Tout est sous contrôle ? Alors, ça roule !

Classé dans : Sécurité | 0

Aux portes de l’hiver, l’IBSR et FEDERAUTO ont tenu à rappeler aux conducteurs qu’il est primordial de maintenir les principaux éléments de leur véhicule en parfait état.

Etat Technique de l'auto


En effet, les chiffres du GOCA montrent que sur 2.755.000 voitures contrôlées en 2011, environ 23 % ont reçu un certificat de visite rouge (c’est-à-dire avec interdiction à la circulation ou validité limitée à 15 jours).

Plus des trois quarts de ces certificats rouges ont été émis à cause d’une suspension arrière ayant un contact pneu-route insuffisant, des feux mal réglés et/ou défectueux ou des freins usés. Ceci représente 785.157 défectuosités.

Cette action de sensibilisation, intitulée « Tout est sous contrôle ? Alors, ça roule ! » est axée sur cinq éléments essentiels.

 

1) Les freins

Constamment attaqués par l’humidité, le sel, la poussière et les autres impuretés, les freins peuvent présenter certaines déficiences s’ils ne sont pas contrôlés tous les 10.000 à 20.000 km, en fonction des conditions de conduite (ville, autoroute…).

En effet, des freins usés augmentent les distances de freinage, avec les conséquences que l’on peut imaginer…

 

2) Les pneus

Si la réglementation n’exige qu’une profondeur minimale des rainures de 1,6 mm, il est vivement conseillé de remplacer les pneus dès qu’elle n’atteint plus que 3 mm.

Trois grands dangers guettent le conducteur d’un véhicule dont les pneus sont usés: un risque accru d’aquaplanage, l’augmentation de la distance d’arrêt en cas de freinage d’urgence et la perte de contrôle en courbe. A cela s’ajoutent les diverses formes de détériorations (hernies, coupures…), une mauvaise pression, etc. qui peuvent compromettre la sécurité et même provoquer l’éclatement du pneu.

 

3) Les amortisseurs

Une voiture sur quatre de plus de 3 ans a, au moins, un amortisseur usé. Or à une vitesse de 50 km/h, des amortisseurs à moitié usés accroissent la distance de freinage de 2,6 m par temps sec et de 6 m par temps de pluie.

Ils augmentent, en outre, de 15 % le risque d’aquaplanage et diminuent de 11 % la stabilité dans les virages.

 

4) Les essuie-glaces

Vérifier l’état des balais est un geste simple à faire régulièrement pour s’assurer une meilleure visibilité.

S’ils font du bruit ou si des stries ou des zones non-essuyées apparaissent sur le pare-brise, les balais doivent être changés.

 

5) Les feux

90 % des informations nécessaires à la conduite sont visuelles. Seuls des phares en bon état et correctement réglés permettent au conducteur de repérer à l’avance les dangers et de réagir à temps. Ils favorisent, en outre, une conduite détendue et moins fatigante.

En revanche, des feux déréglés d’un degré vers le bas divisent par 20 l’efficacité de l’éclairage; déréglés d’un degré vers le haut, ils multiplient par 20 l’éblouissement des conducteurs venant en sens inverse !

 

Bon à savoir

  • La surface de contact entre votre voiture et la route correspond à quatre fois la surface d’une carte postale.
  • Les pneus dont la profondeur de sculpture est de 3 mm (38 % de la profondeur d’origine) draine 76 % d’eau en moins que les pneus neufs.
  • Plus d’un véhicule sur cinq est refusé en raison d’un problème d’éclairage.
  • Des amortisseurs à moitié usés augmentent le risque d’aquaplanage de 15 %.
  • 46% des véhicules ont au moins un problème de pneu, soit près d’un automobiliste sur deux !

 

Campagne de sensibilisation

 

Un site Internet entièrement consacré à cette campagne a été créé: www.alorscaroule.be. « Outre une vue détaillée des cinq organes du véhicule qui posent le plus de problèmes, on peut y trouver des conseils pratiques pour passer l’hiver en sécurité, une check-list à télécharger avec les points qu’il est important de vérifier et un lien vers la page Facebook de la campagne » déclare Philippe Pirson, Administrateur Délégué de FEDERAUTO. « Sur Facebook, il est en outre possible de participer à un concours et de remporter un jeu de pneus hiver ».

Par ailleurs, des dépliants seront distribués sur le terrain par l’entremise de 3000 professionnels du secteur. Un mailing sera aussi expédié au réseau et partenaires de l’IBSR et de FEDERAUTO afin de leur rappeler les grandes lignes de la campagne.

 

Conclusion

 

Selon Melchior Wathelet, Secrétaire d’Etat à la Mobilité, « soucieux du bon état technique de leur véhicule, les automobilistes prudents doivent régulièrement vérifier leur véhicule et plus particulièrement cinq organes importants: les freins, les pneus, les amortisseurs, les essuie-glaces et les phares.

Pour chacun de ces éléments, il est possible de détecter soi-même d’éventuels problèmes. En cas d’hésitation ou lorsqu’un manquement est décelé, c’est au tour du professionnel (le garagiste), de prendre le relais et de remettre le véhicule en bon état. Chaque automobiliste doit être conscient que le bon état de son véhicule est la meilleure garantie pour sa vie et celle des autres. Il s’agit davantage d’un investissement pour la vie« .