Intervenir en toute sécurité sur des véhicules électriques et hybride : FEDERAUTO et EDUCAM prennent le taureau par les cornes.

Classé dans : Ecologie | 0

Avec l’émergence des véhicules hybrides et électriques, le secteur automobile connaît une véritable révolution.

Educam

Les dispositifs de propulsion hybride ou électrique ouvrent de nouvelles perspectives mais entraînent également de nouveaux risques pour les travailleurs du secteur de l’après-vente automobile.

On pense bien entendu aux risques électriques mais il y a aussi les risques chimiques et les risques d’incendie.


EDUCAM et FEDERAUTO prennent donc l’initiative en matière de certification des travailleurs qui interviennent sur les véhicules hybrides et électriques. Celle-ci est axée sur les compétences et la sécurité des personnes qui travaillent sur ces véhicules.

Cette structure de qualification à trois niveaux débouche sur de nouvelles formations certifiantes. Le projet est ambitieux.

  • D’une part, il faut soutenir les employeurs face à leurs responsabilités.
  • D’autre part, il faut garantir la sécurité des travailleurs.

Pour valider les acquis et garantir la bonne méthode de travail, un test théorique et pratique est organisé en fin de formation. Les travailleurs qui réussissent ce test reçoivent un certificat sectoriel.

 

La technologie ne cesse d’évoluer.

 

Ces dernières années, les voitures hybrides ont gagné en importance. Depuis peu, ce sont les véhicules purement électriques qui s’annoncent. Ces nouveautés constituent une véritable rupture technologique qui nécessite une approche adaptée de la part du secteur automobile.

Voitures électriques

À première vue, les véhicules électriques et/ou hybrides ressemblent aux véhicules conventionnels. Il est cependant important de savoir qu’ils ne peuvent pratiquement pas être comparés sur le plan technique.

La chaîne de traction d’un véhicule électrique est fondamentalement différente. La présence de batterie haute tension et de moteurs à courant alternatif triphasé entraîne aussi de nouveaux risques.
Il y a le risque électrique (électrisation ou électrocution), le risque chimique avec la présence de batteries à haute capacité et le risque d’incendie en cas de surchauffe de la batterie ou de court-circuit.

Trois risques

Cette révolution et les nouvelles techniques d’intervention qu’elle entraîne ont mis tout le « secteur » face à des défis gigantesques. Le maître-mot est « anticipation » puisqu’il faut assurer la formation des travailleurs de toute une branche professionnelle pour éviter tout risque d’accident.

On pense évidemment aux mécaniciens ou aux carrossiers mais aussi aux dépanneurs ou encore plus largement aux opérateurs des services de premiers secours. Avec l’introduction d’une structure de qualification à trois niveaux en fonction de la nature des interventions et d’un dispositif de formations certifiantes, EDUCAM et FEDERAUTO ont fait un grand pas dans la voie du progrès au bénéfice de toute une branche.

 

Vers une multiplication des véhicules électriques et/ou hybrides

 

Le savoir-faire exigé pour les véhicules électriques et/ou hybrides est unique. Plus ces modèles se multiplient, plus les acteurs du secteur en sont conscients. Bénéficier de cette connaissance en interne et être capable de poser les bons gestes en toute sécurité est donc devenu une véritable nécessité.

 

Véhicules électriques

Malgré les différences, les véhicules hybrides et/ou électriques partagent la présence d’une propulsion électrique. Ces systèmes se caractérisent par leur tension qui peut atteindre plus de 400 volts. Faut-il souligner qu’une extrême prudence est donc de mise? Même si ces véhicules sont conçus pour garantir une sécurité maximum des réparateurs, il n’empêche qu’un risque subsiste.

Être prêt pour demain, cela signifie être préparé au moment où le nombre de véhicules électriques et/ou hybrides augmente.

 

FEDERAUTO et EDUCAM prennent l’initiative

 

Au niveau réglementaire, c’est la Loi sur le bien-être au travail et son obligation de former les travailleurs aux nouveaux risques liés à leur activité professionnelle qui est d’application.

