ESSAI COMPLEMENTAIRE : Un hybride à la française : la Citroën DS5 HY4

Classé dans : Essais - Citroën (F) | 0

A ce jour, près de 2500 DS5 ont déjà été livrées en Belgique. Pour ce véhicule très atypique, c’est un succès d’ailleurs ces chiffres correspondent aux objectifs que s’était fixé Citroën Belux pour la première année.

Citroën DS5 HY4 2012

 

En se penchant un peu plus sur ce bilan, il appert que la version hybride (HY4) correspond à deux DS5 sur cinq vendues. Certes l’aspect fiscal doit jouer un rôle, mais est-il le seul moteur de cet engouement ?

 

Une silhouette pour surprendre et séduire

 

Ce slogan résume ce qui a conduit les designers de Citroën de créer la DS5 : audacieuse cette ligne a surpris plus d’un quand le concept C-SportLounge a été dévoilé en 2005.

Depuis la commercialisation de la DS5 et de son entrée dans la cour de l’Elysée, elle a perdu un peu de son aspect d’extraterrestre (voir notre essai de juillet).

N’empêche que se glisser à l’intérieur après une pause de quelques mois nous replonge dans un univers où « faire différemment » semble avoir été le maître-mot lors de sa conception.

Citroën DS5 HY4 2012

Par rapport aux DS5 100 % thermiques, la version hybride diffère quelque peu mais pas de manière aussi flagrante que la Toyota Auris Hybride par rapport à ses sœurs thermiques, et c’est tant mieux !

Citroën DS5 HY4 2012

Extérieurement, à part un discret H flanqué à droite du sigle DS5 de la malle arrière et deux écussons « Hybrid 4 » arborés sur les portières avant, point de différence !

Citroën DS5 HY4 2012

A l’intérieur, les marche-pieds lumineux reprennent l’inscription Hybrid 4. Dans l’instrumentation, le compte-tours a cédé sa place à un indicateur de puissance appelé en jargon Citroën « powermètre« .

Citroën DS5 HY4 2012

Sur la console centrale, en plus de la traditionnelle molette destinée à l’ordinateur de bord, on en découvre une seconde qui permet de sélectionner un des quatre modes de propulsion, à savoir « Auto« , « ZEV« , quatre roues motrices et « Sport« .

Citroën DS5 HY4 2012

Toujours sur cette console, on reconnaît le levier de vitesses de l’ineffable boîte BMP et enfin, en surfant sur l’ordinateur de bord, il y a un menu spécifique au mode de propulsion hybride.

Citroën DS5 HY4 2012

C’est finalement discret et moins futuriste que ce que présente les jumeaux Volt/Ampera de GM.

Citroën DS5 HY4 2012

Enfin une remarque, et non des moindres : la capacité du coffre qui passe d’un honnête 468 dm³ à un faible 325 dm³, soit encore moins qu’une banale Citroën C3 !

 

Un florilège de technologies avancées

 

Par la technologie Hybrid4, Citroën a développé sur la DS5 une chaîne de traction full-hybrid associant sur l’essieu avant un moteur diesel 2.0 HDi 160 FAP et sur l’essieu arrière un moteur électrique développant 37 ch.

La DS5 HY4 se présente comme un hybride offrant 200 ch., quatre roues motrices, un roulage urbain 100 % électrique et une fonction « booster » à l’accélération, le tout pour 99 gr d’émission de CO2 au kilomètre.

Citroën DS5 HY4 2012

Cette technologie appelée « full-hybrid » résulte de l’interaction :

  • d’un moteur diesel 2.0 HDi.
  • d’un système Stop&Start,
  • d’une boîte de vitesses « pilotée » BMP à six vitesses,
  • d’un moteur électrique.

Le tout est géré par un « superviseur électronique » nommé Power Train Management Unit.
Celui-ci commande automatiquement les différents modes de fonctionnement des deux moteurs avec pour but de privilégier une faible consommation.

 

Débridée l’hybride ?

 

Par rapport à une DS5 classique, peu de changement quand on prend le volant : on place le levier en position N et on pousse le moteur… aucun bruit, sinon un simple avertissement au tableau de bord signalant que l’on est paré pour rouler é-co-lo-gi-que-ment !

Par défaut, le mode « Auto » est activé à chaque démarrage. Ce mode gère automatiquement les transitions entre moteur thermique et moteur électrique dans le but d’optimaliser la consommation de carburant. Le tout peut être suivi de manière schématique sur les écrans du tableau de bord.

