Nissan Juke : Le petit crossover joue les troublions

Classé dans : Actualités - Nissan (Japon) | 0



En mars 2010, Nissan présentait son nouveau crossover Juke au salon de Genève.  Les formes du crossover Juke trouvent leur origines dans une collaboration étroite entre le centre de design de Nissan Europe et du Nissan Design Center situé au Japon.


Le Juke est un crossover compact qui se positionne dans le segment B supérieur. 


En Europe il est disponible avec le moteur 1,6i de 117 ch, le nouveau moteur 1,6i DIG-T avec turbo qui développe 190 ch et finalement, le moteur diesel bien connu 1,5 dCi de 110 ch.  De plus le Juke est proposé en 3 niveaux d’équipement : Visia, Acenta et Tekna.  En Belgique, le Juke Visia est proposé à partir de 16.550 €, l’Acenta à partir de   18.050 € et le Tekna  débute à 19.550 €.  Tous les prix comprennent la TVA et sont susceptibles d’être modifiés par le constructeur à tout moment.


Ci-joint le document de presse relatif au nouveau crossover Nissan Juke et à son lancement sur le marché belge au mois d’octobre prochain.

Nissan Juke 2010/2011


Voici qu’arrive le Juke, petit frère du QASHQAI et du Murano, prêt à bousculer les conventions. Visant un marché plus jeune, lassé du peu d’originalité des 5-portes classiques, le Juke est un mélange de style, d’irrévérence et de sportivité avec un sens enjoué de l’espièglerie. Il n’a pas son pareil dans la rue aujourd’hui.

« Le Juke insuffle un certain sens de l’aventure sur le marché automobile. Léger, vif, actif, urbain, il cumule nombre de qualités propres à séduire une clientèle plus jeune. En offrant au sein du segment B un produit radicalement différent, il est prêt à conforter la réputation de Nissan en tant que constructeur dynamique avec le goût du défi. » Pierre Loing, Vice President, Product Planning, Nissan in Europe

* Le Juke? La fusion réussie d’un SUV compact et d’une sportive, une véritable alternative aux citadines traditionnelles

* Fidèle au concept Qazana dont il est issu

* Bien campé sur ses roues … et cependant aussi agile qu’athlétique

* Nouveau moteur 1.6 L turbo essence à injection directe et 140 kW (190ch)

* Nouvelle transmission intégrale ALL MODE 4×4-i à vectorisation du couple

* Système d’information embarqué dernier cri

* Conçu en Europe pour un public mondial

* Assemblé en Europe et au Japon

Nissan Juke 2010/2011

Le paysage urbain est sur le point de changer… Cette fois encore, grâce à Nissan. Le Juke, dernier-né de la famille Crossover de Nissan, est arrivé. Et le voilà fin prêt à bousculer les idées reçues.

Trop conventionnel, le marché des citadines 5 portes commence à lasser nombre de conducteurs. Maintenant que Juke est là, ça va barder ! Avec le Murano, le QASHQAI et le QASHQAI 2 qui ont déjà ouvert la voie des Crossover, le Juke vient former un trio de choc. Nissan entend ainsi assoir sa position de pionnier dans ce nouveau segment de marché.

D’un point de vue stylistique, le Juke emprunte sa partie inférieure au SUV avec de grosses jantes chaussées de pneus larges, une garde au sol élevée et une allure robuste. En revanche, la partie haute de la voiture évoque une pure sportive dotée d’une ligne de caisse haute, d’un vitrage latéral effilé et d’une ligne de pavillon fuyante, induisant un effet « coupé », encore souligné par les poignées de portes arrière dissimulées dans les encadrements de portières.

A l’intérieur, la sportivité est également très présente avec un habitacle qui fait la part belle au poste de conduite. Ainsi, la spectaculaire console centrale et les combinés s’inspirent directement du monde de la moto. Si le Juke soigne son style tant à l’extérieur qu’à l’intérieur, il n’en oublie pas moins les aspects pratiques, notamment avec un hayon s’ouvrant largement sur un coffre, recelant un vaste espace de rangement de 50 L sous son plancher.

En Europe, trois moteurs, tous conformes aux normes antipollution Euro 5, seront disponibles sous le capot du Juke à sa commercialisation : un Diesel et deux unités essence de 1.6 L. Au sommet de la gamme trône un nouveau moteur turbo essence à injection directe, le MR16DDT. Ce moteur, qui développe 190 ch (140 kW) et 240 Nm, est l’un des plus puissants et des plus économes de sa catégorie. La combinaison de l’injection directe d’essence et de la suralimentation lui offre la puissance et la réponse d’un 2.5 L, tout en limitant sa consommation à celle d’une mécanique atmosphérique nettement plus petite.

