Ferrari au vert

Classé dans : Actualités - Ferrari (Italie) | 0

 

FERRARI 599

 

Il est peu probable que Ferrari renonce à sa couleur rouge fétiche au profit du vert écolo, mais la célèbre marque au petit cheval cabré  vient de démontrer au salon de l’auto de Genève qu’elle n’entend pas rater le train de l’écologie en marche.


Le HY-KERS est une auto hybride expérimentale avec laquelle Ferrari entre de plein pied dans le domaine de l’automobile hybride.  Avec cette auto, le constructeur italien veut développer un véhicule hybride qui ne renie pas les caractéristiques marquantes de la maison : performances et comportement routier.


En outre, Ferrari annonce que la California est disponible, dès ce mois de mars, avec un système Stop & Start, qui réduit et la consommation et les rejets de CO2.  Précisons tout de même que ces derniers s’élèvent malgré tout encore à 280 g/km.


Dernier aspect sur lequel le constructeur de Maranello souhaite attirer l’attention : les mesures prises en faveur de l’environnement dans ses installations industrielles.


Ci-joint le communiqué de presse de Ferrari quant à sa présence au salon de Genève 2010.


FERRARI 599

 

Le véhicule hybride expérimental HY-KERS

Le HY-KERS vettura laboratorio (véhicule expérimental) est un exemple de la manière selon laquelle Ferrari aborde le développement de la technologie hybride sans perdre de vue les caractéristiques de rendement et de conduite qui ont toujours caractérisé ses véhicules.

FERRARI 599

Ce projet d’hybride a aussi pour objectif de garantir que Ferrari sera bien à même de répondre aux futures normes d’émissions de CO2, notamment en ce qui concerne le cycle urbain.

C’est justement dans la conduite en ville que les voitures de sport sont traditionnellement les plus pénalisées, puisque leurs moteurs sont conçus de manière à atteindre un maximum de rendement et de performances à une vitesse de rotation élevée, alors même que le cycle urbain se caractérise précisément par une basse vitesse de rotation et de faibles charges de moteur.

FERRARI 599

Ferrari a mise à profit son expérience des courses pour adapter une transmission hybride, légère et avancée, à la 599 GTB Fiorano, afin de garantir que la dynamique du véhicule n’en sera pas affectée.

Ce but a été atteint par intégration soignée de tous les composants du système – en les situant en-dessous du centre de gravité – et en assurant que l’espace intérieur et celui du coffre n’en soient en rien affectés.

FERRARI 599

De même, les batteries planes à ions de lithium se trouvent sous le plancher de la carrosserie. Le centre de gravité se situant ainsi encore plus bas que sur un véhicule conventionnel.

Ferrari a appliqué également sa technologie de F1 à la conception, à l’ingénierie et à la construction d’un nouveau type de moteur électrique qui aide à optimiser les dynamiques longitudinale et latérale du véhicule, ce qui augmente la traction et améliore la distribution du freinage.

Le moteur dispose par ailleurs d’un système exclusif de refroidissement et de lubrification permettant atteindre les meilleures performances à n’importe quelles température et charge de fonctionnement.

Pesant 40 kg, ce moteur électrique triphasé compact de haut voltage, HY-KERS, est accouplé à l’arrière de la transmission d’une F1 à 7 vitesses et à double embrayage.

Il fonctionne à travers l’un des deux embrayages de la transmission et commande un des deux axes principaux de la boîte de vitesses.

FERRARI 599

Ainsi, la puissance est-elle transmise instantanément et à la perfection entre le moteur électrique et les 12 soupapes.

Le moteur électrique développe plus de 100 ch., car l’objectif de Ferrari était de compenser chaque kilo en trop par une augmentation d’au moins un cheval.

Lorsque le frein est actionné, le moteur électrique agit comme un générateur et utilise l’énergie cinétique du couple moteur négatif générée pour recharger les batteries.

Cette phase est contrôlée par un module électronique spécial mis au point à partir de l’expérience acquise en F1.

