Hyundai dévoile son nouveau concept baptisé i-Flow

Hyundai i-Flow (Genève 2010)

Le concept car i-Flow, présenté lors du salon de Genève, illustre -selon les dires mêmes du constructeur coréen- la nouvelle philosophie de design de Hyundai : le « fluidic design ».


Globalement, le concept i-Flow est plutôt original -ce que nous savons apprécier à sa juste valeur-, mais nombreux sont ceux  (ou celles) qui hésitent à qualifier le concept de beau.  Enfin, c’est selon les goûts de chacun, et, comme on le sait, ceux-ci ne se discutent pas . . .


Quant à la technique, Hyundai a fait un choix étonnant pour une marque asiatique  : le système hybride fait appel à un moteur diesel comme propulseur principal.  La transmission se fait au moyen d’une boîte à six rapports à double embrayage.


Les ingénieurs de Hyundai ont collaboré étroitement avec le géant allemend BASF dans les domaines de la conservation et la récupération d’énergie.


Ci-joint le communiqué de presse quant au conceptcar Hyundai i-Flow, présenté récemment à Genève.

Hyundai i-Flow (Genève 2010)


Hyundai dévoile son nouveau concept baptisé i-Flow à l’occasion du salon automobile de Genève 2010

Présenté en avant-première à l’occasion du salon international de l’automobile de Genève 2010, le concept i-Flow de Hyundai incarne la nouvelle philosophie de design du constructeur coréen, le « fluidic design ». Les lignes épurées et fuyantes donnent vie à une forme futuriste et bionique tout créant une aérodynamique exceptionnelle, permettant de réduire les émissions de CO2 de la voiture à seulement 85g/km et la consommation de carburant à seulement 3 litres/100 km.

La première motorisation diesel-hybride de Hyundai constitue un des facteurs clé qui permettent à la marque d’honorer ses engagements en matière d’environnement, tout comme l’utilisation de matériaux et de technologies de nouvelle génération développés en collaboration avec le grand groupe chimique allemand BASF.

Hyundai i-Flow (Genève 2010)

Un avant-goût du nouveau venu sur le segment D

Présentant une longueur de 4,78 m et un empattement de 2,80 m, la i-Flow est porteuse de nouveaux concepts et révolutionne le segment D européen traditionnel. Les formes sculptées de l’intérieur et de l’extérieur en font une berline sportive surprenante et ses dimension (1,85 m de largeur et 1,42 m de hauteur) lui confèrent une apparence athlétique.

Le nom i-Flow reflète la forme exceptionnellement aérodynamique et les lignes fuyantes d’un style de concept-car qui ne laisse pas indifférent, et reprend le préfixe « i » de la nomenclature alphanumérique établie par Hyundai pour les modèles commercialisés en Europe.

En 2011, Hyundai lancera la production d’un nouveau modèle dans ce segment (la nouvelle i40), en s’appuyant sur le style épuré et la technologie innovante de la i-Flow.

Hyundai i-Flow (Genève 2010)

L’évolution du « fluidic design »

Thomas Buerkle, dessinateur en chef chez Hyundai Motor Europe, rend un vibrant hommage au concept de la i-Flow ou HED-7, le septième d’une série de voitures audacieuses à avoir vu le jour dans le studio de création de Russelsheim :

« La i-Flow surprend au premier abord par son design révolutionnaire, un sentiment créé par des couches sculpturales féminines conjuguées à des proportions larges et athlétiques. Le haut du toit orienté vers l’arrière et le volume principal distinctif offrent une interprétation avant-gardiste de la berline. Ces proportions uniques sont complétées par une partie arrière toute en longueur et le porte-à-faux court à l’avant évoque le côté aérodynamique.

« La ligne sportive est rehaussée par des éléments aérodynamiques actifs innovants tels que le déflecteur avant évolutif et les lignes latérales. Des feux avant et arrière aux formes futuristes et ultramodernes sont incrustés comme des pierres précieuses aux lignes fuyantes de la voiture, et la calandre hexagonale caractéristique de Hyundai complète l’aspect frontal.

« L’impression de souplesse et d’une aérodynamique soignée est renforcé par le toit en verre, avec ses cellules semi-transparentes à pigments photosensibles reliant les pare-brises avant et arrière pour créer un design complet. La fusion du vitrage du toit et des portes formant une coquille unifiée, coupant le montant arrière flottant pour créer un capot aérodynamique dégagé. Ces détails raffinés et novateurs peaufinent l’allure d’ensemble de la i-Flow pour aboutir à un design audacieux qui incarne la philosophie de « sculpture fluidique » de Hyundai. »

Hyundai i-Flow (Genève 2010)

Intérieur : un poids minimum, un espace maximum et une sensation bionique

L’habitacle de la i-Flow réinvente la perception de l’espace dans une berline. Des éléments essentiels tels que les sièges et la console centrale ont été conçus dans un souci de légèreté et de compacité à partir de matériaux avant-gardistes signés BASF, l’un des premiers équipementiers automobiles du monde.