Le deuxième moteur essence de la gamme est un nouveau venu dans la célèbre famille Nissan HR. Appelée HR16DE, cette unité à 16 soupapes, légère et aux frottements internes réduits, dispose d’une double injection dernier cri permettant une mesure encore plus fine des jets de carburant. Combustion, puissance, couple et économie y gagnent largement. Ce moteur développe 117 ch (86 kW). Quant au moteur Diesel 1.5 dCi common rail, il offre un superbe agrément grâce à son couple de 240 Nm.

La version deux roues motrices à moteur turbo essence 1.6 L est proposée en boîte manuelle à 6 rapports. Quant à la boîte Nissan CVT XTRONIC à mode manuel à 6 rapports (M-CVT), elle est disponible sur la version à transmission intégrale équipée du même moteur.

Le Juke 1.6 L essence atmosphérique est proposé au choix avec une boîte de vitesses manuelle à 5 rapports, ou avec la transmission Nissan CVT XTRONIC, tandis que la version 1.5 dCi reçoit d’office une boîte de vitesses manuelle à six rapports.

Nissan Juke 2010/2011

Gamme disponible :

 

Motorisation Puissance Carburant Transmission Boîte de vitesses
1.5 dCi 110 ch Diesel  2WD  manuelle 6
1.6i 117 ch Essence 2WD manuelle 5
1.6i 117 ch Essence 2WD CVT XTRONIC
1.6i DIG-T 190 ch Essence 2WD manuelle 6
1.6i DIG-T 190 ch Essence 4WD  CVT XTRONIC M6 (M-CVT)

 

Les niveaux d’équipement et de finition sont au nombre de trois, reprenant les dénominations bien communes de Nissan : Visia, Acenta et Tekna.

 

Motorisation Visia Acenta Tekna
1.5dCi X X X
1.6i X X X
1.6iCVT   X X
1.6 DIG-T     X
1.6i DIG-T 4WD     X

 

« Le Juke n’est certainement pas une citadine comme les autres, un nouveau défit que Nissan souhaite relever ». affirme Simon Thomas, Senior Vice President Sales and Marketing, Nissan Europe. « Il est né en milieu urbain et c’est là qu’il passera l’essentiel de son existence. Cela tombe bien, sa combinaison unique d’agilité et de robustesse en fait l’un des véhicules les mieux adaptés à la ville.

« Le succès inouï de notre Crossover compact, le QASHQAI, prouve que les clients sont lassés de la berline classique. Le Juke est encore plus effronté et plus indiscipliné que le QASHQAI, déjà vendu à plus de 500.000 unités en Europe. Il est prêt à renforcer la position de Nissan de pionnier des Crossover en Europe et, même dans le monde », explique Simon Thomas, Senior Vice-Président, Nissan Europe, Sales and Marketing.

Mi-voiture de rallye, mi-moto … et totalement Juke

En termes de design, le Juke ne ressemble à aucun autre véhicule existant. Il apporte une bouffée d’air frais sur le segment des citadines. Le Juke est clairement un Crossover et aussi, sans l’ombre d’un doute, un Nissan. Il renforce la réputation de la marque de pionnier en matière de design automobile et aussi de Crossover.

« Le Juke bouscule les conventions, s’empare de l’optimisme et de l’énergie des Dune Buggies, rois des plages dans les sixties finissantes. Tout en étant clairement Nissan, le Juke possède une individualité et un tempérament très marqué pour une clientèle tout aussi atypique ».  Shiro Nakamura, Senior Vice President, Chief Creative Officer, Design and Brand management, Nissan Motor Co. Ltd

Nissan Juke 2010/2011

Design extérieur

Le Juke a pris naissance à Londres au Centre de Design de Nissan Europe (NDE) avant d’être peaufiné au Centre de Design de Nissan (NDC) au Japon. Ses formes saisissantes et ses lignes à nul autre pareilles avaient été dévoilées au travers du concept Qazana présenté au Salon de Genève 2009… dont il est le sosie presque parfait.

« Le fruit de cette collaboration mondiale est une voiture où l’Orient rencontre l’Occident, les travaux de NDE et du NDC constituant ensemble la clef de voûte de ces lignes étonnantes, » déclare Shiro Nakamura

Pour réaliser leur œuvre, l’équipe de NDE n’a pas hésité à s’inspirer de plusieurs sources peu communes. Ils se sont donc penchés sur nombre de véhicules symboles de vie active et sportive dont les voitures de rallye, les motos… autant d’influences que l’on retrouve clairement ici. Et si le résultat marie des thèmes différents, l’ensemble conserve toujours l’ADN de Nissan. Car le Juke, c’est à la fois une carrosserie solide, robuste, très SUV, et aussi une voiture très sensuelle avec des courbes complexes. Son profil de coupé est accentué par le vitrage latéral étroit et les poignées de portes arrière quasi invisibles, qui donnent l’impression que la voiture n’a que deux portes et non quatre.

Cela dit, le Juke affiche tout de même nombre de références à la famille Nissan, les feux arrière en boomerang du 370Z par exemple. Mais aucun de ces éléments n’a été servilement copié car, bien qu’incontestablement Nissan, le Juke présente un design unique et anticonformiste.

