Nouvelle grand tourisme Porsche forte de 430 ch à transmission intégrale et dynamisme élevé

Classé dans : Actualités - Porsche (D) | 0


Porsche Panamera GTS (Los Angeles 2011)



Panamera GTS : voiture de sport à quatre portes

 

La grand tourisme puriste frappée de l’emblème de la société Dr. Ing. h.c. F. Porsche AG, Stuttgart, s’aligne au départ : la Panamera GTS. Ce nom est tout un programme. GTS – chez Porsche, c’est synonyme de Grand Tourisme Sport et, depuis la légendaire 904 Carrera GTS de 1963, une promesse de performances Porsche exceptionnelles. Puissance accrue et freins renforcés, carrosserie surbaissée de 10 millimètres et un châssis au tarage parti culièrement sportif avec suspension pneumatique et PASM, telles sont les modifications techniques essentielles qui font de cette déclinaison la Panamera du circuit – sans que l’aptitude au quotidien n’en soit affectée. De par sa sonorité marquante, la plus sportive de toutes les Panamera transmet aussi ce message à ses occupants et à son entourage.

 

Quant à son allure, la nouvelle Panamera GTS affiche son indépendance par des traits de design originaux sur la proue, les flancs et la poupe ainsi que par des contrastes noirs. Doté de sièges sport adaptatifs, du volant Sport Design à palettes de commande et d’une sellerie cuir GTS exclusive avec surfaces en alcantara, l’intérieur est également adapté avec rigueur à son naturel sportif.


Porsche Panamera GTS (Los Angeles 2011)

Le concentré de puissance animant la nouvelle Panamera GTS est un V8 atmosphérique

modifié d’une cylindrée de 4,8 litres débitant 430 ch (316 kW) à 6.700 tr/mn surpassant

ainsi de 30 ch (22 kW) le moteur de ses soeurs Panamera S/4S. Le couple maximal passe à 520 Nm par rapport à 500 Nm sur ces dernières. La boîte à double embrayage Porsche Doppelkupplung (PDK) transmet la puissance délivrée par le moteur sans aucune rupture de charge à la transmission intégrale (PTM), et ce d’une manière encore plus dynamique lorsque le conducteur appuie sur le bouton dédié au pack Sport Chrono compris dans la dotation standard. Dans ce cas, la Panamera GTS est en mesure d’abattre le zéro à 100 km/h en 4,5 secondes et d’accélérer sans faille jusqu’à la vitesse maximale de 288 km/h. Affichant une consommation de 10,9 l/100 km selon le cycle de conduite NEDC – voire de 10,7 l/100 km seulement lorsqu’elle chausse des pneus à résistance réduite au roulement – la Panamera GTS est, comme tous les modèles Porsche, un exemple d’efficacité dans son environnement.

Les qualités sportives de la nouvelle Panamera GTS ne se lisent qu’en partie dans les valeurs type, à savoir le sprint de zéro à 100 km/h et la vitesse de pointe. En effet, c’est

surtout son châssis qui met cette voiture en forme pour le circuit de course : de série, la

suspension pneumatique adaptative et le système de tarage adaptatif des amortisseurs

Porsche Active Suspension Management (PASM) assurent le lien entre le châssis et la carrosserie et se conforment à tout moment à leur mission grâce au correcteur d’assiette, au réglage de la garde au sol, à l’adaptation de la raideur des ressorts et au réglage électrique des amortisseurs. La carrosserie est abaissée de 10 millimètres et  l’amortissement plus ferme, ce qui favorise l’agilité et renforce encore le caractère sportif de la nouvelle grand tourisme. Les élargisseurs de voie de 5 millimètres d’épaisseur entre la roue et le portemoyeu élargissent la voie arrière, si bien que la Panamera se montre encore plus imperturbable sur la piste. L’adhérence indispensable est assurée par des pneus de 19 pouces de dimension 255/45 sur l’essieu avant et de 285/40 sur l’essieu arrière. La Panamera sportive est décélérée par le système de freinage souverain emprunté à la Panamera Turbo.