Les sièges ont été conçus en collaboration avec BASF en utilisant une analyse avancée des contraintes, qui a mis en évidence les surfaces de poids superflues et abouti à une structure de siège légère et optimisée. Le « Steron », un matériau signé BASF confère aux sièges une qualité hautement résistante, une excellente capacité à laisser passer l’air et une touche high tech. Le tableau de bord supérieur est traité à l’Elastoskin, un revêtement pulvérisé de BASF pour une finition chatoyante et avant-gardiste.

Cette approche technique et méticuleuse se conjugue avec un foisonnement de matériaux naturels pour créer une sensation bionique dans l’habitacle, illustrée par les couleurs au ton vert et les ombres en forme de feuilles projetées par les cellules à pigment photosensible semi-transparentes du toit.

L’interface principale du cockpit s’articule autour d’un écran extensible et avec des lignes de contour qui reconnaît non seulement les saisies tactiles mais aussi les gestuelles sur son affichage de la taille d’un visage. Les formes fluides de la carrosserie sont reprises dans l’habitacle de la i-Flow, où des lignes continues traversent le tableau de bord, des portes jusqu’à l’espace de rangement ouvert à l’arrière.

Hyundai i-Flow (Genève 2010)

Un banc d’essai éco-technologique

La i-Flow est un banc d’essai pour les nouveaux concepts de récupération d’énergie, du toit à panneaux solaires flexible au générateur thermoélectrique. Les principaux composants techniques du véhicule ont été développés par Hyundai dans le cadre du programme Blue Drive en collaboration avec BASF. Blue Drive reste au coeur de la stratégie de développement de produitde Hyundai, une initiative qui s’inscrit dans le cadre de l’objectif du constructeur de se hisser au rang de numéro un des technologies éco-responsables.

L’une des caractéristiques majeures de la i-Flow est son niveau incroyablement faible d’émissions de CO2 : 85g/km. La voiture s’appuie sur une aérodynamique, des technologies de récupération de l’énergie efficaces et des matériaux ultralégers permettant de réduire sensiblement le niveau moyen d’émissions pour une berline du segment D.

Le premier groupe propulseur hybride diesel-électrique du constructeur coréen comporte le nouveau moteur U2 1,7 litre dopé par la batterie Lithium-ionpolymère de Hyundai et le turbocompresseur à deux étages afin de créer un ensemble évolué et très efficace, notamment lorsqu’il est associé à la boîte à double embrayage à six rapports de la i- Flow.

Hyundai i-Flow (Genève 2010)

Conservation d’énergie

BASF et les ingénieurs R&D de Hyundai ont développé la protection par encapsulation thermique du moteur qui atteint ainsi sa température de fonctionnement optimale plus rapidement en conservant la chaleur lorsque le véhicule est à l’arrêt. Alors qu’il faut compter trois heures pour qu’un moteur non isolé retrouve une température de 40 ºC, la i-Flow restera au-dessus pendant 14 heures. Cela se traduit par des économies de carburant et une réduction des émissions de 5 % en été et de jusqu’à 9 % en hiver.

Récupération d’énergie

Une autre technologie avant-gardiste introduite en collaboration avec BASF est la récupération de la chaleur résiduelle thermoélectrique. Ce processus permet une nouvelle réduction de la consommation de carburant, de 5 % en conduite intensive. En fait, la moitié de l’énergie électrique consommée par la i-Flow à 80 km/h, soit 250 W, peut être récupérée au moyen d’un générateur thermoélectrique. L’énergie récupérée des gaz chauds d’échappement est reprise par ce générateur qui est installé dans le collecteur d’échappement. Le générateur thermoélectrique convertit ensuite la chaleur résiduelle en énergie électrique utile afin de compléter les circuits auxiliaires.

Liquid Metal, un revêtement semblable à une couche brillante faite de métal liquide a été conçu par BASF Coatings. Les pigments à effets spéciaux de ce revêtement étanche respectueux de l’environnement confèrent une finition en métal poli à la surface avec des reflets ciblés à la manière d’un miroir, ce qui produit une apparence de peau liquide à l’extérieur de la voiture et augmente la tension de la surface. La forte saturation de couleurs de la i-Flow confère une impression de dynamisme au concept de Hyundai. Le contraste élevé entre les couleurs ternes et les couleurs vives met en lumière l’impact sculptural de la i-Flow.

Hyundai i-Flow (Genève 2010)

Les propriétés aérodynamiques évolutives se marient à un style de sculpture fluidique, pour non seulement apporter une valeur esthétique mais aussi pour augmenter l’efficacité du combustible. Des concepts stylistiques poussés à l’extrême tels qu’un toit en forme d’arc et une calandre épurée, accrochent les regards. La forme fuyante et les lignes fluides obligent l’air à se scinder à l’arrière du véhicule, ce qui aboutit à un coefficient de traînée aérodynamique particulièrement impressionnant de 0,25 Cd.

Un système d’aide à la conduite écologique est intégré pour une conduite ultra efficace.

Le système comprend des indicateurs de changement de vitesse et de consommation de carburant ainsi qu’une fonction ECO active qui optimise le groupe propulseur en adaptant les dispositifs de commande de la transmission et du moteur. Enfin, la fonction « eco route » utilise les conditions de circulation en temps réel et des données routières tridimensionnelles pour calculer l’itinéraire le plus économique pour la destination souhaitée.

Hyundai i-Flow (Genève 2010)

 

Hyundai i-Flow (Genève 2010)