Début des essais de l’Insignia Sports Tourer OPC sur la boucle nord du Nürburgring

Classé dans : Actualités - Opel (D) | 0

 

Opel  Insignia OPC  Sports Tourer  2010 "© GM Corp."

 

L’Opel Insignia Sports Tourer OPC devrait gagner les showrooms dès la fin de cette année. 

Entre-temps, la voiture a entamé les tests finaux sur la boucle nord du Nürburgring. 

Les tests sur ce mytique circuit sont devenus incontournables pour une voiture à caractère sportif.  Si on ne s’y distingue pas, il sera difficile de convaincre une clientèle pour qui le record du tour sur "l’Enfer Vert" est un critère de qualité supérieur à tous les autres.


Opel s’est installé de façon "définitive" au Nürburgring en 2006 et utilise le circuit pour des essais de mise au point, notamment pour sa gamme hautes performances OPC.


Rappelons que l’Insignia Sports Tourer vient tout récemment de remporter le Auto Bild Design Award 2009.


Ci-joint le communiqué de presse d’ Opel Belux.


 

Opel  Insignia OPC  Sports Tourer  2010 "© GM Corp."

 

• Maxi perfs : 10.000 km de Nürburgring pour ce break hautes performances
 

• Maxi offre : 325 ch, 435 Nm, Adaptive 4×4 et possibilité d’emmener 1.530 litres
 

• Maxi note : l’Insignia OPC berline a passé le test avec mention

L’Insignia Sports Tourer OPC arrivera en concession à la fin de cette année, mais il lui faut d’abord aller sur la boucle nord du Nürburgring, considéré comme le circuit le plus dur, le plus exigeant et le plus dangereux du monde.

Les ingénieurs Opel sont formels : toutes les voitures de la gamme OPC doivent avoir subi l’épreuve des 10.000 kilomètres d’essais sur les 20,8 kilomètres de la Nordschleife du Nürburgring, surnommé « l’enfer vert » par le pilote de légende Jackie Stewart.

L’Insignia OPC berline vient juste de terminer l’épreuve sans rencontrer de problèmes.

« L’Insignia OPC berline a bouclé 487 tours pendant 12 jours à des vitesses très élevées sans incident. C’est ce niveau de performances et de qualité que nous voulons offrir à tous les véhicules Opel, » explique Hans Demant, Directeur général d’Opel.

L’Opel Insignia Sports Tourer OPC dispose de la généreuse puissance apportée par son moteur V6 Turbo 2,8 litres de 325 CV/239 kW et 435 Nm. Elle dispose de systèmes particulièrement évolués, comme un châssis mécatronique surbaissé aux réglages adaptés disposant du FlexRide, une transmission Adaptive 4×4 avec un différentiel à glissement limité électronique (eLSD) et des freins spécialement conçus par Brembo.

Tout cela est complété par la fonctionnalité hors-pair offerte par un break disposant d’une capacité de charge de 1.530 litres.

 

Opel  Insignia OPC  Sports Tourer  2010 "© GM Corp."

Le meilleur de la technologie automobile.

Comme la berline Insignia OPC, le Sports Tourer est truffé de systèmes sophistiqués. Le moteur OPC dispose de 25% de puissance en plus que la version 260 ch du 2.8 V6 Turbo des Insignia Sport et Cosmo. L’augmentation de puissance a été obtenue en retravaillant l’échappement, avec une réduction significative de la contre-pression. L’échappement reçoit des silencieux spécifiques accordés pour donner un son grave et sportif. Le bloc moteur est associé à une boîte de vitesses manuelle six vitesses, offrant une accélération de zéro à 100 km/h en 6,3 secondes et une vitesse limitée à 250 km/h.

La gestion de l’Adaptive 4×4 avec eLSD a été recalibrée pour adapter la répartition de la puissance à la philosophie sportive de l’OPC. Les techniciens de l’Opel Performance Center ont développé un essieu avant hautes performances spécifique appelé HiPerStrut (High Performance Strut, jambe hautes performances) et l’assiette du châssis a été abaissée de 10 mm par rapport à la version Insignia Sport traction. Le nouvel essieu avant diminue les remontées parasites de la direction et donne un meilleur ressenti au conducteur.

