Présence de Maserati au salon de l’automobile de Shanghai 2013

Classé dans : Actualités - Maserati (Italie) | 0

Lors du salon de l’automobile de Shanghai, Maserati présenté la toute nouvelle berline Ghibli.  Celle-ci sera par ailleurs disponible avec un moteur diesel.  Une première pour la marque au trident.


Ci-joint, le communiqué de presse relatif à la participation de Maserati au salon de Shanghai.


Maserati Ghibli 2013 (Shanghai)

La toute nouvelle Maserati Ghibli fait son apparition à Shanghai

 

Elle est accompagnée d’une nouvelle Quattroporte de 330 ch conçue spécialement pour le marché chinois.

Le Salon automobile de Shanghai accueillera trois étapes importantes de la longue marche entreprise par Maserati pour atteindre son objectif de 50 000 véhicules vendus par an.

La dynamique mise en place l’année dernière par Maserati avec les nouvelles Quattroporte V8 et V6 se poursuit à Shanghai avec la Ghibli – la toute première berline sportive de luxe, de taille moyenne à quatre portes dans l’histoire de Maserati.

Deux versions du moteur essence V6 turbocompressé offrant deux puissances différentes seront proposés à la fois pour la Quattroporte et la Ghibli, disponibles en propulsion ou en transmission intégrale.

La Ghibli sera également proposée avec un moteur diesel, une première dans l’histoire de Maserati. Développé par les ingénieurs Maserati sous la direction de Paolo Martinelli, ancien directeur de la motorisation chez Ferrari, ce moteur diesel V6 turbo de 3 litres offrira des performances et une sonorité dans la pure tradition Maserati tout en consommant moins de six litres aux 100 km selon le nouveau cycle européen de conduite (NEDC).

Autre modèle à profiter du salon de Shanghai pour faire sa première entrée sur la scène automobile mondiale, la nouvelle Quattroporte motorisée par un V6 de 300 ch (243 kW), conçue et développée spécialement pour le marché chinois.

Maserati Ghibli 2013 (Shanghai)

Première apparition mondiale de la Maserati Ghibli

La toute nouvelle Ghibli ouvre une nouvelle voie pour Maserati. En présentant la Ghibli pour la première fois au Salon de l’auto de Shanghai, la prestigieuse marque italienne synonyme de sport et de luxe commercialisera simultanément deux berlines quatre portes, une première dans son histoire.

Dans le respect de la philosophie de Maserati en matière de design, la Ghibli arbore des caractéristiques de conduite encore plus dynamiques en conservant des liens visibles avec sa grande sœur Quattroporte tout en offrant une identité visuelle plus agressive.

La silhouette de la carrosserie de cette berline évoque l’esprit coupé, tandis que sa calandre et ses phares affirment le côté félin de la Ghibli. La calandre s’inspire de la GranTurismo mais on y décèle également une autre source d’inspiration : la Maserati A6 GCS, un modèle classique des années 1950.

Elle conserve aussi le montant arrière bien distinctif des Maserati, qui lui confère son aspect coupé et arbore le logo Saetta du trident, comme le veut la tradition depuis 1963.

Maserati Ghibli 2013 (Shanghai)

Le profil est dominé par une ligne de force qui commence au niveau des ouïes latérales en arrière des roues avant, élément visuel classique de Maserati, pour venir se fondre dans les feux arrière.

À l’intérieur, la Ghibli se démarque de la Quattroporte par un tableau de bord qui lui est propre. Il répond parfaitement aux attentes des clients qui désirent un esprit sportif et jeune sans rien perdre du luxe associé à Maserati. L’habitacle de la Ghibli offre un design sportif et des dimensions spacieuses typiques d’une berline de luxe.

La Ghibli incarnera un esprit plus sportif et incisif que sa grande sœur Quattroporte. Elle sera proposée avec deux moteurs essence V6 turbocompressés de 3 litres, une boîte de vitesses automatique à huit rapports, une transmission par propulsion ou le nouveau système de transmission intégrale Q4.

La Ghibli S accueillera le V6 biturbo le plus puissant, il développera une puissance de 301 kW (410 ch) à 5 500 tr/min et un couple de 550 Nm à tout juste 1 750 tr/min. Ce moteur sera disponible sur la Ghibli S à propulsion et sur la Ghibli S Q4 à transmission intégrale.

La Ghibli S Q4 atteindra 100 km/h en à peine 4,8 secondes, tandis que le modèle à propulsion ne demandera que 0,2 seconde de plus. La Ghibli S pourra atteindre la vitesse maximale de 285 km/h soit 1 km/h de plus que la Ghibli S Q4.