Ce module, en plus d’administrer la fourniture d’énergie et de recharger les batteries, fait également fonctionner les éléments auxiliaires du moteur (direction assistée, servofreins, air conditionné, systèmes embarqués) au moyen d’un générateur installé dans le moteur V12 lorsque celui-ci fonctionne à cent pour cent en mode électrique.

De son côté, le module intègre une pompe de refroidissement du système hybride.

Ce véhicule expérimental conserve donc les caractéristiques de hautes performances dont sont dotées toutes les Ferrari, tout en réduisant les émissions de CO2 de 35 pour cent dans le cycle combiné ECE EUDC.

FERRARI California 2009

Système Stop & Start pour la Ferrari California

L’autre nouveauté importante au Salon de Genève se centre encore une fois sur la réduction des émissions. En fait, à partir de mars 2010, le système Stop & Start sera disponible sur la Ferrari California, ce qui réduira la consommation en combustible de même que les émissions de CO2, de 6 pour cent en cycle combiné ECE EUDC. Cela représente 280 g/km, une des consommations les plus compétitives pour ce qui est des véhicules de hautes performances. Le système Stop & Start consiste en une interruption quasi instantanée (230 millisecondes seulement), de sorte que le conducteur se rend à peine compte que le moteur redémarre.

Cette solution représente un pas en avant dans la stratégie actuelle de Ferrari de réduire la consommation de combustible et les émissions, et ce tout en augmentant les performances. Un des principaux champs de recherche a été orienté vers la réduction de la friction dans le moteur. L’injection directe V8 de la Ferrari California, par exemple, a éliminé les pertes de “pompage” produites par les changements de pression sous les pistons. L’insertion de soupapes de purge dans le carter sous le vilebrequin permet aux fuites de gaz et à l’huile comprimée lors de la phase de combustion de sortir du carter sans être refoulées durant la phase de compression. Ce qui garantit une augmentation directe des performances du moteur.

En outre, les revêtements de DLC (carbone type diamant) des tiges des soupapes et la superfinition des bossages de came réduisent la friction dans le train de soupapes et contribuent à une amélioration généralisée de la friction dans le moteur.

FERRARI California 2009

L’usine de Maranello produit elle-même son énergie verte

Pour conserver l’approche intégrale de Ferrari eu égard à ses performances de même que son engagement en matière de durabilité environnementale, les nouvelles technologies s’allient, en ce qui concerne les véhicules de route, aux investissements considérables déjà réalisés pour réduire l’impact environnemental des activités de production de la compagnie, à Maranello.

Après l’inauguration de l’installation photovoltaïque sur le toit du centre d’Usinage Mécanique en janvier 2009, qui a réduit les besoins énergétiques de l’usine de plus de 210.000 kWh annuels, 2009 a été également le témoin de l’ouverture d’une centrale de trigénération (la production simultanée d’énergie, chaleur et refroidissement à partir d’une unique source), considérée comme la plus grande d’Italie: il s’agit de la première usine dans son genre a être mise en route par un fabricant de véhicules de sport.

Pris ensemble, les deux systèmes réduisent les émissions de CO2 de 30.000 tonnes par an (de 40 pour cent). Grâce à ces solutions écologiques, Ferrari est entièrement autonome quant à ses besoins énergétiques. Cette réduction signifiant aussi que Ferrari atteindra parfaitement les objectifs fixés par le protocole de Kyoto et ce, 10 ans plus tôt que prévu, avec des valeurs doublant celles imposées à l’Europe.

Cela représente un autre pas significatif dans la stratégie “Formule Uomo” appliquée par le président de Ferrari, Luca di Montezemolo, qui à la fin des années 90, a transformé l’usine de production de Maranello en l’une des usines les plus avancées du monde. Il a également contribué à créer une ambiance de travail exceptionnelle qui, ajoutée à d’autres initiatives visant au bien-être des employés, démontre bien que Ferrari s’érige aujourd’hui en tant que modèle, comme vient le confirmer le prix du meilleur lieu de travail d’Europe qui a été décerné à son usine.

FERRARI 599

FERRARI 599

FERRARI 599

FERRARI 599

FERRARI 599