Lamborghini : Nouveau 12 cylindres en V et nouvelle transmission ISR pour la remplaçante de la Murcielago

Lamborghini V12  2011

 

Nouveau tournant dans l’histoire de Lamborghini

Le nouveau 12 cylindres et la nouvelle transmission ISR : des technologies innovantes pour une chaîne cinématique unique en son genre


Automobili Lamborghini est en train d’écrire un chapitre synonyme de grande innovation dans l’histoire de la marque avec un tout nouveau moteur 12 cylindres et une nouvelle transmission unique à hautes performances.

Pour concevoir ce moteur d’une cylindrée de 6,5 l, qui développe une puissance de 525 kW (700 CV) et un couple maximal de 690 Nm, les ingénieurs de Lamborghini ont eu recours aux technologies les plus modernes et sont partis d’une feuille blanche.

Le résultat est un mélange de performances à couper le souffle, de vivacité euphorisante, de poids contenu et d’émissions modérées.

Le complément idéal de ce moteur est une transmission au concept entièrement inédit dans le domaine des supersportives :

la boîte manuelle robotisée « Lamborghini ISR » combine des temps de passage des rapports extrêmement courts et une utilisation agréable au quotidien avec un poids et des dimensions réduits afin de garantir des changements de vitesse générateurs de sensations fortes en accord avec les attentes des acquéreurs d’une supersportive au sommet de la catégorie reine.

La nouvelle chaîne cinématique entrera en production au début de l’année 2011.

La légende de Lamborghini repose dans une large mesure sur ses extraordinaires et uniques moteurs V12.

« Ce nouveau bloc non seulement est la fierté de notre gamme de produits, mais il représente aussi une partie de notre investissement énorme dans l’avenir de la marque Lamborghini », a déclaré Stephan Winkelmann, président et CEO d’Automobili Lamborghini.

« Avec ce nouveau V12, nous annonçons un bond technologique qui couvre l’ensemble des domaines dans lesquels est active la firme et notre future gamme de modèles.

À l’aide d’un programme d’innovations unique, Lamborghini va redéfinir le futur des voitures supersportives.

Ce moteur de 700 CV, de concert avec une boîte de vitesses au concept inédit, sera le point fort de la remplaçante de la Murciélago, l’an prochain. »

Lamborghini V12  2011

Des performances au sommet, un poids contenu

Les moteurs 12 cylindres jouent un rôle essentiel dans la légende de la marque Lamborghini, dans le passé comme dans le futur.

Le tout premier modèle de Ferruccio Lamborghini, la 350 GT, est apparu pour la première fois sur le marché avec un bloc  12 cylindres qui était extrêmement innovant pour l’époque.

La Miura, l’Espada, la Countach, la Diablo et, plus récemment, la Murciélago ne sont que quelques-unes des supersportives qui ont été construites à Sant’Agata Bolognese. Toutes étaient et seront animées par un moteur V12, et toutes sont depuis longtemps entrées dans l’histoire en tant que légendes automobiles.

Le prochain épisode de cette glorieuse histoire attend maintenant son heure :

les ingénieurs du département Recherche & Développement de Lamborghini sont partis d’une feuille blanche pour créer un tout nouveau moteur à hautes performances.

Le fruit de leurs cogitations se caractérise par une puissance extrêmement élevée et des montées en régime à n’en plus finir, tout en restant compact.

Avec un poids affiché de 235 kg, il est aussi des plus légers, chaque kilo représentant environ trois chevaux de puissance maximale.

Lamborghini V12  2011

Une vivacité incroyable doublée d’une sonorité impressionnante

Même dans l’univers des voitures supersportives, 525 kW (700 CV) constituent une nouvelle référence. Le couple maximal de 690 Nm est disponible dès 5.500 tr/min.

La courbe de couple bien pleine, l’inépuisable force motrice présente en toute situation, la réponse incroyablement spontanée et, non des moindres, la sonorité finement modulée mais toujours chargée d’émotion de ce moteur en font un bloc de tout premier ordre.

Non seulement il a été entièrement conçu en interne chez Lamborghini, mais en plus, il est également fabriqué du début à la fin au siège de la compagnie, à Sant’Agata Bolognese.

Des spécialistes hautement qualifiés assemblent à la main les moteurs, qui font ensuite l’objet de tests intensifs et d’un fin calibrage au banc d’essai.

Cet athlète exceptionnel tire sa puissance de tout un arsenal de technologies innovantes.

Pour une question de poids, le carter et les culasses à quatre soupapes par cylindre du moteur sont réalisés dans un alliage d’aluminium et de silicium.

Sa configuration à course courte est synonyme de performances exceptionnelles à régime élevé et de frictions internes minimes.

Un processus de mise au point très long a permis de peaufiner la gestion thermique et le système de circulation d’huile à lubrification par carter sec.

L’admission à quatre papillons des gaz séparés est des plus complexes, avec comme récompense pour le conducteur un couple généreux et une force motrice exceptionnelle sur toute la plage de régimes.

La ligne d’échappement génère des niveaux d’émissions très bas, ainsi que le son inimitable, prenant, d’une Lamborghini qui émet un grondement modéré lorsqu’elle est conduite à faible vitesse en ville et un feulement de plus en plus strident lorsqu’elle est poussée à fond de régime sur chaque rapport.

Transmission Lamborghini ISR 2011


Une transmission innovante synonyme de performances maximales

Le nouveau 12 cylindres de la marque au taureau furieux est secondé par l’astucieuse

transmission Lamborghini ISR, également de conception nouvelle.

Dans l’ensemble, cet organe est absolument unique dans l’univers concurrentiel des supersportives.

L’objectif visé était formulé clairement : procurer au conducteur une sensation unique au monde sur le plan émotionnel à chaque changement de vitesse.

Cette boîte mécanique innovante combine des temps de passage de rapport extrêmement rapides – pratiquement plus courts de 50% que ceux d’une transmission à deux embrayages – avec les avantages du changement de vitesse manuel en termes de légèreté et de compacité, deux éléments qui s’avèrent toujours cruciaux pour une supersportive.

Ces temps de passage de rapport réduits sont à mettre sur le compte de la conception particulière de la transmission, connue sous le nom d’«Independent Shifting Rod» (ISR).

Au lieu d’intervenir « en série », comme c’est le cas pour une boîte traditionnelle, le processus de changement de vitesse se produit virtuellement « en parallèle ».

Tandis qu’une tringle de sélection des vitesses désengage un rapport, la deuxième tringle peut déjà enclencher le rapport suivant.

En outre, la transmission ne pèse que 79 kg – un net avantage même sur les boîtes DSG comparables, sensiblement plus lourdes.