Maserati V6

L’autre V6 essence turbo de 3 litres disponible pour la Ghibli, produira une puissance de 243 kW (330 ch) et 500 Nm de couple, tout en consommant à peine 9,6 litres aux 100 km. Cette consommation est certes supérieure à une voiture écoénergétique, mais la Ghibli est en mesure de passer de 0 à 100 km/h en tout juste 5,6 secondes.

Ces deux moteurs à turbocompresseurs parallèles, ont été développés par le service Groupe propulseur de Maserati en partenariat avec Ferrari, et ils seront construits par Ferrari dans son usine ultramoderne de Maranello.

Exploitant la majorité des technologies issues du moteur V8 de 3,8 litres de la Quattroporte, ces V6 tirent parti de la technologie diesel à injection directe, de deux turbocompresseurs parallèles à faible inertie, et de quatre déphaseurs de cames en continu. Le carburant est injecté à une pression de près de 200 bar.

Cette technologie permet au V6 de la Ghibli S de fournir 90 pour cent de son couple à moins de 1 500 tr/min, tandis que son rupteur ne se déclenche qu’à 6 500 tr/min.

En outre, la Ghibli sera la première Maserati produite en série à être équipée d’une motorisation diesel, un V6 turbo-diesel de 3 litres. Ce V6 développe une puissance de 202 kW (275 ch) et un couple spectaculaire de 600 Nm permettant une accélération de 0 à 100 km/h en à peine 6,3 secondes. Sa consommation de carburant selon le NEDC est inférieure à 6 litres aux 100 km.

Il fait intervenir un système sophistiqué d’injection directe par rampe commune offrant une pression d’injection de 2 000 bar et exploitant des injecteurs à temporisation réduite. Ceci favorise les injections multiples séquentielles pour obtenir une excellente réactivité et des émissions plus faibles.

Chaque Maserati est immédiatement identifiable à la sonorité de son moteur, et cette Ghibli Diesel ne déroge pas à la règle établie par ses sœurs essence, grâce au système Maserati Active Sound dont elle bénéficie. Deux clapets situés près des embouts d’échappements permettent d’accentuer les sonorités particulières du moteur et de les moduler avec précision pour les faire correspondre au type de conduite adopté par le conducteur. Lorsque celui-ci appuie sur le bouton Sport, le son résonne davantage et diffuse l’esprit sportif de la Ghibli.

La Ghibli révèle un caractère qui lui est propre grâce à sa suspension avant à double triangulation combinée à une suspension arrière multi bras dernier cri avec système Skyhook en option, une transmission intégrale débrayable, un amortissement ferme et un système de freinage puissant.

En outre, la Ghibli est la seule voiture dans sa catégorie à être munie d’un différentiel mécanique à glissement limité, en série dans toutes les versions, qui permet de fournir la meilleure motricité quelles que soient les conditions de conduite.

À l’instar de la Quattroporte, le design de son châssis s’articule autour d’une cellule de sécurité en acier rigide, très sûre, qui met œuvre divers alliages d’acier et d’aluminium, pour obtenir une résistance précise en limitant le poids.

L’avant du châssis est réalisé en aluminium et intègre une traverse renforcée offrant une rigidité exceptionnelle dans toutes les dimensions, tandis que la section arrière est constituée d’acier laminé.

Les trois moteurs révolutionnaires proposés avec la Ghibli seront installés dans un châssis à l’empattement raccourci d’environ 20 centimètres par rapport à celui de la Quattroporte (soit 2,99 mètres), pour une longueur totale de 4,97 mètres soit 29 cm de moins.

La Ghibli S sera freinée par des disques dual-cast ventilés et percés en croix de 360 mm x 32 mm à l’avant et par des disques ventilés de 350 mm x 28 mm à l’arrière. Le système de freinage fera appel à des étriers fixes Brembo à six pistons à l’avant et à quatre pistons à l’arrière permettant de passer de 100 km/h à zéro en tout juste 36 mètres.

La Ghibli sera chaussée de roues et de pneus de 18 pouces tandis que la Ghibli S profitera de pneus de 18 pouces voie large. Des roues de 19, 20 et 21 pouces sont disponibles en option.

Maserati Ghibli 2013 (Shanghai)

Maserati Q4 transmission intégrale

Avec leur système Q4 de transmission intégrale, la Ghibli et la Quattroporte parviennent à conserver de la motricité sur les surfaces les plus glissantes grâce à une conception ultramoderne fonctionnant à la demande.

