Chrysler LLC et le Groupe Fiat annoncent une alliance stratégique pour la création d’une nouvelle entreprise plus forte.

Classé dans : Actualités - Chrysler (USA) | 0

Chrysler LLC et le Groupe Fiat annoncent une alliance stratégique pour la création d’une nouvelle entreprise plus forte.


Faisant suite au plan de restructuration complet validé par la plupart de ses actionnaires, Chrysler LLC annonce que l’entreprise a signé un accord de principe afin d’établir une alliance stratégique avec Fiat SpA pour la création d’une nouvelle entreprise plus forte.


Cela permettra à Chrysler et au Groupe Fiat d’optimiser totalement leurs moyens de production respectifs ainsi que leur plate-forme d’achats fournisseurs, tout en permettant à chacun d’accéder à de nouveaux marchés.

Les motorisations et composants Fiat seront également produits au sein des usines Chrysler.

 

 


 

 Bob Nardelli, Chairman & Chief Executive Officer, Chrysler LLC.

 
«Ce partenariat transforme ainsi Chrysler en une nouvelle entreprise plus forte, riche de nombreux atouts stratégiques, » indique Bob Nardelli, Président Directeur Général de Chrysler. « Cela nous permettra de mieux répondre à nos clients et distributeurs avec une gamme de produit plus large et plus compétitive ainsi que plus respectueuse de l’environnement, plus sobre et de meilleure qualité. Les bénéfices pour la nouvelle entreprise comprennent l’accès aux produits existants qui compléteront notre offre actuelle, une coopération technologique et une distribution globale plus forte. »

Chrysler a débuté les discussions avec Fiat il y a plus d’un an pour développer les plans d’une alliance stratégique globale. Durant de nombreux mois, ces discussions ont évoluées et se sont étendues. Chrysler et ses actionnaires ont travaillé sans relâche pour trouver les concessions nécessaires dont le résultat est une baisse significative des coûts et la possibilité de former une large alliance stratégique.

Nous souhaitons personnellement assurer que cette nouvelle entreprise produira et développera des produits de qualité sous les marques Jeep®, Dodge et Chrysler ainsi que des pièces sous la marque Mopar®.

Les collaborateurs de Chrysler deviendront collaborateurs de la nouvelle entreprise. Les points de vente Chrysler resteront en activité au service de nos clients.

L’ensemble des garanties sera honoré sans interruption et les clients peuvent continuer à acquérir nos véhicules en toute confiance, » explique Nardelli.

En dépit de progrès significatifs sur tous les fronts, Chrysler n’a pas obtenu les concessions nécessaires de tous ses créanciers, ce qui aurait permis d’éviter tout recours à la procédure de protection du Chapitre 11 du code des faillites des Etats-Unis. En conséquence, sous l’autorité du Département du Trésor des Etats-Unis, Chrysler LLC et 24 de ses filiales américaines ont déposés volontairement leurs dossiers sous cette protection du Chapitre 11 du code des faillites des Etats-Unis au tribunal compétent du District Sud de New-York.

« Même si, malheureusement, un accord complet n’a pu être possible, je suis extrêmement reconnaissant pour tout ce qui a été sacrifié, de la part de nombreux actionnaires de Chrysler afin d’atteindre un accord de principe avec Fiat » a dit Bob Nardelli. « Mon objectif N°1 a été de préserver Chrysler et les milliers de personnes qui dépendaient de son succès. Alors que je suis très enthousiaste pour la création de cette alliance stratégique, je suis personnellement très déçu qu’aujourd’hui Chrysler ait à recourir à la protection du Chapitre 11. Cela n’était pas mon choix. »

Chrysler a également déposé un dossier selon la section 363 du Code des faillites demandant un accord rapide du Tribunal pour l’alliance avec Fiat et la vente des principaux actifs de Chrysler à la nouvelle entreprise. L’intérêt de ce type de procédure est la rapidité. Cela permettrait à une entreprise plus saine d’émerger dans un délai de 30 à 60 jours, en bonne voie de viabilité à long terme.

