Porsche 918 Spyder : Une étude à technologie hybride plug-in

Classé dans : Actualités - Porsche (D) | 0

Porsche 918 Spyder Concept (Geneva 2010)

Lors du dernier salon de Genève, Porsche  a présenté pas moins de 3 modèles hybrides : le VUS/SUV Cayenne S Hybrid, la 911 GT3 R Hybrid et l’étude 918 Spyder du type hybride « plug-in ».


Pour la Spyder 918, Porsche annonce des chiffres tout à fait étonnants : rejets de 70 g de CO2 par kilomètre, 3 L/100 km de consommation et une vitesse maximale de plus de 320 km.  Le moteur V8 développe plus de 500 ch à 9.200 tr/mn.  Des moteurs électriques sur les essieux avant et arrière délivrent une puissance totale de 218 ch.


La transmission aux roues arrière s’effectue au moyen d’une boîte à double embrayage et 7 rapports (PDK).  Les roues avant sont entraînés par un moteur électrique à démultiplication fixe.


Ci-joint le communiqué de presse relatif à la présentation de cette « supercar » à entraînement hybride, du type « plug-in ».


Porsche 918 Spyder Concept (Geneva 2010)

 

Hautement efficace et ultrarapide : l’étude à technologie hybride plug-in

La voiture de sport hautes performances à moteur central Porsche 918 Spyder

 

Avec l’étude d’une voiture de sport hautes performances à moteur central dotée d’une technique d’entraînement à la fois propre et hautement efficace, la société Dr. Ing. h.c. F. Porsche AG, Stuttgart, conforte sa compétence en matière d’hybride.

Le prototype 918 Spyder marie la haute technicité vouée à la course et l’électromobilité pour offrir une richesse fascinante :

alors que les émissions de CO2 – 70 grammes par kilomètre pour une consommation de 3 litres aux 100 kilomètres – correspondent à celles d’une toute petite voiture, les performances routières sont celles d’une supersportive qui abat le zéro à 100 km/h en un peu moins de 3,2 secondes, file à une vitesse maximale supérieure à 320 km/h et boucle la boucle Nord du Nürburgring en moins de 7:30 minutes distançant ainsi même la Porsche Carrera GT.

Porsche 918 Spyder Concept (Geneva 2010)

La 918 Spyder est l’un des trois modèles Porsche à hybride qui fêtent leur première mondiale au Salon international de l’Automobile de Genève 2010. Ce trio formé par le nouveau véhicule tout terrain sportif Cayenne S Hybrid à hybride complet parallèle, la voiture de course 911 GT3 R Hybrid à essieu avant à entraînement électrique et accumulateur à volant d’inertie ainsi que la biplace sport hautes performances à moteur central 918 Spyder à technologie hybride plug-in ne témoigne pas seulement de la grande diversité de cette nouvelle technologie d’entraînement, mais aussi de la force d’innovation que possède le pionnier de l’hybride : Porsche.

Sur l’étude innovante qu’est la 918 Spyder, Porsche fait converger la technologie «Intelligent Performance», la haute technicité issue de la compétition ainsi que le langage des formes connu, à la fois classique et moderne, en un message convaincant.

Porsche  918  Spyder Concept (Geneva 2010)

La Porsche 918 Spyder à entraînement hybride plug-in permet des performances routières dignes d’une supersportive pur sang tout en se contentant de 3 litres de carburant seulement aux 100 kilomètres selon le nouveau cycle de conduite européen (NEDC). Cela correspond à des rejets de CO2 de 70 g/km.

La biplace ouverte est animée par un V8 à haut régime délivrant plus de 500 ch et tournant à un régime maximal de 9.200 tr/mn ainsi que par des machines électriques placées sur l’essieu avant et l’essieu arrière qui développent une puissance mécanique totale de 218 ch (160 kW).

Le V8 est une évolution du moteur de 3,4 litres prisé animant la voiture de course RS Spyder ; il est logé en position centrale en avant de l’essieu arrière.

Grâce à l’excellent équilibre ainsi atteint, cette architecture garantit des performances maximales sur circuit. La transmission est assurée par une boîte à double embrayage et sept rapports Porsche-Doppelkupplungsgetriebe (PDK) qui transmet aussi la puissance de l’entraînement électrique sur l’essieu arrière.

Le moteur électrique avant entraîne les roues avant via une démultiplication fixe.

C’est une batterie lithium-ion refroidie par un fluide et logée derrière l’habitacle qui sert d’accumulateur d’énergie.

Sur un hybride du type plug-in, la batterie peut être rechargée sur le réseau électrique.

De plus, au freinage, l’énergie cinétique de la voiture est convertie en énergie électrique injectée dans la batterie.

La voiture dispose ainsi d’un appoint d’énergie pour les accélérations.

Un bouton au volant permet d’appeler quatre modes de fonctionnement différents : le mode «E-Drive» autorise la conduite toute électrique avec une autonomie maximale de 25 kilo mètres.

Porsche  918  Spyder Concept (Geneva 2010)

En mode «Hybrid», la 918 Spyder fait appel tant aux machines électriques qu’au moteur

thermique, l’utilisation des différents composants de l’ensemble mécanique étant fonction

de la situation de conduite donnée et pouvant privilégier tant la sobriété que la puissance.

