ESSAI 2016: Le spider 124, une FIAT aux yeux bridés

Classé dans : Essais - Fiat (Italie) | 0

Fiat est à nouveau sur le marché avec un petit roadster.

Depuis la disparition de la Barchetta, il y a plus de 10 ans, ce segment avait été déserté par le constructeur transalpin.

Fiat 124 Spider 2017 – Essai 2016

 

Pour faire son « come back » sous les meilleurs auspices, Fiat s’est associé avec Mazda, le spécialiste du spider deux places depuis 25 ans !

Une silhouette qui en rappelle une autre

Mesurant 13 cm de plus que son jumeau le MX-5, soit 4,05 m, le Spider italien s’en distingue aussi par un dessin différent de l’avant.

Fiat 124 Spider 2017 – Essai 2016

 

Celui-ci s’inspire fortement du Spider 124 de 1966. Sa calandre reprend ainsi cette forme hexagonale dessinée par Pininfarina, il y a juste 50 ans.

Fiat 124 Spider 1966 & 2016

 

De même, le double bossage du capot a été suggéré par la version de 1969 propulsée par le 1605 cm³ DOHC développant déjà 110 ch. Ses phares intègrent une technologie DEL ainsi que le système AFLS (Adaptive Front Light) qui dirige le faisceau lumineux vers l’intérieur des virages.

Fiat 124 Spider 1966 & 2016

 

L’arrière reprend aussi quelques caractéristiques de son devancier comme, par exemple, les blocs optiques développés horizontalement dont le milieu intègre la couleur de la carrosserie.

Le coffre s’ouvre sur un volume de 140 dm³, pas de quoi fouetter un chat !

Fiat 124 Spider 2017 – Essai 2016

 

Mais en option, Fiat propose un porte-bagages extérieur, très néo-rétro… Pour une question de rigidité, le coffre n’est accessible que par le haut, pas très pratique !

Fiat 124 Spider 2017 – Essai 2016

 

Sa capote est encore mécanique mais d’un maniement hyper facile et rapide. Elle dispose d’une lunette en verre, une excellente idée !

A l’intérieur de l’habitacle, en revanche, c’est une copie conforme du MX5, certes, l’intérieur havane de notre exemplaire tranche avec le noir monacal de son frère japonais, mais l’emplacement des commandes reste identique…

Fiat 124 Spider 2017 – Essai 2016

 

L’ergonomie est très bonne et, chose rare à notre époque, elle ne s’encombre pas de toutes ces aides à la conduite qui ne font qu’endormir la vigilance du conducteur et vont jusqu’à lui atrophier son implication à la conduite.

Le volant et son assistance électrique sont bien calibrés, le petit levier de vitesse tombe parfaitement en main : son débattement est court mais ferme : juste ce qu’il faut pour apprécier son maniement.

Fiat 124 Spider 2017 – Essai 2016

 

Comme toutes les voitures modernes, elle est équipée de capteurs de pluie et d’obscurité.

Que les fans de l’infodivertissement se rassurent, le Spider 124 ne les a pas oubliés : il dispose d’un écran tactile 7″ avec contrôle multimédia.

En option, la radio DAB avec système Bose et neuf haut-parleurs sont au programme, tout comme la connexion Wi-Fi et Bluetooth®, deux ports USB et l’entrée AUX. Un système de navigation avec cartes 3D est en option. Dommage qu’il y ait si peu d’espaces de rangement…

 

Sur route

Il y a 50 ans, Fiat avait équipé son 124 Spider d’un moteur 1,4 l (1438 cm³) double arbre développant 90 ch à 6500 rpm, ce qui lui permettait d’atteindre une vitesse de pointe de 170 km/h.

En 2016, Fiat reprend cette cylindrée en optant pour son MultiAir turbo quatre cylindres 1,4 l (1368 cm³) développant une puissance de 140 ch à 5000 rpm soit 50 ch en plus que sa devancière, ce qui lui permettrait d’accrocher les 215 km/h sur circuit.

Fiat 124 Spider 2017 – Essai 2016

 

Un chouia plus puissant que le 1500 atmosphérique du Mazda MX5, le MultiAir s’en distingue aussi son couple maximum de 240 Nm disponible à 2250 rpm (le couple maximum du 1,5 SkyActiv ne propose que de 150 Nm au régime élevé de 4800 rpm !)

Bien calé dans d’excellents sièges aux multiples réglages, sa conduite s’avère éminemment gratifiante. Avec sa répartition des masses 50/50, il reste très équilibré.

Fiat 124 Spider 2017 – Essai 2016

 

Le spider 124 s’est révélé dans les petites routes sinueuses du Condroz. Un vrai plaisir que le temps ensoleillé de cet automne a magnifiquement sublimé.

Il est évident que par temps gras, il faudra être plus circonspect car cette propulsion ne possède pas de différentiel à glissement limité !

Fiat 124 Spider 2017 – Essai 2016

 

Alors qu’il faut chercher les chevaux de la MX5 haut dans les tours, ceux du spider Fiat s’exploitent plus tôt mais il faudra faire avec un léger délai de réponse du turbo. Celui-ci se réveillera effectivement que passé les 2500 rpm : en dessous, il faudra patienter un brin… A 120 km/h, le moteur tourne à 3000 rpm sur le sixième rapport.

Mais évidemment, pour cruiser, ce n’est pas si important…

 

Par rapport au MX5, sa suspension est aussi plus souple. Tout en restant tout aussi efficace, elle avale beaucoup mieux les irrégularités de la route et la rend ainsi plus confortable : ce que nos lombaires ne dédaigneront certainement pas !

En revanche, avec son réservoir de 45 litres, l’autonomie n’est pas son fort, d’autant plus que le MultiAir ne s’avère pas si sobre que le prétend son constructeur : sur route ouverte, la rédaction a mesuré une consommation moyenne d’environ 8,2 l aux 100 km.

 

Conclusions

Voiture plaisir par excellence, le Fiat 124 Spider restera une voiture de niche, mais quelle niche !

Fiat 124 Spider 2017 – Essai 2016

 

Elégant, maniable et particulièrement efficace, il offrira à son propriétaire des moments de conduite particulièrement gratifiants.

Plus confortable que son frère asiatique, il pêchera cependant par une consommation d’environ un litre plus élevée (148 g CO2 /km au lieu de 139 g CO2 /km).

Fiat 124 Spider 2017 – Essai 2016

 

Proposée à 27.300 EUR, il est aussi plus cher que le MX5 dont le prix débute à 22.600 EUR

 

 

BP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

÷ 4 = 2