La Ford Mondeo Clipper HEV : plus pratique

Classé dans : Essais - Ford Europe | 0

Essayée il y a trois ans mais en berline à trois volumes, la Ford Mondeo Hybrid nous revient sous la forme d’un break appelé chez nous “Clipper”.
Aura-t-elle plus de succès ?

Conception générale

Depuis son lancement, environ 600 exemplaires de Mondeo hybrides ont été vendues par Ford Belux. Pour 2019, cela correspond à 36 % des ventes soit plus que l’essence (10%) mais toujours moins que le diesel (54%).
Après avoir proposé la Mondeo berline avec une propulsion hybride, Ford réajuste son tir avec la Mondeo Clipper HEV.

Optimiste, M. Roelant de Waard, vice-président, Marketing, Sales & Service, Ford Europe, déclare attendre que cette version hybride atteigne 50 % des ventes !

Il est vrai que les grands break hybrides sont encore rares sur le marché : il y a bien les VW Passat 1.4 TSI GTE, Kia Optima Sportswagon PHEV, ou Peugeot 508 1.6 Hybrid 225 e-EAT8 mais elles jouent dans une autre cour car elles sont toutes rechargeables et donc aussi plus chères !

En cherchant bien dans les berlines de même taille, il y a bien la nouvelle Toyota Camry Hybrid qui hélas, n’existe pas en break…

Une ligne plus pratique

Sa diffusion, comme toute les berlines de son segment est en recul par rapport aux SUV de même habitabilité, c’est un fait !

Mais certains irréductibles ne jurent toujours que par cette ligne qui, personnellement, est plus plaisante à regarder. Par rapport à l’essai de 2016, l’avant a été modifié et se montre plus élégant surtout grâce à une grille trapézoïdale différente selon le niveau de finition et encadrée par des feux plus allongés où les feux de jour à DEL ont été intégrés.

Parmi ceux-ci, un grand nombre choisissent le break pour des raisons essentiellement pratiques. Conscient de cet intérêt, Ford a fait en sorte que la version hybride de sa Mondeo en soit une aussi.

Exit donc la berline qui péchait par un coffre trop petit et aux formes tourmentées !

Au niveau esthétique, il y a très peu de changement : seul un logo placé sur les portières avant signale que l’on a affaire à une propulsion hybride.

Pour le reste, ce long break ressemble en tout point aux modèles thermiques.

Avec ses 4,87 m, la Mondeo Clipper a la même dimension que la Kia Optima SW PHEV.
Vu sa propulsion hybride, la volume du coffre se réduit de 100 dm³ par rapport aux versions thermiques, ce qui donne une capacité de chargement sur un plancher plat de 403 à 1508 dm³. Notons cependant qu’il y a aussi un compartiment sous le plancher du coffre destiné à de menus objets.

Malgré sa profondeur, Ford n’a toujours pas jugé nécessaire de placer des leviers sur les flancs du coffre pour faciliter le rabattage des dossiers de la banquette arrière.

Spacieuse, confortable et naturellement technologique…

Peu de changement par rapport à la version essayée en mars 2016, il faut vraiment être au courant pour percevoir les modifications que Ford a réalisées sur cette version hybride.

Le combiné d’instruments partiellement numérique propose des options qui permettent de suivre le comportement de la chaîne cinématique.

Assez ludique, la conduite économique est illustrée par des branches dont les feuilles s’épanouissent au fur et à mesure que la tendance à l’économie est manifeste.

Comme sur les autres Ford, la Mondeo dispose à présent du système SYNC 3 qui permet au conducteur de contrôler les systèmes embarqués à l’aide de commandes vocales et/ou de l’écran tactile de 8”. Ce dernier permet un « pincer-glisser » pour une navigation plus intuitive. En plus d’AppLink, le nouveau système se connecte aux plateformes CarPlay d’Apple et Android Auto. Suivant le constructeur, le système SYNC 3 est jusqu’à 10 fois plus rapide que SYNC 2.