La nouvelle Panamera GTS : La voiture de sport parmi les grand tourisme

Grand Tourisme Sport ou GTS en abrégé – tout est déjà dans la désignation du modèle : la nouvelle Panamera GTS est la puriste dans la famille des grand tourisme Porsche. Un train de roulement conçu avant tout en vue du dynamisme et de l’agilité, un moteur offrant encore plus de puissance et un retour d’information encore plus intense ainsi qu’un extérieur et un intérieur affichant clairement l’ambition sportive – voilà ce qui fait de la Panamera GTS la voiture de sport à quatre portes pour tous les parcours rapides.

Porsche Panamera GTS (Los Angeles 2011)

Voici les principaux paramètres techniques :

Panamera GTS V8 de 4,8 litres délivrant 430 ch (316 kW)

Porsche Traction Management à transmission intégrale active

boîte à double embrayage et sept rapports Porsche Doppelkupplung (PDK)

0 à 100 km/h en 4,5 secondes (avec Launch Control)

vitesse maximale 288 km/h

consommation selon le cycle de conduite NEDC

             10,9 l/100 km, rejets de CO2 256g/km                                                           

             10,7 l/100 km avec des pneus à résistance réduite au roulement rejets de

             CO2 251 g/km.

Le coeur battant sous le capot de la nouvelle Panamera GTS est un V8 atmosphérique perfectionné de 4,8 litres de cylindrée que de nombreuses modifications font à nouveau progresser en termes de performances. L’augmentation de la puissance de 30 ch (22 kW) par rapport aux moteurs animant les modèles Panamera S/4S se double d’un gain de couple de 20 Newtons-mètres, le maximum de 520 Nm étant désormais disponible à un régime de 3.500 tr/mn.

Pour réaliser ces progrès, les motoristes ont augmenté – comme il est de règle dans la

construction de moteurs sport – le régime nominal. La hausse est de 200 tr/mn et le huit

cylindres animant la GTS atteint sa puissance maximale à 6.700 tr/mn. La plage totale des régimes a été élargie de pas moins de 400 tr/mn, le régime maximal est de 7.100 tr/mn.

Le concept du haut régime mise sur des ressorts de soupapes adaptés se distinguant par

une précontrainte plus élevée qui assurent en toutes circonstances l’ouverture et la fermeture précises des soupapes et donc, un échange gazeux optimal. Cette caractéristique du moteur permet au conducteur de passer les rapports encore plus tard et de profiter de régimes de retombée supérieurs au passage des rapports et, partant, de savourer tout le dynamisme propre à un moteur de voiture de sport.

Lors de la refonte du huit cylindres, une deuxième priorité des motoristes a consisté à optimiser l’échange gazeux. Une ligne d’admission d’air élargie comportant deux boîtiers de filtre à air supplémentaires logés à gauche et à droite dans le bouclier avant assure un meilleur apport d’air à la Panamera GTS. À basse vitesse, les bouches d’admission sont fermées chacune par un volet. Lorsque le conducteur sollicite un surplus de puissance à des régimes supérieurs à 3.500 tr/mn, les deux volets s’ouvrent et plus d’air frais entre dans la ligne d’admission. De plus, dans la plage des vitesses supérieures, une pression dynamique se crée et, donc, un léger effet de suralimentation qui contribue à l’augmentation de la puissance. Pour pouvoir gérer l’apport d’air de combustion accru de manière optimale, deux nouveaux arbres à cames présentant une levée accrue d’un millimètre commandent les soupapes d’admission des deux rangées de cylindres. Le moteur aspire ainsi plus d’air, surtout aux régimes supérieurs, le remplissage des cylindres et, donc, la puissance s’en trouvent augmentés.

Porsche Panamera GTS (Los Angeles 2011)


Entendre les performances : le symposeur sonore retransmet les bruits d’admission

Une simple pression imprimée sur la touche dédiée suffit pour que le conducteur et les

passagers entendent particulièrement bien les «respirations» du moteur GTS : en effet, le «symposeur sonore» renvoie alors les bruits d’admission dans l’habitacle. À cet effet, un canal acoustique saisit les oscillations d’admission entre le papillon des gaz et le filtre à air.

