Ford au Salon de Genève 2005 : Histoire, visions et premières mondiales

Classé dans : Actualités - Ford Europe | 0

Trois premières mondiales, la fièvre du Mans et des technologies de propulsion innovantes – au Salon de l’automobile de cette année qui fête un double anniversaire. Ford présente dans la halle 5 (stand 5251) le cocktail de thèmes sans aucun doute le plus haut en couleur de son histoire. La présentation à Genève est complétée par de nombreuses nouveautés et d’attrayants modèles spéciaux.
Ils seront en « premières mondiales » à Genève : les modèles «ST» et «4door» de la Focus.

Dans la perspective de modèles encore plus respectueux de l’environnement et avec le désir de mettre en œuvre à l’avenir les sources d’énergie renouvelable de façon plus systématique, Ford présente à Genève le prototype d’une Focus C-MAX à propulsion à hydrogène.

La motorisation de base de ce minivan propre au moteur à combustion à hydrogène (abrégé H2 ICE = Internal Combustion Engine) est un quatre-cylindres de 2,3 litres d’une puissance de 110 ch. La Ford Focus C-MAX Hydrogen ICE se ravitaille en hydrogène comprimé, qui est stocké à une pression de 350 bars dans trois réservoirs (d’une contenance totale de 119 litres). Tous pleins faits, ce véhicule alternatif respectueux de l’environnement possède une autonomie de 200 kilomètres.

Le Mans 1966.

A l’occasion du 75ème Salon automobile de Genève (slogan : 100 ans de progrès automobile), Ford se laisse aller à la nostalgie.

Sa contribution à l’exposition anniversaire s’inspire de l’« Année du Sport » et a pour nom « Le Mans ». Elle documente en effet les succès glanés à l’occasion de la course des 24 Heures du Mans – notamment avec une Ford GT 40 présentée « dans son jus », un état d’origine de grande valeur. Grâce à différents supports techniques (film, bruits de course, odeurs, etc.), l’atmosphère unique du Mans des années 60 est recréée pour les visiteurs sur le stand à Genève. Cette rétrospective sportive est complétée par une Ford GT de la toute dernière génération, dont l’on verra pour la première fois la version européenne définitive.

Premières mondiales

Ford Focus ST : la matérialisation de l’agrément de conduite

Avec la sportive Focus ST à six vitesses, Ford présente le troisième représentant de la gamme ST (Sport Technology). Comme ses deux sœurs de la série ST, la Fiesta et la Mondeo, la Focus ST a aussi été conçue autour de ses larges jantes en alliage léger de 18 pouces par le département Sport «Team RS» sous la férule de Jost diesel – naturellement avec l’ambition de procurer un énorme agrément de conduite, mais sans pour autant tolérer des compromis quant à l’utilisation au quotidien ou aux budgets d’achat et d’entretien.

Ford Focus ST 2006.

Cette sportive compacte qui sera livrable fin 2005 est propulsée par un moteur à cinq cylindres turbo Duratec RS de 2,5 litres de cylindrée et 220 ch. Différents éléments de design garantissent une allure particulièrement sportive : par exemple un nouveau bouclier intégrant des phares antibrouillard et des prises d’air de forme trapézoïdales aux dimensions généreuses. Ou encore une calandre effilée à la grille gris graphite qui a reçu un motif triangulaire particulier. Le design du pare-chocs arrière est le trait d’union esthétique avec le diffuseur et ménage la place nécessaire à la double sortie chromée de la ligne d’échappement.

Ford Focus ST 2006.

Parmi les particularités du design de l’habitacle figurent un porte-instruments supplémentaire au-dessus de la console centrale qui héberge des cadrans spéciaux pour la pression de suralimentation du turbocompresseur ainsi que la température et la pression d’huile. Au même titre que le tachymètre, le compte-tours et les cadrans pour la température d’eau ainsi que la jauge à essence au sein du porte-instruments central, ils possèdent un design graphique spécifique et sont ornés d’attrayantes bagues en aluminium.

La dynamique Focus ST profite naturellement des résultats remarquables obtenus par le modèle de base aux tests de collision EuroNCAP : meilleure élève absolue de sa classe avec cinq étoiles et 35,46 points, la deuxième génération de la Ford Focus s’est vu attribuer les meilleures notes qu’un véhicule compact ait jamais atteintes lors de ces tests de sécurité.