Un air de famille appuyé mais un design chaque fois différent, c’est un thème récurrent chez Nissan, comme le rappelle Shiro Nakamura : « S’il est vrai que certains éléments du Juke rappellent d’autres voitures de notre gamme comme le 370Z, notre intention n’est jamais de créer des liens directs entre nos produits mais plutôt des liens naturels.»

Avec sa garde au sol élevée, ses grandes roues chaussées de larges pneumatiques et ses épaules d’athlètes, le Juke présente une partie inférieure purement SUV. Ce look est encore accentué par divers traits typiquement SUV comme les seuils et les élargisseurs d’ailes noirs ainsi que les bas de caisse avant et arrière, qui émergent en évoquant des protections de soubassement.

Nissan Juke 2010/2011

A l’avant, le « protège-carter » fait partie intégrante du bouclier et sert à l’admission d’air. Mais au lieu de dessiner une calandre à mailles traditionnelles, les designers ont créé une pièce moulée parsemée d’ouvertures circulaires.

Au-dessus de la ligne de caisse, tout change et voilà que le Juke se rapproche des meilleures références sportives avec un pare-brise très incliné, un vitrage latéral où l’on retrouve la fameuse vitre de trois quarts arrière à base remontante typique des Crossover Nissan et une ligne de pavillon effilée lui conférant un profil de cockpit d’avion.

Pour une plus grande stabilité à vitesse élevée, l’arrière du pavillon intègre un aileron aérodynamique dont le profil tendu doit beaucoup à la simulation numérique de la dynamique des fluides (Computational Fluid Dynamics, CFD) et à de nombreux essais en soufflerie.

L’éclairage reflète également la sportivité et l’agilité de cette voiture. A l’avant, les projecteurs classiques ont été divisés en deux éléments distincts. Le premier, très fin qui épouse la moitié supérieure du capot, accueille les feux de position ainsi que les clignotants. Inspirés des éclairages circulaires caractéristiques des voitures de rallyes des années 60 et 70, les feux de route et de croisement ont été montés plus bas, à hauteur de la calandre par des optiques circulaires complétées encore plus bas par des feux antibrouillard. A l’arrière, les feux reprennent à leur manière le concept du boomerang cher au 370Z.

Pour conserver des lignes pures, les buses de lave-phares ne campent pas fièrement sur le pare-chocs ; elles sont au contraire discrètement positionnées dans les entourages de phares.

Le Juke propose une palette de neuf couleurs de carrosserie, parmi lesquelles deux nuances de blanc (brillant et perlé) et trois teintes spécifiques : Rouge Sport, Bleu Abysse et Brun Ultime.

« Nous voulons que nos Crossover insufflent l’agilité, qu’ils expriment l’insouciance, la vivacité, la réactivité, souligne Shiro Nakamura. Le Juke possède tous ces attributs et suscite un véritable enthousiasme».

Design intérieur

Les lignes sportives du Juke se reflètent également à l’intérieur où la note la plus spectaculaire et emblématique est la console centrale revêtue d’une peinture brillante et qui évoque… le réservoir de carburant d’une moto. Les prolongements des accoudoirs de portes sont traités avec une même laque vernie.

Illustration parfaite de la double personnalité du Juke, l’intérieur offre la position de conduite dominante d’un SUV mais aussi toute l’ambiance d’une sportive. Ainsi, le levier de vitesse trône prêt du volant, au sommet du « réservoir de moto » pour garantir des changements de rapports rapides. Ce « réservoir » n’est d’ailleurs pas qu’un exercice de style puisqu’il offre également un point d’appui pour le genou bien utile en cas de conduite « sportive ».

Les compteurs sont coiffés par une visière qui semble « flotter » au-dessus, en faisant penser à celles rencontrées sur les motos. Sur les modèles animés par le moteur essence turbo, au démarrage d’une pression sur le bouton Stop/Start, les compteurs s’animent, à l’image des puissantes motos et du Nissan 370Z.

De même, le tableau de bord – qui intègre en son centre le nouveau module de commande appelé NDCS (Nissan Dynamic Control System) – présente une ergonomie idéale afin de garantir au conducteur du Juke un accès immédiat et facile à l’information et aux commandes.

Nissan Juke 2010/2011

Partout, le souci du détail est manifeste. Notons à cet égard les inserts chromés et la qualité des matériaux de garnissage. Quant aux coloris intérieurs, la console « moto » sera rouge ou gris fusil (selon le niveau de finition).

Les sièges, dessinés dans un souci de confort et de maintien, sont réalisés dans des matières de haute qualité qui reflètent le goût raffiné de la clientèle du Juke. Les deux selleries proposées soulignent l’allure sportive de la voiture : la première, en tissu, avec des inserts gris ou rouge ; la seconde, en cuir, avec des inserts rouge.

