Un nouveau vaisseau amiral pour Opel : l’Insignia Biturbo

Classé dans : Actualités - Opel (D) | 0

Opel continue à améliorer et à peaufiner sa grande berline à succès : l’Insignia. A partir de janvier 2012, Opel couronnera l’offre diesel avec un nouveau moteur BiTurbo, dynamique et très sobre.

Opel Insignia Biturbo 2012


Le 2,0 litres CDTI offre non seulement 143 kW/195 ch avec 400 Nm de couple, mais aussi une consommation limitée de 4,9 litres aux 100 kilomètres (129 g/km CO2). L’Insignia BiTurbo est donc l’une des voitures du segment medium les plus économes en carburant.

Le quatre cylindres à rampe commune se distingue par son système de double turbo séquentiel offrant deux étapes de suralimentation. Jusqu’à présent, ce système était réservé à quelques marques onéreuses. Mais désormais Opel le rend accessible à une frange plus large de la clientèle. Les acheteurs ont la possibilité d’associer cette nouvelle motorisation à l’architecture à deux ou à quatre roues motrices (AWD). L’Insignia 2.0 CDTI BiTurbo est offerte dans toutes les variantes de carrosserie à un tarif démarrant en Belgique à 33.300 euros (Grand-duché de Luxembourg : 31.650 euros).

Opel Insignia Biturbo 2012

La nouvelle année amènera encore plus de nouveautés dans la gamme Opel Insignia.

Toutes les versions AWD pourront alors être commandées avec un châssis SuperSport reprenant la suspension avant de l’Insignia OPC (Opel Performance Center) avec ses jambes à hautes performances (HiPerStrut). Ce train avant donne encore plus de précision au comportement dynamique de l’Insignia. De plus, de nouveaux systèmes d’aide à la conduite à détection radar améliorent la sécurité active de l’Insignia.

 

Le système BiTurbo augmente les performances et réduit la consommation

 

Le nouveau moteur 2.0 CDTI BiTurbo de 143 kW/195 ch et 400 Nm de couple permet d’apporter puissance, souplesse et répondant lors des accélérations. L’Insignia BiTurbo franchit le 0 à 100 km/h en 8,7 secondes et a une vitesse de pointe de 230 km/h. la consommation et les émissions restent toutefois extrêmement faibles. Les versions quatre portes traction avant se contentent de 4,9 litres de gazole aux 100 kilomètres (129 g CO2/km). Toutes les versions avec transmission manuelle sont équipées du Start/Stop, ce qui fait de l’Insignia une des voitures les plus sobres du segment medium.

Opel Insignia Biturbo 2012

« Il faut se tourner habituellement vers un six-cylindres diesel d’environ 3 litres de cylindrée pour rencontrer ce type de puissance et de couple. Grâce à notre technologie BiTurbo, les petits moteurs produisent encore plus de puissance tout en bénéficiant d’un gain de 30% sur les consommations et les émissions », explique Volker Scharf, ingénieur en chef de l’Insignia. « Il s’agit là d’une excellente illustration du bien-fondé de la politique de downsizing menée par Opel. »

 

Pas de trou à l’accélération grâce à la suralimentation séquentielle

 

La nouveauté du système BiTurbo de l’Insignia réside dans deux turbocompresseurs de tailles différentes qui travaillent séparément ou ensemble. Parmi ses concurrents directs, Opel est le seul constructeur sur le segment des berlines médium à offrir ce système sophistiqué de suralimentation séquentielle dans un moteur diesel. Le turbocompresseur le plus petit est plus apte à prendre des tours aux régimes les plus faibles du moteur. Ce qui signifie qu’il y a une excellente réponse aux mouvements de la pédale d’accélérateur, sans le fameux creux caractéristique des moteurs turbo. A partir de 1500 rpm, le conducteur peut déjà compter sur 350 Nm – un chiffre de couple moyen que l’on rencontre sur les diesels puissants de la classe intermédiaire.

A régime intermédiaire, les deux turbocompresseurs fonctionnent ensemble : le plus gros turbocompresseur précomprime l’air d’admission, avant qu’il ne soit pleinement comprimé par le plus petit. Une soupape de dérivation est chargée en permanence de dériver une partie des gaz d’échappement sur le plus gros turbo. Ainsi, le conducteur a toujours à sa disposition un moteur offrant le plein d’accélération.

En haut du compte-tours (à partir d’environ 3000 rpm), la totalité des gaz sont dirigés directement sur le plus gros turbocompresseur, ce qui assure une continuité dans la réponse à l’accélérateur aux régimes plus élevés.

