La Nouvelle Lamborghini Gallardo LP 560-4

 

Lamborghini Gallardo LP 560-4   2008.

 


Avec la nouvelle , Lamborghini place une fois encore la barre haut dans le segment des supersportives.


Grâce à son moteur revu en profondeur, sa transmission intégrale permanente et un nouveau châssis, elle affiche des performances et une dynamique à la hausse.


Simultanément, le design innovant de la LP 560-4 continue à faire évoluer les lignes de la marque.

 


Lamborghini Gallardo LP 560-4   2008. 

La Gallardo LP 560-4 est le successeur du modèle Lamborghini le plus couronné de succès de tous les temps. Depuis 2003, quelque 7.100 exemplaires ont quitté les chaînes d’assemblage de Sant’Agata Bolognese.

«La LP 560-4 renforcera encore ce succès», déclare Stephan Winkelmann, président et CEO d’Automobili Lamborghini. «Elle est supérieure à sa devancière à tout point de vue, sa dynamique est tout simplement à vous couper le souffle et son design pose de nouveaux jalons. Avec la Gallardo LP 560-4, nous allons poursuivre avec cohérence la stratégie de croissance de la marque Lamborghini.»

Le puissant coeur de la Gallardo LP 560-4 est le nouveau 5,2 L V10 qui développe 560 CV (412 kW) à 8.000 tr/mn.

Le gain de 40 CV par rapport à son prédécesseur, combiné à un poids de véhicule réduit de 20 kg, a permis de faire progresser les performances et le rapport poids-puissance, qui atteint désormais 2,5 kg par CV.

La LP 560-4 abât le 0 à 100 km/h en exactement 3,7 s, atteint les 200 km/h en 11,8 s et atteint une vitesse de pointe de 325 km/h.

Le nouveau moteur à injection directe d’essence («Iniezione Diretta Stratificata») fascine aussi par son rendement.

Malgré sa puissance sensiblement supérieure, sa consommation et ses émissions de CO2 ont pu être réduites d’un bon 18 pour cent.

Les ingénieurs de l’Ufficio Technico Lamborghini, le centre de développement à Sant’Agata, ont aussi amélioré la motricité, la maniabilité et la stabilité de la voiture à haute vitesse. La chaîne cinématique revue, les nouvelles suspensions et l’aérodynamique optimisée y contribuent, tout comme l’allègement de la voiture et une moindre friction au niveau de tous les composants. Cela donne une supersportive affûtée pour la piste. En même temps, elle se prête étonnamment bien aux longs déplacements et se révèle extrêmement sûre et maîtrisable en toute circonstance.

 

Lamborghini Gallardo LP 560-4   2008.

 

Le design


Une élégance puissante

Une Lamborghini est toujours une athlète hautement performante. Sa sensualité émane de sa précision, de sa puissance et de sa spontanéité.

Elle tire son élégance de sa force à l’état pur. Cet ADN typique à la marque Lamborghini est amélioré avec esprit de suite par le Centro Stile lors du développement de tout nouveau modèle.

Ainsi, la Gallardo LP 560-4 arbore les lignes précises et les surfaces sobres d’un design réduit à l’essentiel, sans le moindre ornement.

L’évolution cohérente des formes est dictée par les exigences fonctionnelles.

La nouvelle partie frontale confère à la voiture une allure ramassée tout en contribuant à l’efficacité aérodynamique.

Les écopes agrandies pour l’admission de l’air frais et les ouïes d’évacuation ménagées dans les flancs, devant les passages de roue, augmentent le débit d’air tellement important pour une voiture hautes performances.

Celui-ci a été adapté au potentiel supérieur du moteur. Le spoiler implanté bas entre les écopes, améliore quant à lui l’équilibre aérodynamique à haute vitesse.

Les caractéristiques

Sous les projecteurs Bi-Xénon des nouveaux phares, on trouve les feux de position constitués de 15 diodes électroluminescentes (DEL) qui forment un Y.

Le même motif est répété à l’arrière où il apparaît trois fois dans chaque bloc optique. Les feux arrière et les stops s’inspirent du showcar Miura et de la Reventón.

À la vue de la partie arrière complètement redessinée, la notion d’«élégance puissante» acquiert une nouvelle signification.