Malgré un format compact, l’habitacle généreux du Juke offre suffisamment d’espace pour cinq personnes : la garde au toit à l’avant et la longueur aux genoux à l’arrière conviendront parfaitement à tous les occupants.

Le coffre, très pratique, est assez grand pour contenir un sac de golf ou une valise de grande contenance. En outre, un compartiment de sol logé sous toute la surface du plancher (sauf sur la version 4×4) porte sa capacité totale à 251 L (normes VDA). Si une capacité supplémentaire est indispensable, les sièges arrière (asymétriques 60/40) se replient d’un geste, libérant ainsi une surface de chargement totalement plate et un volume sous pavillon qui atteint 830 L (VDA).

Un couvre-bagages dissimule le contenu du coffre. Celui-ci a ceci de particulier qu’il est solidaire du hayon et se soulève donc à son ouverture.

Nissan Juke 2010/2011

Nissan Juke : L’agilité est dans ses gênes

Dimensions réduites, voies larges, le Juke affiche un comportement dynamique de premier ordre, un confort exceptionnel et un raffinement de haut niveau.

« Nissan ne faillit pas à sa réputation en proposant un Juke où l’agrément de conduite devient une véritable philosophie. Grâce à son incontestable agilité, il est à l’aise aussi bien en ville que sur route ».  Pierre Loing, Nissan’s European Vice President for Product Planning

Châssis

Le Juke, qui repose sur la plateforme B de l’Alliance Renault-Nissan revisitée pour cette application, présente un empattement de 2.530 mm, une longueur de 4.135 mm, une largeur de 1.765 mm et une hauteur de 1.570 mm. Afin de pouvoir loger, sur les plus hautes finitions, des jantes de 17 pouces chaussées de pneumatiques 215/55 R17, les voies avant et arrière ont été portées à 1.525 mm, soit à la valeur maximale de toutes les plateformes B de l’Alliance jusqu’ici.

Au même titre que les modèles, les plateformes évoluent et celle du Juke ne fait pas exception à cette règle. Pour convenir au Juke, la plateforme B a donc été allongée, élargie et à la fois significativement renforcée et allégée afin de maximiser la sécurité, le confort et la sobriété du Juke.

Bien que le schéma général des suspensions du Juke soit assez proche des habitudes du segment B, avec une suspension avant de type McPherson et une suspension arrière à essieu de torsion, un nouveau berceau avant a été conçu pour renforcer la rigidité latérale de l’assemblage frontal. En parallèle à une géométrie de suspension avant revue, ce nouveau berceau porteur contribue à améliorer le comportement, le confort de marche et le raffinement du Juke.

En milieu urbain, l’alliance d’une garde au sol élevée et de pneumatiques de grandes dimensions permet de se jouer des dos d’âne, bosses et autres surfaces dégradées, là où les berlines sportives conventionnelles montrent leurs limites, tant en termes de confort que de solidité.

Son agilité lui vient également de sa direction à assistance électrique variable en fonction de la vitesse et de la rigidité accrue de la partie supérieure de sa carrosserie. Le Juke intègre une nouvelle structure en anneau reliant la partie supérieure de la coque à la suspension arrière, au bénéfice de la rigidité en torsion.

Peu courant dans la catégorie, le Juke propose en option une transmission intégrale ALL MODE 4×4-i, alternative possible à sa configuration normale en traction avant. La version ALL MODE 4×4-i bénéficie d’une nouvelle suspension arrière multibras couplée en permanence au dispositif de vecteur de couple (appelé « Torque Vectoring System – TVS ») qui constitue une première dans le segment des compactes. Cette innovation se rencontre en effet habituellement sur les modèles hauts de gamme et les sportives. En raison de la suspension multibras, la voie arrière des versions ALL MODE 4×4-i est légèrement réduite, à 1.505 mm.

Le système de vecteur de couple TVS est conçu pour fournir au Juke un comportement agile et amusant, en contradiction avec sa garde au sol élevée. Mais, contrairement à d’autres, le Juke ne recourt pas, pour dispenser son dynamisme, au raidissement des suspensions mis en œuvre au détriment du confort.

Alors qu’un système 4-roues motrices classique répartit le couple entre les essieux avant et arrière à hauteur maxi de 50:50, avec la technologie TVS, le couple restant peut être également modulé entre les roues de l’essieu arrière, ce jusqu’à 100% sur une même roue.

Le dispositif de vecteur de couple prend place sur le nouvel essieu arrière qui incorpore des embrayages électriques à ses extrémités ainsi qu’un nouveau différentiel. La transmission intégrale de dernière génération est sensiblement plus légère et plus compacte que les dispositifs comparables auxquels recourent certains constructeurs.

Le fonctionnement du TVS repose sur le traitement des données en provenance de différentes sources (mesure de la vitesse de rotation de roue, de l’angle au volant, du taux de lacet, de l’accélération latérale) qui sont ensuite interprétées pour anticiper les intentions du conducteur. Les embrayages électriques de l’essieu arrière ajustent la répartition de façon à augmenter en conséquence le couple fourni à la roue extérieure. Cette action influence favorablement le comportement en courbe du Juke et s’avère particulièrement bénéfique en virage et lors des changements de file.

