Le BMW X3 : un SUV qui s’assume toujours autant

Classé dans : Essais - BMW | 0

Sorti en 2004 après avoir été dévoilé comme concept au salon de Detroit un an plus tôt, le BMW X3 en est à sa troisième génération.

Réponse du constructeur bavarois à l’Audi Q5 et au Mercedes GLC, ses deux générations précédentes ont déjà été adoptées par plus de 1,5 millions de clients.

Un design plus dynamique

Cette troisième édition de ce SUV ou SAV (Sports Activity Vehicles ) en jargon BMW, est sorti en 2017. Par rapport à son prédécesseur, sa silhouette qui affiche Cx 0,29 se veut plus dynamique et 5 cm plus longue tout en restant fidèle à ses proportions d’origine avec ses courts porte-à-faux.

Sa carrosserie repose sur la plateforme OKL propre aux Série 5, 7 et 6 GT mais reprend aussi la répartition des masses de 50/50 entre l’avant et l’arrière du véhicule. Ses jantes en alliage léger de série sont maintenant de 18″ au lieu de 17″ et la gamme des options propose des associations jante/pneu jusqu’à 21″.

L’avant devient plus expressif avec une calandre plus haute intégrant des volets d’air actifs pilotés qui permettent de gérer l’apport d’air de refroidissement du moteur, des freins et de la climatisation. La signature lumineuse, héritage de Chris Bangle, est devenue hexagonale et les feux antibrouillards reprennent cette même géométrie.

A l’arrière, le béquet de toit est redessiné et les optiques dans leur version tout DEL optionnelle sont traitées en trois dimensions tout en s’étirant encore plus plus sur le hayon.

A présent, le hayon est d’origine motorisé et on peut accéder au coffre d’un mouvement du pied sous le pare-chocs. Ce dernier offre une capacité de 550 dm³ extensible à 1600 dm³ quand le dossier de la banquette 40/20/40 est rabattu.

Un intérieur plus luxueux riche en technologie

Le X3 est proposé en finitions xLine, M Sport et Luxury.

Celles-ci qui créent aussi une ambiance correspondant au thème choisi à bord du X3. Son habitacle présente une finition et des matériaux de haute qualité. De nouveaux équipements optionnels apparaissent comme la climatisation à réglage électronique à trois zones dont une climatisation séparée des places arrière, l’aération active des sièges ou même un toit panoramique de verre.

Autre gadget, une clé intelligente, qui en plus de ses fonctions originelles affiche différentes informations sur l’état de la voiture et peut aussi servir d’unité de commande des fonctions à bord (chauffage, aération, etc…).

Notons aussi la présence d’un vitrage acoustique spécial du pare-brise pour réduire le bruit extérieur. Celui-ci peut aussi être proposé en option pour les vitres latérales.

L’espace à son bord est suffisant pour cinq adultes notons que le dossier de la banquette arrière peut se régler pour en améliorer le confort qui reste malgré tout très ferme.

Avec le BMW ConnectedDrive optionnel, sa conduite peut devenir partiellement automatisée avec le régulateur de vitesse actif (ACC) et le pack sécuritaire Driving Assistant Plus. Ce pack contient différents assistants dont notamment pour le braquage et le centrage dans la voie ainsi que pour le maintien de la trajectoire avec protection en cas de collision latérale.

Pour mémoire, en août 2011, les tests EuroNCAP concernant la version précédente lui avaient octroyé cinq étoiles.

Sur route

Placés longitudinalement, les moteurs du nouveau X3 restent inchangés par rapport à la version précédente. On retrouve donc les 2 litres en essence et diesel ainsi que les 3 litres, également en essence et diesel. Pour les sportifs invétérés, il y a aussi le M40i monté avec le 6 cylindres en ligne TwinPower Turbo fort de 360 ch. A présent, pour l’Europe, tous les X3 ont les quatre roues motrices.

La rédaction a fait l’essai du X3 xDrive 20i propulsé par un quatre cylindres de 1998 cm³ développant 184 ch à 5000 rpm et un couple maximum de 290 Nm disponible entre 1350 et 4250 rpm. Sa transmission est de type Steptronic à 8 rapports. Suivant BMW, ses 184 ch lui permettent de pointer à 215 km/h et de passer de 0 à 100 km/h en 8,3 secs.

Tout en étant assez alerte, le X3 reste très stable et peu sensible au roulis. Malgré sa lourdeur, sa direction permet de diriger ce mastodonte de près de 1,8 T avec précision. Notre modèle disposant de la suspension adaptative, son comportement général est resté équilibré et neutre. Cependant, les sièges durs vous rappelleront que vous avez traversé le Rhin…

Trois modes de conduite sont possibles : Sport, Confort et Eco. Ce dernier offre des consommations intéressantes mais la gestion du moteur axée évidemment sur l’économie de carburant offre une réponse étrange à l’accélération.

Cependant, le contrat est rempli : 7,7 l/100km est inespéré pour ce genre de véhicule à quatre roues motrices : dans ces conditions, une autonomie d’environ 800 km est tout à fait réaliste.

Évidemment, pour peu que l’on choisisse les autres modes et que l’on s’aventure sur des chemins non carrossables ou en ville, le moteur aura plus vite soif mais une consommation à deux chiffres sera plutôt exceptionnelle.

Spécifications techniques

Voir fichier pdf à télécharger

Conclusions

Avec sa nouvelle mouture, le X3 confirme sa position au sein de cette gamme premium. Outre l’Audi Q5 et le Mercedes GLC, ses protagonistes se comptent presque sur les doigts d’une main : Jaguar F-Pace, Range Rover Velar, Alfa Romeo Stelvio ou même la Lexus RX.

Proposée à un prix de base de 46.350 EUR, son prix peut rapidement dépasser votre budget si vous vous laissez tenter par la longue liste d’options ou de packs.

Notre exemplaire, avec trois Packs (Business, Innovation et Audio) et quelques options dont la suspension adaptative était proposé à 67.020 EUR !

Benoît Piette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 × = 18