ESSAI : Citroën Berlingo Break e-HDi 90 Airdream, un ludospace à la vocation relaxante

Classé dans : Essais - Citroën (F) | 0

Continuant son petit bonhomme de chemin, le Berlingo vient de passer ses seize ans d’existence. Remodelé en 2008, il poursuit discrètement sa carrière avec quelques diverses modifications.

Citroën Berlingo 1.6 e-HDi 90 Airdream BMP6 2011

 

Depuis juillet 2011, ce ludospace veut prouver que lui aussi peut prétendre à l’écologie grâce à son modèle.

 

Une bouille bien connue

 

D’abord prévue en 1996 comme camionnette pour remplacer les fossiles utilitaires des seventies (la Visa !) elle s’est tournée ensuite vers les familles en mal de monospace à prix abordable.

Citroën Berlingo Break 1.6 e-HDi 90 Airdream BMP6 2011

 

En 2008, elle a troqué sa mini-jupe pour une robe plus empesée.

Cette silhouette, c’est un peu comme si vous aviez repris contact avec une copine de lycée que vous n’aviez plus vue depuis de longues années : avant la rencontre, vous vous rappeliez encore de son allure vaporeuse et si fragile.

Et voilà qu’après toutes ces années,  vous la retrouvez ! Hélas, vous avez toujours ignoré qu’elle avait un faible pour les pâtisseries et autres viennoiseries…

Citroën Berlingo Break 1.6 e-HDi 90 Airdream BMP6 2011

Le Berlingo Break mesure 4,38 m de long et 2,11 m de large.

Si vous n’optez pas pour un radar de recul, les manœuvres de stationnement vous seront plus hasardeuses.

Citroën Berlingo Break 1.6 e-HDi 90 Airdream BMP6 2011

 

L’espace laissé aux passagers à l’arrière est digne d’une grosse berline et son coffre propose un volume de 675 dm³ sous la tablette.

Celui-ci atteint 1,35 m³ jusqu’au pavillon voire même 3 m³ quand les sièges du second rang sont déposés.

Citroën Berlingo Break 1.6 e-HDi 90 Airdream BMP6 2011

Notre version XTR, en plus de son allure « baroudeur de l’asphalte« , disposait d’une galerie intérieure permettant de transporter des objets jusqu’à 2 m de long comme des skis… intéressant, mais sans plus.

Citroën Berlingo Break 1.6 e-HDi 90 Airdream BMP6 2011

Pour le distinguer des autres dispose de combinés à fonds noirs et à cerclage gris Lion (et cela ne s’invente pas !).

Citroën Berlingo Break 1.6 e-HDi 90 Airdream BMP6 2011

Pour décrocher ses quatre étoiles aux tests Euro NCAP en 2008, il dispose de six airbags. Pour les enfants, trois fixations Isofix à trois points sont prévues sur les deux assises des sièges latéraux arrière et sur l’assise du siège du passager avant.

Sur route

 

Malgré les multiples réglages du siège, la position de conduite reste typée « camionnette » mais certains l’apprécient.

Les commandes tombent bien en main.

Citroën Berlingo Break 1.6 e-HDi 90 Airdream BMP6 2011

Le siège dispose d’un accoudoir repliable pouvant être déployé lors de longs trajets, cependant, seule l’extrémité du coude peut y trouver un support assez sommaire.

Le volant peut être réglé en hauteur et en profondeur. Grâce à sa position « dominante », la visibilité générale reste bonne.

Sur ce modèle e-HDi, le changement de vitesses de la « BMP6« * interpelle à la fois par son emplacement mais aussi par sa forme on ne peut plus surprenants : en effet, en plus des traditionnelles palettes au volant, celui-ci prend ici l’apparence d’une grosse molette rotative intégrée au tableau de bord.

* Boîte Manuelle Pilotée à 6 vitesses

Citroën Berlingo Break 1.6 e-HDi 90 Airdream BMP6 2011

Sa manipulation nécessite une certaine habitude et n’est pas toujours des plus pratique quand il faut effectuer des manœuvres pour se garer.

Mais ce qui est garanti, c’est que son aspect étrange intriguera, voire rebutera les voleurs de voitures !

Ainsi travestie, la boîte BMP6 ne change pas pour autant de caractère : le mode automatique exigera toujours beaucoup trop de temps pour le passage des rapports.

Heureusement avec les palettes, que ce soit en mode automatique (A) ou manuel (M), les vitesses peuvent être changées plus rapidement et permettront ainsi un certain « lissage » de la conduite.