GarageEn un mot, l’employeur doit donc « tout mettre en œuvre pour protéger ses travailleurs contre les risques au travail« . Une mobilisation générale de la branche professionnelle est nécessaire pour former les travailleurs, quel que soit leur niveau d’intervention. Même ceux qui n’interviennent pas directement sur le dispositif haute tension sont concernés car les conséquences d’un accident peuvent être très importantes et la responsabilité de chaque employeur est incontestable.


En
effet, il ne faut jamais oublier que le risque le plus important se situe chez ceux qui en ignorent l’existence. Il faut donc tout mettre en œuvre pour éviter qu’un travailleur perde la vie en essayant de la gagner.

Véhicules électriques

C’est pour cette raison qu’EDUCAM et FEDERAUTO ont pris cette initiative permettant l’octroi de certificats sectoriels.

 

La structure de qualification et les formations certifiantes

Des formations sont offertes à trois niveaux :

  1. Le niveau 1 s’adresse au « collaborateur sensibilisé« . En soi, ce n’est pas lui qui travaille sur les systèmes électriques, mais il est en contact avec un véhicule hybride ou électrique.
    Véhicules électriquesConcrètement: le collaborateur qui vidange ce genre de voiture, remplace une roue ou fait des travaux de carrosserie. Afin d’accomplir ces tâches en toute sécurité, il est nécessaire que ces personnes aussi soient conscientes du caractère spécifique des véhicules à propulsion électrique.
    Cette formation d’une durée d’une journée inclut notamment une sensibilisation aux risques, plusieurs démonstrations pratiques et un aperçu des choses à faire et à ne pas faire. En fin de compte, ce groupe cible représente le plus grand risque.
  2. La formation de niveau 2 s’adresse au « collaborateur qualifié« . Le groupe cible de ce niveau est constitué des personnes qui doivent pouvoir travailler en toute sécurité sur une voiture mise hors tension. Ils doivent pouvoir contrôler la sécurité d’un véhicule et être au courant des risques et des procédures sur des véhicules avec une tension élevée.
    Cette formation de deux jours est également consacrée à l’ébauche du cadre général des véhicules à moteur électrique. Cela signifie que les différentes architectures de la propulsion électrique/hybride sont analysées, les tâches en toute sécurité sur des circuits HT (couper la tension et la mesurer) et les applications sur ces véhicules sont examinées minutieusement.
  3. Il y a aussi une troisième formation (niveau 3) qui s’adresse au « spécialiste en diagnostic« , il doit donc détecter les pannes et pouvoir, le cas échéant, réaliser des mesures sous tension.
    Dans cette partie développée sur mesure (au moins un jour), il apprend comment poser le diagnostic de véhicules spécifiquement électriques et hybrides. Naturellement, cela s’effectue au moyen d’applications spécifiques à une sélection de ces véhicules et de démonstrations pratiques.

 

Véhicules électriques

Pour la formation niveau 1, il n’y a pas de connaissances préalables requises.

Pour les niveaux 2 et 3, il y en a. Les personnes qui choisissent la formation de niveau 2 (« collaborateur qualifié ») doivent disposer des principes de base en électricité et doivent pouvoir mesurer à l’aide d’un multimètre.

En ce qui concerne le spécialiste en diagnostic (niveau 3 donc), il doit disposer, en plus d’un certificat de niveau 2, de connaissances dans le domaine du diagnostic et du maniement des appareils de contrôle.

 

« Approche pédagogique »

 

Voitures électriques« Pour toutes ces formations, EDUCAM a fortement mis l’accent sur une approche pédagogique« , explique Paul-Henri Gilissen, Directeur technique et formation d’EDUCAM.

« Le lien avec la pratique est le fil rouge et pour contrôler la présence de tension, on utilise un appareil de contrôle qui ne demande ni réglage ni raccordement afin d’éviter toute erreur de manipulation. Nous avons aussi développé des moyens didactiques spécifiques, grâce auxquels nous sommes parfaitement capables de rendre les données abstraites d’un ensemble ou d’une propulsion partiellement électrique visibles et perceptibles. »