L’Automobile et la B.D. au Mondial de l’Automobile 2004.

A chaque Mondial de l’Automobile, les organisateurs proposent, en parallèle au Salon, une exposition dont la thématique est liée à l’Automobile.

Cette année, le thème choisit est la relation souvent passionnelle qui a existé et existe encore entre l’Automobile et la Bande Dessinée.

Pour certains dessinateurs et/ou scénaristes, l’automobile n’a été qu’un simple objet nécessaire à l’histoire. Cependant, pour beaucoup d’autres et pas des moindres, l’Automobile a été ou reste un objet de fascination. Il suffit d’examiner certains dessins pour constater que la voiture représentée a été observée avec intérêt et quelquefois même avec passion.

De Tintin à Blake & Mortimer ou Ric Hochet, de Spirou à Gaston Lagaffe ou Starter, de Michel Vaillant à Mauro Caldi, le 9ème art a fait de l’Automobile un de ses partenaires privilégié, voire le sujet principal du scénario ou de la série.

Hergé, Franquin, Jidehem, Jacques Martin, Tillieux, Tibet, Uderzo, Jacobs, Peyo, Jean Graton sont quelques-uns de ceux qui ont magnifié, chacun à sa manière, l’Automobile, il est vrai, à une époque où le regard du Monde était nettement plus positif envers celle-ci, alors uniquement considérée comme un bienfait pour l’Humanité entière. Malgré un consensus nettement moins favorable, des artistes tels que Ted Benoît, Berthet, Turk, Jean-Luc Delvaux, Constant & Lapière et d’autres encore, continuent à honorer une certaine forme d’Automobile mais, reconnaissons-le, se déroulant presque exclusivement dans un passé plus ou moins éloigné. Il n’empêche que l’Automobile a permis et, je l’espère, permettra encore à beaucoup d’artistes du 9ème art d’écrire certaines pages d’anthologie de la Bande Dessinée.

Imaginée par les organisateurs du Mondial de l’Automobile, préparée avec l’aide des animateurs du renommé Festival de la Bande Dessinée d’Angoulême et parrainée par le Crédit Agricole, l’exposition propose 40 voitures, dont certaines sont réellement exceptionnelles.

Derrière chaque véhicule, est tendue une draperie ornée d’un gigantesque agrandissement d’une ou plusieurs planches tirées de la BD dans laquelle la voiture est protagoniste, ainsi qu’une affiche représentant la couverture du récit concerné.

Parce qu’il est impossible de réunir un tel nombre de voitures anciennes sans désistements de dernière minute, certaines des voitures annoncées dans le programme n’ont pu être exposées.

En dehors de cette précision, d’une mince critique sur le manque de profondeur de certains emplacements et de l’absence sans doute justifiée de voitures liées aux aventures de Tintin, cette exposition est exemplaire par sa richesse et son originalité. Pour de nombreux amateurs de BD et/ou d’automobiles anciennes, cette exposition vaut à elle seule la peine de faire le déplacement à la Porte de Versailles.

A tel point, qu’il me paraît navrant que les organisateurs du Salon de Bruxelles n’aient pas eu l’idée ou l’opportunité d’organiser une exposition similaire, car l’Ecole Belge de la Bande Dessinée est très bien représentée à Paris et que certaines des voitures exposées proviennent du plat pays qui est le nôtre. Néanmoins, tout reste possible pour le futur, car il n’est pas impensable qu’une telle exposition puisse s’organiser dans un avenir plus ou moins proche à Bruxelles et pourquoi pas cette fois avec des voitures ayant figurés dans les albums de Tintin. C’est en tout cas mon souhait et également, je le pense, le souhait de beaucoup de visiteurs du Salon de Bruxelles.

Nous vous proposons une photo de tous les véhicules exposés, mais nous vous laissons le plaisir de retrouver la marque, le modèle de la voiture et le titre de la bande dessinée qui s’y rapporte. Pour la plupart, ce sera chose facile, mais pour quelques-unes, ce sera un travail de vrai connaisseur…