Le canal acoustique intègre une membrane qui transmet les oscillations dans l’habitacle,

dans le montant avant, où elles restituent la sonorité du moteur. Par le biais d’un volet

piloté placé devant la membrane, le conducteur peut activer ou désactiver le symposeur

sonore à son gré, par une impulsion sur la touche Sport.

Les gaz brûlés s’échappent de la Panamera GTS par une ligne d’échappement sport de série présentant des tuyaux de section agrandie pour réduire la contre-pression des gaz. Il s’agit là aussi d’une composante ayant contribué à l’augmentation de la puissance qui s’entend : la ligne d’échappement sport dispose de deux volets pilotés qui libèrent des sorties d’échappement supplémentaires et produisent ainsi une sonorité encore plus rauque.

Les volets sont commandés par une touche logée sur la console centrale, qui est dotée d’une fonction «dernier mode» mémorisant le dernier mode activé, pour le réactiver au démarrage.

Une gestion moteur adaptée et enrichie se charge de la commande du moteur GTS.

Dès le lancement du moteur, elle signale son action par une brève montée en régime du moteur.

En route, elle veille à établir le couple encore plus vite, ce qui est synonyme d’une réponse sensiblement plus rapide du moteur. La gestion moteur modifiée permet aussi de couper certains cylindres pendant un bref instant lors des passages de rapports. Le régime moteur s’adapte ainsi encore plus vite à celui de la boîte. Les temps de passage des rapports sont ainsi encore plus courts et s’accompagnent d’une sonorité moteur typée racing.

Lorsque le mode Sport est activé, une sonorité vrombissante ainsi que le backfire, retour de flamme accompagné d’un bruit d’échappement explosif caractéristique audible surtout au rétrogradage, suscitent des sensations grisantes de voiture de sport.

Porsche Panamera GTS (Los Angeles 2011)


Liaisons au sol sportives avec suspension pneumatique et surbaissement de série

La Panamera GTS est équipée de liaisons au sol sportives dotées en série d’options privilégiant les performances.

Ainsi, grâce au correcteur d’assiette, au réglage de la garde au sol, à l’adaptation de la raideur des ressorts et au réglage électrique des amortisseurs, la suspension pneumatique adaptative de série qui inclut le système de tarage adaptatif des amortisseurs Porsche Active Suspension Management (PASM) accroît à la fois le confort et le dynamisme de conduite. Assise au niveau normal de la suspension pneumatique, la Panamera GTS est de plus surbaissée de 10 millimètres par rapport aux autres modèles de la gamme et son amortissement est plus ferme, ce qui renforce encore le caractère sportif de la voiture. Les performances sportives sont aussi assurées par les roues de 19 pouces de la Panamera Turbo associées aux élargisseurs de voie de 5 millimètres sur l’essieu arrière et au système de freinage emprunté à la Panamera Turbo – que les étriers de frein rouges permettent d’identifier.

Porsche Panamera GTS (Los Angeles 2011)

Pack Sport Chrono pour une sportivité individuelle

La Panamera GTS répond à des exigences particulièrement sportives et est, de ce fait, dotée du pack Sport Chrono qui ne propose pas seulement les modes Normal et Sport, mais aussi le mode Sport Plus. En fonction du mode sélectionné, certaines caractéristiques de la grand tourisme se trouvent encore affûtées : le moteur réagit plus finement aux mouvements imprimés à l’accélérateur, les transitions entre accélération et décélération et vice versa se raffermissent et sont ainsi plus sportives ; l’alternance de charge est plus spontanée et plus dynamique. Les réactions directes sont soutenues par la gestion du moteur et des embrayages PDK qui maintiennent systématiquement une légère précontrainte dans toute la chaîne cinématique afin que toute demande de puissance exprimée par le conducteur via une impulsion sur l’accélérateur puisse être convertie en propulsion dans les plus brefs délais.

