Les tout-terrain à roues, légers et moyens, d’avant 1945

Classé dans : Histoire | 0



Renault MH 11cv à 6 Roues (c.1926)Renault MH 11 CV à 6 Roues (c.1926)

 

Par la richesse du sujet traité, voici un archétype du thème passionnant, mais en même temps impossible à présenter de manière exhaustive…

Nous vous proposons donc un échantillon de ce qui se faisait dans la première partie du 20e siècle, c’est-à-dire jusqu’à la fin de ce que les anglo-saxons appellent la WW2, la deuxième guerre mondiale.


Précisons que nous nous sommes cantonné aux véhicules à roues et dont le gabarit est inférieur aux dimensions d’un camion poids lourd.

 

Ultérieurement nous vous proposerons une synthèse de la production des  tout-terrain, légers et moyens, entre 1945 et 1970, année du lancement du Range Rover, qui transforma définitivement l’image perçue du véhicule tout-terrain, comme l’avait fait la Jeep depuis 1945.

 


 

Spijker 32 ch « Roi des Belges » à 4 RM de 1904.

Spijker 32 ch « Roi des Belges » à 4 RM de 1904.

Dès le début du vingtième siècle, on pense utiliser l’automobile dans des endroits dénués de routes, comme par exemple dans les campagnes reculées, dans les colonies et aussi pour un usage militaire.

On voit ainsi apparaître le « type colonial » qui part d’un véhicule de tourisme classique où l’on renforce le châssis, les essieux, les suspensions, où l’on augmente la garde au sol.

Ce sont des véhicules pour mauvaises routes mais pas des tout-terrain.

L’idée apparait alors de rendre les quatre roues motrices.

Un précurseur en la matière est le constructeur hollandais Spijker qui catalogue une voiture à quatre roues motrices dès 1904.



Landaulet Spijker 32/40 CV commercialisé en 1904 en 4 Roues Motrices. Landaulet Spijker commercialisé en 1904 avec les quatre roues motrices, moteur quatre cylindres 32/40 CV. La publicité prétend que le système réduit les dérapages de 50 %

Spijker 4 RM à moteur 20 hp en service en Angleterre en 1905 Spijker 4 RM à moteur 20 hp en service en Angleterre en 1905 .

En France, on voit pendant la guerre 1914-1918 de nombreux camions à quatre roues motrices, des Latil et des Renault surtout, mais ce sont des poids lourds et pas des tout-terrain légers .

Au cours des années 1920 et surtout 1930, différentes marques présentent des tout-terrain légers, principalement pour l’armée.

La société lyonnaise Berliet conçoit dès 1928 une voiture légère de liaison à quatre roues motrices et moteur arrière qui n’atteindra pas la série.

Par contre, au début des années trente, un certain nombre de tout-terrain seront fournis à l’armée, les VUDB 4 et VURB-2, des 4×4, à moteur 50 CV.

Berliet VURB-2 (Voiture de commandement c.1930)Voiture de commandement Berliet VURB-2. (c.1930)


Les plus connus sont les Laffly, apparus en 1935, existant en différentes versions et puissances, qui seront commandés en grand nombre par l’armée française et récupérés en 1940 par la Wehrmacht.

Un certain nombre de ces véhicules seront construits également par les usines Hotchkiss et La Licorne.

Laffly S-15R (voiture de reconnaissance c.1937) Laffly S-15R, voiture de reconnaissance.(c.1937)


Prototype Laffly V-10M, véhicule de liaison à moteur Amilcar Compound.Prototype Laffly V-10M, véhicule de liaison à moteur Amilcar Compound.

Latil, de son côté, construira aussi des 4×4 à usage militaire.

4x4 Latil M-7 T-1, command car de 19394×4 Latil M-7 T-1, command car 1939

Puis Lorraine-Dietrich qui construira sous licence Tatra, non seulement des camions mais aussi de légères 6×4 (deux essieux moteurs) du type 72 en 1935-36.

Lorraine type 72 construite sous licence Tatra (1935-36)

Lorraine type 72 construite sous licence Tatra, 1935-36

En Allemagne, l’affaire intéresse Mercedes dès l’avant 1914.

En 1907, l’usine met en fabrication une grosse voiture à quatre roues motrices dont plusieurs exemplaires seront fournis au ministère des colonies.

Mercedes à 4 Roues Motrices (1907-08) Mercedes 4RM (1907-08.)