Ford Focus ST 2006.

Ford Focus 4-portes : l’harmonie sur quatre roues

Avec la version à trois volumes, Ford présente, en attendant la commercialisation du coupé-cabriolet au cours de l’année 2006, ce qui sera provisoirement la dernière variante de carrosserie de la Focus.

Cette quatre portes mesure 4,48 mètres de long, elle partage avec ses autres sœurs non seulement la plate-forme, mais aussi le dessin de la partie avant, tandis que la moitié postérieure de la carrosserie conjugue le design de malle apparente sur un mode à la fois classique et moderne avec une lunette fortement inclinée. Simultanément, les concepteurs ont imaginé sciemment le coffre de la Focus à quatre portes de manière à ce qu’il n’offre pas seulement un volume de chargement d’une générosité supérieure à la normale (configuration de base : 526 litres), mais soit aussi particulièrement facile à utiliser au quotidien, par exemple grâce à un seuil de chargement très bas (65 cm).

Ford Focus 4DOOR.

A cela s’ajoutent aussi des charnières spéciales et compactes qui empêchent que les bagages soient endommagés lorsque l’on ferme le couvercle de malle. Le moteur de base choisi pour la Ford Focus à quatre portes est le Duratec de 1,6 litre « Ti-VCT » (Twin Independent Variable Camshaft Timing) développant 115 ch. Avec sa culasse à quatre soupapes, il possède une distribution entièrement variable des soupapes d’admission et d’échappement grâce au décalage des arbres à cames, ce qui garantit une meilleure courbe de couple tout en diminuant la consommation de carburant. La Focus berline sera disponible au mois de mai à partir de CHF 30 200 dans les versions d’équipement Carving, Ghia et Titanium.

Ford SAV Concept : le futur prend la route

Avec le « SAV » (Sports Activity Vehicle), Ford dévoile à Genève une étude de style avec laquelle nombre des visiteurs n’hésiteraient pas une seconde à rentrer chez eux. Le véhicule se conçoit en première ligne comme un exemple visionnaire pour un nouveau segment du marché que Ford a l’intention de desservir dans un proche avenir.

Simultanément, ce concept car qui privilégie systématiquement, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur, le sport, la stabilité et le dynamisme donne aussi un aperçu des futurs langages de design qui peuvent et doivent influencer durablement l’image de Ford of Europe.

Martin Smith, Executive Director of Design, n’est pas sans ignorer qu’une telle entreprise demandera du temps et ne peut guère être concrétisée du jour au lendemain. Ceci ne l’empêche pas de penser que, grâce à la réalisation du SAV Concept, Ford a déjà « fait un pas important dans la voie de cet objectif ». Le SAV Concept, qui est, de par son architecture, à proprement parler un crossover avec position d’assise surélevée, peut se prévaloir d’un habitacle d’une extrêmement grande variabilité et allie ainsi les avantages d’un minivan compact à ceux d’un véhicule de loisirs offrant certaines capacités de franchissement. Les designers responsables de l’habitacle ne se sont, en outre, pas contentés d’utiliser des matériaux de grande qualité comme l’aluminium, ils ont aussi opté pour diverses selleries cuir qui, par leur qualité et leur toucher, ne sont pas sans rappeler certains vêtements de sport high-tech comme, par exemple, des chaussures de jogging.

Premières suisses et nouveautés

Ford KA : impertinence et gaieté

La KA de 3,62 mètres de long vient de bénéficier d’une cure de jouvence. L’amélioration constante de ce modèle se caractérise notamment par de nouvelles teintes de carrosserie et un habitacle redessiné qui a été complété par une boîte à gants de trois litres et un vide-poches directement intégré au cockpit, une planche de bord de forme moderne avec une architecture conviviale et un essuie-glace de hayon qui s’actionne automatiquement dès que l’on enclenche la marche arrière.

Ford Ka 2005.

Ford Focus Station Wagon : popularité assurée

La Station Wagon, la version break que Ford aligne au départ en tant que deuxième génération de ce modèle, est appelée à jouer un rôle important dans la famille Focus haute en couleur – avec une carrosserie d’un grand attrait esthétique et privilégiant la sportivité qui, par rapport à celle de sa devancière, a respectivement grandi de deux et quatorze centimètres en longueur (4,47 m) et en largeur (1,84 m).

