Le Jaguar E-PACE, une lourde révélation

Classé dans : Essais - Jaguar (GB) | 0

Le F-PACE est une vraie réussite pour Jaguar : grâce à ce SUV, la marque britannique revient en force sur les marchés.

Comme l’adage le dit, il faut battre le fer quand il est chaud : Jaguar lance à présent le E-PACE, un SUV plus petit, frère du Land Rover Evoque : pourra-t-il pérenniser cette montée en puissance ?

Un joli SUV, mais lourd !

Petit frère du F-PACE, l’E-PACE semble être né sous une bonne étoile : non seulement il reprend le style élégant de son grand frère, mais aussi une partie de ses moteurs.

Avec une taille plus réduite (4,40 m), il utilise le même châssis que le Range Rover Evoque mais hélas, comme ce dernier, l’aluminium y est beaucoup moins présent et malgré ses 40 cm de moins, il garde pratiquement le même poids que son grand frère : notre exemplaire, un E-PACE HSE P300 R-DYNAMIC, pesait à vide pratiquement 1,9 T.

Par sa ligne dynamique qui la fait songer à un coupé, le E-Pace reste une Jaguar jusqu’au bout de ses jantes. Sa calandre béante encadrée d’optiques à LED Matrix (en option) bien intégrées dans les ailes et soulignées par des feux de jour établit directement sa filiation avec le reste de la gamme.

A l’arrière, encadrée par une poupe puissante, la lucarne du hayon s’abrite partiellement sous un becquet placé derrière l’antenne en forme d’aileron.

Les feux arrière à DEL reprennent le même dessin que les autres Jaguar, apportant ainsi une horizontalité qui abaisse virtuellement le dessin de la poupe.

Deux modèles de carrosserie sont proposés : l’E-PACE et l’E-PACE R-DYNAMIC au look plus sportif. Ceux-ci peuvent recevoir trois niveaux de finition: S, SE et HSE

Pour peu que l’E-Pace soit équipé d’un kit crevaison à la place d’une roue de secours, il disposera d’une capacité de chargement de 577 dm³ extensible à 1234 dm³ lorsque les dossiers des sièges arrière sont rabattus.

A l’intérieur, la présence du toit panoramique occultable (option) illumine l’habitacle, surtout si la sellerie est de couleur claire, ce qui était le cas de notre exemplaire. Cette teinte est naturellement très distinguée, mais elle pourrait s’avérer délicate à entretenir au quotidien.

La place à bord est naturellement semblable à celle de l’Evoque soit quatre adultes et un enfant. Les sièges en cuir (Windsor sur notre HSE) chauffants et à trois mémoires et à 18 directions maintiennent bien le corps et leur ergonomie a été bien étudiée.

Le style Jaguar apparaît partout : que ce soit par l’emblème de la Marque placé discrètement ou par les étiquettes des sièges en tissu imprimé avec des motifs reprenant le dessin des taches du pelage du jaguar. Pour les plus perspicaces, le fauve apparaît même en filagramme dans un coin du pare-brise.

 

A droite de la console centrale, une poignée est censée offrir plus de confort au passager avant. Le conducteur est entouré par le poste de pilotage dont les commandes sont disposées ergonomiquement. L’infodivertissement utilise le système InControl Touch Pro qui utilise un écran tactile de 10″ dont le maniement s’apparente à la tablette.

Le tableau de bord peut recevoir un affichage digital sur écran 12.3″ et peut, par conséquent, être paramétré à l’infini comme par exemple visualiser la navigation en 3D. Disponible en option, un affichage tête haute en couleur peut le compléter intelligemment.

Au niveau sécurité, l’E-PACE a récolté en novembre 2017 cinq étoiles aux tests EuroNCAP avec respectivement 86 %, 87 % et 77 % pour la sécurité des passagers adultes et enfants ainsi que des piétons.

Quant aux aides à la sécurité, elles ont été cotées à 72 % (régulateur de vitesse adaptatif avec assistance embouteillage, lecteur de signaux routiers, freinage d’urgence, surveillance des angles morts, etc…)

Sur route

La motorisation de l’E-PACE suit le même schéma que le F-PACE à savoir un moteur diesel 2 litres en trois niveaux de puissance (D150, D180 et D240) et un moteur essence 2 litres en deux niveaux de puissance (P250 et P300). L’E-Pace est configuré en traction avant ou en 4×4 avec boîte manuelle ou automatique.

Notre exemplaire était propulsé par l’unité essence la plus puissante, à savoir l’Ingenium P300. Son moteur, d’une cylindrée de 1997 cm³, délivre 300 ch à 5500 rpm et un couple généreux de 400 Nm entre 1200 et 4500 rpm. De même cylindrée que le P250, il en diffère par un turbo à double admission plus efficient.

Il est uniquement associé à une transmission automatique à neuf rapports ZF qui fournit sa puissance aux quatre roues. Sa répartition se réalise par un embrayage multidisque électronique entre les essieux avant et arrière en fonction de l’adhérence au sol. Notre P300 disposait de l’Active Driveline qui peut améliorer la motricité en terrain délicat en transmettant 100 % du couple d’un essieu à l’autre selon l’adhérence rencontrée.

Suivant le constructeur, notre HSE P300 accélère de 0 à 100 km/h en 6,4 secs et pointe à 243 km/h. En cycle mixte, sa consommation est de 8 l/100km et ses émissions de CO2 sont de 181 g/km.

Très linéaire et souple, ce moteur permet d’oublier les 1,9 T de l’engin mais au dépend d’une consommation difficilement acceptable par les temps qui court. En conduite coulée, nous sommes descendu sous les 9 l/100 km en mode Eco.

Mais pour le peu que l’on choisisse un mode plus sportif, une consommation à deux chiffres sera tout à fait normale ! Ce quatre cylindres est secondé par une boîte très réactive, des freins efficaces et une direction très communicative qui permet de placer l’E-PACE comme une petite berline.

Sa suspension est plutôt ferme, mais cela est aussi dû à une monte de jante de 20″ particulièrement imposante.

Conclusions

L’E-PACE reste dans la lignée du F-PACE : spacieux pour quatre passagers et bagages, bien campé sur ses quatre roues et particulièrement dynamique, notre HSE P300 fait oublier son poids grâce à un moteur bien né et prodigue en chevaux.

Hélas, ceux-ci demanderont leur ration de picotin et par les temps qui courent, même si le diesel est en disgrâce, les clients potentiels risqueront bien de se tourner vers ce carburant nauséabond. D’autant plus que le D180 tout comme le D240 disposent d’un couple maximum plus important.

Démarrant à un peu plus de 36.000 EUR pour la E-PACE D250 FWD (traction avant et boîte manuelle), notre exemplaire, un E-PACE R-DYNAMIC HSE P300 AWD était facturé 65.150 EUR !

Benoît Piette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 48 = 57