Dans les années 1920 et 1930, Mercedes met à l’étude des tout-terrain, la série G.

Le G-1 date de 1926, c’est un véhicule 6×4 à moteur six cylindres de 50 CH.

Le G-1 sera suivi des G-2 et G-3, mais le plus connu est le G-4 à moteur huit cylindres de 100 CH dont 57 exemplaires seront construits de 1933 à 1939 pour Hitler et les dignitaires du parti.

La série finira avec le G-5, plus léger, manufacturé de 1937 à 1941, moteur quatre cylindres de 45 CH.

Il y en aura 320 exemplaires dont un certain nombre à quatre roues directrices.

Mercedes-Benz G-1 (1926)

Mercedes-Benz G-1 (1926)

 

Mercedes-Benz G-4 (c.1935) Mercedes-Benz G-4 (c.1935)

 

Hitler et Mussolini en Mercedes G-4 Hitler et Mussolini en Mercedes G-4

 

Mercedes-Benz G-5 (c.1939)Mercedes-Benz G-5 (c.1939)

 

Un Mercedes G-5 en actionUn Mercedes G-5 en action

 

Châssis du Mercedes G-5 Châssis du Mercedes G-5

De son côté, Horch présente en 1926 un 6×4 à moteur huit cylindres de 4,2 litres dont 5 exemplaires seront fournis à l’armée allemande.

Horch 6x4 (1926) Horch 6×4 (1926)

C’est à partir du réarmement que Horch (alors membre d’Auto-Union) construit différents modèles de 4×4 à moteur V-8, et cela de 1936 à la fin de la guerre.

Ce sont surtout des voitures de commandement utilisées en opération par les généraux.

Horch 8 cyl. 4x4 (1933-34)Horch 8 cyl. 4×4 (1933-34)


Horch type 40 (Kfz 16 suivant la nomenclature de la Wehrmacht)Horch type 40 (Kfz 16 suivant la nomenclature de la Wehrmacht)


Horch 4x4 modèle lourdHorch 4×4 modèle lourd

Citons aussi les quelques exemplaires de la Selve-Voran, une 6×6 à moteur six cylindres de 3 litres, munis de six roues motrices.

Selve 1928 6x6 (avant-train système Voran)Selve 1928 6×6 (avant- train système Voran)

L’usine Stoewer, de Stettin, présente en 1936 un très intéressant véhicule appelé le R-180 Spezial.

Le moteur, initialement de 1,8 litre, évolue avec le temps.

Les quatre roues sont motrices et certains exemplaires les ont également directrices.

Au début, le R-180 était livrable aussi bien aux civils qu’à l’armée.

Ce petit engin très évolué a été construit chez Stoewer à 7.698 exemplaires de 1936 à 1944.

Il sera en outre produit chez BMW et Hanomag.

Le BMW porte le nom de type 325 et est équipé du moteur BMW six cylindres de 1971 cc.

Il y en aura 3.225 exemplaires de 1937 à 1940.

Quant au Hanomag, il y en eut 2.000 unités, de 1937 à 1939.

Stoewer R-180 (1936)Stoewer R-180 (1936)

 

BMW 325 (1937)BMW 325 (1937)

Citons encore la Trippel SG-6, un 4×4 amphibie produit à 1.000 exemplaires aux usines Bugatti réquisitionnées, munie d’un moteur Opel Kapitän six cylindres.

Trippel amphibie SG-6Trippel amphibie SG-6

De son côté, l’usine d’utilitaires légers Tempo, de Hambourg, fait étudier par son ingénieur en chef Otto Daus, un véhicule léger de reconnaissance.

Il comporte deux moteurs deux cylindres, un avant et un arrière.

Il a eu un certain succès à l’exportation de 1936 à 1939.

Tempo G-1200 (c.1937)Tempo G-1200 (c.1937)

Cependant la voiture allemande la plus célèbre de la guerre reste la Kübelwagen dessinée par Ferdinand Porsche et construite aux usines KdF de Wolfsburg.

C’est en 1939 que le professeur Porsche développe le type 62, véhicule léger tout-terrain et muni du moteur 985 cc de la KdF.

Peu après, elle prend la forme définitive de la Kübelwagen Type 82.

Le moteur est d’abord le 985 cc mais bientôt remplacé par le 1131 cc.