En mode Sport Plus, les temps de passage des rapports de la boîte PDK se raccourcissent encore et les passages se font encore plus sportifs.

En mode automatique, la fonction de rétrogradage au freinage se dynamise et engage rapidement le rapport inférieur dès la moindre décélération, même à régime élevé. De plus, les points de changement des rapports sont décalés vers des régimes plus élevés, si bien que les rapports supérieurs sont enclenchés encore plus tard et les rapports inférieurs encore plus tôt. Au passage du rapport supérieur, l’adaptation du régime moteur est supprimée, si bien qu’à la fermeture de l’embrayage concerné, le débit d’un surcouple fournit une impulsion de propulsion supplémentaire.

De plus, pour favoriser la dynamique tant longitudinale que transversale, le régulateur PSM intervient plus tard en mode Sport Plus, le freinage en courbe devient nettement plus agile : le PSM autorise alors une conduite plus sportive au freinage à l’entrée des virages et à l’accélération en sortie, notamment à vitesse peu élevée, et amplifie ainsi le plaisir au volant.

Le mode Sport Plus accroît encore l’agilité lorsque le PSM est désactivé. Pour la sécurité, le système reste cependant toujours en éveil pour intervenir automatiquement si les deux roues avant devaient entrer dans la plage de régulation de l’ABS. Pour compléter la configuration, la suspension pneumatique adaptative assoit la voiture sur le niveau bas et passe à une raideur accrue des ressorts. Enfin, l’angle d’incidence de l’aileron arrière passe à la position privilégiant les performances.

Porsche Panamera GTS (Los Angeles 2011)

Des options pour un comportement encore plus dynamique : PDCC et PTV Plus

Raffinement ultime du train de roulement dédié à la Panamera GTS, Porsche propose l’antiroulis Porsche Dynamic Chassis Control (PDCC) associé au blocage de différentiel arrière piloté par l’électronique et au PTV Plus. Le PDCC supprime les mouvements de roulis de la carrosserie autour de l’axe longitudinal de la voiture en appliquant, via des barres antiroulis actives, un couple antagoniste sur l’essieu avant et l’essieu arrière. Le système améliore par ailleurs l’équilibre de la voiture grâce à une répartition dynamique du couple de roulis. Mis en oeuvre dans une configuration encore plus sportive, le PDCC est adapté de manière optimale à l’amortissement plus ferme du PASM. Résultat : une agilité maximale dans toutes les plages de vitesses ainsi qu’un comportement optimal au braquage et un comportement harmonieux au transfert de charge.

Les qualités dynamiques du PDCC sont encore amplifiées par le système Porsche Torque Vectoring Plus (PTV Plus). Ce système repose sur une répartition variable du couple entre les roues arrière et un blocage inter-roues piloté par l’électronique sur l’essieu arrière, il optimise le comportement de la voiture à l’amorce du virage lorsque le conducteur adopte un rythme soutenu. À cet effet, des interventions sur le frein de la roue arrière intérieure au virage produisent une impulsion de rotation s’ajoutant au braquage des roues. La voiture s’inscrit ainsi plus directement et plus dynamiquement en virage.

Sous accélération transversale élevée, à l’accélération sur des revêtements routiers à adhérence différenciée et à l’accélération en sortie de virages serrés, le PTV Plus améliore en outre la motricité en fonction des besoins. Le blocage du différentiel arrière produisant un couple de lacet antagoniste, la voiture vire moins fortement et suit ainsi mieux sa trajectoire lorsqu’il y a transfert de masses en virage. Il en résulte une grande stabilité en dynamique transversale – stabilisation de la caisse –, une motricité optimale et une agilité élevée dans toutes les plages de vitesse, associées à une grande précision à l’amorce des virages et à un équilibre parfait en changement d’appui.

