ESSAI : Le Hyundai Veloster, le petit coupé du matin calme.

Pour la plupart des gens, Hyundai a toujours été le synonyme d’une marque rangée avec des voitures certes bien faites mais où l’originalité n’était pas sa tasse de thé. Bref, elle était l’antithèse d’une certaine marque française bien connue. Mais rien n’est permanent, et c’est avec beaucoup d’intérêt que la presse automobile a suivi la genèse de ce nouveau coupé « 2 † 1 portes » à l’allure peu commune à savoir, le Veloster.

Hyundai Veloster 1.6 GDi 2011


Après avoir été présenté au salon de Genève 2011, le Veloster est disponible chez les concessionnaires depuis l’automne.


Non, ce n’est pas un vélo !

 

Et loin s’en faut, ce nom curieux, qui est à l’opposé de la systématisation rationnelle du reste de la gamme Hyundai, ne serait que la contraction des mots Velocity et de Roadster

Hyundai Veloster 1.6 GDi 2011

Par rapport au discret Scoupe qu’il remplace, les progrès esthétiques sont indéniables et l’on retrouve ici la volonté de Hyundai de présenter des voitures de caractère plus affirmé.

Hyundai Veloster 1.6 GDi 2011

Ce qui frappe au premier abord, c’est son allure râblée et dynamique campée sur ses quatre roues rejetées aux quatre coins du véhicule. Par sa calandre béante et ses gros feux rehaussés de DEL, le Veloster donne l’impression de vouloir avaler le bitume.

Hyundai Veloster 1.6 GDi 2011

La poupe se veut résolument inédite : les blocs de feux arrière suivent les lignes de la carrosserie pour venir se nicher sur l’épais pare-chocs arrière qui intègre des passages de roue musclés.

Au centre, on remarque un double pot d’échappement, surmonté d’un diffuseur noir.

Comme pour la Honda CR-Z, la vitre arrière est séparée en deux plans. Cette cloison de séparation est surmontée d’un béquet doté d’un essuie-glace arrière intégré.

L’ensemble est vraiment spécial et donne un air d’insecte que nous avions déjà relevé sur le Renault Wind.

Il est dommage que le pare-chocs se voit tacheté par les pustules noires du radar anti-collision : ces capteurs auraient pu être plus discrets s’ils avaient été teints dans la couleur du pare-chocs !

Hyundai Veloster 1.6 GDi 2011

Et enfin, il y a aussi cette originalité de disposer d’une portière supplémentaire du côté droit.

Hyundai Veloster 1.6 GDi 2011

Celle-ci, dont le loquet est dissimulé dans le montant de custode, permettra un accès plus aisé pour les éventuels passagers arrière… mais à la condition de monter à bord du côté « trottoir » !

Hyundai Veloster 1.6 GDi 2011

Grâce à un empattement de 2,65 m, deux adultes pourront confortablement s’y installer.

Hyundai Veloster 1.6 GDi 2011

Le coffre possède une belle contenance de 320 dm³ qui peut être agrandie à un peu plus de 1 m³.

Quel dommage que son seuil de chargement soit très haut perché !

Hyundai Veloster 1.6 GDi 2011

L’habitacle se veut accueillant ; à l’avant, les sièges chauffants en cuir sont enveloppants.

Hyundai Veloster 1.6 GDi 2011

Une attention bien vue : une petite patte ajustable permet au conducteur de saisir rapidement sa ceinture de sécurité sans devoir se contorsionner pour l’atteindre.

Hyundai Veloster 1.6 GDi 2011

Le design du mobilier est inventif et donne une fraîcheur bien agréable à tout l’habitacle comme par exemple, des poignées de porte à l’avant qui ressemblent aux poignées d’une valise.

Hyundai Veloster 1.6 GDi 2011

Se voulant familiale on y retrouve de nombreux compartiments de rangement ainsi que les inévitables porte-gobelets.

Hyundai Veloster 1.6 GDi 2011

Grâce à un toit vitré et ouvrant , l’habitacle est particulièrement lumineux. Quant à la planche de bord, elle reste dans le même style, la console centrale se présente sous la forme d’un triangle bombé et renversé et dont la pointe est le bouton de démarrage (Keyless).

