Essai : Fiat 500C Lounge 1.3 MultiJet 95 ch

Classé dans : Essais - Fiat (Italie) | 0

Fiat 500C Lounge 1.3 MultiJet 95 ch 2010

 

Dans le cadre de l’histoire de l’automobile, la dénomination Fiat 500 est loin d’être nouvelle.

Dès sa première apparition en 1936, celle-ci a été synonyme de voiture populaire et/ou citadine.

 

La dernière génération a été présentée en 2007 et la 500C dont nous vous présentons aujourd’hui l’essai est apparue en mars 2009.

 


Fiat 500C Lounge 1.3 MultiJet 95 ch 2010

 

Un historique complet de la célèbre Fiat 500 dépasse de très loin le cadre de cet article, mais il nous semble tout de même utile de parcourir rapidement la carrière étonnante des différentes générations de cette petite auto populaire.

La première Fiat portant la dénomination 500, apparut en 1936. Le public lui donnera très rapidement le nom de Topolino. Elle survivra à la seconde guerre mondiale et restera en production sans modifications majeures jusqu’en 1948.

Cette année-là, fut lancée la 500 B, remplacée dès 1949 par la 500 C. En 1955, celle-ci quitta définitivement la scène au profit de la Fiat 600. Fin du premier acte.

Le 4 juillet 1957, Fiat dévoila la Nuova 500, avec moteur bicylindre à l’arrière et toit ouvrant en toile qui incorporait la lunette arrière.

Dès 1959, les dimensions du toit ouvrant en toile furent réduites de pratiquement la moitié afin d’augmenter la garde au toit des passagers arrière.

En 1960, la Nuova 500 dut laisser la place à la 500 D et la même année Fiat introduisit le break 500 Giardiniera.

En 1965, la 500 F prit la relève et resta en production jusqu’en 1972.

Une version plus luxueuse, la 500 L, vit le jour en 1968.

Finalement, en 1972, la 500 F fut remplacée par la 500 R dont la production s’arrêta le 1er août 1975 à l’usine sicilienne de Termini Imerese, après que 3.432.226 exemplaires de la Nuova 500 et de ses successeurs eussent été construits. Fin du deuxième acte.

La nécessité de proposer de petites voitures économiques et propres, a incité les dirigeants de Turin à faire appel une troisième fois à l’appellation historique 500.

C’est ainsi qu’au mois de mars 2004, Fiat présenta lors du salon de Genève, le concept car Trepiuno (trois plus un).

Pour les formes de ce concept de citadine plutôt polyvalente, les designers s’étaient librement inspirés de la Nuova 500 de 1957. Si les formes se référaient indéniablement à l’illustre ancêtre, il n’en allait pas de même pour la mécanique. Celle-ci est basée sur la plateforme de l’actuelle Panda (traction avant).

Le concept car Trepiuno était déjà très proche de la 500 de série qui allait être commercialisée en Italie, dès le 4 juillet 2007, soit 50 ans, jour pour jour, après le lancement de la Nuova 500, après une campagne publicitaire soutenue, efficace et spectaculaire. Début du troisième acte.

Comme la Panda, dont elle dérive mécaniquement, la 500 est produite en Pologne.

En mars 2008, la 500 fut déclinée en version Abarth

En mars 2009 Fiat dévoila la 500C, au toit ouvrant en toile à commande électrique avec lunette arrière incorporée.

Lors du salon de Genève 2010, ce fut au tour de l’Abarth 500C d’être dévoilée.

Dès le mois de septembre prochain, la Fiat 500 sera la première voiture du groupe à étrenner le nouveau moteur bicylindre Twin Air de 900cm3, également présenté au salon de Genève de cette année.

Fiat 500C 2010

Fiat 500C Lounge 1.3 MultiJet 95 ch 2010

Outre son look craquant, le succès actuel de la 500 est également dû au fait qu’elle ait été lancée sur le marché lorsque celui-ci réclamait des citadines polyvalentes et amusantes.

Il n’y a pas à dire, l’esthétique de la 500 est des plus réussies. Bien sûr, Fiat n’a pas fait preuve de grande originalité en « revisitant » un de ses modèles les plus emblématiques, mais les dessinateurs ont très bien réussi leur coup. On a vu d’autres marques qui ont «revisité leurs mythiques ancêtres» avec moins de réussite que la marque turinoise avec son sympathique « petit pot de yaourt ».

