MASCOTTES DE RADIATEUR

Classé dans : Histoire | 0

La mode des mascottes fixées sur les bouchons de radiateur apparut peu avant la première guerre mondiale, mais elle prit de l’ampleur surtout pendant les années 1920.


La



On trouve des mascottes dans tous les pays possédant une industrie automobile.

Ainsi la Belgique, dont la construction automobile fut internationalement appréciée entre 1900 et 1930, présenta aussi de très beaux bouchons.

La très grande majorité des mascottes belges sont dues au sculpteur Pierre De Soete, spécialiste des sujets sportifs.

 



Son travail est de toute grande qualité et ses mascottes de vraies petites sculptures réalisées en bronze selon le procédé de la cire perdue.

Ses œuvres les plus célèbres forment la série des têtes de Minerve destinées aux voitures anversoises Minerva, elles existent en une dizaine de versions et furent faites entre 1922 et l934.

Ces mascottes, outre leur place sur les radiateurs, servirent aussi à Minerva de cadeaux publicitaires comme presse- papiers, toutes les têtes de Minerve que l’on peut retrouver actuellement n’ont pas nécessairement été montées sur un capot !

 

Minerva 12 CV Six De 1927 à 1932.



L’œuvre de De Soete dans ce domaine ne se limite pas aux Minerva.

Il fit aussi quelques mascottes dites d’accessoiristes, c’est-à-dire destinées non pas une marque d’autos spécifique mais pouvant au contraire garnir le capot de n’importe quelle voiture.

Ces mascottes étaient vendues dans les magasins d’accessoires.

 

Le



On eut ainsi le Soldat Belge (parfois confondu à tort avec le Roi Albert) qui orna occasionnellement le radiateur de quelques Excelsior, puis la Folie de la Vitesse, magnifique pièce coulée en bronze de deux couleurs différentes et qui obtint un diplôme au Salon de Paris de 1922.

Pierre De Soete créa à la fin des années vingt, à la demande du journal Le Fordiste, un aigle stylisé destiné aux Ford Model A et qui sera vendu surtout par l’intermédiaire du journal.

 

Minerva.



Outre les travaux de De Soete, on vit apparaître quelques autres mascottes belges, comme l’enclume des camions Bovy, la couronne de certaines Imperia, des lettrages pour FN, une étoile de David pour Metallurgique.

Bovy

 

Parmi les mascottes étrangères, une des plus connue est la Spirit of Ectasy qui orne encore les Rolls-Royce après cent ans de présence.

Elle est due au sculpteur Charles Sykes et a existé en différentes versions et plusieurs tailles.

Sykes aurait pris comme modèle la secrétaire de Lord Montagu, une personnalité très importante des débuts de l’automobile en Angleterre.

 

Rolls Royce.

Rolls Royce.

 

Dans ce dernier pays, on eut, entre autres, les sphinx d’Armstrong-Siddeley, le lièvre d’Alvis, l’étoile de Star, la roue ailée d’Austin, le griffon de Vauxhall, le forgeron de Vulcan et le B ailé de Bentley.

 

Mascotte Austin.



Autre mascotte de grande longévité, l’étoile de Mercedes, toujours présente sur les capots.

Wanderer

En Allemagne, il y eut le « 1 » de Audi, le globe ailé de Horch, les trois cercles de Krupp évoquant des roues de locomotive.

La marque viennoise de voitures de luxe Gräf & Stift fit faire par le sculpteur Nemec un lion debout sur le monde

Graf & Stift

 

Hispano Suiza.

Mais c’est en France que l’on trouve probablement les plus belles mascottes, ainsi celle de Hispano-Suiza, la célèbre cigogne créée par le sculpteur Bazin, à partir de l’insigne de l’escadrille de l’as de la chasse Guynemer, son escadrille étant équipée d’avions SPAD à moteur Hispano.

Hotchkiss.


Hotchkiss
utilisa, au tout début des années vingt, un superbe coq dû au ciseau de Cain et, pour rester dans les oiseaux, on pensera aussi à l’aile de Chenard-Walker.

Lion Peugeot.

Peugeot pour sa part, fera faire par le sculpteur Marx un lion de Belfort en trois tailles différentes, utilisé selon la puissance du modèle.

Unic.



On citera encore la tête d’éléphant des camions Latil, due à Bazin comme l’Hispano, le Pégase d’Amilcar, le citron ailé de Citroën, la flamme de Mathis, la tête de gaulois de Delahaye, le centaure d’Unic, la renommée de Ballot, l’archer de Grégoire, la roue ailée de Charron ainsi que la fameuse cocotte que Gabriel Voisin fabriquait à l’aide de plaques d’aluminium rivetées.

Mathis

Grégoire

Charron

 

Wills Sainte Claire.



Du côté des Etats-Unis, de nombreuses marques eurent aussi leurs mascottes.

Souvent d’un beau dessin, elles étaient cependant d’exécution plus « grande série » que les européennes et utilisaient moins souvent le bronze que le zamak.

 

Ornement de capot Dodge de la fin des années '30.



Ces mascottes devinrent avec le temps des ornements de capot, quand les progrès techniques firent évoluer les radiateurs apparents en calandres.

Entre 1926 et 1954, Packard eut une trentaine de variances de trois dessins de base, une déesse de la vitesse, un Adonis et un pélican.

 

Cadillac.

Cadillac eut successivement un héraut, un héron et plusieurs types de déesses, Chevrolet un paon, Buick une tête de déesse, Pontiac divers types d’indiens.

Chez Ford et Lincoln, le lévrier était à l’honneur, en différentes tailles et chez Dodge, on trouvait de nombreux béliers.

On connaît aussi le bouledogue de Mack, l’archer de Pierce-Arrow, le lion de Franklin, le casque de Willys-Knight, l’oie de Wills Ste Claire.

 

Lincoln de la fin des années '20.

Ce ne sont que quelques exemples, des centaines de mascottes différentes relatives aux marques de véhicules ont existé, mais ce n’est rien, à côté des milliers de mascottes d’accessoiristes, certaines de grande qualité, d’autres d’exécution plus sommaire.



 Pierrot à tête d’ivoire

Hydravion Supermarine S-6B

Le Guetteur du sculpteur Poitvin faisant partie du catalogue de la firme Hermès.

Danseuse

Chauffeur au volant, de Leverrier

Femme ailée

La Croisière Noire, de Bazin, commémorant l’expédition africaine de Citroën

La Plongeuse, une mascotte très répandue au début des années 1920.

Le Bouledogue à la chaine

Chien tenant une bécasse, destinée surtout aux chasseurs

Les Trois Petits Singes illustrant le proverbe : Ne pas voir, ne pas entendre, ne pas dire.

Texte et archives de Jacques et Yvette Kupélian