Rapidité et sécurité de haut niveau : le pack aérodynamique équipant la Panamera GTS

Quant à ses qualités aérodynamiques, la Panamera GTS ne le cède en rien à la Panamera Turbo : le bouclier avant de série, issu du pack Sport Design de la Panamera Turbo, avec ses prises d’air béantes souligne le dynamisme sportif de l’automobile et assure un apport d’air optimal aux filtres à air à pression dynamique spécifiques à la GTS. Dans le même but, l’arrière se pare de l’aileron à quatre voies se déployant de manière adaptative qui équipe aussi la Panamera Turbo. À partir d’une vitesse de 205 km/h, cet aileron se redresse de sorte à produire une portance négative sur l’essieu arrière. Il assure ainsi stabilité et, donc, sécurité lorsque la voiture file à haute vitesse.

Extérieur : la sportivité se révèle au premier coup d’oeil

Le look de la Panamera GTS est marqué par de nombreux éléments extérieurs de couleur noire. Le pack extérieur en finition noir brillant de série, comprenant le pourtour des vitres latérales, la baguette enjoliveuse sur le capot arrière, le cache du lave-phares, le diffuseur arrière et les caches des extracteurs d’air latéraux, ajoute des touches de sportivité prononcées. Associé aux extrémités latérales noires du bouclier avant, aux revêtements des bas de caisse, à la partie arrière et aux embouts noir mat de la ligne d’échappement sport, il confère une allure sobre et marquante à la voiture.

Un autre trait qui lui est réservé : les phares bi-xénon avec leurs caches intérieurs noirs.

Ils disposent chacun de quatre spots à LEDs pour l’éclairage diurne qui – à l’instar de la

Panamera Turbo – ne sont pas intégrés dans les optiques encastrés dans le bouclier avant, mais logés dans les projecteurs. Le rouge carmin, une teinte optionnelle proposée en exclusivité pour la Panamera GTS, souligne le caractère sportif de la voiture et forme un contraste idéal avec les éléments extérieurs noirs.

Porsche Panamera GTS (Los Angeles 2011)


Intérieur : affichage de l’accélération, dotation au look sportif

L’agilité de la Panamera GTS est perceptible dans chaque virage. Et avec l’affichage de

l’accélération longitudinale et transversale, elle devient désormais aussi visible pour le conducteur. La représentation dans le tube droit du combiné d’instruments et sur l’écran du Porsche Communication Management (PCM) optionnel informe le conducteur de l’accélération instantanée et reflète ainsi par exemple le potentiel dont la Panamera GTS dispose pour négocier les virages à un rythme soutenu ainsi que ses performances routières.

Tout l’habitacle exprime le caractère sportif de la Panamera GTS, le conducteur et ses

passagers sont installés dans une ambiance faite de cuir et d’alcantara pour lesquels cinq

couleurs sont proposées. Les bandes médianes des sièges sport adaptatifs à 18 voies de

série, les parties hautes des accoudoirs dans les portes, l’accoudoir central avant ainsi que le ciel de pavillon sont habillés d’alcantara. Le volant Sport Design de série avec palettes de commande et repère «midi» sur la couronne marie allure dynamique et fonctionnalité sportive. Sur demande, il peut aussi être gainé d’alcantara noir. Pour permettre une différenciation sans équivoque, les caches de marchepieds avant sont griffés «Panamera GTS».

Le combiné d’instruments et les appuie-tête, brodés, arborent un monogramme «GTS» évitant toute confusion sur l’identité de la Panamera GTS.

Pour la Panamera GTS, Porsche a composé des packs d’équipements exclusifs associés à

l’intérieur noir. Avec ces packs, les surpiqûres des tapis de sol, du haut du tableau de bord et des frises de portes, de l’accoudoir central, des médaillons de portes, de la console centrale et des poignées de portes ainsi que les coutures des sièges sont de couleur rouge carmin ou gris argent GT. Les monogrammes «GTS» brodés sur les appuie-tête ainsi que les ceintures de sécurité sont de la même couleur et parachèvent ainsi l’allure d’ensemble.

Porsche Panamera GTS (Los Angeles 2011)