Enquête ROLLING WHEEL : des résultats qui restent inquiétants

Classé dans : Pneus | 0

Avec la collaboration de Bridgestone, Continental, Goodyear, Michelin, Toyo et Vredestein, l’association sectorielle belge des manufacturiers de pneus au sein de Federauto a réalisé une étude en janvier et février sur l’état des pneus de 1000 et 1500 voitures de tourisme choisies au hasard respectivement en Belgique et aux Pays-Bas.


Pneu - usure irrégulière


Malgré une légère amélioration en 2014, les résultats demeurent inquiétants en Belgique : en comparaison avec nos voisins d’outre Moerdijk, il y a, dans notre pays, deux fois plus de véhicules représentant un danger pour la sécurité routière.

Certes, l’infrastructure routière belge particulièrement déplorable est susceptible d’être une des causes, mais elle est loin d’être la seule !

Pneu - usure irrégulière

 

Des résultats en amélioration mais toujours insuffisants

 

Environ 6 % des voitures rouleraient en infraction suite à une profondeur des sculptures inférieure au minimum légal de 1,6 mm(1) et plus de 12 % sont équipés d’au moins un pneu représentant un danger pour la sécurité routière…

Pneu - Déformation du flanc/_hernie

En outre, un véhicule sur quatre est équipé d’un pneu signalant un dégât particulier(2) nécessitant une expertise par un professionnel (24 %), mais cette proportion monte à 30 % si l’on examine uniquement les résultats des pneus d’été !

 

(1) Ce qui a pour conséquence environ 25 % de distance supplémentaire de freinage sur un sol mouillé avec une vitesse de 100km/h à 0km/h
(2)

Par dégât particulier, on entend :

  • Râpage du flanc du pneu
  • Blessure sur le flanc
  • Jante endommagée
  • Bouchon de valve absent
  • Hernie
  • Pneu visiblement plat
  • Blessure par roulage à plat
  • Perforation de la bande de roulement

 

Pneu - Perforation de la bande de roulement

Ces résultats font donc apparaître une différence entre les pneus d’été et d’hiver :

  • les véhicules équipés de pneus « été » sont trois fois plus nombreux à rouler avec des pneus signalant un dégât particulier que les véhicules équipés de pneus hiver (seulement 10 % pour les pneus « hiver » contre 30 % pour les pneus « été »).
  • Les pneus « hiver« , d’acquisition relativement récente suite aux campagnes de prévention routière, ont subi beaucoup moins les outrages du temps que les pneus d’été.
    D’autre part, leur part de marché a bondi de 18 % (mars 2011) à 30 % (février 2014).
    Il faut aussi noter que les dures conditions climatiques du long hiver 2013 ont incité beaucoup de conducteurs à faire l’acquisition de cet équipement hivernal.
    Cependant, vu l’hiver particulièrement doux, 5 à 10 % des conducteurs ayant acquis ces pneus ne les ont pas montés sur leur véhicule.

Pneus par saison - évolution

 

 

Pneus Eté

Pneus Hiver

Pneus dans l’enquête

68%

30%

Pneus en mauvais état

41%

13%

Véhicules dont pneus ont au moins 1 dégât

30%

11%

Véhicules dont pneus ont une usure irrégulière

6%

1%

Véhicules dont pneus ont des craquelures

30%

7%

Véhicules dont pneus méritent un contrôle

35%

11%

Véhicules dont pneus doivent êtres retirés

7%

1%

Véhicules dangereux*

17%

3%

Pneus de plus de 5 ans

23%

14%

     
* Pourcentage de véhicules signalant un pneu dont la profondeur <1,6 mm ou un dégât  justifiant un retrait de la circulation ou montage de marques différentes sur le même essieu ou montage de pneus à indice de charge et/ou indice vitesse différent sur le même essieu

 

Pneu plat

 

A propos des pneus « Hiver »

 

Lors de cette étude, il est apparu que trois conducteurs sur dix avaient opté pour des pneus hiver.

Pneus par saison

Quand on observe plus finement les résultats en fonction des provinces, on constate qu’en Basse Belgique, un conducteur sur dix roule avec des pneus hiver, tandis qu’en Moyenne Belgique, environ trois conducteurs sur dix optent pour cette solution.

Quant à la Haute Belgique, son climat plus rigoureux a décidé un conducteur sur deux!

Pneus

 

Les pneus « All Seasons » : qui trop embrasse, mal étreint

 

Lors de l’enquête, il a été constaté qu’une partie infime des conducteurs ont opté pour une solution « mixte » à savoir des pneus « Toutes Saisons« .

Connus surtout aux États-Unis, ceux-ci n’ont été montés que sur 3 % des véhicules ayant participé à l’enquête (2% en 2011).

Leurs caractéristiques les situent entre celles des pneus été et hiver mais ne les égalent en aucune manière.

Outre leur prix plus élevés, ils s’usent plus vite que les pneus été… et comme ils sont monté toute l’année, il faudra les changer plus vite, ce qui risque de faire encore monter l’addition !

Cette option ne semble pas avoir reçu l’engouement des conducteurs belges.

Cependant, cette option serait peut-être intéressante pour les petits rouleurs, à la condition qu’ils dénichent les pneus à leur mesure, ce qui n’est pas toujours le cas : les dimensions et/ou caractéristiques des pneus « Toutes Saisons » ne couvrent pas tout le marché !

 

Conclusions

 

Par rapport à l’enquête réalisée en mars 2011, on décèle une légère amélioration de l’état des pneus en Belgique.

Ainsi, il appert que le conducteur de 2014 postpose moins l’entretien de son véhicule et est plus attentif aux pneus en particulier et à la sécurité routière en général.

On constate aussi que plus de véhicules sont équipés en pneus hiver (30% contre 18% en 2011).

Toutefois, le tableau n’est pas rose et beaucoup de chemin reste à parcourir : il faudra encore plus conscientiser les automobilistes via la presse et en collaboration avec les fédérations concernées (brochures d’information).

Le Contrôle Technique et les instances publiques devront aussi jouer un rôle plus important.

Pneus - blessure sur le flanc et jante endommagée

Afin de d’améliorer cette situation, Pneuband, l’association sectorielle des manufacturiers de pneus, préconise un contrôle mensuel des pneus par un spécialiste.

Celui-ci se concentrera sur la pression des pneus (perte de pression de 0,2 à 0,5 bar sur ± 6 mois d’immobilisation), la profondeur de profil (1,6 mm = minimum légal) et les dégâts éventuels.