L’alerte smog uniquement pour les véhicules diesel ?

Classé dans : Actualités - Toyota (Japon) | 0



Suite à une forte concentration de particules fines, les autorités ont déclenché l’alerte smog qui limite entre autres la vitesse sur les autoroutes à 90 km/h.

Smog


En ce qui concerne le transport routier, ce sont surtout les véhicules équipés d’un moteur diesel qui contribuent aux émissions massives de particules nocives pour la santé.

Pourtant, les voitures à motorisation essence et hybride doivent également adapter leur vitesse, alors qu’elles ne sont aucunement à la base de ce problème. Il paraîtrait donc logique d’obliger uniquement les voitures diesel à limiter leur vitesse.


En se concentrant uniquement sur le CO2 , avec notamment des avantages fiscaux pour les voitures émettant peu de CO2, et sans tenir compte des émissions nocives pour la santé, les autorités ont contribué à la diésélisation à outrance du parc automobile.

L’apparition des alertes smog ces dernières années et les limitations de vitesse qui en découlent en sont une conséquence directe. Les personnes qui choisissent une voiture essence ou hybride, et qui ne sont donc pas à la base de ces importantes concentrations de particules fines, sont malheureusement également pénalisées par ce problème. Si le principe du pollueur-payeur était appliqué, la limitation de vitesse ne serait alors valable que pour les conducteurs de véhicules diesel.

Afin d’illustrer cette situation, vous trouverez ci-dessous deux tableaux qui comparent les émissions de particules fines et de NOx d’une voiture hybride et d’une essence avec leurs concurrentes diesel du même segment et de même puissance.

Smog - particules fines

 

Smog - NOx

Malgré l’installation de filtres à particules, les émissions de substances nocives des voitures diesel restent bien plus hautes que pour les voitures essence et hybride.

Il est toutefois pratiquement impossible pour les autorités de faire la différence entre les voitures essence et diesel lors des contrôles de vitesse. C’est pourquoi, afin d’éviter à l’avenir des alertes smog, il est absolument nécessaire de trouver des solutions durables au problème des particules fines.

L’instauration d’une fiscalité automobile plus favorable à l’environnement qui prendrait en compte toutes les émissions nocives ou la suppression de la différence de prix entre l’essence et le diesel à la pompe en sont deux exemples.

C’est uniquement ainsi que le parc automobile belge retrouvera un mixte équilibré de motorisations essence et diesel.