Le Dacia Duster TCe 130 : powered by Mercedes ?

Classé dans : Essais - Dacia (Roumanie) | 0

Notre dernier essai du Nouveau Duster date d’à peine un an : il s’était déroulé avec une version diesel propulsée par le 1.5 dCi bien connu depuis des lustres auprès de l’Alliance Renault Nissan.

Aujourd’hui, c’est une version essence qui va faire les frais de nos investigations. Adieu le poussif 1.6 dont les origines remontent au milieu des années ‘90. À sa place, un petit 1,3 étudié par Mercedes et Renault… Excusez du peu !

Carrosserie et Intérieur

Nous n’allons pas refaire le portrait du nouveau Duster dont les lignes directrices ont déjà été tracées dans notre essai d’avril 2018.

En bref, disons que cette nouvelle mouture est à présent mieux finie et que l’intérieur est plus à la page. En outre, l’insonorisation a été mieux réalisée, surtout avec ce modèle propulsé par ce nouveau moteur. Il s’ensuit une meilleure restitution sonore de la musique, ce qui ravira les mélomanes.

Certes, Dacia est toujours étiquetée “Low Cost”, mais aujourd’hui, la finition et l’instrumentation ont fait un bond en avant. Évidemment, il y a encore du chemin à faire et ce n’est pas du Premium. Cependant, les conducteurs qui ne sont pas à l’affût de la moindre nouveauté technologique et sensibles au luxe et au confort personnalisés s’en suffiront…

Rappelons aussi que le Duster offre une capacité de rangement intérieur de 28,6 dm³ et un volume de coffre de 445 dm³.
Lorsque le dossier de la banquette rabattu, son volume maximum atteint 1623 dm³.

Notons toutefois que l’écran multimédia MediaNav Evolution a été positionné plus en hauteur, mais pas encore suffisamment. De même, la réflexion du tableau de bord sur le pare-brise nous a semblé encore importante.

Quant aux sièges, ils sont confortables. Celui du conducteur reçoit un petit accoudoir amovible bien situé. Que ce soit à l’avant ou à l’arrière, la place est suffisante pour quatre à cinq passagers.

Pour rappel, le Duster a reçu trois étoiles aux tests EuroNCAP. Cette cote un peu sévère est surtout due aux résultats des aides à la sécurité (37 %).

Le 1.3 TCe, un moteur moderne

Dacia nous a habitué à ce que ses voitures soient équipées de moteurs ayant fait leurs preuves depuis longtemps. C’est ainsi que les moteurs de série “K” ont été longtemps utilisés pour propulser les Dacia. Pour rappel, la série “K” a été développée en 1995 pour remplacer les moteurs Energy de la Renault 19 lancés il y a plus de trente ans… dont leur ancêtre n’est autre que le célèbre Cléon-Fonte à arbre à cames latéral apparu en 1962 !

Ne fût-ce que pour des raisons d’émission, il fallait que Dacia intègre un propulseur moderne dans ses véhicules et plus particulièrement dans son SUV dont le succès ne s’est jamais démenti.

Grâce aux accords entre l’Alliance Renault-Nissan et Mercedes, il a été possible aux motoristes de Dacia d’implanter ce petit 1332 cm³ appelé H5Ht chez Renault, HR13DDT chez Nissan ou M282 chez Mercedes. Étudié par ces deux partenaires, ce seize soupapes suralimenté et à doubles arbres à came en tête (DACT) est entièrement en aluminium et dispose de l’injection directe. Il est doté d’un vilebrequin à cinq paliers et sa distribution se fait par chaîne qui est toujours plus fiable qu’une courroie.

Il propose une désactivation des cylindres (sur les deuxième et troisième cylindres), ainsi qu’un filtre à particules.

Le 1.3 TCe est produit sur deux sites de l’Alliance : à Valladolid (Espagne) et à Sunderland (Royaume-Uni), dans l’usine Nissan Motor United Kingdom (NMUK). Ce même moteur est également fabriqué en Allemagne chez Daimler à Kölleda et en Chine chez Dongfeng Renault Automotive Company (DRAC) et Beijing Benz Automotive Company, Ltd (BBAC).

Chez Renault, en entrée de gamme, il développe 115 ch et délivre un couple de 220 Nm disponible déjà à 1500 rpm.
En gamme intermédiaire, on le retrouve avec une puissance 140 ch avec 240 Nm de couple dès 1600 rpm. En revanche, chez Dacia, cette puissance est ramenée à 130 ch à 5000 rpm avec le même couple maximum.
C’est ce moteur qui équipait notre exemplaire. Il était accouplé à une boîte mécanique à six rapports. (A noter que Dacia propose aussi une version 4×4).

Et enfin, une troisième version, de 160 ch et 270 Nm de couple (à 1800 rpm) termine le choix. À noter que chez Dacia, ce troisième niveau ne délivre “que” 150 ch à 5000 rpm avec un couple de 240 Nm disponible dès 1750 rpm.

Très souple, ce moteur monte en régime de manière très linéaire. Malgré une insonorisation moins poussée que sur les Mercedes propulsées par la même unité, il faut reconnaître qu’il ne donne de la voix que s’il est poussé dans ses derniers retranchements.

À bord du Duster, il s’avère un excellent compagnon de route. Toutefois, il faudra garder son régime au-dessus de 2000 rpm pour des relances correctes.

Quant à sa consommation, il confirme les essais précédents : au terme de notre essai réalisé surtout à l’extérieur des villes, l’ordinateur de bord affichait 6,3 l/100 km soit un chiffre très proche des mesures officielles de Dacia (6,1 l/100 km et 139 g de CO2 au km – mesures NEDC).
Dans ces conditions, avec son réservoir de 50 l, l’autonomie du Duster pourra approcher les 800 km.

En roulant régulièrement en milieu urbain, la consommation avoisinera les 8 l /100 km.

En ce qui concerne la tenue de route, malgré une tendance au roulis assez marquée, celle-ci peut être qualifiée de bonne. Cependant, la direction nous semble très (trop) légère. Les rapports de vitesse s’égrainent avec rapidité : en sixième à 120 km/h, le moteur ne tourne qu’à 2500 rpm.

Spécifications techniques

Fichier pdf à télécharger

Conclusions

Avec ce moteur moderne, le Duster a atteint sa majorité : consommant peu et suffisamment dynamique, il plaira aux familles qui ne succombent pas aux sirènes de la technologie à tout va ainsi qu’au design “émotionnel”. Cette unité nous semble plus recommandable que le petit trois cylindres TCe 100 qui s’époumonera bien vite si le relief s’accentue.

Compte tenu de sa taille, ses capacités de chargement sont plus que suffisantes.

Notre modèle un TCe 130 GPF en série limitée Techroad, était proposé à 19.090 EUR. Mais il existe déjà une Duster TCe 100 pour un peu moins de 12.000 EUR.

Benoît Piette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 74 = 76