Les deux systèmes d’entraînement sont aussi mis à profit en mode «Sport Hybrid», mais ils sont alors gérés de sorte à mettre l’accent sur les performances.

La transmission est à dominante arrière, et un système à vecteur de couple permet en plus une amélioration ciblée du dynamisme de conduite.

Enfin, en mode «Race Hybrid», les systèmes d’entraînement sont concentrés sur une conduite privilégiant les performances pures tout en répondant aux exigences dynamiques maximales sur circuit et agissent aux limites de leur possibilités.

Lorsque l’état de charge le permet, un bouton dit «push-to-pass» (appuyer pour dépasser) permet de libérer un appoint de puissance électrique (e-boost), par exemple pour une manoeuvre de dépassement ou pour améliorer encore les performances.

L’extrême richesse de cet entraînement hybride permet de réaliser avec la 918 Spyder des temps au tour rivalisant avec ceux de bolides de course – et de rester par exemple en dessous de 7:30 minutes sur la boucle Nord du Nürburgring – ou bien de limiter les rejets de CO2 à 70 grammes par kilomètre seulement en adoptant une conduite économique.

Porsche 918 Spyder Concept (Geneva 2010)

Comme sur l’ensemble mécanique, les gènes de la course ne passent pas inaperçus sur la carrosserie de la 918 Spyder, conçue selon le principe de la construction légère.

La structure modulaire en matière synthétique renforcée par fibres de carbone (CFRP) et la mise en oeuvre ciblée de magnésium et d’aluminium n’assurent pas seulement le poids réduit (moins de 1.490 kilogrammes), mais aussi une rigidité torsionnelle élevée qui est à son tour le gage d’une précision directionnelle extrême.

Typiquement Porsche, le concept de design de la 918 Spyder qui s’inspire de voitures de

course légendaires ayant remporté plein de succès, comme la Porsche 917 Le Mans et la

Porsche RS Spyder actuelle, n’est pas sans susciter des émotions.

L’association de proportions caractéristiques d’une voiture de course, de formes bien structurées avec des surfaces au modelé parfait et des détails innovants débouche sur un look esthétique parfaitement équilibré et très dynamique. Ce design incarne la synthèse parfaite entre formes et fonctions, inhérente à l’ADN du style Porsche.

L’équilibre serein entre tradition et progrès exprime un bon l’appui au sol.

Une aérodynamique variable, typique de Porsche, ajoute des touches à la fois visionnaires et traditionnels au niveau de l’aileron arrière.

Sur la 918 Spyder, les bossages fuselés marquants dans le prolongement des appuie-tête ne remplissent pas seulement des fonctions aérodynamiques, mais hébergent en même temps des trompes d’admission d’air télescopiques fonctionnant selon le principe de l’admission d’air forcée.

Le pilote et le copilote ne se glissent pas seulement dans des baquets sport aux contours

parfaits, mais aussi dans un cockpit offrant une synthèse de fonctionnalité efficace et de

commande high-tech ergonomique, synthèse qui donne un avant-goût de ce que pourra être l’architecture intérieure des supersportives de demain.

Trois instruments ronds individuels indiquant la vitesse (à gauche), le régime (au milieu) et la gestion des flux d’énergie (à droite), semblent être directement déclinés des bolides de course des années 60 et incarnent la philosophie selon laquelle tout doit être axé sur le pilote.

Porsche 918 Spyder Concept (Geneva 2010)

À bord de la 918 Spyder, la console centrale ascendante intègre une surface tactile pour

une commande intuitive des fonctions de la voiture et poursuit ainsi la réduction rigoureuse du nombre des éléments de commande visibles tout en permettant leur actionnement direct.

Les commandes importantes pour la conduite sont regroupées pour l’essentiel sur le volant sport multifonctions à trois branches.

Les variables offertes par les systèmes dynamiques, caractéristiques de Porsche, sont complétées par une touche dite «Map» permettant d’appeler les différents programmes de conduite tout en servant de bouton «push-to-pass» déclenchant le boost électrique pour une manoeuvre de dépassement par exemple.

L’éclairage des instruments vire du vert pour les modes privilégiant la sobriété au rouge pour les programmes de conduite axés sur les performances.

Porsche  918  Spyder Concept (Geneva 2010)

La 918 Spyder offre par ailleurs d’autres fonctionnalités innovantes, telles que le gestionnaire de l’autonomie.

Après activation, celui-ci affiche une carte du système de navigation sur l’écran central et fait ressortir l’autonomie restante sur laquelle le pilote peut pourtant exercer une influence en réglant les performances routières.

Dans les villes affichant des zones dites environnementales, il indique au conducteur s’il est possible de joindre la destination en mode tout électrique.

Avec ces informations et l’indication des stations-service permettant de refaire le plein des différentes énergies, le conducteur peut choisir les stratégies de conduite et de charge, voire de ravitaillement individuelles.

En offrant une combinaison unique entre consommation ultrabasse, performances routières exceptionnelles et autonomie élevée en tout électrique, la 918 Spyder incarne une étape essentielle dans la stratégie Porsche visant l’électromobilité.

Porsche 918 Spyder Concept (Geneva 2010)