ESSAI : Le Honda CR-V 1.6 i-DTEC, le grand retour !

Classé dans : Essais - Honda (Japon) | 0

Connu comme LE SUV de Honda, le CR-V pêchait par une diffusion relativement modeste en Belgique, la faute à des moteurs 2 L essence ou 2.2 L diesel pas vraiment adaptés au système fiscale de notre pays.

Honda CR-V 1.6 i-DTEC 2014

Les choses pourraient bien changer avec l’arrivée du nouveau 1.6 i-DTEC avec une transmission 4×2 plus en accord avec les choix du public belge.



Mais cette discrétion est toute relative, pour ne pas dire « européenne »… en effet le CR-V est un véhicule particulièrement connu de par le monde : produit depuis 1996, il en est déjà à sa quatrième génération.

Honda CR-V 1.6 i-DTEC 2014

 

Corpulent mais consensuel

 

Avec calandre au style très massif et sa poupe surélevée, on ne peut pas dire que son design soit particulièrement ébouriffant. Reconnaissons pourtant que pour être « dans le vent », le CR-V dispose de phares diurnes DEL et des blocs optiques arrière DEL.

Honda CR-V 1.6 i-DTEC 2014

Pourtant, il cache bien son jeu : avec un volume de coffre de 589 dm³, il toise la concurrence.

Grâce à deux leviers très pratiques, placés dans les cloisons latérales du coffre, sa capacité passe, en un tour de main, à 1669 dm³ avec un plancher plat et une hauteur de chargement très pratique.

Honda CR-V 1.6 i-DTEC 2014

Notons aussi que l’espace à l’arrière est prévu pour trois vrais adultes : aucun tunnel de transmission ne viendra gêner le passager central.

Honda CR-V 1.6 i-DTEC 2014

L’équipement à bord est conséquent mais parfois, son utilisation nécessite une certaine habitude car il n’est pas aussi intuitif que certains concurrents.

Il en va de même pour l’absence de certaines aides à la conduite comme, l’indicateur de véhicules se trouvant dans l’angle mort ou l’avertisseur de franchissement de ligne.

Honda CR-V 1.6 i-DTEC 2014

Autre petit grief, l’exiguïté de la lucarne arrière : malgré un rabattement intelligent des appuis-tête arrière, celle-ci reste étriquée, ce qui engendre une piètre visibilité ¾ arrière, heureusement compensée par de grands rétroviseurs asphériques intégrant des répétiteurs des clignoteurs.

Au niveau de la sécurité, Honda n’a pas lésiné sur les moyens : la structure de carrosserie ACE™ (Advanced Compatibility Engineering™) permet de prévenir la déformation de l’habitacle en répartissant les forces générées par l’impact sur de multiples voies de dissipation et en isolant ainsi l’habitacle.

Honda CR-V 1.6 i-DTEC 2014

On retrouve notamment des airbags frontaux à déclenchement différencié, des airbags-rideaux latéraux avec capteur de retournement. Toutes ces mesures ont permis au CR-V de récolter en 2013 cinq étoiles aux tests Euro-NCAP avec 93 % pour les passagers adultes, 74 % pour les enfants et 68 % pour les piétons.

 

Un moteur spécialement étudié pour l’Europe

 

Apparu dans la Civic, et entièrement construit en aluminium, le moteur 1.6 i-DTEC pèse 47 kg de moins que le 2.2 i-DTEC. Il est le résultat de la nouvelle technologie « Earth Dreams » de Honda.

Honda CR-V 1.6 i-DTEC 2014

Développant 120 ch. à 4000 rpm et fort d’un couple maximum de 300 Nm à 2000 rpm, ses émissions de CO2 se limitent à 119 g au km.

Il fait appel à une transmission légère et compacte déjà introduite sur la Civic 1.6 i-DTEC et associée à une boîte manuelle à six vitesses précise et très agréable à utiliser. Un indicateur de changement de vitesse apparaît sur le tableau de bord.

Honda CR-V 1.6 i-DTEC 2014Pour rester écologiquement « correct », le conducteur pourra enfoncer un bouton vert ECON à gauche du volant : celui-ci optimisera le rendement du système de climatisation afin de réduire la charge sur le moteur et économiser ainsi du carburant.

En outre, le compte-tours changera de couleur en fonction de la pression sur l’accélérateur : blanc au ralenti et lors des accélérations et décélérations, il passera au vert si le conducteur adopte une conduite économique.

Honda CR-V 1.6 i-DTEC 2014

Toutes ces mesures se sont révélées payante à la pompe : en conduite normale sur route ouverte, la consommation peinera à atteindre 6 l aux cent (nous avons obtenu un très beau 5,4 l/_100 km à l’issue de notre essai)

En ville, le Stop & Start est particulièrement « transparent », il contribuera à garder la consommation sous les 7 l/100 km.

Particulièrement vif, ce vaillant petit moteur est bourré de qualité : malgré un sixième rapport particulièrement long (le moteur tourne gentiment à 2300 rpm à 120 km/h) il s’autorise encore des relances dignes d’un rapport de vitesse inférieur.

Honda CR-V 1.6 i-DTEC 2014

Le châssis est bien amorti et permet une conduite plus énergique que seul le roulis (modéré) pourra légèrement perturber.

Honda CR-V 1.6 i-DTEC 2014

Grâce à une direction précise, les routes sinueuses feront presque perdre de vue que l’on a affaire à un SUV de près de 4,6 m de long pesant plus de 1,6 T ! La suspension reste ferme, mais pas désagréable pour autant.

Honda CR-V 1.6 i-DTEC 2014

En ville, il faudra compter sur son encombrement de monovolume, le radar et la caméra arrière seront une aide plus que précieuse pour se garer.

 

Spécifications techniques

 

Fichier Acrobat® à télécharger

 

Conclusions

 

Jusqu’à présent, le CR-V était uniquement proposé avec les moteurs 2.0 i-VTEC et 2.2 i-DTEC en version à deux et quatre roues motrices. Dans nos pays, les quatre roues motrices ne sont pas un critère déterminant pour ce genre de véhicule et Honda l’a très bien compris en proposant ce petit nouveau uniquement en version deux roues motrices.

Honda CR-V 1.6 i-DTEC 2014

Si d’aventure, le 4×4 s’avère nécessaire, le client pourra toujours se retourner sur la version 2.2 i-DTEC qui offrira un couple plus en adéquation avec la transmission intégrale.

Honda CR-V 1.6 i-DTEC 2014

Le prix du CR-V 1.6 i-DTEC débute à un peu moins de 27.000 EUR en version « Confort« . Si on exclue le binôme coréen Hyundai/_Kia, ce prix reste très similaire au Nissan Qashqai de même cylindrée (1.6 dCi), le challenger par excellence !