Lorsqu’en mars 2009, fut lancée la 500C (cabriolet), Fiat est réellement retourné aux sources, car les premières Nuova 500 étaient des cabriolets avant la lettre, avec leur toit en toile qui incluait la lunette arrière.

Certains auront de quoi redire sur la classification de la 500C en cabriolet. Ils objecteront que les concepteurs n’aient pas renoncé aux encadrements des portes et du montant C. Du moins, cette solution a le mérite de procurer une bonne rigidité à la caisse.

Quoi qu’il en soit, la Fiat 500C est actuellement, un des objets roulants les plus désirables qui soient sur le marché, et ceci, à un prix «relativement abordable ».

Fiat 500C Lounge 1.3 MultiJet 95 ch 2010

Gamme.

La Fiat 500C est pour l’heure disponible en 2 niveaux d’équipement : Pop et Lounge.

Au niveau des motorisations, Fiat propose 2 moteurs à essence (1,2 8v de 69 ch et 1,4 16v de 100 ch) et le moteur diesel MultiJet de 1,3 L en 2 déclinaisons de puissance : 75 et 95 ch.

Au total, le client peut choisir entre 7 exécutions dont les prix s’échelonnent entre 14.570 (Pop 1,2 8v 69 ch) et 20.810 € (Lounge 1,3 16v MultiJet 95 ch) TVA 21% comprise.

Toutes les Fiat 500C sont pourvues d’une boîte manuelle à 5 rapports sauf la version 1,4 16v 100 ch qui est accouplé à une boîte à 6 rapports. D’autre part, toutes les Fiat 500C sont équipées d’un système Stop & Start, à l’exception de celles mues par le MultiJet 75 ch.

Le client peut aisément personnaliser son achat, car Fiat propose une longue liste d’options et d’accessoires.

La Fiat 500, quant à elle, est proposée en 4 niveaux d’équipement : Pop, Lounge, Sport et By Diesel, avec des motorisations identiques à celles de la 500C. En Belgique, le programme de livraison de la 500 comprend 16 versions dont les prix TVAC varient entre 11.570 (1,2 8v 69 ch Pop) et 19.810 € ( 1,3 MultiJet 95 ch By Diesel).

Fiat 500C Lounge 1.3 MultiJet 95 ch 2010

Voiture d’essai.

Pour mener notre essai, Fiat Belux avait mis à notre disposition une 500C Lounge équipée de la toute dernière version du célèbre 1,3 16 v MultiJet. Celui-ci développe 95 ch à 4.000 tr/mn et délivre un couple maximum de 200 Nm au régime plutôt réduit de 1.500 tr/mn.

Cette définition de la 500C est proposée en Belgique au prix -non négligeable, il faut bien l’avouer- de 20.810 €.

Notre auto d’essai avait à peine 712 km au compteur. Elle était chaussée de pneus Dunlop SP Sport 01 aux dimensions de 185/55 R 15 82 H.

Fiat 500C Lounge 1.3 MultiJet 95 ch 2010

Intérieur et équipement

L’accès à l’avant est aisé et l’habitabilité y est tout à fait correcte. et plus particulièrement l’espace aux jambes et la garde au toit qui ne souffrent d’aucune critique.

Fiat 500C Lounge 1.3 MultiJet 95 ch 2010

La position de conduite est assez haute. Les sièges, manquant un rien de moelleux, offrent un soutien latéral très satisfaisant qui globalement s’avèreront confortables.

La finition et le montage sont corrects. Le tableau de bord, plaisant à l’œil, est recouvert de plastique couleur carrosserie et rappelle celui des Nuova 500 d’antan.

Fiat 500C Lounge 1.3 MultiJet 95 ch 2010

Fiat 500C Lounge 1.3 MultiJet 95 ch 2010

L’accès aux places arrière est nettement plus acrobatique, surtout pour les grands gabarits et les personnes enveloppées.

S’il est possible de se déplacer à 4 sur des petites à moyennes distances sans que les passagers arrière n’en conservent des séquelles, les déplacements familiaux ne sont pas vraiment la tasse de thé de la 500C.

Considérons donc la 500C, la voiture des copains, comme une 2 plus 2, plutôt qu’une 4 places à part entière.

Fiat 500C Lounge 1.3 MultiJet 95 ch 2010

Le volume du coffre est de taille modeste (180 L). De plus, le couvercle du coffre de dimensions réduites, ne facilite pas l’accès au compartiment à bagages. Heureusement, les dossiers de sièges arrière se rabattent en 2 parties égales et le volume disponible peut ainsi atteindre 520 L.