Le Juke fait ainsi preuve d’une grande agilité, passe beaucoup plus vite en courbe sans phénomène de sous-virage et ne nécessite que de faibles corrections au volant dans les changements d’appuis où il manifeste un bel équilibre.

Les interventions du dispositif de vecteur de couple (TVS) sont transmises au conducteur en temps réel sur l’affichage du tableau de bord, au moyen d’une représentation graphique de la répartition du couple : accélération en ligne droite ou accélération en courbe, par exemple.

Nissan Juke 2010/2011

Puissance et sobriété

Avec un tout nouveau moteur turbo essence à injection directe qui coiffe la gamme des motorisations et deux nouvelles transmissions CVT disponibles, le Juke est à l’avant-garde de la technologie automobile.

« Notre nouveau moteur essence turbocompressé à injection directe montre la voie. Avec une cylindrée de seulement 1.6 L, il possède la puissance d’un plus gros moteur, mais sans aucun de ses inconvénients en termes d’économie, d’émissions et de poids ». Andy Palmer, Senior Vice President, Product Planning, Nissan Motor Co. Ltd

Moteurs et transmissions

Le Juke est proposé avec trois moteurs au choix, deux essence et un Diesel, en boite manuelle ou CVT selon motorisations.

Moteurs essence

La gamme est couronnée par le nouveau moteur turbo essence 1.6 L à injection directe (Direct Injection Gasoline turbocharged – DIG-T) qui développe 190 ch (140 kW) et 240 Nm.

L’injection directe présente un certain nombre d’avantages par rapport à l’injection multipoint en motorisation essence. Dans un moteur classique, à mesure que le nombre de tours du moteur augmente, la durée d’ouverture et de fermeture des soupapes se raccourcit progressivement, réduisant le temps dévolu à l’injection de carburant.

Le problème ne se pose pas sur le moteur DIG-T, grâce à ses injecteurs haute pression à sept trous placés directement dans la chambre de combustion : ce choix de cheminement direct se traduit par un bien meilleur contrôle du processus de combustion. Ces particularités ont pour effets d’améliorer le rendement énergétique du moteur et contribuent à élever la puissance et le couple effectifs, tout en autorisant par ailleurs un contrôle plus précis des niveaux d’émissions. Le nouveau moteur Nissan DIG-T est parfaitement conforme à la norme Euro 5.

Caractérisé par sa légèreté et ses faibles frottements, ce moteur 16 soupapes 1.618 cm3 est servi par un turbocompresseur à simple entrée et un échangeur air-air qui boostent la puissance, alors que les cycles de distribution variable, aussi bien à l’admission qu’à l’échappement (double VTC), améliorent la réponse du moteur à faible charge. Le croisement spécifique des soupapes garantit la recirculation des gaz d’échappement (EGR).

Le schéma de combustion diffère de celui d’un moteur classique. Il passe par une combustion stratifiée en phases de démarrage et de montée en température du moteur, pour revenir ensuite à une combustion homogène. La forme optimisée des lumières de la chambre de combustion et les caractéristiques de pulvérisation du carburant améliorent sensiblement la puissance et le couple.

Le résultat, c’est un moteur parmi les plus puissants de sa catégorie, qui procure des niveaux de performances qu’on attend habituellement d’une classique motorisation 2.5 L atmosphérique, mais avec les valeurs de consommation d’un bloc 1.6 L, tout cela en un ensemble pas plus important en dimensions et poids qu’un bloc 1.6 L classique. Les ingénieurs de Nissan estiment que le moteur DIG-T développe environ 20% de couple supplémentaire par rapport à un moteur turbocompressé classique équipé d’une injection multipoint.

La construction du moteur met en œuvre de nombreuses solutions techniques favorisant de faibles frottements, qui améliorent le rendement : on relève notamment l’adoption d’un traitement de surface DLC (« Diamond like Carbon ») des poussoirs de soupapes et d’arbres à cames d’aspect « poli-miroir ». Des segments de pistons à faible tension et revêtement de surface dur CrN (nitrure de chrome) sont utilisés conjointement à un lubrifiant moteur à faibles frottements.

Les soupapes au sodium abaissent la température pour réduire le cliquetis, tandis que les ressorts de soupapes eux-mêmes possèdent une forme innovante de type « ruche », plus épaisse au milieu qu’aux extrémités. Les avantages du ressort de type « ruche » résident dans l’allègement, la réduction des frottements et la possibilité de recourir à de plus petits poussoirs de soupapes… d’où, la encore, un gain de poids.

Le moteur DIG-T associé à la version deux-roues motrices du Juke sera couplé à une boîte manuelle à 6 rapports. La version quatre-roues motrices, pour sa part, recevra la boîte Nissan M – CVT à mode manuel à 6 rapports.