Elle aura un énorme succès et on en fera plus de 50.000 de 1940 à 1945.

KdF Kübelwagen typ 62 utilisée au début 1940 par le Docteur Ley.KdF Kübelwagen typ 62 utilisée au début 1940 par le Docteur Ley.

 

KdF Kübelwagen typ 82KdF Kübelwagen typ 82

 

Foire de Vienne, printemps 1940... une Kübelwagen sur le stand KdF.Foire de Vienne, printemps 1940… une Kübelwagen sur le stand KdF.

Puis on en prépare une version amphibie, d’abord le type 128 dont on construit 30 exemplaires d’essai en 1941.

La version finale apparait en 1942 sous le nom de Schwimwagen, type 166.

Elle a les quatre roues motrices et fonctionne bien tant sur terre que sur l’eau.

On en fera 14.283 unités de 1942 à 1944.

 KdF Schwimwagen typ 166 (c.1942)KdF Schwimwagen typ 166 (c.1942)

Au sujet des Volkswagen militaires, il faut encore ajouter le type 87 qui est une 4RM munie de la carrosserie de la berline civile, il en sera fait 561 exemplaires surtout pour l’Afrika Korps.

Ainsi que la 82E, châssis Kübelwagen muni de la carrosserie de la berline.

KdF typ 87 à 4 RMKdF typ 87 à 4 RM

 

KdF 82E, châssis Kübelwagen et carrosserie de la berlineKdF 82E, châssis Kübelwagen et carrosserie de la berline

En Angleterre, on trouve avant guerre quelques Morris Commercial à 6 roues, dont quatre motrices ainsi que des 4×4.

Au moment de la guerre, on sort le staff car Humber 4×4 à moteur six cylindres de 4 litres.

L’Angleterre utilisera surtout les Jeep américaines comme voitures légères tout-terrain.

Morris Commercial D 6x4 (c.1930)Morris Commercial D 6×4 (c.1930)

 

Humber 4RM staff car (c.1940)Humber 4RM staff car (c.1940)

Quelques prototypes de tout-terrain ont bien été étudiés notamment par Standard et Jaguar, mais rien n’en sortira de concret.

En Europe, on peut encore signaler plusieurs modèles de Tatra tchèques à six roues et 4RM, les T-26-30 et T-72 du début des années 1930.

Puis à la fin de la décennie, la T-79, un 4×4 de 2,2 litres, sorti en 1938.

Il en sera dérivé le V-809, à moteur quatre cylindres ou V-8, qui sera construit pour la Wehrmacht et fort utilisé par l’Afrika Korps grâce à son refroidissement par air.

Tatra typ 26-30 (c.1930)Tatra typ 26-30 (c.1930)

 

Tatra typ 72 (c.1934)Tatra typ 72 (c.1934)

 

Tatra V-799 ou T-79 (1938)Tatra V-799 ou T-79 (1938)

 

Tatra V-809, Tropfenlimusine à moteur V8 destinée au maréchal Rommel (1942) Tatra V-809, Tropfenlimusine à moteur V8 destinée au maréchal Rommel (1942)


De même en Autriche on trouve quelques tout-terrain Steyr et Austro-Daimler.

Steyr Kommandeur Wagen 1941 à moteur V-8Steyr Kommandeur Wagen 1941 à moteur V-8

Même la Hollande aura un curieux prototype DAF (deux exemplaires en 1939), le MC-139.

C’est un tout-terrain amphibie et symétrique, il possède deux postes de conduite, un à l’avant, l’autre à l’arrière.

Le moteur est un Citroën 11 CV de 1911cc.

DAF MC-139 (Prototype 1939) DAF MC-139 (Prototype 1939)

L’Italie, elle, construit des véhicules dérivés de la série pour usage colonial ou militaire mais ce ne sont pas de vrais tout-terrain.

Fiat 508C coloniale construite de 1939 à 1945Fiat 508C coloniale construite de 1939 à 1945

Quant au Japon, on trouve quelques torpédos 4×4 chez Isuzu et Mitsubishi mais aussi de petits Kurogane 4×4 apparus en 1937, munis d’un moteur 2 cylindres en V de 1400 cc refroidi par air et à roues avant indépendantes.

Le Kurogane existe en deux et quatre places.

