Ferrari résiste bien à la crise

Classé dans : Actualités - Ferrari (Italie) | 0

Il semblerait que le marché mondial de la voiture de sport prestigieuse ait plongé de 35 % au cours de l’année écoulé.  Chez Ferrari, par contre la chute ne s’est élevé qu’à à peine 5 %.  L’année dernière, la marque au cheval cabré a livré 6.250 autos.


Les investissements dans les nouveaux produits ont été autofinancés et représentent 18,5 % des revenus.


Dans le courant 2009, le site internet de la Ferrari a été entièrement refait.  En 9 mois, il a reçu plus de 200.000.000 de visiteurs.  Ca peut faire rêver certains webmasters, . . . ou les mener au désespoir !


Ci-joint le communiqué de presse concernant les résultats de la Ferrari en 2009.




Le Conseil d’administration de Ferrari S.p.A s’est réuni sous la présidence de Luca di Montezemolo pour analyser les résultats de l’exercice 2009.

S’il est incontestable que le marché des voitures de sport de luxe a accusé une perte de 35% en 2009, Ferrari de son côté n’a enregistré qu’une petite différence négative par rapport à 2008, qui avait été l’année la plus glorieuse de toute l’histoire de la marque au Cheval cabré. Les ventes aux clients finaux se sont élevées à 6.250 véhicules (- 5%), avec une croissance confirmée dans les pays émergents, et un recul contrôlé sur certains de nos marchés les plus traditionnels.

L’importante récession du marché a fait croître la part de marché de Ferrari, avec une augmentation moyenne de 10 points de pourcentage à l’échelon mondial et projeté la marque à la tête du segment des voitures de sport.

Ces résultats ont été atteint grâce à l’achèvement de la gamme, notamment avec la Ferrari California, qui a remporté un succès extraordinaire et a attiré 60% de nouveaux Ferraristes.

Ferrari California

Le modèle le plus récent, la 458 Italia, dont les livraisons viennent à peine de commencer, n’a pas contribué aux résultats de 2009 mais a déjà passé ses examens haut la main et reçu des prix prestigieux dans le monde entier

Ferrari 458 Italia

Les revenus consolidés à la fin 2009 s’élevaient à 1778 millions d’euros (-7%), avec un bénéfice d’exploitation de 245 millions d’euros, comparé à 341 millions l’année précédente. Ferrari a enregistré un retour sur ventes de 13,8 % pour 2009. La variation du résultat d’exploitation s’explique par les effets négatifs des volumes et du mix produits (qui avaient été très positifs en 2008), ainsi que par des taux de change très défavorables. La faiblesse du dollar US a eu des répercussions majeures puisque plus de 30% des ventes sont réalisées dans cette devise.

La combinaison de ces effets a été compensée en partie par une plus grande efficacité grâce à la rationalisation des processus industriels.

Luca di Montezemolo, Président de Ferrari, s’exprimait à propos des résultats économiques : « Arriver à de tels résultats dans un climat économique aussi difficile est la meilleure preuve de la qualité et de l’engagement de tous les collaborateurs de Ferrari, et de notre stratégie orientée vers l’innovation et l’exclusivité. Ces lignes directrices nous permettront aussi d’aborder 2010 : l’année s’annonce très difficile et les premiers petits signes de reprise n’apparaitront pas avant l’automne prochain ».

Afin de soutenir la stratégie de l’innovation technologique et de renouvellement permanent du portefeuille des produits, d’importants investissements ont été engagés en recherche et développement, et ont atteint 18,5% du total des revenus. Cet effort considérable a été entièrement autofinancé par Ferrari, qui a malgré tout clôturé l’exercice en générant un flux de trésorerie positif.

L’environnement est l’autre domaine stratégique dans lequel Ferrari a fortement investi. Le nouveau système de trigénération (production simultanée de puissance mécanique, chaleur et refroidissement à partir d’une seule source) ainsi que l’installation photovoltaïque ont permis à Ferrari de diminuer de 15% ses émissions de CO2, tout en poursuivant l’objectif d’une diminution de 25-30% au cours de 2010. Ce système écologique a donné à Ferrari une autonomie presque totale pour ses besoins en énergie. La petite quantité d’énergie achetée à des fournisseurs externes provient entièrement de sources renouvelables.

L’analyse des résultats par zone géographique confirme que l’Amérique du Nord est le plus gros marché de Ferrari, avec 1.467 voitures vendues, soit environ 200 de moins qu’en 2008. Les livraisons dans l’ensemble de l’Europe se sont élevées à 2.752 voitures, ce qui représente une chute globale de 6%. L’Italie et l’Allemagne sont toujours nos plus importants marchés européens, avec 655 et 644 ventes respectivement.

Les résultats de Ferrari sur les nouveaux marchés ont également été positifs. Le Moyen Orient, en particulier, continue de se démarquer, avec une augmentation de 29%, grâce aux 471 voitures vendues. Dans la région de l’Asie Pacifique un total de 1117 voitures ( 3%) ont été livrées ; la Chine confirme son potentiel avec 206 voitures et le Japon tient bien sa place parmi les cinq marchés les plus importants du monde, avec 8% du total des ventes.

Les investissements de Ferrari dans des activités de la marque (licensing, commerce de détail et Internet) se sont poursuivis. Le commerce de détail a progressé de 22,5%, en partie grave à l’ouverture de boutiques stratégiques de Ferrari à l’image de Regent Street, en plein coeur de Londres. Le programme de développement de Ferrari Store aura pour objectif l’ouverture de 60 boutiques dans le monde entier d’ici à 2011. Concernant le licensing, les revenus ont augmentés de 10,7% en moyenne.

Ferrari a également démontré sa force avec la Formule Un. Durant ce qui s’est avéré être l’une des saisons les plus décevantes, l’écurie Ferrari Marlboro a reconduit de nombreux contrats de sponsoring et signé un nouvel accord de cinq ans très important avec Banco Santander.

Les activités Internet de Ferrari en 2009 ont été marquées par la nouvelle conception et la relance du site internet www.ferrari.com, qui a très rapidement atteint les 200 millions de visites en 9 mois. Tous les lancements de nouveaux modèles, ainsi que les événements marquants ont été diffusés sur le site, y compris le lancement de la nouvelle monoplace, la F10, dernière née de la Formule 1, qui a été regardé par plus de 3 millions de personnes. En janvier, la version japonaise du site a vu le jour et une version chinoise devrait suivre dans le courant de l’année