Le système Q4 procure la réactivité d’une propulsion combinée à un niveau de sécurité propre à la transmission intégrale lorsque les conditions l’exigent, sans subir la contrepartie d’une consommation plus élevée.

Maserati a abouti à ce résultat avec le Q4. Ce système laisse les roues avant passives jusqu’à ce que leur motricité soit nécessaire, auquel cas la puissance leur est transmise instantanément et intelligemment.

L’architecture de ce système repose sur un embrayage multi disques à bain d’huile et commande électronique, installé dans une boîte de transfert et relié à l’essieu avant par un arbre de transmission.

En cas de perte d’adhérence, si la vitesse de passage en courbe est trop élevée, si l’accélération est trop franche ou si l’adhérence de la voie arrière est trop faible, il ne faut que 150 millisecondes au système pour modifier la transmission en la faisant passer de 100 % à l’arrière par défaut à une répartition de 50 % à l’avant – 50 % à l’arrière. Toutefois, la suspension multi bras offre une telle motricité à l’arrière que le Q4 ne nécessite que très rarement une répartition de la motricité supérieure à 35 % à l’avant.

Par ailleurs, ce système rétablit la transmission à l’arrière tout aussi rapidement, garantissant ainsi la meilleure motricité possible en toutes circonstances sans subir les inconvénients classiques d’une transmission intégrale : consommation élevée, et réactivité limitée.

Maserati a mis au point son propre algorithme de gestion en temps réel des nombreux paramètres du véhicule (comme le patinage d’une roue, l’angle de braquage et de lacet, la puissance, la vitesse, l’action d’un frein, l’ESP) ainsi que de l’adhérence de chaque roue par rapport au type de conduite. En traitant ces données, le système Q4 peut améliorer le profil d’adhérence de chaque roue, créant ainsi une gestion optimale de la dynamique du véhicule pour l’adapter à toutes les conditions de conduite, en permanence.

Le système de transmission intégrale Q4 Maserati est disponible avec le nouveau moteur V6 de 410 ch et il est en parfaite adéquation avec les qualités de grandes routières attendues de la part d’une berline Maserati haute performance, quelles que soient les conditions de conduite.

Maserati Quattroporte V6 (Shanghai 2013)

La Quattroporte pour la Chine : Introduction du V6 330 CH

Alors même que la nouvelle Quattroporte, modèle phare de la gamme Maserati, commercialisée en fin d’année dernière, est devenue plus grande, plus légère, plus luxueuse et plus pratique, Maserati a toujours envisagé de proposer une plus grande variété de modèles, dans une gamme de prix plus large.

Tout en conservant son emblématique et puissant V8 biturbo de 3,8 litres au sein de la gamme Quattroporte, Maserati s’apprête à le seconder en proposant un V6 biturbo de 3 litres et 330 ch.

Avec un couple de 500 Nm disponible dès 1 750 tr/min, la nouvelle Quattroporte V6 accélérera de 0 à 100 km/h en moins de six secondes pour une consommation mixte de 9,8 litres aux 100 km selon le NEDC, soit la Quattroporte la plus économique dans l’histoire de la gamme.

Confirmant sa première place en matière de performance au sein de sa classe de véhicules, la Quattroporte V6, grâce à son moteur plus léger et sa transmission par propulsion, atteint la vitesse maximale de 263 km/h.

Construit selon l’architecture du V6 biturbo de la Ghibli, le V6 de 3 litres de la Quattroporte produit une puissance de 243 kW stabilisée entre 1 750 et 4 500 tr/min. Le moteur a été développé en parallèle avec le V8 par les ingénieurs des services Groupe propulseur de Maserati et de Ferrari.

On remarquera particulièrement son couple considérable de 167 Nm/litre qui fournit suffisamment d’énergie pour propulser la Quattroporte de 0 à 100 km/h en à peine 5,6 secondes.

Ce moteur V6 et le V8 ont en commun leur alésage, et les différentes technologies utilisées pour le calage variable des soupapes, le bloc-moteur et, en partie, le collecteur d’admission bien que le V6 soit muni d’un turbocompresseur et d’un microprocesseur spécifiques.

Tout comme pour le V8, le V6 de 3 litres est relié à une boîte de vitesses automatique à huit rapports qui procure un meilleur confort, des passages de rapports plus rapides, une consommation réduite et des niveaux de NVH (bruit, vibrations et rudesse) réduits par rapport à la précédente Quattroporte.

Avec deux rapports surmultipliés, la transmission permet à elle seule de réduire de 6% la consommation de carburant et pèse 6 kg de moins que la boîte à six rapports du modèle actuel.