Ford Focus SW.

Mais un break ne se doit naturellement pas seulement d’être beau, il doit aussi convaincre par ses qualités intérieures.

La Station Wagon au style élégant y parvient avec un cockpit bien agencé et ordonné, des commandes conviviales, des sièges confortables et une habitabilité généreuse qui, outre beaucoup de bagages, hébergera aussi une famille de cinq personnes. Et, comme un espace de chargement plan et un coffre aisément utilisable sont également indispensables dans un break, il allait de soi, pour les techniciens de Ford, d’équiper le coffre à bagages de suffisamment de lumière et de détails tels qu’une prise de courant 12 V ou un cache bagages, considérés par eux comme incontournables.

Ford Focus SW.

Quant à sa capacité, elle est également généreuse. En chiffres : il offre un volume de chargement de 482 litres lorsque les sièges sont en position normale. Si l’on rabat dossiers et banquette, sa capacité augmente même à 1.525 litres.

Pour cette voiture polyvalente disponible dans les cinq versions d’équipement Ambiente, Trend, Carving, Ghia et Titanium, on dispose au choix de pas moins de dix motorisations (de 1,4 à 2 l).

Ford Galaxy : prestige et qualité

Dans le segment des voitures intermédiaires de luxe, le Ford Galaxy se pose de plus en plus en tant qu’alternative aux moyennes supérieures de prestige.

Il a pour atouts une suspension agréable avec un châssis d’une fermeté sportive, un concept d’habitacle variable et un équipement de série complet. Pour qu’un accueil encore plus chaleureux lui soit réservé, le programme de motorisations du Galaxy qui se composait jusqu’à présent de respectivement trois moteurs à essence et trois moteurs diesel a été enrichi. Le nouveau moteur disponible dès maintenant est un quatrième turbo diesel (1,9 litre) de 150 ch qui dispose de la moderne technologie pompe injecteur.

Ford Galaxy 1.9 TDCi 150 CV.

Ford réduit en outre le programme de finitions de quatre à deux niveaux (Champion, Ghia). Par rapport aux modèles Champion à l’équipement déjà très complet, la version de haut de gamme Ghia offre quelques luxueux détails supplémentaires tels le volant garni de cuir, le régulateur de vitesse ou le système multimédia avec lecteur de DVD et écrans plats intégrés aux appuis-tête des sièges avant.

Autre nouveauté, il existe également une climatisation à commande électronique pour les passagers des places arrière et, en option, deux packs d’équipement additionnels : le premier, « Alpine », comporte des sièges avant chauffants (avec support lombaire côté conducteur) et un pare-brise dégivrant. Les versions du Galaxy anoblies du second pack, « Style », possèdent des vitres teintées à l’arrière et se distinguent par un châssis sport ainsi que des jantes alu de 17 pouces au design à six rayons.

Par ailleurs, Ford livre dès maintenant la palette de Galaxy avec le pack de service et de garantie « Ford Swiss Protect » – celui-ci offre des opérations de service gratuites (y compris le contrôle des gaz d’échappement, les pièces de rechange ou les consommables comme l’huile ou l’eau de lave-glaces) pour la durée de trois ans ou une distance de 45 000 kilomètres.

Le Ford Maverick – le SUV le plus propre du monde

Les visiteurs du salon pourront admirer une première mondiale d’un genre tout particulier sur le stand 4134 de gasmobil/GVM et Rinspeed : un Ford Maverick 2.3i XLT, qui est le premier 4×4 pouvant aussi rouler au gaz naturel comme carburant. Le Sport Utility Vehicle est le plus propre de son genre dans le monde entier et a – de concert avec le moteur à essence – un rayon d’action de 870 kilomètres.

Grâce à sa propulsion au gaz naturel, ce tout-terrain ménage l’environnement. En comparatif direct avec un moteur à essence, les émissions de CO 2 sont inférieures de largement 15% et fournissent une contribution importante aux objectifs de bilan de CO 2 de la Confédération. La transformation est exécutée à la demande du client.