Toyota persévère dans la voie de l’hydrogène avec sa nouvelle Mirai

Classé dans : Actualités - Toyota (Japon) | 0

Une nouvelle génération de Mirai fait son entrée et porte la technologie FCEV au niveau supérieur, tout en alliant un style contemporain dynamique et une conduite plus gratifiante. Un système de pile à combustible entièrement revu, un aménagement intelligent et une grande efficacité aérodynamique se combinent pour porter l’autonomie à près de 650 km, sans aucune autre émission que de l’eau pure.

Toyota a débuté le développement d’un véhicule électrique à pile à hydrogène en 1992, en introduisant avec succès la berline Mirai sur les marchés mondiaux en 2014.

Le concept de base de l’énergie hybride a été adapté afin de produire des véhicules hybrides électriques (HEV), des véhicules hybrides rechargeables (PHEV), des véhicules électriques à batterie (BEV) et, avec en tête la Mirai, des véhicules électriques à pile à combustible (FCEV). Chacun possède des qualités adaptées à différents besoins en termes de mobilité : par exemple, les véhicules électriques à batterie conviennent aux trajets domicile-travail plus courts et à la conduite en ville, les modèles hybrides électriques et hybrides rechargeables s’adaptent aux principaux déplacements privés et aux plus longues distances, tandis que les véhicules électriques à pile à combustible sont destinés aux plus grands modèles de voitures particulières, aux utilitaires lourds et aux transports publics.

La nouvelle Mirai est construite sur la plateforme modulaire GA-L de Toyota. Il s’ensuit de nouvelles dimensions : la hauteur totale s’abaisse de 65 mm pour atteindre 1470 mm, tandis que l’empattement augmente de 140 mm (2920 mm). Avec un porte-à-faux arrière prolongé de 85 mm, la longueur totale du véhicule atteint désormais 4975 mm.

Par l’augmentation de 75 mm de la largeur de voie la nouvelle Mirai utilise des roues plus larges (19″ et 20″ équipées de pneus de respectivement 235/55 R19 et 245/45 R20).

Celle-ci permet d’optimiser l’aménagement des systèmes et offre désormais cinq sièges au lieu de quatre ainsi qu’un habitacle plus spacieux. Ses caractéristiques aérodynamiques, notamment par sa ligne de toit abaissée et son carénage complet permettent d’améliorer son coefficient de pénétration.

La nouvelle plateforme accueille un troisième réservoir à hydrogène supplémentaire qui contribue à accroître de 30 % l’autonomie de ce modèle  pour atteindre près de 650 km. Les réservoirs sont positionnés en « T », le plus long étant installé dans le sens longitudinal et centré sous le plancher, tandis que les deux plus petits viennent se placer sur les côtés, sous les sièges arrière et le compartiment à bagages.

Ensemble, ils offrent une contenance de 5,6 kg d’hydrogène, contre 4,6 kg pour les deux réservoirs de sa devancière. Leur position contribue également à abaisser le centre de gravité du véhicule et à préserver l’espace de chargement.

Par l’utilisation de la plateforme GA-L, la nouvelle pile à combustible et le convertisseur d’énergie (FCPC) ont été rendus plus compacts et le poids a été réduit de 50 %, tandis que sa puissance augmentait de 12 %. La puissance maximale progresse ainsi de 114 kW (153 ch) à 128 kW (172 ch). La performance par temps froid s’améliore également, avec un démarrage désormais possible à une température de jusqu’à -30˚C.
La pile à combustible emploie toujours un polymère solide, mais sa taille a été réduite, tout comme le nombre de ses cellules.

La nouvelle Mirai embarque à présent une batterie haute tension lithium-ion en lieu à la place de l’unité nickel-métal du modèle précédent. Tout en étant plus compacte, elle présente une densité énergétique supérieure et offre une puissance accrue et de meilleures performances environnementales.

Cette nouvelle architecture autorise un repositionnement de la nouvelle pile à combustible qui passe du dessous du plancher au compartiment avant (l’équivalent du compartiment moteur), tandis que la batterie haute tension et le moteur électrique se logent au-dessus de l’essieu arrière.

Cette disposition de la motorisation optimisée offre à la nouvelle Mirai une répartition du poids à 50:50 entre l’avant et l’arrière. Grâce à son centre de gravité abaissé, la nouvelle Mirai bénéficie de meilleures capacités d’inertie et une rigidité de carrosserie accrue, ce qui contribue à des performances dynamiques supérieures.

Autre innovation, un filtre de type catalyseur a été intégré à l’admission d’air. Au fur et à mesure que l’air pénètre dans le véhicule pour alimenter la pile à combustible, celui-ci capture les particules microscopiques de substances nocives, notamment le dioxyde de souffre (SO2), l’oxyde d’azote (NOx) et les particules fines PM 2,5. Cette technologie permet d’éliminer 90 à 100 % des particules jusqu’à 2,5 microns. Ce qui permet à Toyota de prétendre que la nouvelle Mirai purifie l’air…

Avec l’introduction de sa nouvelle Mirai, Toyota ambitionne une plus grande pénétration du marché et même de multiplier par dix le volume des ventes grâce à un prix de vente plus abordable à partir de 64.470 EUR soit 20 % de moins que la précédente Mirai.

En vœu pieux, Toyota prétend qu’il sera de plus en plus facile de se tourner vers un véhicule à pile à hydrogène au fur et à mesure que les différents marchés amélioreront leur infrastructure hydrogène, que le nombre de stations de remplissage augmente et que les gouvernements et les autorités locales introduisent de nouvelles mesures incitatives et de nouvelles réglementations en faveur d’une mobilité plus propre.

Notons qu’en Belgique, malgré de l’intérêt marqué par DATS24, les stations à hydrogène restent encore rarissimes.

Automania Team

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

9 × = 81