La nouvelle Citroën C3 : adieu les rondeurs !

Classé dans : Essais - Citroën (F) | 0

Depuis son apparition au Mondial de Paris, la nouvelle Citroën C3 est en totale rupture avec sa devancière qui, apparemment, était beaucoup trop sage par rapport à ses deux rivales tricolores à savoir la Peugeot 208 et la Renault Clio.

Citroën C3 1.2 PureTech 110 S&S EAT6 Shine – 2017

Une C4 Cactus en réduction

A l’instar de sa grande sœur, la C4 Cactus, cette troisième génération reprend donc son design assez particulier : ses formes sont plus tendues, le toit est de couleur différente, l’avant reproduit aussi cette double optique disposée en étage et les Airbumps inaugurés avec la C4 Cactus apparaissent de manière plus discrète sur ses flancs (de série en finition Shine).

Citroën C3 1.6 BlueHDi 75 S&S Shine – 2017

Rappelons que ces protections de carrosserie en plastique sont particulièrement un atout en ville, endroit où les petits chocs voulus ou non ne sont pas rares. Toutefois, pour ceux qui en sont allergiques, ces protections latérales sont en option sur les niveaux de finition intermédiaires. Trois finitions sont proposées : Live, Feel et Shine.

Elle offre malgré sa taille à peine inférieure à 4 m une habitabilité suffisante pour quatre adultes. Les rangements intérieurs sont nombreux mais les passagers avant se passeront d’accoudoir central. Son coffre, au seuil assez haut, dispose d’une capacité de 300 dm³ extensible à 922 dm³. A noter que celui-ci ne dispose pas de double fond.

L’intérieur reprend le même design que la C4 Cactus : les poignées de porte « style maroquinerie », l’écran flottant tactile de 7″ reprenant presque l’entièreté des commandes ou l’ergonomie des sièges en sont de bons exemples.

Il faudra donc faire la même remarque que pour les Citroën : à force d’opter pour le « tout informatisé », les commandes directes indispensables ne sont plus accessibles directement et il faudra donc naviguer dans les menus, ce qui devient une source d’inattention.

Les adeptes des plastiques moussés en seront pour leur frais : cependant, l’ensemble reflète une réelle fraîcheur qui a beaucoup inspiré mon épouse !

C3 1.2 PureTech 110
C3 1.2 PureTech 110
C3 1.6 BlueHDi 75
C3 1.6 BlueHDi 75

Pour les Geeks, une caméra HD grand angle connectée est disposée derrière le rétroviseur central. Appelée ConnectedCAM Citroën, elle permet de réaliser des photos et même des vidéos : probablement intéressant pour les assurances suite à un accident…

 

Signalons que dès la première finition, la C3 reçoit l’Alerte de Franchissement Involontaire de Ligne (AFIL) ainsi que le régulateur et limiteur de vitesse.
Regrettons que les commandes de ce dernier sont placées derrière le volant et donc quasiment invisibles au conducteur.

Au niveau sécurité, la C3 a été cotée à quatre étoiles aux tests EuroNCAP. Malgré la sévérité accrue des tests, la nouvelle C3 de 2017 a reçu de meilleurs résultats que sa devancière (2009).

La sécurité des adultes, enfants et piétons sont à présent respectivement de 88 %, 83 % et 59 % au lieu de 83 %, 74 % et 33 %. Quant aux aides à la sécurité, ils ont été évalués à 58 % au lieu de 40 %.

 

 

Sur route

De nombreux moteurs sont proposés par Citroën :

  • En essence la C3 est disponible en boîte manuelle avec les moteurs trois cylindres PureTech 68 ch., 82 ch. et 110 ch. (Stop & Start). Pour l’instant, la boîte automatique EAT6 n’est proposée que sur la motorisation PureTech 110 ch. S&S.
  • Malgré son avenir incertain surtout dans le segment des citadines, l’offre diesel comprend les BlueHDi  75 ch. (Stop & Start)  et 100 ch. (Stop & Start) seulement en boîte manuelle.

Notre essai a porté sur la 1.2 PureTech 110 à boîte EAT6 ainsi que sur la 1.6 BlueHDi 75. Ces deux versions sont pourvues du Stop & Start.

Le 1.2 PureTech commence à être bien connu chez PSA, il existe en différente versions de puissance, avec au sans Turbo. La version essayée développe 110 ch. à 5500 rpm et un couple maximum de 205 Nm à 1500 rpm. Selon le constructeur, ses émissions de CO2 sont de 110 g/km.

Bien secondé par la boîte automatique EAT6, il donne de l’allant à la C3 mais cette transmission n’a pas encore la réactivité de certaines de ses concurrentes d’outre-Rhin. Elle ne dispose pas non plus de palettes derrière le volant. Très douce en conduite normale, elle peut révéler des à-coups lors d’une conduite ‘sportive’ ou lors des bouchons.

Ainsi équipée, la C3 consomme entre 6 et 7 litres aux cent kilomètres et dans les 8 litres en ville.

La version diesel essayée ne fait que 75 ch. au régime paisible de 3500 rpm. Ce 1.6 BlueHDi délivre un couple maximum de 233 Nm à 1750 rpm. Rond et particulièrement à l’aise en milieu citadin, la C3 ainsi propulsée peut toutefois s’aventurer en dehors de la ville sans pour autant démériter.

Certes, il faudra relancer la mécanique quand les côtes se feront jour, mais son couple lui donne malgré tout une bonne réserve. Relativement silencieux pour un diesel, le 1.6 BlueHDi sera choisi par de gros rouleurs mais sa version à 100 ch. sera certainement plus choisie par cette catégorie de conducteurs et ce d’autant plus que le diesel devient de plus en plus décrié en ville.

Quant à sa consommation, lors d’un essai surtout extra urbain, elle s’est figée à 4,2 litres. Pour la ville, il faudra y ajouter un bon litre.

Avec un châssis similaire à la reine de cette catégorie, la Peugeot 208, la C3 reste sûre en particulièrement vivace. Évidemment, son ADN procure un confort que sa sœur de Sochaux ne possède pas.

De même, elle sera plus sujette au roulis, mais cela ne nuit pas à sa tenue de route qui sera immanquablement bien accueillie par les Citroënistes.

Conclusions

La nouvelle C3 ne manquera pas de faire parler d’elle : sa bouille rigolote fait déjà pas mal d’émules. Grâce à un châssis étrenné de la 208, sa tenue de route est très bonne et ravira les adeptes du confort à la Citroën.

Son habitabilité est suffisante pour quatre adultes avec bagages… légers (300 dm³). Ses moteurs essence et diesel sont à la page et savent rester sobres.

Les prix débutent à un peu moins de 13.000 EUR pour la version C3 1.2 PureTech 68 ch. Live.

Nos versions faisaient respectivement 19.600 EUR pour la 1.2 PureTech 110 S&S EAT6 Shine et 19.000 EUR pour la version 1.6 BlueHDi 75 S&S Shine.

Benoît Piette

Laissez un commentaire

6 × = 12