Opel Insignia Biturbo 2012

L’objectif principal du développement du moteur 2.0 CDTI BiTurbo était d’assurer une montée en pression rapide de la pression de l’air d’admission aux faibles régimes de rotation, tout en offrant une meilleure réactivité de l’accélérateur aux régimes intermédiaires. L’air d’admission est adapté de manière optimale en fonction du régime moteur et des besoins des deux turbocompresseurs de taille différente.
A bas régime, un échanger de température supplémentaire refroidi par eau est relié en exclusivité au plus petit turbo, veillant à ce que le petit volume d’air arrive à la chambre de combustion par le chemin le plus court et le plus direct.

A moyen régime, le turbocompresseur plus gros et plus puissant prend un rôle de plus en plus prédominant. Son plus gros flux d’air est refroidi par un échangeur classique de plus grande dimension. Opel est la première marque à utiliser un tel système de double refroidissement différencié.

Opel a encore optimisé l’efficacité de son moteur en utilisant son innovante technologie Cleantech, qui contrôle le processus de combustion via un circuit électronique à retour d’information. Des capteurs montés sur les bougies de préchauffage mesurent la pression 130.000 fois par minute, pour veiller à ce que le moteur fonctionne toujours dans la fenêtre autorisant les meilleures performances, et les plus faibles consommations et émissions de CO2. Le système d’injection directe Common Rail de troisième génération, qui fonctionne à des pressions atteignant 2000 bars, diffuse le carburant grâce à des injecteurs piézoélectriques ultra-précis, qui dispensent jusqu’à huit injections par cycle. Le système permet d’obtenir un processus de combustion très précis, et réduit les émissions et le bruit de fonctionnement.

Opel Insignia Biturbo 2012

Avec ce nouveau 2.0 CDTI BiTurbo coiffant l’offre, la gamme Opel Insignia possède désormais quatre turbodiesels à injection directe common rail dont les puissances s’échelonnent de 81 kW/110 ch à 143 kW/195 ch.

 

Offre inégalée sur le segment intermédiaire

 

Si les améliorations apportées au millésime 2011 à la gamme Insignia portaient essentiellement sur la sobriété des versions les plus diffusées (nouveau 1.4 Turbo ecoFLEX essence avec seulement 134 g/km CO2 et nouvelle version du 2.0 CDTI ecoFLEX 118 kW/160 ch ne rejetant que 115 g CO2), les nouveaux équipements lancés début 2012 vont permettre au porte-drapeau d’Opel de disposer de technologies dignes d’un véritable haut de gamme.

La nouvelle 2.0 CDTI BiTurbo est disponible dans toutes les versions de carrosserie de l’Insignia : quatre portes à coffre, cinq portes à hayon et break Sports Tourer. Les clients peuvent également opter pour une transmission manuelle ou automatique six vitesses et choisir entre la traction avant et la traction intégrale (avec un différentiel arrière à glissement limité électronique).

La qualité du comportement peut encore recevoir l’appoint du système châssis adaptatif FlexRide proposé en option. Cette richesse de l’offre est inégalée sur le segment des berlines médium.

 

Châssis SuperSport en option avec jambes Hautes Performances sur l’Insignia 4×4

 

Autre innovation importante proposée sur toutes les versions quatre roues motrices de l’Insignia : le châssis SuperSport disponible en option. Cette technologie, qui était auparavant confinée au haut de gamme sportif OPC (Opel Performance Center) est désormais mise à disposition d’une frange de clientèle plus large. Le pack comprend le système de châssis mécatronique FlexRide complet avec amortissement piloté électronique, un système de freinage hautes performances Brembo et le train avant HiPerStrut (High Performance Strut, jambe à hautes performances) repris de l’Insignia OPC de 325 ch, qui optimise le comportement et la précision de la direction.

 

Sécurité améliorée grâce aux nouvelles assistances à la conduite à détection radar

 

Il n’y a pas que les performances qui bénéficient d’améliorations : la sécurité active reçoit également un important coup de pouce grâce à un nouveau système de radar implanté derrière la calandre. Les clients de l’Insignia peuvent désormais opter pour Régulateur de vitesse adaptatif ACC (Adaptive Cruise Control) à détection radar. Le nouveau système maintient la vitesse de consigne, mais adapte automatiquement l’allure du véhicule en fonction des conditions de circulation pour toujours laisser une distance de sécurité prédéterminée avec les véhicules qui précèdent.

D’autres fonctions sont disponibles en conjonction avec le système radar :

  • l’Indicateur de distance de sécurité FDI (Following Distance Indication) qui informe visuellement le conducteur de la distance le séparant du véhicule qui précède,
  • l’Avertisseur de collision FCA (Forward Collision Alert) qui alerte le conducteur par un témoin lumineux et un signal sonore qu’une collision est possible avec le véhicule qui précède
  • le Système de ralentissement automatique CIB (Collision Imminent Braking) qui ralentit automatiquement le véhicule en cas de possibilité de collision.