FEDERAUTO inquiet pour l’avenir

Classé dans : Economie | 0

Les diverses mesures fiscales prises à la hâte par nos gouvernants fin 2011 ont encore assombri les résultats d’un exercice qui ne s’annonçait déjà pas très prometteur pour les secteurs dont FEDERAUTO défend les intérêts.


Se relevant avec énormément de peine des effets de la crise 2008, les secteurs que représente FEDERAUTO avaient en effet espéré pouvoir construire sur les maigres acquis de l’année dernière et envisager une amorce de relance.

Et de fait, comme le montrent les résultats de l’analyse socio-économique reprise dans le rapport annuel 2011 de FEDERAUTO, certains indicateurs semblaient permettre un relatif optimisme.

Ainsi, sans atteindre le chiffre de 89.618 enregistré en 2008, le nombre d’emplois avait néanmoins repassé la barre des 88.500 unités, soit une augmentation légèrement supérieure à 1% par rapport à 2010.

Federauto

De même, en passant de 93,374 milliards en 2010 à 99,295 milliards en 2011, le chiffre d’affaires global laissait également entrevoir une amélioration des activités, bien que toujours directement tempérée par des marges de vente brute beaucoup trop faibles.

Federauto

En effet, phénomène particulièrement préoccupant dans le secteur du négoce et de la réparation automobile, le rendement des activités avoisine seulement les 3%, valeur qui entretient la précarité des entreprises que regroupent ces secteurs, surtout après le mise en place des nouvelles mesures fiscales prises par le Gouvernement Di Rupo.

Ces dernières, comme le montrent clairement les immatriculations enregistrées depuis le début de l’année en cours, ont déjà un effet négatif sur le négoce. De fait, véhicules neufs et véhicules de seconde main confondus, la réduction des ventes est de l’ordre de 6% par rapport à la même période en 2011. Et les perspectives ne sont guère plus réjouissantes…

Federauto

Par le jeu des cascades, ce sont donc tous les acteurs de la filière automobile qui vont encore souffrir de cette nouvelle diminution des activités .

A la lueur de ces quelques chiffres, plus amplement détaillés dans les documents joints en annexes, FEDERAUTO insiste pour que nos gouvernants mettent en place un véritable plan de relance des secteurs automobiles dont elle assure la représentation.