Restructuration de la production chez Ford Europe : C’en est fini de Ford Genk?

Classé dans : Actualités - Ford Europe | 0

Ford Genk (c.1963)

Ford Genk (c.1963)

Ford Genk (c.2007)Ford Genk (c.2007)

Le constructeur américain Ford projette de restructurer sa production en Europe. 

Le marché européen est en crise, et les ventes déclinent de toutes parts et la plupart des usines tournent en-dessous de leur capacité. 

Plus particulièrement les voitures moyennes et moyennes supérieures subissent les conséquences de la demande en régression.


 Ford Genk : 14.000.000 de véhicules (08/05/2012)


 

Les dirigeants de Ford Europe ne manquent pas d’un certain sens de l’humour (noir) :

50 ans, jour pour jour, après la pose de la première pierre (24/10/1962), ils annoncent la fermeture de l’usine. 


Rappelons également que le 8 mai 2012, c’est-à-dire il y a moins de SIX mois, la direction de Ford fêtait en grandes pompes la sortie du 14.000.000ième véhicule fabriqué sur les chaînes limbourgeoises.

La production ayant débuté le 2 janvier 1964, l’usine de Genk a donc maintenu une  moyenne annuelle  de + de 285.000 véhicules par an…

Ford Genk : 14.000.000 de véhicules (08/05/2012)  Principaux modèles construits au cours des 50 années de construction automobile

Ford projette donc une restructuration en profondeur de sa production européenne.

Dans le cadre de cette réorganisation, il n’y aurait plus de place pour l’usine de Genk. 

Dans le cadre de cette restructuration, la production des C-MAX et Grand C-MAX serait transférée de Valence vers Saarlouis, usine qui a été souvent, ces dernières années, sous pression. 

Les nouvelles génération de Mondeo, Galaxy et S-MAX trouveraient leur place sur les chaînes de Valence.

Coup dur pour l’économie belge et limbourgeoise, où 4.300 personnes (10.000, si l’on compte les emplois chez les sous-traitants) viendraient grossir les rangs des chômeurs.

Nous parlons au conditionnel, car, apparamment rien n’est fait, et aujourd’hui la direction de Ford Genk a rendu visite tant au premier ministre Di Rupo, qu’au ministre président flamand Kris Peeters.

Les ouvriers et les syndicats se disent surpris. 

Ils réagissent furieux et outrés. 

On le serait à moins.

Selon l’économiste  Paul De Grauwe, le coût du travail n’aurait pas joué un rôle déterminant dans le choix du site à sacrifier.

Les syndicats espagnols manifestent leur soutien aux ouvriers de Genk. 

Facile évidemment lorsqu’on sait que son travail est assuré (du moins, dans l’immédiat). 

Pas de réaction du côté des allemands, qui doivent se féliciter de cette décision.

On peut se demander si la décision de fermer Genk n’était  pas déjà tombé lorsqu’il y a 9 ans, la production du Transit avait été transferé en Turquie. 

Le malheur de Genk était de n’avoir su garder que la production de modèles qui n’ont plus vraiment la côte aujourd’hui.

Au niveau politique, on envisage de réclamer les aides (non négligeables) accordées au constructeur américain.

De plus, il semblerait que le constructeur ait promis la sécurité de l’emploi jusqu’en 2020. 

Selon le professeur Blanpain, spécialiste en droit du travail, cette promesse pourrait coûter cher à Ford.

Selon Morgan Stanley Research, la production de Ford pourrait être réduite d’environ 20 % en fermant l’usine de Genk. Un analyste de Citi Investment Research prétend que ce n’est pas en fermant l’usine de Genk que les bénéfices de Ford s’amélioreront. La fermeture pourrait coûter environ 1 milliard de dollars au constructeur américain.

Les ministres Lieten et Van Deurzen sont très pessimistes quant à l’avenir de l’usine, bien que jusqu’à présent, le communiqué officiel (voir article en anglais) ne fait état que d’une possible fermeture de l’usine et de l’engagment de  Ford d’assumer ses responsabilités sociales envers ses (ex-)employés au cas où l’usine fermerait ses portes.

Bonne nouvelle pour les actionnaires, ils ont vu la valeur de leur entreprise monter de 385 millions de dollars après l’annonce de la (possible) fermeture de Ford Genk.

Liens:

4 générations de Ford Mondeo : 4 millions d’exemplaires produits.

FORD GENK DÉMARRE LA PRODUCTION DES NOUVEAUX S-MAX ET GALAXY



Ford Genk : 14 millions de voitures depuis le début de la production, il y a 48 ans.