Les feux, la grille d’évacuation de l’air, le pare-chocs et le diffuseur s’inscrivent dans des surfaces précises qui font paraître la LP 560-4 extrêmement large, tout en donnant l’impression qu’elle soit soudée à la route.

Par ailleurs, les tôles lisses à gauche et à droite du capot moteur mettent en exergue ses puissantes épaules et sa ligne étirée.

Une aérodynamique en net progrès

La grande grille d’évacuation est réalisée en aluminium coulé sous pression. En matière synthétique, elle n’aurait pas résisté aux températures élevées générées par le moteur à cet emplacement. La nouvelle ligne d’échappement se termine par quatre embouts polis.

Le diffuseur arrière, redessiné, génère plus de déportance. En conjugaison avec le soubassement lisse, il participe à l’excellente stabilité directionnelle, même à haute vitesse.

Globalement, l’efficacité aérodynamique en termes de déportance a été améliorée de 31 pour cent par rapport à celle de sa devancière. Cela permet à la Gallardo LP 560-4 de négocier les virages rapides avec encore plus de maestria.

L’approche puriste des lignes se trouve complétée à merveille par l’amour du détail poussé à l’extrême par les designers de Sant’Agata Bolognese. En témoignent les volets du réservoir à essence et de l’orifice de remplissage pour l’huile réalisés en grande partie en aluminium, de même que la caméra de recul intégrée dans le spoiler arrière à déploiement automatique ou encore la grille finement exécutée située dans les embouts du système d’échappement.

 

Lamborghini Gallardo LP 560-4   2008.

 

La carrosserie


Un principe de construction légère intelligent

Le poids est l’ennemi d’une voiture de sport, la légèreté favorise le dynamisme. L’aluminium est beaucoup plus léger que les tôles d’acier. Raison pour laquelle la Gallardo a été dotée d’une carrosserie légère – mais néanmoins rigide – en aluminium.

Grâce à cela et au moteur plus léger que son prédécesseur, la nouvelle venue, longue de 4,34 m, large de 1,90 m et haute de seulement 1,16 m, affiche seulement 1.410 kg à sec sur la balance. Soit 20 de moins qu’auparavant.

Lamborghini a plus de 40 ans d’expérience dans la construction de carrosseries monocoques. La caisse de la Gallardo LP 560-4 en constitue une «variation sur ce thème». Elle est réalisée selon le principe dit de la structure cadre tridimensionnelle (Space Frame). Des profilés extrudés en aluminium soudés à des éléments de jointure (des «noeuds») en aluminium moulé en constituent la «charpente» dans laquelle on intègre des tôles en aluminium sous contrainte.

La carrosserie n’est pas uniquement extrêmement légère. Elle présente aussi une excellente tenue aux accidents et une rigidité torsionnelle hors pair, ce qui contribue de façon fondamentale à la fantastique maniabilité de la LP 560-4.

Protection des piétons incluse

Dans le domaine de la sécurité passive aussi, la carrosserie score un maximum. Ceci vaut à la Gallardo non seulement de dépasser toutes les normes en matière de prévention aux accidents, mais également de satisfaire aux prescriptions européennes non encore obligatoires relatives à la protection des piétons.

À cet effet, la forme de la partie frontale dans son ensemble a été optimisée. À cela s’ajoute la présence, à l’arrière du pare-chocs avant, d’un matériau composite spécial destiné à absorber l’énergie d’un impact.

 

Lamborghini Gallardo LP 560-4   2008.

 

L’habitacle


Un caractère distinctif très classe

Malgré sa faible hauteur extérieure, la Gallardo LP 560-4 accueille ses occupants dans un habitacle généreux. Habillés de cuir fin ou d’Alcantara, les sièges sport soutiennent parfaitement. Ils sont montés très bas et permettent d’amples réglages en approche et en inclinaison.

Combiné au volant dont la partie inférieure est aplatie, ceci permet même à des conducteurs de grande taille de se sentir à l’aise. L’espace derrière les sièges complète les 110 l de capacité du coffre situé dans la proue de la voiture.

La large console centrale compte parmi les éléments qui contribuent à l’ambiance sportive à bord. Elle accueille le système audio de série ou un système de navigation, de même que la climatisation automatique «2 zones». Entre ces deux éléments, on trouve un nouveau bandeau qui regroupe des interrupteurs à bascule classiques et élégants.