Côtés performances, les chiffres sont de 215 km/h en vitesse maxi (200 km/h en 4WD) pour une consommation mixte de 6,9 L/100 km (7,6 L/100 km en 4WD). Les émissions de CO2 s’établissent à 159 g/km en version 2WD et à 175 g/km en version 4WD. Le 0 à 100 km/h est couvert en 8.0 secondes (8.4 s en 4WD).

Le second moteur à essence, affichant lui aussi 16 soupapes et une cylindrée de 1.6 L, est un nouveau venu dans la famille Nissan HR. Appelé HR16DE, il a bénéficié de nombreuses améliorations dont un collecteur d’échappement plus grand, un collecteur d’admission redessiné, une distribution variable à l’admission comme à l’échappement, un flux d’injection amélioré et un nouveau catalyseur à nid d’abeille.

De nouveaux pistons avec couronnes revues et refroidissement par jet d’huile ont été adoptés en parallèle à diverses techniques de limitation des frottements comme le revêtement DLC.

Mais la nouveauté la plus significative a été la mise au point d’une double injection – une première mondiale – regroupant donc deux injecteurs par cylindre, chacun équipé de buses plus petites fournissant un nuage de gouttelettes de carburant plus précis dans les cylindres, ce nuage conduisant à une atomisation plus efficace et à une combustion plus complète.

L’ensemble des modifications apportées se traduit par des améliorations au niveau de la puissance, du couple et de la consommation de carburant. Le moteur délivre 117 ch (86 kW), ce qui représente un gain de 6 % par rapport aux versions précédentes. Le couple progresse de 3 % pour atteindre 157 Nm, tandis que les chiffres de consommation s’inscrivent en baisse de 5,6 %. Le bloc essence atmosphérique anime uniquement les versions 2-roues. Il sera disponible soit avec la boîte manuelle à 5 rapports, soit avec la CVT XTRONIC de nouvelle génération, modèle différent de la CVT accouplée au moteur DIG-T.

Quant aux performances, la vitesse maxi est de 178 km/h (170 km/h avec la CVT), pour une consommation mixte de 6,4 L/100 km (6,3 L/100 km avec la CVT). Les émissions de CO2 ne dépassent pas 147 g/km en boîte manuelle et 145 g/km en boîte CVT. Le 0 à 100 est couvert en 11 secondes (11.5 avec la CVT).

Le Juke, animé par le 1.6 L atmosphérique, sera proposé sur la Visia et sur l’Acenta avec une démultiplication finale allongée, n’émettant que 138 g/km, pour répondre aux attentes clientèle.

Nissan Juke 2010/2011

Moteur Diesel

Enfin, le Diesel 1.5 dCi common rail turbocompressé K9K éprouvé, est développé par l’Alliance. Ce moteur 8 soupapes de 1.461 cm3 se caractérise par de faibles niveaux de consommation, d’émissions et coûts d’utilisation et par un excellent agrément de conduite.

Offrant 110 ch (81 kW) de puissance à 4.000 t/min et rien moins que 240 Nm de couple à 1 750 t/min, ce moteur dispose d’une nouvelle rampe de retour du carburant, d’une nouvelle unité de commande et d’une pression d’injection portée à 1.600 bars. Ses démarrages à froid sont facilités par des bougies de préchauffage plus performantes. Ce moteur reçoit également un système de recirculation des gaz d’échappement refroidis et un filtre à particules (avec un cinquième injecteur pour la régénération) ayant nécessité une refonte de l’architecture du turbocompresseur afin de rapprocher celui-ci du filtre à particules.

Le Diesel sera disponible sur les versions deux-roues motrices associé à la boîte manuelle à 6 rapports. Côté performances, la vitesse maxi atteint 175 km/h pour une consommation mixte de 5,1 L/100 km) tandis que les émissions de CO2 n’excèdent pas 134 g/km. Le 0 à 100 km/h est couvert en 11.2 secondes.

Boîtes de vitesses

Alors que les boîtes manuelles ont été reprises du QASHQAI, les deux systèmes CVT XTRONIC se caractérisent par plusieurs technologies clés qui promettent des améliorations substantielles en matière d’allègement, packaging, performances et économies d’énergie.

La boîte CVT de dernière génération couplée au moteur essence 1.6 L 117 ch diminue de 10% en longueur et s’allège de 13% par rapport à la réalisation précédente. Parallèlement, les frictions internes ont été réduites dans la remarquable proportion de 30 %. La nouvelle unité est la première CVT au monde à être associée à une boîte de vitesses parallèle qui étend le potentiel de démultiplication avec une ouverture bien plus élevée (7.3:1) que sur les précédentes CVT de Nissan. Des poulies plus petites et plus légères, un amortisseur à verrouillage flexible et une pompe à huile plus efficace, tout concourt à une meilleure efficacité énergétique.