Fiat 500C Lounge 1.3 MultiJet 95 ch 2010

Fiat 500C Lounge 1.3 MultiJet 95 ch 2010

Fiat 500C Lounge 1.3 MultiJet 95 ch 2010

Regrettons les visibilités arrière et ¾ arrière vraiment médiocres. Précisons que cette remarque devient monnaie courante et que très rares sont les automobiles modernes offrant une bonne visibilité sur 360°.

L’équipement de série de la Fiat 500C Lounge comprend -entre autres- les pare-chocs en couleur carrosserie, les rétroviseurs extérieurs chauffants, à commande électrique et capteur de température dans la teinte de la carrosserie, le kit chrome (garnitures chromées des poignées de portes intérieures et extérieures, de l’embout d’échappement, des lignes de ceinture et des inserts dans les pare-chocs avant et arrière), le volant en cuir réglable en hauteur avec commandes audio, le verrouillage centralisé des ouvrants à commande à distance, la direction assistée électrique, le conditionnement d’air à commande manuelle, le siège conducteur réglable en hauteur, la banquette arrière rabattable en 2 parties égales, le kit fumeur, les jantes en alliage léger de 15 pouces, le système ABS avec répartiteur électronique de force de freinage, les airbags frontaux et latéraux à l’avant, les airbags rideaux et le coussin gonflable pour la protection des genoux du conducteur, une autoradio avec lecteur de CD et MP3 et le système mains libres avec technologie Bluetooth® : Blue&MeTM.

Signalons au passage que nous avons testé la Fiat 500C à la fin du mois de janvier de cette année… Et lors de notre essai, le climat n’était pas exactement celui qu’on espère quand on a une voiture découvrable à l’essai. Par contre cela nous a permis de constater que la capote de la 500 C est parfaitement hermétique et exempte de bruits annexes, même quand le thermomètre descend largement en dessous de zéro.

Image idyllique de la Fiat 500C 2010

Fiat 500C Lounge 1.3 MultiJet 95 ch 2010

Moteur et transmission.

La Fiat 500C dont nous avons pu disposer était équipée de la toute dernière version du célèbre MultiJet 1,3 qui a brillamment fait ses preuves sous le capot de diverses voitures du groupe Fiat Auto, sans oublier quelques Opel et Suzuki.

Cette ultime version développe 95 ch à 4.000 tr/mn et délivre un couple de 200 Nm au régime plutôt bas de 1.500 tr/mn. Elle est également équipée du système Stop & Start, incontournable de nos jours pour améliorer les performances écologiques des moteurs modernes à combustion interne.

Au premier abord, la résistance à la pédale des gaz pourrait faire croire qu’on ait à faire à un groupe propulseur creux. Mais une fois cette résistance vaincue, et qu’on dépasse les 1.800 tr/mn, on découvre un moteur au caractère plutôt ludique, enjoué qui procure un réel plaisir de conduite.

Fiat 500C Lounge 1.3 MultiJet 95 ch 2010

Dans l’ensemble, le moteur a une tendance à imposer sa présence dans l’habitacle, surtout à froid.

Nous avons pu mesurer une consommation moyenne de 5,3 L/100 km. Très belle performance, mais encore assez éloignée des chiffres normalisés annoncés (3,9 L/100km en cycle mixte).

La boîte de vitesses manuelle à 5 rapports ne souffre d’aucune critique. On pourrait seulement s’étonner pourquoi FPT (Fiat Power Technologies) n’a pas encore accolé une boîte à six rapports à l’excellent 1,3 Mjet. Peut être que les coûts seraient disproportionnés par rapport au « plus » apporté par le sixième rapport ?

Fiat 500C Lounge 1.3 MultiJet 95 ch 2010

Comportement routier.

Vu le climat subi pendant l’essai de la Fiat 500 C, nous avons pu tester la tenue de route de la 500 C dans des conditions assez extrêmes.

Sans avoir un comportement de kart, la 500C offre tout de même un agrément de conduite de très haut niveau et se conduit au doigt et à l’œil en toutes circonstances.

La direction à crémaillère et à assistance électrique est précise et douce. Elle dispose de la fonction City qui accentue l’assistance. Cette fonction, qui se retrouve également sur la Panda, se justifie essentiellement en milieu urbain.

Les suspensions sont assez dures, et, sur les joints ou autres inégalités du revêtement routier, la 500C peut réagir vivement et chahute ses occupants.

Globalement, nous n’avons pas trop perçu de bruits parasites, mais, comme nous l’avons déjà précisé ci-dessus, le moteur s’impose dans l’habitacle et, de plus, quelques bruits aérodynamiques se font entendre.

