Le Kona, le SUV urbain de Hyundai

Très prolixe, la marque Hyundai n’avait pourtant pas encore son SUV urbain, c’est chose faite depuis l’été 2017. Présenté avec des couleurs très « flashy », il ne risque pas de passer inaperçu.

Avec l’ambition de devenir la première marque automobile asiatique d’Europe d’ici 2021, Hyundai poursuit donc cet objectif avec le lancement de trente nouveaux modèles et dérivés : le Kona en fait donc partie et le lancement cette année à Genève d’une version électrique en dit long sur les aspirations à moyen terme de la marque coréenne.

Une ligne acérée et un habitacle dans l’air du temps

Sa calandre reprend la nouvelle identité de Hyundai : appelée Cascading, elle est entourée de doubles phares avec des feux de jour DEL logés au-dessus des phares également à DEL, un peu à la manière des Citroën d’aujourd’hui.

De profil, sa silhouette longue de 4,17 m confirme l’agressivité du style par ses lignes acérées et de fortes protections des passages de roues.

L’arrière se démarque de ses concurrents par ses feux également dédoublés : une partie de ceux-ci sont noyés dans un repli des larges protections des passages de roue arrière.

Son empattement de 2,6 m correspond à la concurrence tandis que sa garde au sol de 17 cm  permettra à ses 1,2 T d’escalader avec délicatesse les trottoirs des métropoles…

Le hayon s’ouvre sur un coffre dont les 361 dm³ ne sont pas extraordinaires. Bien qu’il ait un double fond permettant de cacher des objets précieux, il est bien loin de la capacité du Seat Arona.

Quand les dossiers (40/60) sont rabattus, le volume dégagé reprend un peu des couleurs avec ses 1143 dm³ sur un fond plat.

Hyundai propose une dizaine de couleurs dont certaines très visibles font un clin d’œil aux années septante, ce qui est le cas pour notre exemplaire en « Bleu Schtroumpf » … heu pardon : « Blue Lagoon » (la couleur en était tellement proche !). Il est possible de commander une teinte différente pour le toit. Quatre finitions sont offertes : Air, Twist, Launch et Luxury Launch.

L’intérieur de l’habitacle est spacieux à l’avant et fourmille de commandes qui s’illuminent en bleu une fois la nuit venue : Seoul by night ?

Sur la finition la plus complète, Luxury Launch, Hyundai propose un affichage tête haute qui reprend toutes les données utiles pour le conducteur pour qu’il reste concentré sur la route : le rappel des angles morts y est intelligemment intégré.

Au centre du tableau de bord qui peut être égayé par des inserts colorés, on y distingue une tablette tactile de 8″ « flottante », intégrant les fonctions de navigation, média et connectivités habituelles. La sellerie est en cuir. Les sièges avant sont à commande électrique avec support lombaire et chauffants, comme le volant : délicate attention en hiver ! En revanche, l’air conditionné n’est pas bizone. Notons aussi qu’à partir de la finition Launch, le Kona dispose d’un chargeur de smartphone par induction.

Le Kona possède de série un limiteur/ régulateur de vitesse mais non adaptatif. Une caméra de recul complète l’instrumentation à partir de la deuxième finition (Twist) : dommage que son objectif se salisse si rapidement quand il pleut.

A l’arrière la place paraît plus exiguë que la concurrence : deux adultes pourront y voyager, mais il faudra se serrer si un enfant doit se glisser entre eux.

Les tests EuroNCAP lui ont octroyé 87 % pour la protection des adultes, 85 % pour celle des enfants et 62 % pour celle des piétons. Les aides à la sécurité ont reçu 60 % mais seulement trois systèmes ont été évalués (rappel des ceintures, cruise control et l’assistance au maintien sur la voie) alors que notre exemplaire en finition haut de gamme accueillait le système de surveillance des angles morts, l’alerte au trafic transversal arrière et le système de freinage autonome avec reconnaissance d’obstacles.

Ce déficit en sécurité de la version de base (Air) n’a pas empêché l’EuroNCAP de gratifier le Kona de cinq étoiles.

Sur route

Pour l’instant, le Hyundai Kona est disponible uniquement en deux moteurs à essence, à savoir un trois cylindres 1.0 T-GDi de 120 ch et un quatre cylindres 1.6 T-GDi de 177 ch. A l’avenir, une version diesel 1.6 de deux puissances (115ch et 136 ch) ainsi qu’une version électrique de 204 ch étofferont la gamme.

Notre essai a porté sur la motorisation qui sera actuellement la plus choisie, le 1.0 T-GDi Celui-ci correspond à la plupart des moteurs de cylindrée unitaire proposés par la concurrence. Il est équipé d’un turbo avec activateur de décharge à commande électronique qui réduit les pertes par pompage tout en améliorant la réponse de l’accélérateur et le couple à bas régime. L’injection directe se réalise par une pression de 200 bars. Il développe 120 ch à 6000 rpm et délivre son couple maximal de 172 Nm entre 1500 et 4000 rpm. Le moteur est couplé à une boîte de vitesses mécanique à six rapports.

Disponible, il fait aussi entendre son bruit caractéristique : il faut le reconnaître qu’il est assez présent. Cependant, à chaud cette sonorité s’atténue mais sans jamais disparaître vraiment, sauf à allure constante.

Prompt à monter dans les tours, il permet des accélérations tout à fait honnêtes si le besoin se fait sentir.

Il est secondé par une boîte de vitesses au maniement rapide. Les derniers rapports sont évidemment très longs, histoire de refréner la consommation qui, au cours de l’essai s’est élevée à 7 litres aux cent.

Il est possible de faire moins, mais il sera difficile de descendre sous les six litres aux cent comme le revendique Hyundai avec ses 5,4 l /100 km soit 125 g CO2/km (avec des jantes 17″). En zone urbaine, la consommation pourra même friser les 10 l dans les bouchons.

La direction est légère, peut-être un peu trop, mais elle reste néanmoins précise. Sa suspension ferme est un gage d’une bonne tenue de route sans venir véritablement détrôner les stars de la catégorie, à savoir les Peugeot 2008 et consort ou Seat Arona et consort…

Spécifications techniques

Fichier pdf à télécharger

Conclusions

Atypique par son dessin réussi, le Hyundai Kona est un SUV qui offre des technologies assez rares dans son segment à condition toutefois de choisir les versions « haut de gamme ».

Agile en ville comme sur route, il permet d’embarquer une petite famille sur de longs trajets sans problème. Bien que bruyant quand il monte en régime, son petit « trois pattes » reste vigoureux mais la conduite un brin dynamique lui donnera rapidement soif !

Notre voiture d’essai, un Kona 1.0 t-GDi Luxury Launch 120 ch est tarifé à 26.500 EUR. Mais il existe déjà un Kona à 17.800 EUR. N’oublions pas non plus  la garantie Hyundai de 5 ans sans limitation de kilométrage.

Benoît Piette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

9 + 1 =