Seulement 1 jeune belge sur 10 a confiance en la voiture autonome

Classé dans : GoodYear | 0

La voiture est toujours aussi populaire : 85% des jeunes européens pensent qu’ils posséderont une voiture d’ici dix ans.

Si cela dépendait des jeunes belges, le véhicule du futur serait autonome.


Bien qu’un jeune sur quatre explique qu’il souhaite voir des véhicules autonomes sur les routes d’ici 2025, seul un jeune sur dix déclare avoir une totale confiance en cette technologie !

Les femmes sont à cet égard plus critiques que les hommes. C’est ce qui ressort d’une étude indépendante du fabricant de pneus Goodyear réalisée en partenariat avec ThinkYoung, une asbl et groupe de réflexion dédié à la question de la jeunesse.

Google Car

Les voitures autonomes continuent à susciter la fascination. A côté de nouveaux acteurs du marché comme Google et Apple, les marques automobiles classiques sont également en pleine phase d’expérimentations afin de pouvoir déployer cette technologie.

Goodyear et ThinkYoung ont examiné ensemble à quel point les jeunes sont réellement ouverts à des voitures automotrices. Ils ont interrogé 2500 étudiants universitaires âgés de 18 à 30 ans et venus de 12 pays différents sur la question de la mobilité du futur.

 

Seul 1 jeune sur 10 a une totale confiance en la voiture autonome

 

L’enquête de Goodyear Dunlop Tires Europe (GDTE) montre que 85% des jeunes belges veulent posséder une voiture d’ici 2025. 1 sur 4 d’entre eux (23,3%) aimerait que ce véhicule puisse rouler de manière autonome.

Cependant, seulement 10% d’entre eux déclarent avoir une confiance totale en cette technologie.

Cette confiance est un peu plus basse chez les femmes (8,6%) que chez les hommes (14%). Si l’autonomie du véhicule est moins invasive, par exemple une voiture qui ne fait que piloter le volant de manière autonome, le pourcentage de jeunes qui y sont ouverts monte à 36%.

Pour 40,7% des jeunes, l’autonomie doit être limitée. Il s’agirait alors de technologies déjà établies comme le Cruise Control et le système antiblocage ABS qui sont déjà fort répandues dans les voitures aujourd’hui.


“Bien que la voiture autonome est une réalité de plus en plus proche ; l’enquête montre qu’il y a encore de sérieux doutes par rapport à cette technologie, y compris chez les jeunes technophiles,” explique Ine Deknock, porte-parole de Goodyear.

 

Moins d’accidents de la circulation et de stress …

 

Bien que les jeunes belges ne font actuellement pas encore complétement confiance à la voiture autonome, ils y voient malgré tout des possibles avantages.

Ceux-ci sont persuadés que les véhicules autonomes provoqueraient moins d’accidents de la circulation (61%), seraient source d’une conduite sans stress (43,9%) et de moins de bouchons sur les routes (43,2%).

Google Car

 

 

… mais une voiture plus fragile et plus chère

 

Les jeunes belges émettent principalement des réserves sur la fragilité des systèmes innovateurs (50,9%) et leur coût pour le consommateur (48,0%). Le respect des données privées est également mentionné comme un possible problème.

Sur cette question-ci, les jeunes belges sont légèrement moins méfiants que le reste des Européens (31,2% contre 38,5%).

 

Durable, mais néanmoins payable

 

La voiture de la génération du millénaire doit avant tout être durable, avec un accent sur une technologie respectueuse de l’environnement. Au total, 55,2 % des répondants belges estiment que c’est là le défi majeur pour l’industrie automobile d’ici à 2025.

De surcroît, 51,9 % sont d’avis que cette voiture doit aussi être payable et répondre aux derniers développements technologiques.

Pour 40,1 % des jeunes belges de la génération du millénaire, l’accent doit être mis sur les équipements de sécurité intelligents, comme les capteurs et les caméras capables de détecter les dangers sur la route.

Un sur trois (32,2 %) aimerait également avoir des capteurs dans ses pneus pour le prévenir d’éventuels problèmes. Enfin, 34,8 % disent être intéressés par des pneus à haute efficacité en carburant.

“Cette étude confirme que dans les dix années à venir, l’accent doit être mis sur des voitures intelligentes et connectées, ” explique Ine Deknock, porte-parole de Goodyear. “Chez Goodyear, nous étudions continuellement les nouvelles technologies qui favorisent la sécurité des conducteurs à travers le monde. Chez nous, la sécurité est au cœur de nos innovations. ”

 

À propos de la méthodologie de l’enquête
Goodyear a fait réaliser l’étude indépendante par ThinkYoung afin de connaître l’avis des jeunes sur l’avenir de la mobilité.
L’étude comprenait quinze questions et a été soumise à des étudiants universitaires âgés de dix-huit à trente ans dans douze pays différents : Allemagne, France, Italie, Royaume-Uni, Luxembourg, Slovénie, Belgique, Pays-Bas, Espagne, Pologne, Suède et Turquie. Les étudiants étaient engagés dans une des spécialités suivantes : sciences, technologie, technique, mathématiques et art et design.
Au total, 2.564 ont répondu à l’enquête en ligne, durant la période mai – juin 2015.