La M – CVT à mode manuel à 6 rapports qui équipe le Juke à moteur turbo essence a été affiné dans le sens de la sportivité, avec des modes manuels revisités pour garantir des accélérations plus vives, tandis que l’unité de gestion a fait l’objet d’une reprogrammation visant à optimiser l’efficacité énergétique grâce à sa capacité de mise en verrouillage plus rapide. Les deux CVT bénéficient de systèmes de contrôle de changement de rapports adaptatif que l’utilisateur peut sélectionner à partir du système d’information avancé du Juke.

Performances

Tous chiffres de performances, consommations et émissions sont en attente d’homologation.

Commando d’élite

Si le Juke affiche fièrement un style original à l’extérieur, l’habitacle est tout aussi novateur tant dans le dessin que par les équipements qu’il propose. L’écran de contrôle permet ainsi de régler non seulement la climatisation mais aussi les réglages de la voiture.

« Le Nissan Dynamic Control System (NDCS) établit des niveaux inédits d’inter-réaction conducteur/véhicule. Ce dispositif fournit au conducteur la possibilité de maitriser certains réglages dynamiques du véhicule pour adapter le comportement aux conditions de circulation, à la météo ou à l’humeur du moment ».  Pierre Loing, Vice President Product Planning, Nissan Europe

Equipements et finitions

Le Juke reprend les 3 niveaux finitions bien connus chez Nissan : Visia, Acenta et Tekna. Toute la gamme Juke est équipée en série de l’air conditionné, des vitres électriques AV/AR, de la banquette AR rabattable fractionnable 60/40, d’un autoradio lecteur de CD avec prise jack auxiliaire et, côté sécurité, de 6 airbags et l’ESP (Electronic Stability Programme).

Sur Acenta, d’importants équipements passent en série, et tout particulièrement le nouveau Nissan Dynamic Control System (NDCS).

Le NDCS, c’est un système central sophistiqué d’information et de commande conducteur propre au Juke, grâce auquel il est possible de modifier les réglages dynamiques du véhicule ainsi que d’autres fonctions plus classiques comme la climatisation.

Programmé en huit langues (français, anglais, allemand, italien, espagnol, portugais, russe et néerlandais), l’écran installé en position centrale adapte ses affichages, couleurs et fonctions suivant le mode d’utilisation.

En mode climatisation, par exemple, l’écran indique la température intérieure demandée tandis que les « boutons » affichent les différents flux de ventilation. En « Mode D », soit le mode « Drive », les boutons changent d’aspect pour permettre au conducteur de paramétrer la conduite en fonction d’un des trois modes : Normal, Sport ou Eco.

En fonction du moteur, chaque réglage modifie les paramétrages de la cartographie moteur, de la boîte CVT, de la direction et même de la climatisation, selon les conditions de circulations et les désirs du conducteur. En mode Sport, par exemple, la cartographie moteur sera adaptée pour dispenser des montées en régime plus franches et plus élevées. La direction se fait plus ferme et plus réactive, tandis qu’en mode Normal, elle offre davantage de légèreté et de linéarité. En mode Eco, au contraire, le moteur tournera moins vite dans l’optique d’une conduite plus coulée. Sur la version M-CVT du Juke équipée du moteur turbo essence à injection directe, le mode Sport est même pourvu d’une montée automatique « rythmique » des rapports qui simule des changements de vitesses en limite de zone rouge. Le réglage Eco optimise la circulation d’air frais dans l’habitacle, de façon à réduire la charge de la climatisation et la consommation en énergie du système.

Certaines fonctions du véhicule telles que l’allumage automatique des feux ou le verrouillage centralisé automatique, sont également paramétrables via le système. Facile à assimiler, l’information en temps réel relative au parcours est assortie d’incrustations où s’affichent la vitesse moyenne, l’économie de carburant, les temps de déplacement, le couple moteur, le turbo boost ainsi que l’historique de la consommation journalière de carburant. Le système incorpore même un indicateur de force d’accélération. Bref, le NDCS apporte une touche de technologie à l’habitacle.

L’équipement de série sur les modèles Acenta, le cœur de la gamme Juke, comprend également le régulateur de vitesse, les feux antibrouillard, les jantes alliage « Elégance » de 17 pouces et une climatisation non pas manuelle cette fois mais automatique. Le système audio se distingue par une unité au format double DIN avec lecteur CD intégré, connectivité Bluetooth®, lecteur iPod/MP3, avec une prise USB distincte placée dans la console centrale en amont du levier de vitesses.

La finition la plus élevée, Tekna, intègre de série le très complet système Nissan Connect (en option sur la finition Acenta). Le Nissan Connect est un système multimédia intégré (musique, téléphone et navigation GPS) reposant sur un afficheur couleur tactile de 5 pouces (12,7 cm) couplé à une caméra de recul.

La cartographie du système de navigation dispose d’un affichage en 2D et 3D avec zoom automatique et guidage vocal.

