Le nouveau Ford Edge : un outsider ?

Classé dans : Essais - Ford (USA) | 0

Plus grand et plus gros que le Ford Kuga, l’Edge domine en Europe le segment des SUV du constructeur américano-germanique. Comparable par sa taille aux Kia Sorento ou VW Touareg, il n’est proposé en Europe qu’en version diesel.

Mais il n’existe qu’en version à cinq places, une erreur de casting ?

Généralités

Présenté lors du Salon de Détroit de 2006, le Ford Edge est d’abord destiné aux clients américains. En 2014, sa seconde génération apparaît avec un design plus en coin. Celle-ci est à présent distribuée sur le vieux continent.

Début  2018, l’Edge subit un restylage qui redessine surtout son avant mais sa technologie embarquée reçoit aussi des améliorations substantielles axées sur la conduite assistée. Pour l’Europe, il n’est propulsé qu’avec des moteurs diesel de 2 litres avec deux puissances : soit 150 ch soit une version bi-turbo à 238 ch.

En plus de la ST-line essayée dans ces colonnes, Ford propose les finitions Trend, Titanium et Vignale.

Avec ses 4,83 m de long, ses 1,93 m de large et ses 1,73 m de haut, il est le vaisseau amiral des SUV de Ford. Mais à côté des Ecosport et Kuga, il ne représente chez Ford qu’un peu plus de 3,3 % des ventes de SUV, les deux autres modèles se partageant actuellement des parts de marché pratiquement équivalentes.

Un face-lift expressif

Le nouveau Edge expose une calandre plus large lui donnant un aspect plus athlétique. Celle-ci varie dans les détails suivant la finition choisie.  Les phares et les feux arrière LED de série peuvent être complétés par des feux de jour à DEL. De même, le capot a été redessiné, offrant à l’Edge une stature plus large et plus équilibrée. À l’arrière, les feux, assez haut perchés, ne sont plus reliés par une bande réfléchissante.

Notre Edge, en finition sportive ST-Line propose des bas de portes, des ailes et des moulures latérales de même couleur que la carrosserie. Sa calandre avant supérieure est de finition noire tout comme ses jantes en alliage de 21” en noir brillant (option).

Son coffre à hayon à ouverture électrique s’ouvre sur un volume de 602 dm³ extensible à 1847 dm³ quand le dossier de la banquette 60/40 est abaissé (électriquement). Contrairement à d’autres SUV de cette taille, il n’y a pas d’option pour une troisième banquette escamotable.

Un intérieur en accord avec son temps

Naturellement, la technologie s’est emparée de ce grand SUV : embarque des technologies comme le modem intégré FordPass Connect et le système d’infodivertissement SYNC 3 avec écran tactile de 8”. L’Edge s’offre aussi des équipements comme un combiné d’instruments numériques personnalisable, des sièges avant chauffants et ventilés, des sièges arrière et un volant chauffants, une station de recharge par induction pour les smartphones compatibles, ainsi qu’un système audio haut de gamme B&O de 1000 W.

Afin de réduire le bruit à l’intérieur de l’habitacle, l’Edge est équipé de l’Active Noise Control qui fonctionne de la même manière qu’un casque antibruit en éliminant tout bruit extérieur par des micros disposés dans l’habitacle et qui contrôlent les bruits indésirables du moteur, du vent et de la route. Le système analyse ces bruits et génère des ondes sonores à travers les haut-parleurs afin de supprimer complètement ces sons indésirables, sans pour autant interférer avec la musique…

L’espace est conforme à ce que son statut laisse présager : quatre voire cinq adultes pourront voyager en toute quiétude.

Une sécurité à la page

Le nouveau Ford Edge est proposé avec une série de technologies sophistiquées appelées CoPilot360 conçues par Ford pour améliorer la protection, la conduite et le stationnement.

Le régulateur de vitesse adaptatif avec Stop & Go et le maintien au centre de la voie détectant la signalisation routière font également partie de l’offre.

