Le puits de carbone forestier de Peugeot en Amazonie. Bilan à cinq ans et perspectives

Paris, le 4 novembre 2005

Jean-Martin Folz, Président du groupe PSA Peugeot Citroën, et Pierre-Olivier Drège, Directeur Général de l’ONF se sont rendus les 28 et 29 octobre derniers à la Fazenda Sao Nicolau, au Brésil, afin d’établir un premier bilan de l’expérimentation menée pour constituer un puits de carbone forestier.

Puits de Carbone.

Le projet intégralement financé par la marque Peugeot à hauteur de 10 millions d’euros est exécuté par un maître d’oeuvre, l’ONF (Office National des Forêts), via sa filiale ONF International.
Pour Peugeot, les objectifs de la création d’un puits de carbone ont été multiples.
En premier lieu, il s’agit d’avoir une approche globale de la question de la maîtrise des gaz à effet de serre de source humaine.

Au-delà des innovations technologiques tendant à réduire les émissions de CO2 à la source sur le produit automobile, Peugeot souhaite contribuer de manière positive au mouvement généré par le Protocole de Kyoto qui souligne l’importance de lutter contre l’effet de serre anthropique additionnel . Dans le premier domaine, le groupe PSA Peugeot Citroën est l’un des premiers groupes automobiles au monde offrant les meilleures performances de consommation et de maîtrise des émissions de CO2.

Dans le second domaine, le puits de carbone Peugeot a pour ambition d’étudier par la réalisation d’un prototype vivant, à grande échelle et à long terme (40 ans), la relation entre reforestation, captation du carbone atmosphérique et régulation des climats.
Ce projet s’inscrit également dans la droite ligne du volet sociétal de la politique de Développement Durable du groupe PSA Peugeot Citroën. En effet, l’un des objectifs de la création du puits de carbone concerne l’intégration du dispositif dans son environnement immédiat par le biais de l’implication de la population locale. Un programme d’éducation environnementale est conduit auprès des élèves de la région et plus de 1500 élèves ont déjà découvert l’utilité de ces espaces naturels en visitant la Fazenda Sao Nicolau. En outre, depuis 2000, 80 000 plants ont été distribués à des petits propriétaires agro-forestiers de la région.

Enfin, un autre objectif était la promotion de la biodiversité. Plutôt que d’utiliser une seule espèce à croissance rapide qui serait particulièrement productive et facile à implanter, de multiples essences ont été utilisées afin de favoriser la biodiversité de la plantation. En outre, la biodiversité des essences devrait avoir un impact direct sur celle de la faune, en autorisant le retour de certaines espèces au sein du nouveau massif forestier.

En 1999, le projet commence par l’acquisition d’un domaine de 10 000 ha au sein de l’Amazonie légale dans l’état du Mato-Grosso. Depuis, deux millions d’arbres ont été réintroduits et les premières plantations culminent aujourd’hui à près de 10 mètres, les dernières atteignant déjà 2 mètres : la jeune forêt est maintenant définitivement installée.

Aujourd’hui, la surface reboisée atteint 2 000 ha avec plus de 50 essences natives plantées, donnant ainsi à ce projet un caractère unique, sans équivalent dans le monde dans le cadre d’un projet de reforestation à but de séquestration de carbone.

Un Comité de Pilotage paritaire Peugeot-ONF gère le dispositif. Par ailleurs, dès 2000 un Comité Scientifique Consultatif composé de 14 scientifiques pluridisciplinaires pour l’essentiel brésiliens a été créé afin de guider le projet vers les meilleures pratiques et encadrer la recherche scientifique menée autour du Puits de Carbone Peugeot. Ce Comité s’est réuni pour la sixième fois les 26 et 27 octobre 2005 à la Fazenda Sao Nicolau.

La phase de plantation de cinq ans à présent achevée, ne constitue pas une fin en soi, mais bien un nouveau départ pour le projet, qui va désormais conforter sa dynamique de développement durable et de valorisation scientifique autour de quelques idées fortes :

Devenir un laboratoire permettant de préciser les relations entre reboisement, fixation du carbone atmosphérique et régulation des climats

Constituer une référence en matière de méthodes de suivi carbone sur des projets de plantations forestières

Développer un pôle de recherche pluridisciplinaire sur le site de la fazenda Sao Nicolau

Faire du site un modèle d ‘aménagement durable en intégrant les grandes activités traditionnelles de la région : élevage et gestion forestière (reboisement et aménagement de la forêt naturelle)

Consolider l’ancrage local du projet en particulier par la poursuite et le développement des activités socio-éducatives

L’une des ambitions affichées sera désormais la publication d’informations scientifiques de qualité en vue de partager les acquis des travaux menés sur le site avec une large communauté scientifique, brésilienne et internationale.