Malgré la grande découpe dans le toit, la rigidité de la caisse est de très bonne facture et on peut lui attribuer en grande partie le comportement très sûr de la Fiat 500 C.

Fiat 500C Lounge 1.3 MultiJet 95 ch 2010

Garantie

 

Conformément aux directives de l’Union Européenne en la matière, Fiat offre une garantie contractuelle de 2 ans sans limitation de kilométrage sur ses produits. Une assurance assistance gratuite d’une durée de 2 ans fait également partie de cette garantie.

Fiat offre la possibilité d’étendre la garantie en proposant –moyennant supplément- des extensions de garantie connues sous le nom de « Close Protection Program ». Pour plus d’informations à ce sujet, consultez le distributeur Fiat officiel.

Fiat 500C Lounge 1.3 MultiJet 95 ch 2010

Conclusion

La Fiat 500C est sans conteste, un objet roulant très identifiable et hautement désirable. La nouvelle 500C donne un éclat particulier à l’image de marque du géant turinois.

Esthétiquement très réussie, elle procure un plaisir certain à la posséder. Elle offre également un comportement routier plutôt ludique et, dans sa version Mjet 1.3 95 ch, des performances tout à fait acceptables tant au niveau des économies d’énergie, qu’en performances pures.

Cependant, cette mignonne citadine au coffre étriqué et aux suspensions raides qui peuvent sérieusement chahuter les occupants fait payer relativement cher le plaisir de rouler décapoté et de posséder une auto qui n’est pas celle de monsieur tout le monde.

Fiat 500C Lounge 1.3 MultiJet 95 ch 2010

Principales données techniques.

Moteur.

Puissance fiscale (Belgique) 7 CV

Carburant Diesel

Positionnement Transversalement à l’avant

Nombre de cylindres 4 en ligne

Culasse Aluminium

Arbres à cames Double arbre à cames en tête à commande par chaîne

Nombre de soupapes par cylindre 4 (Poussoirs hydrauliques)

Alésage x course 69,6 x 82 mm

Cylindrée 1.248 cm³

Taux de Compression 16,8 : 1

Alimentation Injection directe à rampe commune

Suralimentation  Turbocompresseur et inter-refroidisseur

Puissance maximum 95 CV/70 kW à 4.000 tr/min

Couple maximum 200 Nm à 1.500 tr/min

Transmission.

Transmission Aux roues avant

Boîte de vitesses Boîte manuelle à 5 rapports

Embrayage Monodisque à sec

Rapports de transmission

Première 4,273 : 1

Deuxième 2,238 :1

Troisième 1,444 : 1

Quatrième 1,029 : 1

Cinquième 0,767 : 1

Rapport final 3,150 : 1

Châssis

Direction A crémaillère à assistance électrique

Diamètre de braquage entre trottoirs 10,6 m

Suspension avant Roues indépendantes de type McPherson, amortisseurs hydrauliques

                              ressorts hélicoïdaux et barre stabilisatrice

Suspension arrière Essieu de torsion avec roues interconnectées,

                                amortisseurs hydrauliques, ressorts hélicoïdaux et

                                barre stabilisatrice.

Système de freinage Double circuit en diagonale avec assistance et système

                                   ABS.

Freins avant Disques ventilés de 240 mm

Freins arrière Tambours de 180 mm

Pneus (monte standard) 185/55 R 15 82 T

Réservoir de carburant 35 L

Dimensions.

Longueur 3.546 mm

Largeur 1.627 mm

Hauteur 1.488 mm

Empattement 2.300 mm

Voie avant 1.413 mm

Voie arrière 1.407 mm

Garde au sol 150 mm

Volume du coffre de 180 à 520 L

 

Poids.

Poids en ordre de marche 1.095 kg

Masse maximale admise 1.435 kg

Poids de la remorque freinée 800 kg

Poids de la remorque non freinée 400 kg

Poids maximum sur le crochet de remorquage 60 kg

Performances, consommations et rejets CO2 .

Vitesse maximale 180 km/h

Accélération de 0 à 100 km/h 10,7 sec

Consommation en milieu urbain 5,0 L/100km

Consommation en milieu extra-urbain 3,3 L/100km

Consommation en cycle mixte 3,90 L/100km

Consommation lors de l’essai 5,3 L/100km

Rejets CO2 104 g/km

Fiat 500C Lounge 1.3 MultiJet 95 ch 2010