Honda Civic 1.8 i-VTEC

Classé dans : Actualités - Honda (Japon) | 0

L’ultime évolution du système i-VTEC fait ses débuts sur le moteur 1,8 litre de la nouvelle Honda Civic.

Le système de calage variable des soupapes i-VTEC atténue les pertes par pompage à l’intérieur du moteur, ce qui se traduit par un meilleur rendement énergétique. La consommation annoncée ne serait que de 6,4 L/100 km, et ce pour une motorisation de 140 CV.

Honda Civic 2006.

Ce dispositif intelligent de calage variable des soupapes modifie le phasage des soupapes d’admission en fonction des conditions de roulage ponctuelles, tandis qu’une gestion électronique du papillon des gaz permet de réduire encore la consommation.

En général, le papillon de gaz ne s’ouvre pas complètement à charge partielle, mais dans cette situation, on se trouve confronté à des pertes par pompage engendrées par la résistance à l’aspiration, un phénomène entraînant des effets négatifs sur les performances du moteur et la consommation. Or, il faut savoir qu’à faible et moyenne charge – ce qui correspond à la majeure partie d’une utilisation quotidienne -, ces pertes sont particulièrement importantes.

2006 Honda 1.8 i-VTEC.

Pour sa part, le nouveau moteur i-VTEC peut, via son calculateur, maintenir le papillon des gaz ouvert en fonction de la puissance requise, permettant ainsi de réduire la résistance à l’écoulement des gaz et donc, de diminuer les pertes énergétiques. Et pour éviter que le moteur n’aspire, dans cette configuration, plus d’air que nécessaire, une des deux soupapes d’admission par cylindre reste ouverte un peu plus longtemps durant la phase de compression. De la sorte, l’excès de mélange air/essence est récupéré pour alimenter un nouveau cycle d’admission.

2006 Honda 1.8 i-VTEC.

Le moteur comprimera uniquement la quantité de mélange air/essence dont il aura besoin pour répondre à la sollicitation du moment. Associées à une réduction des frottements, ces mesures ont permis de réduire de 16% les pertes de rendement par rapport à des moteurs à essence classiques. Un atout primordial pour la sobriété de la motorisation, comme pour le développement de sa puissance.

Autre particularité de ce bloc 1,8 litre : le collecteur d’échappement intégré à la culasse, une architecture qui autorise une implantation très en amont du catalyseur. Grâce aux gaz d’échappement brûlants, celui-ci atteint sa température de fonctionnement optimale très rapidement après le démarrage du moteur, ce qui lui confère une efficacité maximale.

Honda Civic 2006.

Un débitmètre d’air massique du côté admission et une sonde à large bande associée à une sonde lambda du côté échappement, pilotés par un calculateur ultramoderne, assurent une régulation très précise du mélange air/essence et donc, une réduction notable des émissions toxiques.

Honda Civic 2006.

Second pilier du fameux système VTEC : ses prédispositions sportives, qui ne sont pas en reste avec le 1,8 litre de la nouvelle Civic.

Ainsi, le 0 à 100 km/h est abattu en 8,6 secondes, un temps en dessous duquel des voitures concurrentes – parfois même de plus forte cylindrée – ont du mal à descendre. Quant à la vitesse maximale, elle est de 207 km/h (sur circuit).

2006 Honda 1.8 i-VTEC.

À partir de 3.500 tr/min, le système passe automatiquement d’une gestion moteur orientée sur l’économie à une gestion axée sur la performance et caractérisée par une pédale d’accélérateur calibrée plus directe et des montées en régime plus vigoureuses. Ce moteur développe 140 CV (103 kW) à 6.300 tr/min, tandis que son couple maximal de 174 Nm s’obtient à 4.300 tr/min.

Honda Civic 2006.
Honda Civic 2006.
Honda Civic 2006.