Sept cadrans ronds au graphisme nouveau et un ordinateur de bord logé entre le tachymètre et le compte-tours informent le conducteur.

 

Lamborghini Gallardo LP 560-4   2008.

 

Une finition au top

La Miura et les autres modèles des années 60 se distinguaient déjà par une qualité de finition largement au-delà des standards de l’époque. Lamborghini a encore développé sensiblement cette compétence traditionnelle pour fournir aujourd’hui des voitures qui brillent par leur qualité.

Dans la Gallardo LP 560-4 aussi, des matériaux d’aspect exceptionnel flattent la vue et le toucher de ses occupants. Les cuirs sont proposés en plusieurs teintes et avec différentes surpiqûres, entre autres de couleur contrastante. En option, Lamborghini propose la Gallardo avec des packs cuir et alcantara étendus et un pack carbone.

Dans ce cas, le panneau de commande de la climatisation automatique, la poignée du frein à main et la console du levier de changement de vitesse sont exécutés dans un matériau composite à base de fibres de carbone.

À côté de cela, le programme Ad Personam permet de réaliser les souhaits de personnalisation individuels. Car, en fin de compte, la nouvelle Lamborghini doit s’accorder parfaitement au style de chacun de ses propriétaires.

Le moteur


De la puissance à revendre en toute circonstance

Le nouveau moteur de la Gallardo LP 560-4 est une évolution cohérente du moteur Lamborghini le plus couronné de succès de tous les temps. Seul le nombre de cylindres est resté inchangé. Ces dix cylindres magiques sont à la base d’un mariage parfait, unique dans cette catégorie, de puissance, de plaisir à monter dans les tours, de souplesse, de nervosité, de compacité et de faible poids.

Le moteur tire une impressionnante puissance de 560 CV (412 kW) à 8.000 tr/mn, pour une cylindrée totale de 5,204 cm3 avec, à la clé, l’exceptionnelle puissance de 107,6 CV/_l. Le couple culmine à 6.500 tr/mn avec 540 Nm.

La courbe de couple bien pleine garantit de remarquables accélérations à n’importe quel régime.

Avec une accélération de 0 à 100 km/h en 3,7 s et une vitesse maximale de 325 km/h, la Gallardo LP 560-4 accède au cercle exclusif des supersportives exceptionnelles.

Etonnamment, sa consommation et ses émissions de CO2 ont pu être réduites de 18 pour cent malgré ses performances à la hausse. Compte tenu de ces dernières et du potentiel du moteur, la consommation moyenne normalisée de 13,7 l/100 km de la Gallardo LP 560-4 peut être qualifiée de vraiment faible.

 

Lamborghini Gallardo LP 560-4   2008.

 

Une répartition parfaite des masses, une dynamique proverbiale

Dans le nouveau modèle aussi, le moteur est bien entendu implanté en position longitudinale, devant le train arrière. L’abréviation LP (Longitudinale Posteriore) est là pour nous le rappeler. Dans le domaine des voitures de sport, la position centrale du moteur n’a pas son égal.

Le centre de gravité du véhicule s’en trouve déplacé près de l’axe de portance, un gage de dynamique proverbiale. De plus, elle crée les conditions idéales pour une répartition parfaite des masses – 43 pour cent sur le train avant et 57 pour cent sur le train arrière – dans la LP 560-4.

Conjugué à la transmission intégrale permanente, cela garantit la stabilité dynamique supérieure de la Gallardo dans toutes les situations.

De faibles masses pour une spontanéité fascinante

Le bloc moteur est fabriqué dans un alliage d’aluminium hypereutectique. Ce processus rend superflues des chemises rapportées.

Les chemises sont honées directement dans le matériau, processus qui met à nu les cristaux de silicium durs. Les bielles sont en acier forgé, les pistons en un alliage d’aluminium. La réduction des masses et des frictions internes contribue à la bonne volonté fascinante qu’a ce moteur à monter dans les tours.

Avec ses bancs de cylindres formant un angle de 90°, ce moteur est exceptionnellement large pour un V10. L’avantage de cette conception réside dans un centre de gravité bas. Le même objectif est visé par le recours à une lubrification par carter sec. Cette solution garantit par ailleurs une alimentation efficace en huile même en présence d’accélérations transversales extrêmes sur circuit.