Ceci permet donc d’améliorer les niveaux de consommation, même si les émissions du modèle à propulsion s’élèvent à 228 grammes de CO2/par kilomètres en cycle mixte.

Ce modèle est également plus léger que celui muni du V8 biturbo, avec 1 860 kg pour la version propulsion.

Dans la lignée de la tradition Maserati, elle propose cinq modes de passage des rapports différents : Auto Normal, Auto Sport, Manuel Normal, Manuel Sport et mode I.C.E. (Increased Control & Efficiency), une stratégie qui active diverses fonctions visant à réduire la consommation, les émissions et le bruit en modérant la réactivité de la voiture dans toutes les conditions de conduite ainsi qu’en situation de faible adhérence.

Toutes les Quattroporte sont équipées en série d’un différentiel à glissement limité avec 35 % de couple en traction et 45 % en détente.

La toute nouvelle architecture ne perd rien de la superbe maniabilité légendaire de la Quattroporte, grâce à la répartition parfaitement équilibrée des masses (50-50), à la suspension avant à double triangulation, à la suspension arrière à cinq bras ultramoderne et au système Skyhook sur chaque essieu (contrôle électronique des suspensions).

Avec une plate-forme basée sur le plus long empattement de sa catégorie, la Quattroporte offre à la fois un confort intérieur incomparable et un plaisir de conduite sans concession, exprimant jusque dans ses moindres détails l’atmosphère luxueuse attendue de la part de la marque italienne.

Maserati en 2012

En 2012, Maserati a exporté un total de 6 288 véhicules, soit une augmentation de 2 % par rapport à 2011. Pour les États-Unis, le nombre total de véhicules exportés s’est établi à 2 904 véhicules. Ce chiffre représente la meilleure performance de la marque en termes de volume depuis 8 ans et confirme la place de marché numéro un pour Maserati.

Pour la seconde année, la Chine constitue le second marché de la marque, avec un volume en hausse de plus de 10 % par rapport à l’année précédente, soit 930 véhicules. À l’exclusion de la Chine, les ventes dans la région Asie-Pacifique ont enregistré une augmentation de 21 % pour atteindre 861 véhicules. Le Moyen-Orient a enregistré la plus forte progression en pourcentage avec des ventes en hausse de 37 %, soit 417 véhicules (contre 304 en 2011).

Le chiffre d’affaires a atteint 634 millions € pour l’année 2012, en hausse de 8 % par rapport à 2011, essentiellement en raison de l’augmentation des volumes de vente.

Maserati a clôturé l’année avec un bénéfice d’exploitation et un EBIT de 42 millions € (marge de commercialisation : 6,6 %), dans la lignée des résultats de 2011. L’impact positif des volumes plus importants et de l’amélioration permanente en termes de coûts d’exploitation a été atténué par les coûts substantiels encourus cette année en vue de la mise en production des nouveaux modèles commercialisés en 2013.

Maserati Trofeo MC World Series 2013

Le lancement de la quatrième saison du Trofeo Maserati aura lieu prochainement ; il s’agira de la seconde édition de portée mondiale, grâce à un calendrier de plus en plus international constitué de six étapes réparties sur trois continents : Europe, Amérique et Asie.

La première est programmée en France le 28 avril sur le circuit Paul Ricard avec un prologue réservé aux essais qui aura lieu sur le circuit de Misano en Italie les 13 et 14 avril. Ce sera ensuite le tour du légendaire Nürburgring en Allemagne le 2 juin, tandis que la première partie de la saison s’achèvera sur le circuit de Silverstone en Angleterre le 14 juillet avec la remise du premier titre : le Trofeo Europa, remporté l’an passé par le Belge Renaud Kuppens, qui s’est également imposé ensuite au classement final.

La quatrième étape marquera l’ouverture de la compétition sur des circuits en dehors de l’Europe. Cela commencera le 8 septembre à Sonoma en Californie, près de San Francisco. 2012 a marqué le retour de Maserati à la compétition en Amérique après les triomphes enregistrés dans le passé.

La compétition se déplacera ensuite en Asie, le 27 octobre, à Shanghai en Chine, qui a accueilli la grande finale du Trofeo Maserati l’année dernière. En revanche, le titre 2013 sera remis sur le circuit d’Abou Dhabi aux Émirats Arabes Unis, où se conclura la saison, le 7 décembre. Précisons que le Moyen-Orient a déjà accueilli le Trofeo, grâce au championnat d’hiver : le Maserati Trofeo JBF Rak, qui s’est déroulé entre 2011 et 2012.