A noter que la fonction Stop & Go permet au régulateur de stopper le véhicule dans la circulation en accordéon en utilisant jusqu’à 50 % de la force de freinage, et de repartir automatiquement lorsque la durée de l’arrêt est inférieure à trois secondes. Pour les arrêts plus longs, il suffit de presser sur un bouton du volant ou en poussant légèrement l’accélérateur.

L’Edge propose aussi une aide à la direction lors de manœuvres d’évitement qui utilise des radars et une caméra pour détecter les véhicules plus lents ou arrêtés devant le véhicule, et fournit une aide à la direction permettant au conducteur de contourner un véhicule en cas de collision imminente.

Toujours en cas de collision, ce SUV est équipé d’un freinage post-collision susceptible de réduire l’impact d’une deuxième collision potentielle en appliquant automatiquement une pression modérée aux freins lorsque la collision est détectée.

Outre ses technologies, le Ford Edge est pourvu d’aide à la conduite utilisant des caméras, des radars et des capteurs à ultrasons. Celles-ci lui ont permit de décrocher en novembre 2016 cinq étoiles aux tests EuroNCAP avec une belle note de 89 % pour les aides à la conduite.

Un moteur puissant et silencieux

Notre exemplaire était propulsé par le 2.0  bi-turbo de 238 ch à 4000 rpm développant un couple maximum de 500 Nm à 2000 rpm. Au lancement de cette seconde génération, cette unité disposait de 210 ch, elle se voit à présent augmentée de 28 ch et son couple maximum s’accroît de 100 Nm.

Suivant les données de Ford, l’Edge pointerait à 216 km/h et il ne lui faudrait que 9 secondes pour atteindre les 100 km/h. Le constructeur revendique 176 g/CO2 au km et une consommation de 6,7 l/100 km.

Ce quatre cylindres de 1996 cm³ boosté par deux turbos séquentiels se voit combiné à une boîte automatique à huit rapports commandée par une molette rotative placée devant le frein à main électrique et des palettes au volant.

Le nouvel Edge dispose aussi de la traction intégrale intelligente de Ford avec une nouvelle fonction de désaccouplement de la transmission qui optimise la tenue de route en basculant automatiquement entre 2×4 et 4×4.

Malgré un poids de plus de 2 tonnes et des jantes de 21”, ce gros SUV se révèle assez dynamique tout en étant confortable et bien insonorisé. Il est vrai que son châssis utilise celui de la Mondeo avec le même empattement de 2,85 m.

Toutefois, grâce à une monte moins généreuse de 20”, sa version Vignale devrait être plus confortable. Malgré sa garde au sol de 19 cm, il se classera parmi les tous chemins et non comme un vrai 4×4 du style  Land Rover “Defender”.

Autre surprise, sa consommation : eu égard à son poids, elle s’avère très raisonnable : notre rédaction a noté 7,6 l/100 km sur des parcours variés. Avec son réservoir de près de 70 l, une autonomie d’environ 800 km est tout à fait dans ses cordes.

Notons cependant qu’en ville, celle-ci dépassera facilement les 9 l/100km.

Conclusions

D’allure plus cossue et avec une gamme limitée à deux moteurs diesel, le nouveau Edge se montre plus technologique. Confortable et silencieux, il offrira à ses passagers un confort douillet. Dommage que même en option, une troisième banquette lui soit refusée.

Avec ses 238 ch, pas sûr que cette version se rencontrera fréquemment sur nos routes, la nouvelle version 150 ch 2×4 devant lui ravir cet honneur, même si cette variante ne représente actuellement que 3 % des ventes de Edge.

Cette dernière débute à 43.800 EUR pour la version 2.0 EcoBlue 150 ch à boîte manuelle à six vitesse 2×4 et en finition Trend.
Notre version ST-Line avec le bi-turbo de 238 ch en finition ST-Line dépasse les 56.000 EUR, ce qui reste toutefois moins cher que le VW Touareg, le Volvo XC90 ou le Jaguar F-pace.

Benoît Piette

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

6 × = 42