L’injection directe favorise une combustion efficace

Le nouveau V10 emprunte la voie innovante de l’injection directe d’essence («Iniezione Diretta Stratificata») pour obtenir un rendement optimal en termes de puissance tout en affichant une consommation modérée. Le carburant est injecté directement dans les chambres de combustion par les injecteurs implantés latéralement.

Il en résulte un tourbillonnement idéal du mélange qui constitue le fondement d’une combustion des plus efficaces. L’injection directe favorise la très bonne performance du V10 à pleine charge, diminue sa sensibilité au cliquetis et permet le taux de compression très élevé de 12,5 : 1. Les culasses sont optimisées pour un échange gazeux rapide et la commande variable des soupapes au niveau des quatre arbres à cames améliore le remplissage sur toute la plage des régimes.

 

Lamborghini Gallardo LP 560-4   2008.

 


La transmission


Une maîtrise magistrale grâce à la transmission intégrale

Une solution sûre et fiable s’impose pour faire passer à la route la phénoménale puissance de la Gallardo LP 560-4. Le conducteur peut compter ici sur la transmission intégrale permanente «Viscous Traction», symbolisée par le «4» repris dans la désignation du modèle.

Lamborghini a introduit cette solution sur la Diablo VT dès 1993, et non sans raison. Quatre roues motrices accrochent mieux que deux et permettent de réaccélérer plus rapidement en sortie de virage.

Un embrayage visco central qui ne nécessite pas de régulation électronique est intégré à la chaîne cinématique. Conformément à la configuration spécifique à la marque, la répartition de base des couples d’entraînement entre les trains avant et arrière est de 30 : 70.

Cette distribution s’adapte cependant aux conditions de déplacement en quelques millisecondes. Un différentiel arrière mécanique avec un taux de blocage pouvant atteindre 45 pour cent et un verrouillage électronique du différentiel avant complètent la transmission intégrale.

Une motricité et une dynamique transversale supérieures

La transmission intégrale profite non seulement à la motricité mais également à la dynamique transversale. La force motrice étant répartie sur les quatre roues, le potentiel de guidage latéral au niveau de chacune d’elle est supérieur. Et le fait de disposer de réserves quelle que soit la situation est le propre d’une voiture de sport bien conçue.

Passer les rapports compte aussi parmi les expériences sensorielles hors du commun au volant de la Gallardo LP 560-4. Son conducteur peut, au choix, recourir au court levier parfaitement guidé d’une boîte manuelle à six vitesses ou commander la boîte e-Gear par l’intermédiaire de palettes situées derrière le volant. La grande majorité des clients optent pour la boîte robotisée séquentielle.

Des temps de passage de rapport raccourcis de 40 pour cent

La transmission automatisée e-Gear a été retravaillée de fond en comble et optimisée dans le moindre détail. La boîte dans son ensemble est devenue nettement plus légère et le temps nécessaire pour passer les vitesses a été raccourci de 40 pour cent en moyenne.

Le conducteur a désormais le choix entre cinq modes d’utilisation de la boîte. Un programme «Sport» caractérisé par des passages de rapport encore plus «secs» et effectués à des régimes supérieurs est disponible à côté du programme «Normal».

Le programme «Corsa» optimise les accélérations. Il est associé à une cartographie adaptée du programme électronique de stabilité ESP qui autorise des angles de flottement plus importants et permet d’exploiter à fond la dynamique de la LP 560-4 – sur circuit par exemple – tout en garantissant toujours de grandes réserves de sécurité.

En mode «Thrust», l’angle du papillon des gaz et la course de l’embrayage sont accordés l’un à l’autre de façon optimale pour générer une accélération maximale départ arrêté. En mode «Automatic», finalement, la boîte passe les rapports tout à fait automatiquement et avec un confort maximum.

 

Lamborghini Gallardo LP 560-4   2008.

 

Le châssis


Composants high-tech et savoir-faire Lamborghini

La devancière de la Lamborghini LP 560-4 comptait déjà parmi les meilleures supersportives au monde en termes de maniabilité, de précision et de stabilité. Au volant de la nouvelle venue, tout est ressenti de façon encore plus intense. Le nouveau châssis améliore encore la maniabilité, le confort de roulage et la tenue de cap en ligne droite à haute vitesse.