La suspension électronique FlexRide montée en série sur l’OPC a été adaptée aux nouvelles performances et satisfera ceux qui apprécient une conduite plus sportive. Elle offre trois options de sportivité différentes : le mode normal propose le comportement le plus confortable, le mode Sport est plus ferme et le nouveau mode OPC permet de tirer la quintessence du châssis.

 

Opel  Insignia OPC 2010 (Nurburgring Tests)  "© GM Corp."

L’enfer du décor : 12 jours, 27.000 changements de vitesse, 35.551 virages et 487 tours.

Avant qu’elle n’arrive sur nos routes à l’automne, la nouvelle Opel Insignia Sports Tourer OPC devra comme les autres prendre son tour dans l’enfer vert : 10.000 kilomètres à vitesse soutenue sur le Nordschleife qui correspondent à environ 180.000 kilomètres sur route. Les réglages ont été modifiés pour s’adapter au centre de gravité différent du break, ce qui explique pourquoi la suspension du Sports Tourer est testée séparément sur le Ring.

Même si ces 20,8 kilomètres de circuit extrêmement exigeants font partie des épreuves normales assignées aux OPC, cette validation supplémentaire revêt toujours un caractère quelque peu spécial pour Volker Strycek et son équipe.

L’ex-champion de grand tourisme et directeur de l’Opel Performance Center fait le bilan :

douze conducteurs, des ingénieurs Opel et des spécialistes du Nordschleife se succèdent au volant d’une Insignia OPC de production pendant 12 jours, que la pluie tombe ou que le soleil brille.

« C’est véritablement une épreuve exigeante :

ces 12 jours voient 27.000 changements de vitesse dans une succession de 35.551 virages sur un total de 487 tours. »

Le coordinateur de la mission, Jens Hornischer, qui assume la conduite pendant une grande partie des essais d’endurance, explique :

« Nous poussons la voiture à environ 90% de ses possibilités, et c’est réellement une épreuve difficile pour n’importe quel véhicule. D’autant qu’il n’y a aucun travail de préparation au préalable. »

Une Insignia OPC berline couleur ‘Arden Blue’ vient d’achever le rite de passage en mai, prouvant qu’elle atteint le niveau de qualité attendu par le propriétaire d’une Opel.

 

Opel : une longue tradition de breaks sportifs offrant le meilleur des deux mondes.

L’Insignia Sports Tourer OPC est la dernière illustration d’une longue lignée de breaks à succès.

Pionnier de ce segment en Europe, c’est Opel qui est à l’origine de l’Olympia  Rekord Car-A-Van, croisement entre une voiture et une fourgonnette, qui a vu le jour en 1953.

En 1970 Opel lança l’Ascona Voyage, premier break lifestyle.

Opel continua à innover sur le segment et en 1991, il présenta le break de série le plus puissant du monde, l’Omega Caravan 24V, doté d’un six-cylindres en ligne 3 litres de 204 ch. La Vectra OPC a poursuivi cette tradition Opel de breaks hautes performances. Elle a été présentée en 2005, et cette traction-avant a offert jusqu’à 280 CV.

La nouvelle Opel Insignia OPC de 325 ch franchit une immense étape en termes de dynamisme de conduite, car elle offre une puissance bien plus grande distribuée par l’intermédiaire de la transmission intégrale Adaptive 4×4. Et le dynamisme de la version Sports Tourer risque fort de faire tourner les têtes.

 

Opel  Insignia OPC 2010 (Nurburgring Tests)  "© GM Corp."

OPC : chez lui sur le Nürburgring.

Les essais d’Opel sur la boucle nord du Nürburgring sont une longue tradition qui remonte aux années 60. Elle a été officialisée quand la marque allemande a signé un contrat de partenariat avec le légendaire circuit en 2006. Ce fut alors que le constructeur de Rüsselsheim ouvrit son propre centre d’essais directement sur le Ring. Le lieu offre des conditions d’essai idéales, en particulier pour les modèles Opel OPC.

La gamme actuelle de modèles hautes performances comprend la Corsa OPC, l’Astra OPC, le Meriva OPC et le Zafira OPC auxquels viendront s’ajouter l’Insignia OPC berline quatre portes, l’Insignia OPC berline cinq portes et le Sports Tourer.

 

Opel Insignia OPC 2010 (Nurburgring Tests) "© GM Corp."

 Opel  Insignia OPC  Sports Tourer  2010 "© GM Corp."