Citroën DS5 HY4 2012

Les chiffres de l’affichage tête haute se colorent en bleu quand le mode électrique est employé.

 

Citroën DS5 HY4 2012

Quant à l’indicateur de puissance, il permet de suivre la consommation de l’énergie. Son aiguille se colore de bleu en rouge suivant que l’effort demandé à la propulsion reste ou non dans la plage économique ou de recharge du cadran (jusqu’à 20 %).

Eu égard aux 200 ch. et au couple de 300 Nm revendiqués, les accélérations ne sont pas époustouflantes mais linéaires. La boîte BMP n’est pas encore assez vive, et ce, même si le moteur électrique lisse un tant soit peu ses hésitations légendaires.

Citroën DS5 HY4 2012

En mode « Sport« , les rapports passent plus tard et la vivacité devient alors plus tangible mais malheureusement, la BMP6 reste encore très en deçà des boîtes automatiques ou à double embrayages que propose la concurrence.

Notons aussi que le mode ‘Zero Emission Véhicle’ (ZEV) permet à la DS5 de rouler uniquement avec le moteur électrique, mais seulement quand la vitesse ne dépasse pas 60 km/h.

Théoriquement, l’autonomie en mode ZEV est comprise entre 2 et 3 km, mais la rédaction n’est jamais parvenue à réaliser cette distance car la batterie n’est pratiquement jamais chargée à 100 %.

En outre, une vitesse de 60 km/h nous paraît un tant soit peu optimiste. Une fois la batterie déchargée, la propulsion bascule en mode « Auto ».

Citroën DS5 HY4 2012

De même, le mode 4×4 n’est que très éphémère : quand la batterie est vide, la DS5 redevient (vite) une simple traction avant. Disons tout de go que ce mode peut être utilisé si le véhicule se retrouve accidentellement embourbé…

Il est aussi piquant de constater que la masse maximale tractable (avec et sans freins) n’est que de 500 kg à 800 kg alors que cette même DS5, propulsée avec le petit 1.6 eHDi de 115 ch., autorise déjà de 745 à 1400 kg !

Quant aux sautes de source d’énergie (thermique ou électrique), ils se passent moins discrètement que dans une Toyota Prius, en outre, le moteur est plus sonore, et il arrive que dans certaines conditions comme un parcours escarpé en ville, le « superviseur électronique » a quelques hésitations dans le choix du rapport et de l’enclenchement du moteur électrique.

Citroën DS5 HY4 2012

Cependant, au niveau de l’économie de carburant, il n’y a pas photo : 6,4 l en faisant exclusivement de la ville, ce n’est pas mal pour 200 ch. et 1,7 T ! En revanche, dans la circulation extra-urbaine, il est possible de descendre sous la barre des 6 litres aux cent kilomètres.

Citroën DS5 HY4 2012

Avec l’Hybrid 4, Citroën revient en force avec une de ses particularités historiques : ses freins ! En effet, il suffit de lâcher la pédale d’accélérateur pour que le récupérateur d’énergie se manifeste : la décélération est puissante et raccourcit de manière substantielle les distances de freinage à un point qu’il faut y trouver de nouveaux automatismes.

 

 

Données techniques

 

Citroën DS5 HY4 2012

Fichier Arobat® à télécharger

 

En bref

 

La DS5 HY4 est encore à ses premiers vagissements.

Certes, sa consommation en ville est intéressante, mais son coffre se voit amputé d’une capacité vraiment trop importante.

En outre, sa technologie est très moderne et particulièrement aguichante pour un féru de modernité, encore faut-il qu’elle soit fiable dans le temps.

D’ailleurs, d’après Citroën Belux, il apparaît que le client DS5 est un homme de 35 à 65 ans, appartenant le plus souvent aux catégories socioprofessionnelles supérieures : profession libérale, cadre ou retraité…

Citroën DS5 HY4 2012

Bref la DS5 HY4 est une voiture d’ingénieur. Ne disait-on pas la même chose de la DS lorsqu’elle est sortie en 1955 ?

 

Néanmoins, suite à une EXPÉRIENCE PERSONNELLE MALHEUREUSE, je peux affirmer que l’importateur belge de PEUGEOT suit RIGOUREUSEMENT la GARANTIE.

Comme depuis quelques années, les PEUGEOT et CITROËN sont importées en Belgique par le MÊME IMPORTATEUR, ses CRITÈRES ÉTHIQUES doivent être les mêmes que ce soit une Peugeot ou une Citroën ou une DS…

A bon entendeur, salut ! (Christian Bouchat – Rédacteur en chef)