Le châssis de la Gallardo LP 560-4 est synonyme de high-tech sans compromis. Son architecture est directement issue de la compétition. Les roues sont guidées par des doubles bras transversaux en aluminium à la cinématique réétudiée. Les ressorts et amortisseurs sont fermes et leurs caractéristiques ont été redéfinies pour optimiser l’adhérence.

Le train arrière a reçu une biellette de pinçage supplémentaire qui accentue encore la maîtrise du véhicule. Les silent-blocs sont aussi nouveaux. Par leur conception ingénieuse et le mélange de matériaux bien défini auquel ils font appel, ces véritables composants high-tech accentuent la dynamique particulière typique aux Lamborghini.

Une étroite liaison au sol

La direction à crémaillère est relativement peu assistée. Cela favorise un contact direct et étroit avec la route grâce auquel le conducteur perçoit intensément les forces et impulsions. La direction a son propre refroidisseur pour le liquide du dispositif d’assistance.

Précise, rapide à vous couper le souffle tout en étant sûre et ne réservant aucune surprise, la Gallardo titille les sens par sa dynamique.

Même à la limite de la stabilité, les pneus – de dimensions 235/35 ZR 19 à l’avant et 295/30 ZR 19 à l’arrière – semblent tout simplement faire corps avec l’asphalte. Il s’agit de pneus du type Pirelli P Zero spécialement développés pour Lamborghini. Ils affichent une résistance au roulement particulièrement faible qui contribue à la réduction de la consommation sans que cela affecte leurs performances.

Au-delà de 120 km/h, la déportance au niveau du train arrière est accentuée par un spoiler arrière qui se déploie automatiquement. Son action se conjugue à celle du soubassement de forme particulière qui canalise le flux d’air sous la voiture.

Des freins en fibres de carbone en option

Le système de freinage ralentit la voiture avec une violence extrême. À l’avant, on trouve des étriers à huit pistons du spécialiste Brembo et des disques de 365 mm; à l’arrière, des étriers à quatre pistons et des disques de 356 mm. Le nouveau système de ventilation des disques améliore encore leur résistance en cas de sollicitation extrême. Des disques de freins hyperrésistants en céramique et fibres de carbone sont proposés en option. Ces disques CCB (Carbon Ceramic Brake) présentent un diamètre de 380 mm à l’avant et 356 mm à l’arrière. Ils sont encore plus performants tout en pesant moins. Le système de freinage CCB pèse dans son ensemble environ 20 kg de moins que les freins standard, ce qui est tout bénéfice pour la dynamique et le confort.

L’équipement


Une personnalité exclusive

La Gallardo LP 560-4 se présente à nous dotée d’un généreux équipement de série qui respire la sportivité. En font partie deux airbags frontaux, des airbags latéraux, une climatisation automatique «deux zones» à régulation asservie à la position du soleil, une installation audio avec chargeur de CD, des sièges sport avec dossier à réglage électrique, l’équipement cuir complété d’un ciel de toit en alcantara et des phares Bi-Xenon avec éclairage de jour par DEL. Les nouvelles jantes de série (Apollo) sont à doubles rayons.

Une série d’équipements optionnels permet d’accroître encore le confort. Parmi ceux-ci figurent un système de navigation et un module pour la réception TV, un dispositif de commande vocale, un ordinateur de bord, une alarme et une caméra de recul. Un régulateur de niveau pour le train avant est également disponible. En relevant la carrosserie sur simple pression d’un bouton, il facilite le franchissement d’obstacles. Les jantes Cordelia polies à rayons croisés, les jantes Callisto noires à rayons en Y et, finalement, un capot moteur en verre de sécurité, qui permet d’admirer le moteur de la Gallardo LP 560-4 comme dans une vitrine, complètent l’offre.