Le Veloster se veut complet dans son instrumentation, on y retrouve un système stop & start ISG intelligent, un contrôle de pression des pneus TPMS , un indicateur de changement de rapports de vitesse, des clignoteurs confort « one touch », un grand écran tactile central de 7″.

Hyundai Veloster 1.6 GDi 2011

Si l’on opte pour la version Style, on y ajoutera des phares halogènes avec feux de jour à DEL, des pneus 215/40R18 montés sur de jolies jantes alu de 18″, des rétroviseurs rabattables électriques, des phares et les essuie-glace automatiques, le Bluetooth®, le cruise control, une caméra de recul, des pédales en alu

Hyundai Veloster 1.6 GDi 2011

Le Veloster n’est pour le moment propulsé qu’avec un quatre cylindres essence : le Gamma 1.6 GDi à injection directe haute pression. Celui-ci affiche une puissance de 140 ch. à 6300 rpm et un couple de 167 Nm à 4850 rpm.

Une version portée à 210 ch. grâce à un turbo sera présentée au Salon de Detroit en janvier prochain.

Hyundai Veloster 1.6 GDi 2011

Sur le plan de la sécurité, Le Veloster est équipé de six airbags de série : deux frontaux, deux latéraux et deux airbags rideaux. Sa colonne de direction est de type télescopique et se rétracte en cas de collision frontale. Toutes ces recettes lui ont permis d’obtenir la note maximale de cinq étoiles aux crashs-tests Euro NCAP.

Hyundai Veloster 1.6 GDi 2011

 

Mais il se conduit comme un vélo.

 

Alerte, le Veloster l’est, sa direction allie précision et légèreté. Celle-ci peut s’avérer moins consistante que certaines de ses concurrentes européennes.

Hyundai Veloster 1.6 GDi 2011

Très agile, ce coupé est facile à conduire ; naturellement sa suspension ferme et ses pneus à taille basse ne seront pas du goût de certaines vertèbres fragiles, mais ils ont toujours été le gage d’une bonne tenue de route.

Attention toutefois sur les longues courbes au revêtement douteux prises à vive allure, l’arrière pourrait décrocher sans crier gare.

Hyundai Veloster 1.6 GDi 2011

Sans encore égaler certaines boîtes fabriquées outre Rhin, la boîte de vitesses est plaisante à utiliser, ses six rapports se passent facilement, et c’est heureux car le moteur ne se réveille vraiment qu’aux alentours de 3500 rpm !

Par chance, l’insonorisation est de bonne facture ! Notons cependant quelques sifflements au niveau des rétroviseurs extérieurs.

Pour mémoire, le Veloster peut être aussi doté d’une transmission robotisée à double embrayage à six vitesses (une première chez Hyundai)

On regrettera la visibilité ¾ arrière assez quelconque. De plus, la lucarne arrière reste bouchée partiellement par les appuie-tête arrière qui ne peuvent malheureusement pas s’escamoter.

 

Données techniques et équipement

 

Spécifications techniques à télécharger

Equipement et teintes de carrosserie à télécharger

 

Le Veloster c’est :

 

Tout d’abord une sculpture sur roues ! Dotée d’une silhouette anticonformiste unique, elle ravira celui ou celle qui veut se déplacer autrement qu’en Bullex à roulettes et ce, pour un montant à partir de 21.500 EUR (décembre 2011).

Hyundai Veloster 1.6 GDi 2011

Mais ce n’est surtout pas une voiture de sport – d’ailleurs, le constructeur s’en défend – mais bien un coupé sportif aux performances intéressantes et consommant peu.

Certes, le coupé Honda CR-Z va plus loin dans l’écologiquement correct, mais en roulant de manière citoyenne, il est fort possible de rester sous la barre des sept litres aux cent kilomètres (votre serviteur a réalisé 6,8 l sans jamais songer à économiser le dernier centilitre…) Avec son réservoir de 50 litres, l’autonomie de ce sympathique petit coupé frisera donc les 700 km.

Hyundai Veloster 1.6 GDi 2011

Mais il n’y a pas que l’émotion qui doit guider le futur acheteur : rappelons que Hyundai offre aussi un intéressant programme appelé « Five Year Triple Care » qui comprend cinq ans de garantie du constructeur avec kilométrage illimité, cinq d’ans d’assistance dépannage à travers toute l’Europe et cinq ans de contrôles « health check » gratuits par le concessionnaire.