Nardelli, qui est à la tête de Chrysler depuis Août 2007, a également annoncé au comité de Direction de Chrysler LLC et au Département du Trésor des Etats-Unis son intention de quitter l’entreprise après la création de la nouvelle entité issue de la procédure enclenchée avec le Chapitre 11 et de la finalisation de l’Alliance avec Fiat. Il retournera chez Cerberus Capital Management LP en tant que Conseiller. « Le moment était venu de laisser le contrôle à d’autres pour la transformation de Chrysler avec Fiat,» poursuit Nardelli. « Je travaillerai étroitement avec l’ensemble des actionnaires pour voir rapidement émerger avec succès cette alliance.

Durant cette période de restructuration, le gouvernement fournira le financement nécessaire à la poursuite normale des activités. L’entreprise honorera sans interruption ses garanties, le paiement des fournisseurs et conservera en fonction son réseau de distribution afin d’assurer la continuité du service à ses clients.

« Afin de créer cette nouvelle entreprise plus forte, nous avons recours à une procédure de faillite organisée pour mettre en place rapidement les changements difficiles mais nécessaires, à savoir :
des accords sur les salaires et avantages pour les employés et les retraités qui sont compétitifs avec ceux des constructeurs concurrents ; la réduction de la dette et des intérêts ; la liquidation des actifs non rentables ; un réseau de distribution rationalisé et plus efficace ; et des accords solides avec nos fournisseurs, » explique Nardelli.

Les activités au Mexique, Canada et à l’international ne feront pas l’objet d’une quelconque procédure de faillite.

Partie intégrante de la restructuration et avec le soutien du Trésor des Etats-Unis, GMAC deviendra l’organisme de financement principal pour le réseau de distribution Chrysler ainsi que pour le financement client. Il sera en mesure d’offrir les meilleures options de financement possibles à long terme pour les distributeurs et les clients avec la mise en place de produits à taux standardisés.

Lorsque la transaction sera finalisée, le “Voluntary Employee Beneficiary Association” (VEBA) détiendra 55 % de la nouvelle entreprise et les gouvernements des Etats-Unis et du Canada disposeront d’une participation proportionnelle de 10 %. Fiat obtiendra dans un premier temps une part de 20 % dans Chrysler.

Fiat pourra voir sa participation augmenter de 15 % en 3 paliers à condition de respecter les critères suivants :

5 % pour avoir apporté à Chrysler une plateforme de véhicule consommant 40 mpg (5,8 L/100km) produite aux Etats-Unis ;

5 % après avoir fourni une famille de moteurs sobres fabriqués aux Etats-Unis intégrés dans les produits Chrysler ;

et 5 % après avoir permis à Chrysler d’accéder à son vaste réseau de distribution global afin de faciliter l’exportation des véhicules Chrysler.

Fiat ne pourra pas devenir majoritaire tant que les prêts fédéraux n’auront pas été totalement remboursés.

Dans le cadre de la restructuration, la majorité des activités de production sera ralentie à partir de lundi 4 mai 2009. Les cadences de production normales seront rétablies dès que la transaction sera finalisée, ce qui est prévue dans les 30 à 60 jours.

« Nous souhaitons remercier l’Administration, le Département du Trésor des Etats-Unis, le Président de la commission Automobile et les gouvernements Canadien et de la province de l’Ontario pour leur énergie et les efforts réalisés pour nous aider et faire avancer notre nouvelle entreprise, » a dit Nardelli. « Il est également important de ne pas oublier Cerberus et Daimler, qui nous ont permis de bâtir cette alliance tout comme les créanciers dont l’UAW et le CAW, les collaborateurs, les distributeurs et les fournisseurs. Sans leurs importants sacrifices, leur fidélité sans faille et leur confiance en Chrysler, cette alliance n’aurait pas été possible. Nous accueillons avec enthousiasme ce nouveau partenariat avec Fiat. Indiscutablement, il y aura de nombreux changements à mesure que nous avancerons dans nos plans. Mais pour l’heure, à de nombreux points de vue, nous avons commencé à construire une nouvelle entreprise plus forte avec moins de dettes, un meilleur bilan, une gamme de produit plus complète, soutenue par une société de financement saine. »