L’habitabilité est bonne à l’avant comme à l’arrière. Quatre grands adultes pourront entamer des longs voyages sans souci. Vu le dessin de la carrosserie, la hauteur sous le toit ne leur posera aucun problème. Le silence dans l’habitacle participe aussi au confort.

Une chaîne hybride pratiquement identique

Par rapport à la Mondeo Hybrid Sedan essayée en 2016, la Clipper de 2019 reprend la même chaîne cinématique. On retrouve donc un moteur essence de 2.0 l à 16 soupapes à cycle Atkinson avec distribution à calage variable de 140 ch aidé par deux moteurs électriques.

  • Le premier d’une puissance de 118 ch vient l’épauler pour entraîner les roues avant.
  • Quant au second, il sert de génératrice pour recharger une petite batterie Lithium-Ion de 1,4 kWh. Vu sa faible capacité, elle n’autorisera qu’un parcours d’environ 3 km en mode EV.

L’association du moteur essence et du moteur électrique développe une puissance totale de 187 ch à 6000 rpm et un couple maximum de 173 Nm à 4000 rpm. Ce système est couplé à une transmission automatique de type CVT. Pour optimaliser la consommation d’énergie électrique et d’essence, des interfaces comme Ford SmartGauge et le Brake Coach assisteront le conducteur.

Selon Ford, disposé dans la Clipper, ce groupe propulseur ne consommerait que 4,4 l/100 km et ses taux d’émissions de CO2 ne serait que de 101 g/km, soit un chouia de plus que la version sedan essayée précédemment dans ces colonnes.

Le constructeur affirme qu’il ne lui faudrait que 9,4 sec pour que cette longue traction avant atteigne les 100 km/h et que sa vitesse maximale sur circuit serait de 187 km/h. Depuis 2016, les logiciels dédiés à la propulsion ont été améliorés pour les rendre plus efficaces notamment pour augmenter le couple quand le moteur tourne à basse vitesse.

Sur route

Ici aussi, peu de changement, malgré son poids de 1,7 T, la Mondeo reste fidèle à elle même : très stable même sur des parcours tourmentés. Sa direction reste précise et agréable. Toutefois, son agilité reste un peu en retrait par rapport aux versions thermiques moins lourdes.
De même, ses fortes accélérations font toujours autant mouliner bruyamment le moteur avec ce petit temps de retard imputable à la transmission CVT.

Deux modes de conduite sont proposés : Normal et Eco. Notons aussi que la boîte dispose d’une position “Low”.

Quant aux consommations, elles restent très basses : au terme de notre essai, l’ordinateur de bord affichait une consommation moyenne de 5,9 l/100 km.

Conclusions

En 2018, un peu plus d’une centaine de Mondeo hybrides ont trouvé preneur. Cette année, en onze mois, leur nombre s’établit à 354 exemplaires dont près de 88 % des commandes  concernent la Clipper, ce qui démontre que le choix de Ford de proposer un break s’est révélé payant.

Beaucoup plus aboutie que la version berline en terme de praticité, la Mondeo HEV Clipper offre une certaine singularité. En effet, ses concurrentes qu’elles soient européennes ou asiatiques, sont des PHEV à savoir hybrides et rechargeables.

Certes, les Plug-In vont plus loin en terme de conduite ZE, mais cette particularité augmente la facture d’environ 10.000 EUR !

Toutefois, à l’heure actuelle, son hybridisme rend nulles ses taxes de mise en circulation et de circulation annuelle…

La Mondeo HEV Clipper propose donc un véhicule qui ne peut s’opposer qu’aux Toyota hybrides… Quoique ces dernières ne proposent pas de Camry break.

Proposée en deux versions, ses prix débutent à 38.000 EUR. La version haut de gamme Vignale approchant quant à elle les 43.000 EUR.

Benoît Piette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

− 1 = 8