Les possibilités offertes par le programme de personnalisation «Ad Personam» sont quant à elles quasi inépuisables. L’idée derrière cette offre repose sur la conviction qu’en tant qu’expression de la personnalité de son propriétaire, une voiture supersportive doit répondre en tout point à ses attentes et souhaits. L’exclusivité poussée à l’extrême constitue donc la griffe du programme de personnalisation de Lamborghini dont la devise est «Penser l’impossible». «Ad Personam» regroupe une multitude d’options grâce auxquelles il est possible de conférer à l’habitacle et à la carrosserie d’une Lamborghini un style tout à fait exclusif.

 

Lamborghini Gallardo LP 560-4   2008.

 

Fiche technique de la Lamborghini Gallardo LP 560-4

Châssis et carrosserie

Structure Structure cadre tridimensionnelle en aluminium (Space Frame), composée de profilés en aluminium extrudé soudés à des éléments de jointure en aluminium moulé

Carrosserie Aluminium, avec composants extérieurs rapportés en matière thermoplastique

Couvercle de coffre Matériau composite à base de fibres de carbone

Suspensions avant et arrière à doubles bras transversaux, barre antiroulis avant et arrière

ESP Bosch 5.7 avec ABS, ASR et ABD

Freins

Disques ventilés en acier :

Ø 365 x 34 mm à l’avant, étriers en aluminium ( étriers à 8 pistons à l’avant)
Ø 356 x 32 mm à l’arrière (étriers à 4 pistons).

Disques en céramique en option :
Ø 380 x 38 mm à l’avant , étriers en aluminium (étriers à 6 pistons)
Ø 356 x 32 mm à l’arrière, étriers en aluminium (étriers à 4 pistons).

Direction Assistée à crémaillère
Diamètre de braquage (entre trottoirs) 11,5 m

Pneumatiques (avant/arrière) Pirelli Pzero 235/35 ZR 19 – 295/30 ZR 19
Jantes (avant/_arrière) Aluminium : 8.5’’ x 19’’ – 11’’ x 19’’

Aileron arrière Contrôlé électroniquement, activé à 120 km/h

Sécurité Airbags frontaux conducteur et passager à double seuil de déclenchement, airbags latéraux tête/thorax.

Renfort dans les portières

Motorisation


Type
V10 à 90°, 2×2 ACT, 4 soupapes par cylindre, injection directe d’essence
Cylindrée 5.204 cm3
Alésage x course 84,5 mm x 92,8 mm
Système d’admission à géométrie variable
Distribution à entraînement par chaîne, calage variable en continu de la distribution à l’admission comme à l’échappement
Taux de compression 12,5 : 1
Puissance maxi 560 CV (412 kW) à 8.000 tr/mn
Couple maxi 540 Nm à 6.500 tr/mn
Epuration des gaz/_Catalyseurs avec sondes lambda
Niveau de dépollution Euro 4
Système de refroidissement Deux radiateurs d’eau radiateur d’huile de boîte de vitesses radiateur d’huile moteur
Système de gestion moteur Bosch MED9
Système de lubrification à carter sec

Transmission

Transmission Intégrale permanente avec embrayage visco
Boîte de vitesses 6 rapports avant marche arrière
En option : boîte de vitesses séquentielle robotisée (système e-Gear)
Rapports de boîte:
1ère 3,313
2e 2,053
3e 1,458
4e 1,138
5e 0,939
6e 0,784
Marche arrière : 2,813

Embrayage Bidisque, Ø 215 mm

Différentiel arrière À glissement limité, 45 %,

Différentiel avant À verrouillage électronique

Performances

Vitesse maxi 325 km/h


Accélération

0 – 100 km/h 3,7 s
0 – 200 km/h 11,8 s

Dimensions

Empattement 2.560 mm
Longueur hors tout 4.345 mm
Largeur hors tout 1.900 mm
Hauteur hors tout 1.165 mm
Voies (avant – arrière) 1.632 mm – 1.597 mm
Poids (à vide – sans carburant) 1.500 kg
Répartition des masses (AV/_AR) 43 % – 57 %

Capacités

Réservoir de carburant 90 litres
Huile moteur 10 litres
Liquide de refroidissement 20 litres

Consommations (Boîte manuelle/_e-Gear)

Cycle urbain 22 L/100 km//_20,7 L/100 km
Cycle interurbain 10 L/100 km//_9,6 L/100 km
Moyenne Euromix 14,7 L/100 km//_13,7 L/100 km
Emissions de CO2 (moyenne) 351 g/km//_327 g/km