Châssis du Mitsubishi PX-33 4x4 (1934-35)Châssis du Mitsubishi PX-33 4×4 (1934-35)

 

Voiture légère de liaison japonaise, la Kurogane en 1941 Voiture légère de liaison japonaise, la Kurogane en 1941

Aux Etats-Unis, le domaine du tout-terrain léger n’est guère exploré avant la guerre (WW2).

On trouve cependant des transformations 4RM dus à Marmon-Herrington, surtout sur base Ford.

Les choses changent en 1940.

Au mois de juin de cette année, l’armée lance un appel d’offres pour une voiture légère de liaison à quatre roues motrices.

 

Trois marques répondent et présentent un prototype.

Il s’agit d’American Bantam, de Willys et de Ford.

Les essais ont lieu en fin 1940.

Le premier prototype à être prêt dès l’automne 1940 est celui d’American Bantam.

Il a été étudié par l’ingénieur en chef de la marque, Karl K. Probst.

Il est mu par un moteur Continental quatre cylindres de 45 ch.

Premier prototype d’American Bantam, automne 1940. L’ingénieur Probst est sur le siège passager.Premier prototype d’American Bantam, automne 1940. L’ingénieur Probst est sur le siège passager.

L’ingénieur Delmar G. Roos dessine de son côté le prototype Willys, le Quad.

Son moteur est le quatre cylindres 2 litres de la Willys de tourisme.

Le Quad est présenté en novembre 1940.

 

Willys Quad (novembre 1940) Willys Quad (novembre 1940)

Puis Ford se met sur les rangs avec le GP Pigmy.

Son moteur dérive de celui d’un tracteur de la marque et la boîte de vitesses provient d’une Ford A.

Il entame ses essais en fin 1940.

Projet Ford de novembre 1940, GP PigmyProjet Ford de novembre 1940, GP Pigmy

Suite aux remarques et évaluations résultant des essais, les trois marques revoient leur copie et en mars 1941, American Bantam présente le Model 40 BRC pour laquelle l’usine reçoit une commande de 1.500 exemplaires.

Ces véhicules serviront surtout dans l’armée anglaise.

American Bantam, model 40 BRC (1941)American Bantam, model 40 BRC (1941)

Au printemps 1941, c’est au tour de Willys de présenter sa MA pour laquelle l’usine reçoit aussi 1.500 commandes.

À la même époque, Ford sort également une version modifiée de la GP.

Ford recevra une commande de 1.500 unités, plus une seconde commande de 2.150 exemplaires.

Ces Ford serviront surtout dans l’armée anglaise.

Willys MA Willys MA

 

Seconde version de la Ford GP Seconde version de la Ford GP

Willys retravaille son véhicule, l’améliore dans les détails et sort la version MB, Willys reçoit une commande de 16.000 MB en juillet 1941.

Willys MBWillys MB

L’armée choisit la Willys MB comme véhicule standard et demande à Ford de coproduire la Willys MB sous le nom de GPW (General Purpose Willys).

Les différences visibles entre les deux marques se limitent à la plaque constructeur sur le tableau de bord et à la membrure du châssis située sous le radiateur, en U pour la Ford et tubulaire pour la Willys.

Ford produira 277.896 exemplaires du MB et Willys 361.349 unités.

American Austin est jugée trop petite pour participer à cette production, mais reçoit comme lot de consolation, une importante commande de remorques destinées aux Jeep.

La Jeep connait aussi une version amphibie, dérivée d’une étude Marmon-Herrington.

Il s’agit de l’adaptation d’un châssis MB.

La commande des amphibies GPA (General Purpose Amphibious) est passée chez Ford, elle porte sur 12.000 véhicules ; mais elle ne sera sans doute pas exécutée totalement, la GPA ayant présenté un bilan mitigé.

Ford GPA, la Jeep amphibieFord GPA, la Jeep amphibie

Aux USA, pendant la guerre, d’autres firmes proposeront des prototypes de tout-terrain, notamment Crosley et Kaiser mais il n‘y aura aucune suite.

Quant à la Russie, elle adapte les quatre roues motrices à une berline civile, ce sera la GAZ 11-73 construite de 1941 à 1948 puis fabriquera une quasi copie de la Jeep, la GAZ 67B.

GAZ 11-73, limousine 4RM dérivée d’une voiture civileGAZ 11-73, limousine 4RM dérivée d’une voiture civile


Version russe de la Jeep, la GAZ 67B Version russe de la Jeep, la GAZ 67B