L’autoradio, à double tuner, dispose de la fonctionnalité d’infos trafic en temps réel (TMC) et d’un lecteur CD pouvant lire les formats MP3. La connectivité Bluetooth® intégrée ne se contente pas d’interfacer les téléphones portables en mains-libres, elle permet aussi de réaliser du streaming audio grâce aux dispositifs adéquats. En utilisation, les lecteurs USB, MP3 ou iPod affichent à l’écran le titre des morceaux, le nom des artistes et toutes autres informations du répertoire. Une sortie pré-ampli est prévue pour le raccordement d’un ampli séparé.

Enfin, l’écran sert en plus à l’affichage (assortis de repères de guidage) des images de la caméra de recul, également de série sur les versions Tekna. Parmi les autres équipements disponibles, on trouve la Clé Intelligente Nissan à bouton de démarrage/arrêt du moteur, les rétroviseurs extérieurs rabattables électriquement, les vitres surteintées, l’allumage automatique des feux et des essuie-glaces ainsi que des jantes alliage sport de 17 pouces et une sellerie cuir en option.

Nissan Juke 2010/2011

Accessoires

Bien que le Juke dispose en série d’un ensemble d’équipements généreux, Nissan a conçu une gamme complète d’accessoires pour personnaliser son véhicule. Dans les articles proposés, on note différents styles de jantes alliage ainsi que des protections avant et arrière de bas de caisse pour accentuer le côté SUV du design.

Parmi les équipements extérieurs proposés de série, figurent des coques de rétroviseurs extérieurs chromés, un échappement sport, un becquet de toit et des déflecteurs de vitres, que l’on pourra compléter, pour l’habitacle, par des éclairages de seuils de portes et des touches lumineuses dans l’habitacle. Les pédales sport aluminium avec inserts caoutchouc sont livrées en série sur le 1.6DIG-T, mais en accessoire sur les autres versions.

Différentes touches pratiques figurent également au programme, comme des systèmes de sécurité sophistiqués, des dispositifs de tracking GPS, des radars de recul ainsi que des solutions de rangement supplémentaires en accoudoir de console centrale et pour le coffre à bagages. Une housse à vêtements et une protection de seuil de coffre sont également proposées. Les plus extravertis opteront pour des décors de pavillon et autres bandeaux adhésifs qui distingueront leur Juke dans la masse des véhicules citadins.

Une attachante virilité

Le Juke affiche sans complexes sa sportivité. Avec ses grandes performances dynamiques, associées à des lignes hors normes, il s’adresse directement aux personnes qui attendent davantage d’une voiture.

Le Juke se positionne sur le marché sur ce qu’il convient d’appeler le segment B supérieur ; c’est un produit haut de gamme, qui en donne davantage que les citadines 5-portes classiques. Il arrive également sur un segment en expansion : la clientèle commence en effet à descendre en gamme et à s’intéresser à un nombre croissant de produits différents.

Les segments A et B devraient représenter ensemble 33 % du marché européen total à l’horizon 2011, contre 29,6 % en 2007, alors que le segment C devrait reculer de 27 % à moins de 25 %.

Le Juke est aussi différent des produits précédemment commercialisés par Nissan sur le segment. Cependant, le succès du QASHQAI prouve précisément que la clientèle est davantage en phase avec un concept de petit Crossover.

Selon les études réalisées par Nissan, la majorité des acheteurs – environ 60 % – seront originaires du segment B, qui se scinde en deux catégories : d’un côté, une clientèle à la recherche de davantage de sensations que ne peut en offrir leur actuelle 5-portes classique ; de l’autre, des possesseurs de modèles Mini ou Alfa Romeo par exemple, pour l’image de marque. Près de 40 % d’entre eux descendront de niveau de gamme en abandonnant le segment C : c’est le cas, notamment, des propriétaires de sportives 3-portes.

Nissan estime pouvoir attirer 80% de nouveaux clients avec Juke, un ratio équivalent à celui observé sur QASHQAI. Leur point commun : la recherche d’un véhicule exclusif, offrant des performances élevées à un prix abordable, avec des atouts en matière de comportement, confort et facilité d’utilisation.

Le Juke ne passera pas inaperçu : son design novateur et insolent capte l’attention de l’opinion et interpelle un public plus jeune que la clientèle Nissan traditionnelle. Les mots qui reviennent le plus souvent pour le définir sont « plein de vie », « jeune », « viril », « dynamique » et « indépendant ».

Dans les premiers échos, le Juke a été unanimement salué pour son style et son concept global de Crossover accompli. Un point, également très apprécié, est le camouflage des portes arrière : « Je croyais avoir affaire à une 2-portes, confie une personne consultée lors de groupes test. J’apprécie le fait que d’autres puissent penser que je conduis une piquante 2-portes à l’image sportive, mais c’est en réalité une 5-portes qui peut accueillir tout le monde ».

 

Nissan Juke 2010/2011