de 205 Nm du moteur électrique compense le couple maximum du moteur essence disponible à 5000 rpm. Il autorise une conduite très souple, toujours à l’instar d’un « moteur à huile lourde« , mais sans son claquement agricole…

Coté dynamisme, l’Optima ne rejoint pas encore les ténors du segment : la direction n’a pas la réactivité et la précision de certaines voitures européennes ou japonaises. Même topo pour la suspension : même si le roulis est bien maîtrisé et qu’elle soit confortable, son amortissement n’atteint pas encore leur niveau.

Kia Optima Hybrid 2013

De même, il faudra s’habituer au curieux freinage car celui-ci conjugue deux systèmes : un classique et un par régénération. Ce dernier se distingue aussi par un bruit que l’on a plus l’habitude d’entendre sur les trams en phase de décélération…

Notons toutefois que contrairement aux Toyota, l’Optima Hybrid n’offre pas la possibilité de forcer le mode électrique pour se déplacer en silence sur de courte distance : le mode de propulsion de l’Optima sera donc toujours dépendant des paramètres du moment.

Sur autoroute, ce qui frappe le plus, c’est son silence de fonctionnement, d’autant plus que l’isolation phonique générale est très bonne facture. La moindre déclivité profite au moteur électrique dont son fonctionnement peut être suivi sur le tableau de bord.

Il s’en suit une consommation intéressante : après plus de 620 km à son bord, il nous restait plus de 360 km d’autonomie, notre consommation a avoisiné les 6,4 L aux cent kilomètres, ce qui est très bon pour un véhicule de 4,85 m de long et de 1,6 tonnes !

 

Spécifications techniques

 

Fichier Adobe® à télécharger

 

Une Optima Hybrid, c’est pour qui ?

 

Pour une première, celle-ci s’est révélée être une réussite !

Cette routière aligne les bon points :

  • une consommation réduite autorisant une autonomie près de 1000 km
  • une conduite plus facilement assimilée grâce à une boîte de vitesses automatique plus conventionnelle,
  • un espace à bord à revendre, un équipement très complet,
  • un silence de fonctionnement excellent,
  • un prix très similaire à la version équipée du 1.7 CRDI
  • une garantie de 7 ans ou 150.000 km qui couvrent également les batteries Li-Ion.

 

Kia Optima Hybrid 2013

Avec des prix à partir de 30.000 à plus de 36.000 EUR, l’Optima reste donc une solution plus abordable que les japonaises (Prius), ou européennes (Peugeot RXH, Citroën DS5 Hybrid4, Opel Ampera…)

Seulement, quelques mauvais points :

Sans entrer dans l’aberration de la Renault Fluence ZE dont la capacité de chargement est à peine supérieure à celle d’une Twingo, le volume de chargement de l’Optima en prend un coup : son intéressante capacité initiale (505 dm³) se voit amputée de pratiquement 25 % et tombe à 381 dm³ soit, à un litre près, celle de la Kia Cee’d

Le moteur 2 l (11 CV fiscaux) choisi par Kia aurait pu être remplacé avantageusement par un moteur essence plus performant de cylindrée moindre (le 1.6 de 135 ch. existe aussi), histoire de mieux concurrencer les 9 CV fiscaux de la version diesel 1.7 CRDI 136 ch. d’autant plus que pour une version hybride, ses émissions de CO2 ne brillent pas particulièrement (125 g au km).

Mais apparemment, suivant Kia Belgium, le placement d’un autre propulseur n’est pas à l’ordre du jour.

Kia Optima Hybrid 2013

Rappelons aussi sa conduite plutôt destinée à un conducteur d’Outre Atlantique… sans pour cela être déplaisante pour les longs trajets autoroutiers, que du contraire !

Cependant, une hybride est surtout faite pour la ville… mais avec un gabarit de transatlantique, ce n’est pas gagné d’avance !

Bref, malgré sa taille, l’Optima Hybrid restera un choix intéressant pour qui le diesel restera un nauséabond carburant destiné aux professionnels de la route et dont le prix reste artificiellement plus bas que l’essence…