Voitures électriques : La FEB émet des propositions pour que la Belgique rattrape son retard

Classé dans : Ecologie | 0

 Alors que la plupart des pays européens investissent de façon conséquente pour promouvoir l’utilisation de véhicules électriques, la Belgique peine toujours à développer une vision cohérente pour soutenir le développement de l’électro-mobilité, dont les avantages, notamment en termes environnementaux, sont pourtant reconnus.

Voitures électriques - Projets en Europe


Pour espérer rattraper le retard, la FEB insiste auprès de nos décideurs politiques sur l’urgence de définir une vision aboutie et mobilisatrice, d’en assurer les relais de mise en œuvre et d’augmenter les incitants à une adoption croissante autant par les entreprises que les particuliers.

EV's in the world

 

La FEB émet une série de propositions :

  1. Confier un rôle plus ambitieux et plus fondamental à la Belgian Platform on Electric Vehicles, une plateforme attachée au SPF Economie. Mais ce rôle ne pourra être assuré que si, en plus des acteurs concernés, des représentants des gouvernements fédéral et régionaux y siègent et assurent le relais et la mise en œuvre de mesures nécessaires.
    Un point essentiel sur lequel devrait veiller cette plate-forme est la mise en place structurée de bornes de recharge, privées et publiques, en concertation avec les acteurs du marché.
  2. Multiplier les efforts pour attirer dans notre pays un fabricant de batteries. La Belgique compte un certain nombre d’entreprises performantes déjà actives dans le domaine du véhicule électrique, mais la présence d’un fabricant de batteries permettrait de compléter la chaîne de valeur et de « boucler » le cycle de vie lié à la batterie.
    Il serait opportun d’unir nos efforts et de faire appel à notre diplomatie économique pour valoriser nos compétences spécifiques en électro-mobilité et attirer chez nous des investisseurs.
  3. Etant donné que le « coût total de propriété » d’un véhicule électrique reste pour l’instant encore supérieur à celui d’un véhicule à moteur thermique, la FEB plaide pour les années à venir pour un rehaussement de la déductibilité fiscale pour les véhicules ‘zéro émission’.
    Celle-ci devrait atteindre 150%, au lieu des 120% actuellement.

 

« Mon entreprise roule à l’électricité »

 

En plus de ces appels au monde politique, la FEB prend elle-même l’initiative en lançant une charte  » EVolution to Electrical Vehicles«  (EV to EV), qui recense les entreprises qui ont l’intention de s’engager dans l’électro-mobilité dans les deux à trois ans. Cette charte sera publiée sur le site du SPF Economie, qui en assurera le suivi.

La FEB estime par ailleurs qu’il est indispensable, pour créer un cercle vertueux, de mettre en valeur les sociétés qui investissent dans l’électrification de leur flotte de véhicules.

Concrètement, ces sociétés peuvent apposer sur leurs véhicules un autocollant « Mon entreprise roule à l’électricité« .

Mon entreprise roule à l'électricité

« Tous les projets visant à permettre à nos entreprises d’acquérir une solide expérience et des produits adaptés au monde du véhicule de demain doivent être soutenus et même renforcés, »souligne Rudi Thomaes, administrateur délégué de la FEB, qui rappelle aussi l’importance de disposer d’une main-d’œuvre formée adéquatement, de niveau universitaire autant que technique. « La formation est également un facteur-clé pour le développement du secteur du véhicule électrique en Belgique. »