Le bruit du moteur e-HDi reste très discret. Pour revendiquer ses fibres écologiques, ce « tourne-broche » est muni d’un système Stop & Start.

Malgré son volume, le Berlingo Break est agile et profite des trains roulants provenant du C4 Picasso.

Vu sa hauteur, sa tenue de route ne vaut évidemment pas celle que l’on ressent au volant d’une C4 et il faudra se méfier des vents traversiers lors du dépassement d’un camion.

Citroën Berlingo Break 1.6 e-HDi 90 Airdream BMP6 2011

Malgré sa tonne et demi à déplacer et son Cx peu flatteur, le moteur fait preuve de bonne volonté grâce à un couple de 230 Nm placé à 1750 rpm qui pallie son manque de puissance (90 ch. à 4000 rpm).

Citroën revendique des valeurs d’émissions de CO2 et de consommation mixte de 125 g et 4,8 l/100km alors qu’elles sont de 139 g et 5,3 l/100km pour la motorisation 1.6 HDi 90 avec boîte traditionnelle.

En ce qui concerne sa consommation, nous avons eu une petite déception : elle est légèrement supérieure à celle que nous avions réalisée avec un modèle de puissance équivalente il y a quatre ans sur un parcours pratiquement identique : nous avons mesuré 6,2 litres aux cent kilomètres au lieu de 5,8 litres en 2008 (normes Euro IV).

A sa décharge, reconnaissons qu’à l’époque, l’essai avait été réalisé par un temps beaucoup plus clément.

 

Données Techniques

 

Fichier à télécharger

Que faut-il en penser ?

 

Par son succès, Citroën a vu juste, le Berlingo Break reste une valeur sûre et il gardera ses inconditionnels.

Citroën Berlingo Break 1.6 e-HDi 90 Airdream BMP6 2011

Quant au modèle essayé, depuis l’abrogation des avantages fiscaux pour les particuliers, nous ne voyons pas beaucoup son intérêt réel d’autant plus que la diminution de consommation reste très théorique.

En outre, à puissance et configuration égales, il faudra ajouter presque 1000 EUR pour faire joujou avec la BMP6

Citroën Berlingo Break 1.6 e-HDi 90 Airdream BMP6 2011

 

Pour 2012, quelques modifications

 

En marge de cet essai, Citroën annonce pour 2012 quelques changements cosmétiques pour sa gamme. Ceux-ci ne modifient en rien les éléments et les conclusions de cet essai.

Citroën Berlingo Break 2012

Pour garder la même « cohérence stylistique » avec les autres véhicules de la marque, quelques légères évolutions ont été appliquées notamment sur la face avant qui accueille les nouveaux chevrons qui s’étirent maintenant jusque sous les projecteurs.

La partie inférieure de la calandre, alignée sur le bouclier, peut intégrer un éclairage statique d’intersection, lié aux antibrouillards et aussi des nouveaux feux de jour à DEL.

De profil, les évolutions ont surtout porté sur un dessin des rétroviseurs extérieurs plus aérodynamique qui est sensé réduire la consommation.

L’intérieur garde sa convivialité et sa praticité, seules quelques couleurs et matières utilisées ont été revues pour apporter davantage de modernité dans l’habitacle.

Quant aux motorisations et transmissions, le Nouveau Citroën Berlingo Multispace confirme la technologie micro-hybride e-HDi couplée, pour le meilleur et pour le pire, à la boîte manuelle pilotée 6 vitesses (BMP6).

Citroën Berlingo Break 1.6 e-HDi 90 Airdream BMP6 2011

En version cinq places, les moteurs HDi 75 et HDi 90 réduisent leurs émissions de CO2 à 135 g/km contre 139 g précédemment.

Ce gain est notamment dû aux améliorations aérodynamiques tels que de nouveaux enjoliveurs ou encore les nouveaux rétroviseurs extérieurs.

L’ancienne motorisation HDi 110 gagne cinq chevaux et devient HDi 115.

 

Néanmoins, suite à une EXPÉRIENCE PERSONNELLE MALHEUREUSE, je peux affirmer que l’importateur belge de PEUGEOT suit RIGOUREUSEMENT la GARANTIE.

Comme depuis quelques années, les PEUGEOT et CITROËN sont importées en Belgique par le MÊME IMPORTATEUR, ses CRITÈRES ÉTHIQUES doivent être les mêmes que ce soit une Peugeot ou une Citroën ou une DS…

A bon entendeur, salut ! (Christian Bouchat – Rédacteur en chef)